Sauter le menu général
Octobre 2010 | Concernant les choses qui ont le plus d’importance

Concernant les choses qui ont le plus d’importance

Octobre 2010 Conférence générale

Si la vie, son rythme effréné et ses nombreuses tensions font qu’il vous est difficile de vous sentir l’envie de vous réjouir, alors c’est peut-être un bon moment pour vous reconcentrer sur ce qui a le plus d’importance.

C’est remarquable tout ce que l’on peut apprendre de la vie en étudiant la nature. Par exemple, les scientifiques peuvent regarder les cercles des arbres et avancer des théories sur le climat et les conditions de croissance d’il y a des centaines ou même des milliers d’années. L’une des choses que nous apprend l’étude de la croissance des arbres c’est que, pendant les saisons où les conditions sont idéales, les arbres poussent à un rythme normal. Par contre, pendant les saisons où les conditions de croissance ne sont pas idéales, ils ralentissent leur croissance et consacrent leur énergie aux éléments essentiels à la survie.

Maintenant certains d’entre vous se demandent peut-être : « Tout cela est très bien mais quel est le rapport avec le pilotage d’un avion ? » Eh bien, je vais vous le dire.

Avez-vous jamais été en avion dans une zone de turbulences ? Les turbulences sont principalement causées par un changement soudain des mouvements d’air qui amène l’avion à tanguer, faire un mouvement de lacet et avoir du roulis. Les avions sont conçus pour supporter des turbulences bien plus importantes que tout ce l’on peut rencontrer sur un vol habituel mais elles peuvent néanmoins être déconcertantes pour les passagers.

À votre avis, que font les pilotes lorsqu’ils rencontrent des turbulences ? Un élève pilote peut penser qu’augmenter la vitesse est une bonne stratégie parce qu’il sortira plus vite des turbulences. Mais ce peut être la mauvaise chose à faire. Les pilotes professionnels savent qu’il y a une vitesse de pénétration optimum dans les turbulences qui va en diminuer les effets négatifs. Et la plupart du temps cela veut implique de réduire votre vitesse. Le même principe s’applique aussi aux dos d’âne sur la route.

Si bien qu’il vaut mieux ralentir un peu, régler sa vitesse et se concentrer sur ce qui est essentiel lorsque l’on traverse des conditions défavorables.

Le rythme de la vie moderne

C’est une leçon simple mais essentielle à apprendre. Cela semble logique concernant les arbres ou les turbulences, mais c’est une leçon étonnamment facile à ignorer lorsque l’on en vient à appliquer ces principes à notre vie quotidienne. Quand le niveau de stress augmente, quand la détresse apparaît, quand la tragédie frappe, nous essayons trop souvent de garder le même rythme frénétique ou même d’accélérer, pensant que, sans que nous comprenions pourquoi ni comment, plus nous accélérerons, mieux nous nous porterons.

L’une des caractéristiques de la vie moderne semble être que nous bougeons à un rythme de plus en plus rapide, sans nous soucier des turbulences ou des obstacles.

Soyons honnêtes ; c’est plutôt facile d’être occupé. Nous pouvons tous imaginer une liste de tâches qui vont submerger notre emploi du temps. Certains peuvent même penser que leur valeur personnelle dépend de la longueur de leur liste de choses à faire. Ils remplissent les trous de leur emploi du temps par des listes de réunions et de vétilles, même dans les périodes de stress et d’épuisement. Parce qu’ils se compliquent inutilement la vie, ils ressentent souvent plus de frustration, moins de joie et trouvent peu de sens à leur vie.

Il est dit que toute vertu poussée à l’extrême peut devenir un vice. C’est certainement le cas si nous surchargeons nos journées. Il arrive un moment où les accomplissements deviennent des fardeaux et les ambitions des boulets à traîner.

Quelle est la solution?

Le sage comprend et applique les leçons des cercles des arbres et des turbulences. Il résiste à la tentation de se laisser prendre dans la course frénétique de la vie quotidienne. Il suit ce conseil : « La vie c’est plus qu’en accélérer la vitesse1. » En bref, il se concentre sur les choses qui ont le plus d’importance.

