Du repos pour vos âmes

Per G. Malm

des soixante-dix


Trouver du repos pour notre âme signifie avoir la paix de l’esprit et du cœur, qui provient de la connaissance de la doctrine du Christ et de sa mise en pratique.

Dans le centre-ville de Göteborg, en Suède, il y a un grand boulevard bordé de beaux arbres. Un jour, j’ai vu un trou dans l’un des grands troncs et, en regardant par curiosité à l’intérieur, j’ai constaté que l’arbre était entièrement creux. Creux certainement, mais pas vide ! Il était rempli de toutes sortes de détritus.

J’étais étonné que l’arbre puisse encore tenir debout. J’ai donc levé les yeux et j’ai vu qu’un large cerclage métallique entourait la partie supérieure du tronc. Des câbles en acier étaient fixés au cerclage et solidement attachés aux bâtiments voisins. De loin, il ressemblait aux autres arbres ; ce n’était qu’en regardant à l’intérieur qu’on s’apercevait qu’il était creux au lieu d’avoir un tronc solide et fort. La fragilisation du tronc avait débuté petit à petit de nombreuses années auparavant. Cela ne s’était pas produit du jour au lendemain. Tout comme un jeune arbre grandit petit à petit jusqu’à devenir robuste et vigoureux, nous aussi nous pouvons progresser étape par étape et augmenter notre capacité de nous tenir fermes et bien remplis à l’intérieur, à la différence de l’arbre creux.

C’est grâce au pouvoir guérisseur de l’expiation de Jésus-Christ que nous pouvons obtenir la force de nous tenir droits et forts et d’avoir l’âme remplie de lumière, de compréhension, de joie et d’amour. Car « il les invite tous à venir à lui et à prendre part à sa bonté, et il ne repousse aucun de ceux qui viennent à lui » (2 Néphi 26:33). Il nous promet :

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.

« Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes » (Matthieu 11:28-29).

Joseph F. Smith a dit au sujet de ce repos : « À mon avis, cela signifie entrer dans la connaissance et l’amour de Dieu, ayant foi en son dessein et en son plan au point que nous savons que nous sommes sur le bon chemin et que nous ne recherchons pas autre chose, ne sommes pas emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction. Nous savons que la doctrine est de Dieu et nous ne posons aucune question à qui que ce soit à son sujet ; qu’ils gardent leurs opinions, leurs idées et leurs erreurs si cela leur chante. Celui qui est arrivé à un tel degré de foi en Dieu, que tout doute et toute crainte ont été chassés de lui, est entré ‘dans le repos de Dieu’ » (Enseignements des présidents de l’Église, Joseph F. Smith, 1998, p. 56-57).

Trouver du repos pour notre âme signifie avoir la paix de l’esprit et du cœur, qui provient de la connaissance de la doctrine du Christ et de sa mise en pratique par le service et l’aide que nous pouvons apporter aux autres en devenant les mains du Christ. La foi en Jésus-Christ et la mise en pratique de ses enseignements nous donnent une espérance ferme qui devient une ancre solide pour notre âme. Nous pouvons devenir fermes et constants. Nous pouvons avoir une paix intérieure durable ; nous pouvons entrer dans le repos du Seigneur. Mais si nous nous détournons de la lumière et de la vérité, comme pour l’arbre, un sentiment de vide envahira les recoins les plus secrets de notre âme et nous risquons sans doute même de combler ce vide en recherchant des valeurs éphémères.

Compte tenu de notre vie en tant qu’enfants d’esprit dans la vie prémortelle et de l’immortalité dans l’au-delà, cette vie terrestre n’est vraiment qu’un très court instant.

Cependant, ce jour est un jour d’épreuve, mais c’est aussi un jour plein de possibilités lorsque nous choisissons de suivre son invitation à ne pas prodiguer les jours de notre épreuve (voir 2 Néphi 9:27). Les pensées que nous entretenons dans notre esprit, les sentiments que nous nourrissons dans notre cœur et les actes que nous choisissons de faire auront tous des conséquences déterminantes sur notre vie, ici-bas et dans l’au-delà.

