«Filles dans mon royaume»: L’histoire et l’œuvre de la Société de Secours

Julie B. Beck

Présidente générale de la Société de Secours


L’étude de l’histoire de la Société de Secours définit et exprime qui nous sommes, nous, disciples de notre Sauveur, Jésus-Christ.

Cette réunion est un don fait à toutes les filles de notre Père céleste qui désirent apprendre sa volonté et comprendre leurs responsabilités dans son plan. J’ai rencontré beaucoup d’entre vous au cours de l’année passée et mon cœur a été touché quand je vous ai regardées dans les yeux, que je vous ai serrées dans mes bras, que j’ai ri avec vous, pleuré avec vous et vous ai écoutées exprimer votre chagrin, votre joie et vos succès. Chacune de vous est précieuse au-delà de toute expression aux yeux de notre Père céleste, et il connaît chacune de vous. En tant que filles de Dieu, vous vous préparez à recevoir des affectations éternelles et chacune de vous a une identité, une nature et une responsabilité féminines. Le succès des familles, des collectivités, de cette Église et du précieux plan du salut dépend de votre fidélité. Oh, mes chères sœurs, comme nous vous aimons et prions pour vous !

Nous vivons toutes une expérience terrestre très personnelle. Deux sœurs, que j’ai rencontrées récemment, illustrent la façon dont ont peut vivre fidèlement. L’une d’elles vit dans le centre du Brésil. Sa maison de briques rouges, située dans un jardin de terre rouge, entourée d’un mur de pierres rouges est un havre à l’abri du monde extérieur. Ses enfants aux yeux brillants savent chanter les chants de la Primaire et sur les murs de sa maison se trouvent des images du Sauveur, des temples et des prophètes de Dieu, découpées dans Le Liahona. Son mari et elle ont fait des sacrifices pour être scellés dans le temple afin que leurs enfants puissent naître dans l’alliance. Elle m’a dit qu’elle prie continuellement pour que le Seigneur lui donne la force et l’inspiration nécessaires pour élever ses enfants dans la lumière, la vérité et la force de l’Évangile.

Une autre sœur vit seule dans un minuscule appartement au quatre-vingtième étage d’un bâtiment, à Hong-Kong. Elle a des problèmes physiques mais elle est joyeuse et indépendante. Elle est le seul membre de l’Église de sa famille. Sur une petite étagère se trouvent ses Écritures, ses manuels de la Société de Secours et d’autres livres de l’Église. Elle a créé chez elle un havre rempli de l’Esprit et elle est une lumière pour tout le monde dans sa branche.

Mises en garde

Nous savons que beaucoup de sœurs vivent sous l’oppression ou dans des situations dangereuses. Certaines ont constamment faim et certaines autres doivent quotidiennement trouver le courage de continuer avec foi en dépit des déceptions et de la trahison des autres. Parce que nous vivons dans les derniers jours de cette terre, nous voyons partout des signes d’une grande lutte. Les mythes et les incompréhensions concernant la force, l’objectif et la position des femmes de l’Église sont nombreux. Les mythes les plus répandus disent que nous avons moins d’importance que les hommes, que nous sommes généralement gentilles mais mal informées et que, quoi que nous fassions, nous ne serons jamais assez bien pour que notre Père céleste nous accepte. Comme l’a dit l’apôtre Pierre, il y a « parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses… reniant le maître qui les a rachetés1 ».

Le Livre de Mormon décrit ce qui est en train de se passer :

« Car voici, en ce jour-là, [Satan] fera rage dans le cœur des enfants des hommes et les incitera à la colère contre ce qui est bon.

« Et il en pacifiera d’autres et les endormira dans une sécurité charnelle, de sorte qu’ils diront : Tout est bien en Sion ; oui, Sion prospère, tout est bien – et c’est ainsi que le diable trompe leur âme et les entraîne soigneusement sur la pente de l’enfer.