Dallin H. Oaks a enseigné dans une conférence générale récente : « Nous devons renoncer à certaines bonnes choses afin d’en choisir d’autres qui sont meilleures ou les meilleures parce qu’elles augmentent la foi au Seigneur Jésus-Christ et fortifient notre famille2. »

La recherche des meilleures choses mène inévitablement aux principes fondamentaux de l’Évangile de Jésus-Christ, les vérités simples et belles que nous a révélées un Père céleste attentionné, éternel et omniscient. Ces points de doctrine et ces principes essentiels, bien qu’assez simples pour qu’un enfant les comprenne, répondent aux questions les plus complexes de la vie.

Dans notre soif de solutions compliquées, parfois nous n’apprécions pas la beauté et la clarté qui découlent de la simplicité.

Par exemple, peu après avoir été mis en orbite autour de la terre, les astronautes et les cosmonautes se sont rendu compte que les stylos bille ne fonctionnent pas dans l’espace. Et des gens très intelligents se sont mis au travail pour résoudre le problème. Cela a pris des milliers d’heures et des millions de dollars mais, au bout du compte, ils ont inventé un stylo qui peut écrire n’importe où, à n’importe quelle température et sur pratiquement n’importe quoi. Mais comment les astronautes et les cosmonautes se sont-ils débrouillés en attendant que le problème soit résolu ? Ils ont simplement utilisé un crayon.

Léonard de Vinci aurait dit : « La simplicité est le summum de la complexité3. » Lorsque nous regardons les principes fondamentaux du plan du bonheur, le plan du salut, nous pouvons reconnaître et apprécier dans sa clarté et sa simplicité l’élégance et la beauté de la sagesse de notre Père céleste. Ensuite, le commencement de la sagesse est de remplacer nos voies par les siennes.

Le pouvoir des principes de base

On raconte que le célèbre entraîneur de football américain Vince Lombardi avait un rituel qu’il accomplissait le premier jour d’entraînement. Il brandissait un ballon de football, le montrait aux athlètes qui jouaient depuis de nombreuses années et disait : « Messieurs… ceci est un ballon de football ! » Il parlait de sa taille et de sa forme, de la façon de le frapper, de le porter ou de le passer. Il emmenait l’équipe dehors sur le terrain vide et disait : « Ceci est un terrain de football. » Il leur en faisait faire le tour en en donnant les dimensions, la forme, les règles et en expliquant le jeu4.

Cet entraîneur savait que même ces joueurs expérimentés, et en fait l’équipe, ne pouvaient devenir excellents qu’en maîtrisant les principes de base. Ils pouvaient passer leur temps à répéter des techniques de jeu compliquées mais tant qu’ils ne maîtrisaient pas les principes de base du jeu ils ne pourraient jamais devenir une équipe de championnat.

Je pense que la plupart d’entre nous comprennent intuitivement combien les principes de base sont importants. Nous nous laissons simplement parfois distraire par tant de choses qui semblent plus séduisantes.

La documentation écrite, une large gamme de médias, les outils et les gadgets électroniques, tous utiles s’ils sont bien utilisés, peuvent devenir des diversions nuisibles ou d’impitoyables chambres d’isolement.

Cependant, au milieu de la multitude de voix et de choix, l’humble Homme de Galilée se tient les mains tendues. Il attend. Son message est simple : « Viens, suis moi5. » Il ne parle pas avec un mégaphone puissant mais par un murmure doux et léger6. Le message de base de l’Évangile peut se perdre si facilement dans le déluge d’informations dont nous sommes bombardés de tous côtés.