Une bonne habitude, c’est de faire le point chaque jour pour continuer à voir les choses dans le contexte de l’éternité lorsque nous décidons et agissons, particulièrement si nous remarquons que nous avons tendance à reporter au lendemain ce que nous savons devoir faire aujourd’hui.

En chemin, l’Esprit nous aide dans nos choix grâce à son influence constante. Mais si nous choisissons d’agir en contradiction avec la lumière et la compréhension qui nous sont données, nous aurons mauvaise conscience, ce qui n’est évidemment pas agréable. Mais une mauvaise conscience est aussi une bénédiction car elle nous rappelle immédiatement qu’il est temps de nous repentir. Lorsque nous sommes humbles et que nous avons le désir de bien faire, nous sommes vivement désireux de changer d’attitude, alors que les orgueilleux et celui qui « cherche à se faire sa propre loi » (D&A 88:35) laisseront Satan les mener « par le cou avec une corde de lin, jusqu’à ce qu’il les lie à jamais avec ses fortes cordes » (2 Néphi 26:22), à moins que l’esprit de repentir pénètre en leur cœur. Suivre les mauvaises influences n’apporte jamais de sentiment de paix, tout simplement parce que la paix est un don de Dieu et ne nous est donnée que par l’intermédiaire de l’Esprit de Dieu. « La méchanceté n’a jamais été le bonheur » (Alma 41:10).

Dans nos actions quotidiennes, ce sont souvent les choses petites et simples qui ont des conséquences durables (voir Alma 27:6-7). Ce que nous disons, ce que nous faisons et la façon dont nous décidons de réagir auront une influence non seulement sur nous, mais aussi sur notre entourage. Nous pouvons construire, ou nous pouvons détruire. Une histoire qu’on raconte au sujet de ma grand-mère en est un exemple simple et positif. Elle avait envoyé un de ses jeunes enfants acheter des œufs. L’enfant à qui elle avait fait confiance était probablement rentré en marchant gaiement jusqu’à la maison, mais la plupart des œufs étaient cassés quand il était arrivé. Une amie de la famille qui était présente avait exhorté ma grand-mère à réprimander l’enfant pour sa mauvaise conduite. Au lieu de cela, grand-mère avait répondu avec calme et sagesse : « Non, cela ne réparera pas les œufs. Nous allons simplement utiliser ce que nous pouvons et nous allons faire des crêpes que nous pourrons manger tous ensemble. »

Lorsque nous apprenons à traiter les choses petites et simples de la vie de tous les jours de façon sage et inspirée, il en découle une influence positive qui affermit l’harmonie dans notre âme et édifie et fortifie ceux qui nous entourent. Et il en est ainsi parce que tout ce qui nous invite à faire le bien « est envoyé par le pouvoir et le don du Christ ; c’est pourquoi vous pouvez savoir avec une connaissance parfaite que c’est de Dieu » (Moroni 7:16).

L’arbre creux dont je vous ai parlé n’est plus debout. Des jeunes ont mis des pétards dans son tronc, et l’arbre a pris feu. On n’a pas pu le sauver ; il a fallu l’abattre. Prenons garde aux choses, petites ou grandes, qui détruisent de l’intérieur ! Elles peuvent avoir un effet explosif et causer la mort spirituelle.

Concentrons-nous plutôt sur ce qui apporte une paix durable à notre esprit et à notre cœur. Alors notre « assurance [sera] grande en la présence de Dieu » (D&A 121:45). La promesse d’entrer dans le repos du Seigneur, de recevoir le don de la paix, a beaucoup plus de valeur qu’une satisfaction temporaire et matérielle. C’est un don du ciel : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix : Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point » (Jean 14:27). Le Seigneur a le pouvoir de guérir et de fortifier l’âme. Il est Jésus-Christ, dont je témoigne au nom de Jésus-Christ. Amen.