« Et voici, il en entraîne d’autres par la flatterie et leur dit qu’il n’y a pas d’enfer ; et il leur dit : Je ne suis pas un démon, car il n’y en a pas – et c’est ainsi qu’il leur chuchote aux oreilles, jusqu’à ce qu’il les saisisse de ses chaînes affreuses d’où il n’y a pas de délivrance2. »

Dans le climat grandissant d’insistance sur les droits, d’excuses, d’apathie et de tentations, les filles de Dieu qui ne sont pas sur leurs gardes, qui ne prient pas et ne sont pas inspirées courent de plus en plus le risque de devenir ce que les Écritures appellent des « femmes d’un esprit faible et borné3 » qui adorent « des dieux étrangers4 ». Chose triste à dire, beaucoup de sœurs croient plus aux mythes qu’à la vérité. Leur écart par rapport au plan de Dieu se voit dans le fait que beaucoup ne font pas les choses essentielles que sont la prière et la lecture des Écritures. Le Seigneur lui-même a dit que c’est « un jour d’avertissement, et non un jour pour faire de longs discours5 ».

La Société de Secours a été organisée pour être une défense et un refuge

Afin de veiller sur ses filles, de les instruire et de les inspirer en ces temps difficiles, Dieu a autorisé Joseph Smith, le prophète, à organiser les femmes de l’Église. Cette organisation divinement conçue et dirigée par la prêtrise s’appelle la Société de Secours.

L’objectif de la Société de Secours est de préparer les filles de Dieu à recevoir les bénédictions de la vie éternelle en faisant grandir leur foi et leur justice personnelle, en fortifiant la famille et le foyer et en recherchant et aidant les gens dans le besoin.

La Société de Secours éclaircit notre œuvre et nous rend unies, nous, les filles de Dieu, dans la défense de son plan. À notre époque d’erreurs d’identité, de confusion et d’égarement, la Société de Secours est conçue pour être une boussole et un guide pour enseigner la vérité aux femmes fidèles. Aujourd’hui, les femmes qui pratiquent la justice recherchent un déversement de révélation pour résister aux égarements, combattre le mal et la destruction spirituelle et surmonter les catastrophes personnelles en augmentant leur foi, en fortifiant leur famille et en soulageant les autres.

Histoire et œuvre de la Société de Secours

Notre présidence a prié, jeûné, médité et tenu conseil avec les prophètes, voyants et révélateurs pour apprendre ce que Dieu veut que nous fassions pour aider ses filles à être fortes face à la « calamité qui s’abattra sur les habitants de la terre6 ». La réponse a été que les sœurs de l’Église doivent connaître l’histoire de la Société de Secours et en tirer les leçons. La compréhension de l’histoire de la Société de Secours fortifie l’identité de base et la valeur des femmes fidèles.

C’est la raison pour laquelle une histoire de la Société de Secours pour l’Église est en cours de rédaction et sera disponible l’année prochaine. En prévision de cela, l’histoire de la Société de Secours reçoit une attention accrue, par exemple à la page des visites d’enseignement du Liahona. L’élaboration de l’histoire est une expérience inspirée et marquée par la révélation.

En étudiant l’histoire de la Société de Secours, nous avons appris que la vision et l’objectif du Seigneur pour la Société de Secours n’était pas celle d’une réunion dominicale somnolente. Il avait à l’esprit quelque chose de bien plus grand qu’un club féminin ou qu’un groupe de divertissement pour des personnes ayant des intérêts particuliers.

Il voulait que la Société de Secours contribue à édifier son peuple et à le préparer à recevoir les bénédictions du temple. Il a créé cette organisation pour orienter l’action de ses filles sur son œuvre et pour les amener à apporter leur aide à l’édification de son royaume et au renforcement des foyers de Sion.

L’histoire nous enseigne qui nous sommes

Nous étudions notre histoire pour apprendre qui nous sommes. Partout dans le monde, les femmes de bien aspirent à connaître leur identité, leur valeur et leur importance. L’étude de l’histoire de la Société de Secours définit et exprime qui nous sommes, nous, disciples de notre Sauveur, Jésus-Christ. Notre fidélité et notre service sont des signes de notre conversion et de notre engagement à nous souvenir de lui et à le suivre. En juillet 1830, au début du rétablissement de son Église, le Seigneur a choisi sa première dirigeante de cette dispensation et lui a dit dans une révélation : « Je te parle, Emma Smith, ma fille ; car en vérité, je te le dis, tous ceux qui reçoivent mon Évangile sont des fils et des filles dans mon royaume7. »

L’histoire de la Société de Secours nous enseigne que notre Père céleste connaît ses filles. Il les aime, il leur a donné des responsabilités précises, il leur a parlé et les a guidées pendant leur mission terrestre. De plus, l’histoire de la Société de Secours élève et valide la position des femmes et montre comment elles œuvrent en partenariat avec les dirigeants fidèles de la prêtrise.

