Recevez le Saint-Esprit

David A. Bednar

du Collège des douze apôtres


Ces quatre mots: «Recevez le Saint-Esprit» ne sont pas une exhortation passive mais constituent une injonction de la prêtrise, une exhortation faite avec autorité à agir et non à être simplement mû.

Mon message porte sur l’importance de nous efforcer dans la vie quotidienne de recevoir réellement le Saint-Esprit. Je prie pour que l’Esprit du Seigneur instruise et édifie chacun de nous.

Le don du Saint-Esprit

En décembre 1839, tandis qu’ils étaient à Washington, D.C., pour demander réparation des torts infligés aux saints du Missouri, Joseph Smith et Elias Higbee écrivirent ce qui suit à Hyrum Smith : « Pendant notre entretien avec le président [des États-Unis], il nous a interrogés sur la différence entre notre religion et les autres religions de notre époque. Frère Joseph a dit que nous étions différents par notre façon de baptiser et par le don du Saint-Esprit par l’imposition des mains. Nous avons estimé que toutes les autres considérations étaient contenues dans le don du Saint-Esprit » (Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Smith , 2007, p. 104).

Le Saint-Esprit est le troisième membre de la Divinité ; c’est un personnage d’esprit et il rend témoignage de toute vérité. Dans les Écritures, le Saint-Esprit est appelé le Consolateur (voir Jean 14:16-27 ; Moroni 8:26), un instructeur (voir Jean 14:26 ; D&A 50:14), et un révélateur (voir 2 Néphi 32:5). Les révélations du Père et du Fils sont transmises par le Saint-Esprit. Il est le messager et le témoin du Père et du Fils.

Le Saint-Esprit se manifeste aux hommes et aux femmes sur terre à la fois par le pouvoir et par le don du Saint-Esprit. Le pouvoir peut venir sur une personne avant le baptême ; c’est le témoignage convaincant que Jésus-Christ est notre Sauveur et notre Rédempteur. Par le pouvoir du Saint-Esprit, les amis de l’Église sincères peuvent obtenir la conviction de la véracité de l’Évangile du Sauveur, du Livre de Mormon, de la réalité du Rétablissement et de l’appel de prophète de Joseph Smith.

Le don du Saint-Esprit est conféré par l’imposition des mains de ceux qui détiennent la Prêtrise de Melchisédek, et ce, uniquement après un baptême correct et autorisé. Le Seigneur a déclaré :

« Oui, repentez-vous tous et soyez tous baptisés pour la rémission de vos péchés ; oui, soyez baptisés d’eau, et alors viendra le baptême de feu et du Saint-Esprit…

« Quiconque aura la foi, vous le confirmerez dans mon Église par l’imposition des mains, et je lui conférerai le don du Saint-Esprit » (D&A 33:11, 15).

L’apôtre Paul a bien fait comprendre cette pratique aux Éphésiens lorsqu’il a demandé :

« Avez-vous reçu le Saint-Esprit, quand vous avez cru ? Ils lui répondirent : Nous n’avons pas même entendu dire qu’il y ait un Saint-Esprit.

« Il dit : De quel baptême avez-vous donc été baptisés ? Et ils répondirent : Du baptême de Jean.

« Alors Paul dit : Jean a baptisé du baptême de repentance, disant au peuple de croire en celui qui venait après lui, c’est-à-dire, en Jésus.

« Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus.

« Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux » (Actes 19:2-6).

Le baptême par immersion est « la première ordonnance de l’Évangile et doit, pour être complet, être suivi du baptême de l’Esprit » (Bible Dictionary, « Baptism »). Joseph Smith, le prophète, a expliqué que « le baptême est une sainte ordonnance qui prépare à recevoir le Saint-Esprit ; c’est là le canal et la voie par lesquels sera administré le Saint-Esprit. Le don du Saint-Esprit par l’imposition des mains ne peut se recevoir en vertu d’aucun autre principe que celui de la justice » (Teachings: Joseph Smith, p. 95-96).

