Fonder un foyer centré sur le Christ

Richard J. Maynes

des soixante-dix


Nous comprenons la nature éternelle de la famille et nous y croyons. Cette compréhension et cette conviction doivent nous inspirer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour fonder un foyer centré sur le Christ.

Quand j’étais jeune, au début de ma mission en Uruguay et au Paraguay, je me suis rendu compte que l’une des choses qui attiraient le plus les gens qui voulaient en savoir davantage sur l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours était leur intérêt pour notre doctrine concernant la famille. En fait, depuis le rétablissement de l’Évangile de Jésus-Christ, les gens qui cherchent la vérité sont attirés par la doctrine selon laquelle la famille peut être ensemble à jamais.

Le principe de la famille éternelle est un élément essentiel du grand plan de notre Père céleste pour ses enfants. La compréhension que nous sommes une famille céleste aussi bien qu’une famille terrestre est essentielle à ce plan. L’apôtre Paul nous enseigne que notre Père céleste est le Père de notre esprit :

« Qu’ils cherch[ent] le Seigneur et qu’ils… le trouve[nt]…

« Car en lui nous avons la vie, le mouvement et l’être… De lui nous sommes la race1. »

Être les enfants d’un Père céleste aimant est un principe si fondamental de l’Évangile de Jésus-Christ que même nos enfants proclament sa véracité quand ils chantent le chant de la Primaire : « Je suis enfant de Dieu ». Vous souvenez-vous des paroles ?

Je suis enfant de Dieu
Et il m’a mis ici ;
Il m’a donné un bon foyer
Des parents si gentils.
Conduis-moi et marche avec moi
Sur le bon chemin ;
Apprends-moi comment agir
pour le connaître enfin2.

Reconnaître que nous avons une famille céleste nous aide à comprendre la nature éternelle de notre famille terrestre. Les Doctrine et Alliances nous enseignent que la famille est essentielle à l’organisation des cieux : « Et cette même sociabilité qui existe parmi nous ici existera parmi nous là-bas, seulement elle sera accompagnée de gloire éternelle3. »

Il est essentiel de comprendre la nature éternelle de la famille si l’on veut comprendre le plan de notre Père céleste pour ses enfants. D’autre part, l’adversaire veut faire tout ce qui est en son pouvoir pour détruire ce plan. Dans sa tentative de faire échouer le plan de Dieu, il mène une attaque sans précédent sur l’institution de la famille. Certaines des armes les plus puissantes qu’il utilise sont l’égoïsme, la cupidité et la pornographie.

Notre bonheur éternel ne fait pas partie des objectifs de Satan. Il sait qu’une clé essentielle pour rendre les hommes et les femmes malheureux comme lui est de les priver de relations familiales qui ont un potentiel éternel. Parce qu’il comprend que le vrai bonheur dans cette vie et dans les éternités se trouve au sein de la famille, Satan fait tout ce qu’il peut pour la détruire.

Alma, le prophète de jadis, appelle le plan de Dieu pour ses enfants « le grand plan du bonheur4 ». La Première Présidence et le Collège des douze apôtres, que nous soutenons comme prophètes, voyants et révélateurs, nous ont donné ce conseil inspiré concernant le bonheur et la vie de famille : « La famille est ordonnée de Dieu. Le mariage entre l’homme et la femme est essentiel à son plan éternel. Les enfants ont le droit de naître dans les liens du mariage et d’être élevés par un père et une mère qui honorent leurs vœux de mariage dans la fidélité totale. On a le plus de chance d’atteindre le bonheur en famille lorsque celle-ci est fondée sur les enseignements du Seigneur Jésus-Christ5. »

Ce bonheur, dont parle Alma et, plus récemment, la Première Présidence et le Collège des douze apôtres, c’est au foyer, au sein d’une famille, qu’on est le plus sûr de le trouver. Nous le trouverons en abondance si nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour fonder un foyer centré sur le Christ.

Sœur Maynes et moi avons appris des principes importants quand nous avons commencé, au début de notre mariage, à fonder un foyer centré sur le Christ. Nous avons commencé par suivre le conseil de nos dirigeants de l’Église. Nous avons réuni nos enfants et nous avons fait des soirées familiales hebdomadaires et nous avons prié et étudié quotidiennement les Écritures. Cela n’a pas toujours été facile, ni commode, ni réussi mais, avec le temps, ces activités simples sont devenues des traditions familiales que nous chérissons.

Nous avons appris que, plus tard dans la semaine, nos enfants pouvaient très bien ne pas se rappeler tout ce que nous avions enseigné lors de la leçon de la soirée familiale, mais qu’ils se rappelleraient que nous l’avions faite. Nous avons appris qu’au cours de la journée à l’école, ils ne se rappelleraient probablement pas les mots exacts des Écritures ou la prière, mais qu’ils se souviendraient que nous les avions lues et que nous avions prié. Frères et sœurs, instaurer des traditions sacrées dans notre foyer nous procure un grand pouvoir et une grande protection, à nous et à nos enfants.