L’histoire nous enseigne ce que nous devons faire

Notre histoire nous enseigne ce que nous devons faire pour nous préparer à recevoir les bénédictions de la vie éternelle. L’organisation qu’est la Société de Secours a toujours eu la responsabilité d’organiser les énergies des sœurs dans les paroisses et les branches de Sion. Les réunions de la Société de Secours, le ministère des sœurs visiteuses et leur service combiné instruisent les filles de Dieu, veillent sur elles et les inspirent dans leurs responsabilités dans l’œuvre et le royaume de Dieu. Les présidentes de la Société de Secours de paroisse et de branche sont mises à part pour accomplir ce travail.

Lors de cette même réunion, il y a un an, nous avons annoncé des règles concernant les réunions de la Société de Secours. Nous sommes heureuses de dire que, dans la plupart des paroisses et des branches partout dans le monde, les présidences de la Société de Secours et les sœurs ont adopté ces règles ainsi que l’esprit qui les sous-tendait. Cela a été une joie de voir le rajeunissement de l’objectif et de l’œuvre historiques de la Société de Secours. Nous avons aussi constaté une augmentation de la dignité, de l’identité et de la pertinence de la Société de Secours maintenant que toutes les réunions des sœurs sont nommées simplement et annoncées pour ce qu’elles sont, des réunions de la Société de Secours. Nous voyons un accroissement de la foi et de la justice personnelle, un renforcement des familles et des foyers et plus de secours offert par les sœurs grâce à un bonne utilisation des réunions de la Société de Secours. Toutes les règles concernant les réunions de la Société de Secours, les visites d’enseignement et les autres actions de cette organisation ont leur fondement dans l’histoire de la Société de Secours et sont approuvées par la Première Présidence.

La Société de Secours a toujours eu la responsabilité de participer à l’œuvre du salut. Depuis le début de l’Église rétablie, les sœurs ont toujours été là les premières, les dernières et toujours à répondre aux événements de la vie quotidienne. De la Société de Secours, les sœurs vont œuvrer à la Primaire, aux Jeunes Filles, à l’École du Dimanche et ailleurs et elles sont des exemples de vertu pour la génération montante. Le service personnel édifie chaque sœur et le service uni de millions de femmes fidèles crée une force impressionnante de foi en l’œuvre du Seigneur. L’histoire montre que, depuis le début du Rétablissement, les sœurs ont été en première ligne pour proclamer l’Évangile et elles continuent cet effort en partant en mission, en préparant des jeunes gens et des jeunes filles à aller en mission et en invitant leurs amis, leurs voisins et les membres de leur famille à prendre part aux bénédictions de l’Évangile. L’histoire nous apprend aussi que Joseph Smith, le prophète, utilisait les réunions de la Société de Secours pour préparer les sœurs à aller au temple. Aujourd’hui, l’histoire familiale et l’œuvre du temple continuent à faire partie des obligations primordiales de la Société de Secours.

La compréhension de notre objectif historique aide les femmes à apprendre à se fixer correctement des priorités afin de « ne pas dépense[r] d’argent pour ce qui n’a pas de valeur, ni [leur] labeur pour ce qui ne peut pas satisfaire8 ». La Société de Secours a toujours eu la responsabilité de faire ce que l’apôtre Paul a préconisé : enseigner aux jeunes filles à être modérées, discrètes et chastes et aux femmes mariées à aimer leur mari et leurs enfants et à fortifier leur foyer9. L’histoire de la Société de Secours nous enseigne à prendre soin des choses essentielles qui nous sauveront et nous sanctifieront et des choses qui sont nécessaires pour nous permettre d’être autonomes et utiles dans le royaume du Seigneur.