L’ordonnance par laquelle on confirme un nouveau membre de l’Église et lui confère le don du Saint-Esprit est à la fois simple et profonde. Des détenteurs de la Prêtrise de Melchisédek dignes posent les mains sur la tête de la personne et l’appellent par son nom. Puis, par l’autorité de la sainte prêtrise et au nom du Sauveur, la personne est confirmée membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et cette phrase importante est prononcée : « Recevez le Saint-Esprit. »

La simplicité de cette ordonnance peut nous faire oublier son importance. Ces quatre mots : « Recevez le Saint-Esprit » ne sont pas une exhortation passive mais constituent une injonction de la prêtrise, une exhortation faite avec autorité à agir et non à être simplement mû (voir 2 Néphi 2:26). Le Saint-Esprit n’opère pas dans notre vie du simple fait que des mains sont posées sur notre tête et que ces quatre mots importants sont prononcés. Quand nous recevons cette ordonnance, nous acceptons la responsabilité sacrée et permanente de désirer, de rechercher, de travailler et de vivre de manière à effectivement « recevoir le Saint-Esprit » et les dons spirituels qui l’accompagnent. « Car à quoi sert-il à un homme qu’un don lui soit accordé s’il ne reçoit pas le don ? Voici, il ne se réjouit pas de ce qui lui est donné, ni ne se réjouit de celui qui fait le don » (D&A 88:33).

Que devons-nous faire pour que cette exhortation faite avec autorité de rechercher la compagnie du troisième membre de la Divinité devienne une réalité permanente ? Je vous suggère que nous avons besoin de (1) désirer sincèrement recevoir le Saint-Esprit, (2) inviter comme il convient le Saint-Esprit dans notre vie et (3) obéir fidèlement aux commandements de Dieu.

Désirer sincèrement

Nous devons d’abord désirer, désirer de tout notre cœur et rechercher la compagnie du Saint-Esprit. Nous pouvons, vous et moi, apprendre une grande leçon sur les justes aspirations, de l’exemple des disciples fidèles du Maître décrits dans le Livre de Mormon :

« Et les douze instruisirent la multitude ; et voici, ils dirent à la multitude de s’agenouiller sur la surface de la terre et de prier le Père au nom de Jésus…

« Et ils prièrent pour ce qu’ils désiraient le plus ; et ils désiraient que le Saint-Esprit leur fût donné » (3 Néphi 19:6, 9).

Nous souvenons-nous, nous aussi, de prier avec ferveur et constamment pour ce que nous devrions désirer le plus, c’est-à-dire le Saint-Esprit ? Ou nous laissons-nous distraire par les soucis du monde et la routine quotidienne et considérons-nous comme acquis ou même négligeons-nous le plus précieux de tous les dons ? Recevoir le Saint-Esprit commence avec notre désir sincère et constant d’avoir sa compagnie dans notre vie.

Inviter comme il convient

Nous recevons et nous reconnaissons plus facilement l’Esprit du Seigneur quand nous l’invitons comme il convient dans notre vie. Nous ne pouvons pas obliger, forcer ou commander le Saint-Esprit. Nous devons plutôt l’inviter dans notre vie avec la même douceur et la même tendresse avec lesquelles il nous supplie (voir D&A 42:14).

Nous invitons de nombreuses façons le Saint-Esprit à nous accompagner : en contractant et en respectant des alliances, en priant sincèrement en privé et en famille, en sondant diligemment les Écritures, en fortifiant les bonnes relations avec notre famille et avec nos amis, en cherchant à avoir des pensées, des actions et un langage vertueux, en adorant Dieu dans notre foyer, au saint temple et à l’église. Par contre, la désinvolture vis-à-vis des alliances et des engagements ou leur violation, le fait de ne pas prier et de ne pas étudier les Écritures, et les pensées, les actions ou un langage inconvenants amènent l’Esprit à se retirer ou à nous éviter complètement.

Le roi Benjamin a enseigné à son peuple : « Et maintenant, je vous dis, mes frères, que si, après avoir connu tout cela et en avoir été instruits, vous transgressez et allez à l’encontre de ce qui a été dit, vous vous retirez de l’Esprit du Seigneur, pour qu’il n’ait pas de place en vous pour vous guider dans les sentiers de la sagesse, pour que vous soyez bénis, rendus prospères et préservés » (Mosiah 2:36).

Obéir fidèlement

Il est essentiel d’obéir fidèlement aux commandements si l’on veut recevoir le Saint-Esprit. Cette vérité se rappelle à nous chaque semaine quand nous écoutons les prières de Sainte-Cène et quand nous prenons dignement le pain et l’eau. Lorsque nous nous engageons à vouloir prendre sur nous le nom de Jésus-Christ, à nous souvenir toujours de lui et à respecter ses commandements, nous recevons la promesse que nous pourrons toujours avoir son Esprit avec nous (voir D&A 20:77). Ainsi, tout ce que l’Évangile du Sauveur nous enseigne de faire et de devenir a pour but de nous apporter la bénédiction de la compagnie du Saint-Esprit.