Quand on apprend, que l’on enseigne et que l’on met en pratique les principes de l’Évangile de Jésus-Christ dans notre foyer, cela contribue à créer une culture dans laquelle l’Esprit peut demeurer. En instaurant ces traditions célestes dans notre foyer nous pourrons surmonter les traditions fausses du monde et apprendre à faire passer en premier les besoins et les soucis des autres.

La responsabilité de fonder un foyer centré sur le Christ repose à la fois sur les parents et sur les enfants. Les parents ont le devoir d’élever leurs enfants dans l’amour et la justice. Ils seront tenus pour responsables devant le Seigneur de la façon dont ils s’acquittent de leurs responsabilités sacrées. Les parents instruisent leurs enfants avec des mots et par leur exemple. Ce poème de C.C. Miller intitulé « The Echo » [L’écho, n.d.t.], illustre l’importance des parents et leur impact sur leurs enfants :

C’est une brebis et non pas un agneau
Qui s’est égarée, dans la parabole de Jésus,
Une brebis adulte qui s’est écartée
Des quatre-vingt-dix-neuf autres du troupeau.
Et pourquoi chercherions-nous la brebis
Et espérerions et prierions-nous sincèrement ?
Parce que lorsque les brebis s’égarent,
Elles risquent d’entraîner les agneaux.
Vous savez, les agneaux suivent les brebis
Chaque fois qu’elles s’égarent.
Peu après que s’éloignent les brebis,
Les agneaux s’égarent, eux aussi.
Et nous supplions sincèrement les brebis
En faveur des agneaux aujourd’hui.
Car quel prix terrible
Les agneaux devront payer
Lorsque les brebis se seront égarées6.

Dans les Doctrine et Alliances, le Seigneur nous explique les conséquences qui attendent les parents qui égarent leurs enfants : « Et de plus, s’il y a des parents qui ont des enfants en Sion… qui ne leur enseignent pas à comprendre la doctrine du repentir, de la foi au Christ, le Fils du Dieu vivant, du baptême et du don du Saint-Esprit par l’imposition des mains… le péché sera sur la tête des parents7. »

On ne saurait trop insister sur l’importance des paroles et de l’exemple des parents dans l’enseignement des traditions célestes à leurs enfants. Les enfants jouent aussi un rôle important dans l’établissement d’un foyer centré sur le Christ. Je vais vous lire un court discours que Will, mon petit-fils de huit ans, a récemment fait, qui illustre ce principe :

« J’aime monter à cheval avec mon père pour prendre des animaux au lasso. Une corde est constituée de différents brins entrelacés qui lui donnent sa force. Si une corde n’avait qu’un seul brin, elle ne nous permettrait pas de faire notre travail. Mais parce que plusieurs brins agissent ensemble, nous pouvons l’utiliser de plusieurs façons différentes et elle est solide.

« La famille peut être comme une corde. Quand il n’y a qu’une seule personne qui travaille dur et fait ce qui est juste, la famille ne sera pas aussi forte que lorsque tout le monde fait des efforts pour s’entraider.

« Je sais que lorsque je fais ce qui est juste, j’aide ma famille. Quand je suis gentil avec ma sœur Isabelle, nous nous amusons tous les deux et Papa et Maman sont heureux. Si Maman a besoin de faire quelque chose, je peux l’aider en jouant avec Joey, mon petit frère. Je peux aussi aider ma famille en gardant ma chambre en ordre et en aidant chaque fois que je le peux avec une bonne attitude. Comme je suis l’aîné de ma famille, je sais qu’il est important que je montre le bon exemple. Je peux faire de mon mieux pour choisir le bien et suivre les commandements.

« Je sais que les enfants peuvent aider leur famille à être forte comme une corde solide. Quand tout le monde fait de son mieux et travaille ensemble, la famille peut être heureuse et forte. »

Quand les parents président la famille dans l’amour et la justice et enseignent l’Évangile de Jésus-Christ à leurs enfants par la parole et par l’exemple, et quand les enfants aiment et soutiennent leurs parents en apprenant et en mettant en pratique les principes qu’ils leur enseignent, cela permet la création d’un foyer centré sur le Christ.

Frères et sœurs, nous, membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, nous comprenons la nature éternelle de la famille et nous y croyons. Cette compréhension et cette conviction doivent nous inspirer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour fonder un foyer centré sur le Christ. Je témoigne que, si nous nous efforçons de le faire, nous mettrons plus pleinement en pratique l’amour et le service que la vie et l’expiation de Jésus-Christ, notre Sauveur, ont illustrés. Et, ainsi, notre foyer peut vraiment être un coin de ciel sur la terre. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1.  Alma 17:27-28.

  2.  

    2. « Je suis enfant de Dieu », Cantiques, n° 193.

  3.  

    3.  Doctrine et Alliances 130:2 ; voir aussi Robert D. Hales, « La famille éternelle », L’Étoile, janvier 1997, p. 73.

  4.  

    4.  Alma 42:8.

  5.  

    5. « La famille, déclaration au monde », Le Liahona, octobre 2004, p. 49.

  6.  

    6. C. C. Miller, « The Echo », dans Best-Loved Poems of the LDS People, éd. Jack M. Lyon and others, 1996, p. 312-313.

  7.  

    7.  Doctrine et Alliances 68:25 ; italiques ajoutés.