Un thème constant tout au long de notre histoire est que les sœurs qui utilisent le pouvoir du Saint-Esprit agissent avec l’inspiration du Seigneur dans leur vie et reçoivent la révélation pour s’acquitter de leurs responsabilités.

L’histoire unit les femmes fidèles

Nous étudions notre histoire parce qu’elle unit les femmes fidèles. L’histoire de la Société de Secours est une histoire inspirante de femmes fortes, fidèles et déterminées. Partie intégrante de l’Église rétablie du Seigneur, la Société de Secours se trouve maintenant dans plus de cent soixante-dix pays. Partout dans le monde, les femmes adultes de l’Église du Seigneur peuvent se voir confier des responsabilités importantes.

Les fillettes et les jeunes filles de l’Église apprennent à se fixer des buts grâce aux programmes de la Foi en Dieu et du Progrès personnel qui concentrent leur attention sur le temple et leurs responsabilités futures. À la Société de Secours, elles continuent à progresser pour recevoir les bénédictions du temple et de la vie éternelle en accroissant leur foi et leur justice personnelle, en fortifiant leur famille et leur foyer et en cherchant à aider les gens dans le besoin. Les sœurs fidèles apprennent à faire cela en recevant très peu de louanges ou de reconnaissance pour ce qu’elles font. La Société de Secours prospère en suivant l’enseignement du Seigneur Jésus-Christ qui a dit que, si nous donnons notre aumône (ou nos offrandes) en secret, notre Père céleste, qui voit dans le secret, nous récompensera ouvertement10.

L’histoire et l’œuvre de la Société de Secours nous associent à une grande communauté de filles de Dieu jeunes et moins jeunes, riches et pauvres, instruites et illettrées, célibataires et mariées, fortes et inébranlables, partout dans le monde.

La connaissance de l’histoire peut nous aider à changer

Nous étudions notre histoire parce qu’elle nous aide à changer. En fin de compte, la valeur de l’histoire ne réside pas tant dans ses dates, ses époques et ses lieux. Sa valeur réside dans le fait qu’elle nous enseigne les principes, les buts et les modèles que nous devons suivre, qu’elle nous aide à savoir qui nous sommes, ce que nous devons faire, et qu’elle nous unit pour fortifier les foyers de Sion et édifier le royaume de Dieu sur la terre. Quand elle agit de façon inspirée, la Société de Secours peut remplacer la peur, le doute et l’égoïsme par la foi, l’espérance et la charité. Tandis que nous ferons avancer l’œuvre du Seigneur, l’histoire de la Société de Secours continuera à être écrite par des sœurs fidèles partout dans le monde. Le Seigneur fortifie la Société de Secours maintenant et prépare un avenir glorieux pour ses filles.

Je vous témoigne de l’existence de notre Père céleste et de son Fils, Jésus-Christ. Par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète, l’Évangile, la bonne nouvelle de notre identité et de notre objectif, a été rétablie sur la terre. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Notes
  1. 1.

    2 Pierre 2:1.

  2. 2.

    2 Néphi 28:20-22.

  3. 3.

    2 Timothée 3:6.

  4. 4.

    Josué 24:23.

  5. 5.

    Doctrine et Alliances 63:58.

  6. 6.

    Doctrine et Alliances 1:17.

  7. 7.

    Doctrine et Alliances 25:1–4.

  8. 8.

    2 Néphi 9:51.

  9. 9.

    Voir Tite 2:4-5.

  10. 10.

    Voir Matthieu 6:4 ; 3 Néphi 13:4.

Montrer les références

  1.  

    1.  2 Pierre 2:1.

  2.  

    2.  2 Néphi 28:20-22.

  3.  

    3.  2 Timothée 3:6.

  4.  

    4.  Josué 24:23.

  5.  

    5.  Doctrine et Alliances 63:58.

  6.  

    6.  Doctrine et Alliances 1:17.

  7.  

    7.  Doctrine et Alliances 25:1–4.

  8.  

    8.  2 Néphi 9:51.

  9.  

    9. Voir Tite 2:4-5.

  10.  

    10. Voir Matthieu 6:4 ; 3 Néphi 13:4.