Réfléchissez aux raisons pour lesquelles nous prions et étudions les Écritures. Oui, nous aspirons à communiquer dans la prière avec notre Père céleste au nom de son Fils. Et oui, nous désirons obtenir la lumière et la connaissance disponibles dans les ouvrages canoniques. Mais n’oubliez pas que ces habitudes sacrées sont essentiellement des moyens par lesquels nous nous souvenons toujours de notre Père céleste et de son Fils bien-aimé et qu’elles sont requises pour avoir la compagnie constante du Saint-Esprit.

Pensez aux raisons pour lesquelles nous nous livrons au culte dans la maison du Seigneur et lors de nos réunions du sabbat. Oui, nous servons nos ancêtres décédés au temple – et notre famille et nos amis dans les paroisses et dans les branches où nous vivons. Et oui, nous prenons plaisir à fréquenter nos frères et nos sœurs qui sont des personnes justes. Mais nous nous assemblons dans l’unité avant tout pour rechercher les bénédictions et les enseignements du Saint-Esprit.

La prière, l’étude, les réunions, le culte, le service et l’obéissance ne sont pas des éléments isolés ou indépendants figurant sur une longue liste de tâches d’Évangile à effectuer. En fait, chacune de ces pratiques justes est un élément important d’une quête spirituelle globale pour répondre au commandement de recevoir le Saint-Esprit. Les commandements de Dieu auxquels nous obéissons et les conseils inspirés de nos dirigeants de la prêtrise que nous suivons se concentrent principalement sur l’obtention de la compagnie de l’Esprit. Tous les enseignements et toutes les activités de l’Évangile sont fondamentalement centrés sur le fait d’aller au Christ en recevant le Saint-Esprit dans notre vie.

Nous devons, vous et moi, nous efforcer de devenir comme les jeunes guerriers décrits dans le Livre de Mormon qui « s’appliquèrent à accomplir avec exactitude chaque commandement ; oui, et il leur fut fait selon leur foi… »

Et dont il est dit : « Ils sont stricts à se souvenir, de jour en jour, du Seigneur, leur Dieu ; oui, ils s’appliquent à garder continuellement ses lois, et ses ordonnances, et ses commandements » (Alma 57:21 ; 58:40).

Témoignage

Le Seigneur a déclaré que l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est « la seule Église vraie et vivante sur toute la surface de la terre » (D&A 1:30). Cette Église rétablie est vraie parce que c’est l’Église du Sauveur ; il est « le chemin, la vérité, et la vie » (Jean 14:6). Et c’est une Église vivante du fait de l’inspiration et des dons du Saint-Esprit. Nous sommes grandement bénis de vivre à une époque où la prêtrise est sur la terre et où nous pouvons recevoir le Saint-Esprit.

Plusieurs années après son martyre, Joseph Smith, le prophète, est apparu à Brigham Young et lui a remis ce message intemporel : « Dites au peuple d’être humble et fidèle et de veiller à garder l’Esprit du Seigneur, et celui-ci le conduira sur la bonne voie. Faites attention à ne pas rejeter le murmure doux et léger ; il [vous] enseignera quoi faire et où aller ; il produira les fruits du royaume. Dites aux frères de garder leur cœur ouvert à la conviction afin que, lorsque le Saint-Esprit viendra à eux, leur cœur soit prêt à le recevoir. Ils peuvent faire la différence entre l’Esprit du Seigneur et tous les autres esprits. Il insuffle la paix et la joie à leur âme ; il ôte la méchanceté, la haine, la convoitise, l’esprit de querelle et tout mal de leur cœur et leur seul désir sera de faire le bien, de susciter la justice et d’édifier le royaume de Dieu. Dites aux frères que, s’ils suivent l’Esprit du Seigneur, ils iront sur le bon chemin » (Teachings: Joseph Smith, p. 98).

Je prie pour que nous désirions sincèrement et invitions comme il convient le Saint-Esprit dans notre vie quotidienne. Je prie aussi pour que chacun de nous obéisse fidèlement aux commandements de Dieu et reçoive réellement le Saint-Esprit. Je promets que les bénédictions décrites par Joseph Smith, le prophète, à Brigham Young, s’adressent et sont accessibles à chaque personne qui entend ou lit ce discours.

Je rends témoignage que le Père et le Fils sont réels et vivants. Je témoigne que le Saint-Esprit est un révélateur, un consolateur et l’instructeur suprême auprès duquel nous devons apprendre. Et je témoigne que les bénédictions et les dons de l’Esprit sont présents dans l’Église rétablie, vraie et vivante de Jésus-Christ dans ces derniers jours. Je rends témoignage de cela au nom sacré du Seigneur Jésus-Christ. Amen.