Les Écritures saintes et les paroles des prophètes actuels mettent l’accent sur la doctrine et les principes fondamentaux de l’Évangile. Nous retournons à ces principes fondamentaux, à la doctrine pure, parce qu’ils sont la porte qui ouvre sur des vérités d’une signification profonde. Ils sont la porte qui ouvre sur des expériences d’une importance suprême qui autrement dépasseraient nos facultés de compréhension. Ces principes simples et fondamentaux sont la clé qui permet de vivre en accord avec Dieu et avec les hommes. Ce sont les clés qui ouvrent les écluses des cieux. Elles nous mènent à la paix, à la joie et à la compréhension promises par notre Père céleste à ses enfants qui l’écoutent et lui obéissent.

Mes chers frères et sœurs, nous ferions bien de ralentir un peu, d’avancer à la vitesse optimale pour notre situation, de nous concentrer sur ce qui est important, de lever les yeux et de vraiment voir les choses qui ont le plus d’importance. N’oublions pas les préceptes fondamentaux que notre Père céleste a donnés à ses enfants qui vont jeter les bases d’une vie mortelle riche et abondante avec les promesses d’un bonheur éternel. Ils nous enseigneront à faire tout cela avec sagesse et ordre ; car il n’est pas requis que nous courrions plus vite que nous n’avons de force. Mais il est nécessaire que nous soyons diligent, afin que nous remportions ainsi le prix7.

Frères et sœurs, faisons diligemment les choses qui ont le plus d’importance et cela nous mènera au Sauveur du monde. C’est pourquoi nous parlons du Christ, nous nous réjouissons dans le Christ, nous prêchons le Christ, nous prophétisons concernant le Christ afin que nous sachions vers quelle source nous pouvons nous tourner pour obtenir la rémission de nos péchés8. Dans la complexité, la confusion et la précipitation de la vie moderne, c’est la « voie par excellence9 ».

Alors, quels sont les principes de base?

Lorsque nous nous tournons vers notre Père céleste pour rechercher sa sagesse concernant les choses qui ont le plus d’importance nous réapprenons constamment l’importance de quatre relations clés : avec notre Dieu, avec notre famille, avec nos semblables et avec nous-mêmes. Si nous évaluons notre vie avec un esprit bien disposé, nous verrons où nous avons quitté la voie par excellence. Les yeux de notre entendement seront ouverts et nous nous rendrons compte de ce qui doit être fait pour purifier notre cœur et réorienter notre vie.

Tout d’abord, notre relation avec Dieu est particulièrement sacrée et essentielle. Nous sommes ses enfants d’esprit. Il est notre Père. Il désire notre bonheur. Lorsque nous le recherchons, que nous connaissons son Fils, Jésus-Christ, que nous ouvrons notre cœur à l’influence du Saint-Esprit, notre vie devient plus stable et plus sûre. Nous connaissons plus de paix, de joie et d’épanouissement si nous faisons de notre mieux pour vivre selon le plan éternel de Dieu et respecter ses commandements.

Nous améliorons notre relation avec notre Père céleste en apprenant qui il est, en communiant avec lui, en nous repentant de nos péchés et en suivant activement Jésus-Christ, car « nul ne vient au Père que par [le Christ]10. » Pour fortifier notre relation avec Dieu, nous avons besoin de passer du temps de qualité seuls avec lui. En nous concentrant discrètement sur la prière personnelle et l’étude des Écritures quotidiennes, en cherchant toujours à être dignes de détenir une recommandation à l’usage du temple en cours de validité, nous ferons un investissement sage de notre temps et de nos efforts pour nous rapprocher de notre Père céleste. Écoutons l’invitation des Psaumes : « Arrêtez, et sachez que je suis Dieu11. »

Notre deuxième relation clé est avec notre famille. Étant donné qu’ « aucune réussite ne peu compenser l’échec12 » dans ce domaine, nous devons accorder une grande priorité à notre famille. Nous édifions des relations familiales profondes et aimantes en faisant des choses simples ensemble comme les repas familiaux, des soirées familiales et tout simplement en nous amusant ensemble. Dans les relations familiales, l’amour s’épelle t-e-m-p-s, temps. Prendre du temps l’un pour l’autre est la clé de l’entente au foyer. Nous parlons avec l’un avec l’autre plutôt que l’un de l’autre. Nous apprenons l’un de l’autre et nous apprécions nos différences autant que nos points communs. Nous établissons un lien divin l’un avec l’autre en nous rapprochant ensemble de Dieu par la prière, l’étude des Écritures et le culte du dimanche en famille.

Notre troisième relation clé est avec nos semblables. Nous édifions cette relation avec une personne à la fois, en étant sensibles aux besoins des autres, en les servant et en donnant de notre temps et de nos talents. J’ai été très impressionné par une sœur qui était accablée par les difficultés de l’âge et de la maladie mais qui avait décidé que bien qu’elle ne puisse pas faire grand-chose, elle pouvait écouter. Si bien que toutes les semaines elle recherchait les gens qui avaient l’air préoccupé ou découragé et elle passait du temps avec eux à écouter. Quelle bénédiction elle a été dans la vie de tant de gens.

Notre quatrième relation clé est avec nous-même. Cela peut sembler bizarre de penser que nous puissions avoir des relations avec nous-même mais c’est le cas. Certaines personnes ne se supportent pas. Elles se critiquent et se rabaissent à longueur de journée jusqu’à commencer à se haïr. Je vous suggère de réduire l’allure et de prendre un peu de temps pour mieux vous connaître. Marchez dans la nature, regardez le soleil se coucher, profitez des créations de Dieu, méditez sur les vérités de l’Évangile rétabli et recherchez ce qu’elles représentent pour vous. Apprenez à vous voir comme notre Père céleste vous voit, une fille ou un fils précieux au potentiel divin.

Se réjouir de l’Évangile pur

Frères et sœurs, soyons sages. Tournons-nous vers les eaux pures de la doctrine de l’Évangile de Jésus-Christ rétabli. Buvons-les joyeusement dans leur simplicité et leur clarté. Les cieux sont à nouveau ouverts. L’Évangile de Jésus-Christ est de nouveau sur la terre et ses vérités simples sont une source de joie abondante !

Frères et sœurs, nous avons vraiment de grandes raisons de nous réjouir. Si la vie, son rythme effréné et ses nombreuses tensions font qu’il vous est difficile de vous sentir l’envie de vous réjouir alors c’est peut-être le bon moment pour vous reconcentrer sur ce qui a le plus d’importance.

La force ne vient pas d’une activité frénétique mais d’une stabilité sur un fondement ferme de vérité et de lumière. Elle nous vient quand nous concentrons notre attention et nos efforts sur les principes de base de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ. Elle nous vient quand nous sommes attentifs aux choses divines qui ont le plus d’importance.

Simplifions-nous un peu la vie. Faisons les changements nécessaires pour nous reconcentrer sur la beauté sublime du chemin simple et humble des disciples du Christ, le chemin qui mène toujours vers une vie pleine de sens, de joie et de paix. Je prie pour cela, en vous donnant ma bénédiction, au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.

Afficher les référencesCacher les références

    Notes

    1. Mahatma Gandhi, dans Larry Chang, Wisdom for the Soul, 2006, p. 356.

    2. Dallin H. Oaks, « Bon, mieux, encore mieux », Le Liahona, novembre 2007, p. 107.

    3. Leonardo da Vinci, dans John Cook, comp., The Book of Positive Quotations, 2e éd., 1993, p. 262.

    4. Vince Lombardi, dans Donald T. Phillips, Run to Win: Vince Lombardi on Coaching and Leadership, 2001, p. 92.

    5. Luc 18:22.

    6. Voir 1 Rois 19:12.

    7. Voir Mosiah 4:27.

    8. 2 Néphi 25:26.

    9. 1 Corinthiens 12:31 ; Éther 12:11.

    10. Jean 14:6.

    11. Psaumes 46:10.

    12. J. E. McCulloch, Home: The Savior of Civilization, 1924, p. 42 ; voir aussi Conference Report, avril 1935, p. 116.