Choisir la vie éternelle

Randall K. Bennett

Des soixante-dix


Votre destinée éternelle ne sera pas le résultat du hasard mais celui de vos choix. Il n’est jamais trop tard pour commencer à choisir la vie éternelle!

Il y a plusieurs années, alors que j’étais sur la plage avec ma famille, j’ai remarqué des panneaux et des drapeaux nous avertissant qu’un fort courant partait du rivage en direction des eaux profondes et turbulentes. Invisible à mes yeux de non-initié mais facilement détecté par les sauveteurs sur la tour de surveillance voisine, le courant puissant présentait un danger pour quiconque quittait la sureté de la plage pour entrer dans l’eau. Je me souviens m’être dit, pour me justifier : « Je suis un excellent nageur. Nager sera un très bon exercice. Je serai en sécurité en ne m’éloignant pas trop de la plage. »

Ne tenant pas compte des avertissements et me fiant à mon propre jugement, je suis entré dans l’eau pour une baignade « rafraichissante ». Après quelques minutes j’ai cherché du regard où était ma famille sur la plage à proximité, mais la plage n’était plus à proximité ! Le courant trompeur contre lequel on m’avait mis en garde m’avait saisi et m’éloignait rapidement de ma famille.

D’abord avec confiance puis désespérément, j’ai essayé de nager vers le rivage, mais le courant implacable me tirait de plus en plus loin vers des eaux profondes et houleuses. Épuisé, j’ai commencé à suffoquer à cause de l’eau que j’avalais. La noyade est devenue une éventualité réelle. À bout de force, j’ai finalement et frénétiquement crié à l’aide.

Miraculeusement, semblait-il, un sauveteur s’est trouvé immédiatement à mes côtés. Je ne savais pas qu’il m’avait suivi des yeux quand j’étais entré dans l’eau. Il savait que le courant allait me saisir, et il savait où il m’entrainerait. Il l’avait contourné à la nage pour arriver à un endroit qui se trouvait un peu plus loin de l’endroit où je me débattais, puis il avait patiemment attendu que j’appelle à l’aide. Trop faible pour nager seul jusqu’au rivage, j’étais reconnaissant de son secours. Sans son aide je n’aurais jamais pu revenir vers ma famille.

Ce jour là, j’ai fait un mauvais choix qui aurait pu avoir des conséquences graves pour moi et pour ma famille. Nous allons aborder ensemble le don de faire des choix, et je prie pour que le Saint-Esprit aide chacun d’entre nous à évaluer les choix qu’il fait.

Notre prophète bien-aimé, Thomas S. Monson, a enseigné : « Je ne saurais trop souligner que ce sont les décisions qui déterminent le destin. On ne peut pas prendre de décisions à la portée éternelle sans conséquences à la portée éternelle1. »

Chacun de vous, comme on nous l’a enseigné durant cette conférence, est un fils ou une fille d’esprit aimé de parents célestes. Vous avez vraiment une nature et une destiné divines2. Durant votre vie prémortelle vous avez appris à aimer la vérité. Vous avez fait de bons choix éternels. Vous saviez qu’ici, dans la condition mortelle, il y aurait des afflictions et de l’adversité, du chagrin et de la souffrance, des épreuves pour vous aider à progresser. Vous saviez aussi que vous pourriez continuer à faire de bons choix, vous repentir de vos mauvais choix et, grâce à l’expiation de Jésus-Christ, hériter de la vie éternelle.

Qu’est-ce que le prophète Léhi a enseigné à propos du choix ? Il a dit que nous sommes « libres de choisir la liberté et la vie éternelle, par l’intermédiaire du grand Médiateur de tous les hommes ou de choisir la captivité et la mort, selon la captivité et le pouvoir du diable ». Puis il a ajouté : « Je voudrais que vous vous tourniez vers le grand Médiateur et écoutiez ses grands commandements et choisissiez la vie éternelle3. »

En quoi ce que nous choisissons de penser, de ressentir et de faire, nous permet-il de choisir la vie éternelle ?

Nos petits-enfants sont en train d’apprendre que lorsqu’ils font un choix, ils choisissent aussi ses conséquences. Récemment l’une de nos petites-filles de trois ans a refusé de manger son dîner. Sa mère lui a expliqué : « C’est presque l’heure d’aller au lit. Si tu choisis de manger ton dîner, tu choisis de la glace pour le dessert. Si tu choisis de ne pas manger ton dîner, tu choisis d’aller au lit maintenant, sans manger de glace. Notre petite-fille a réfléchi à ses deux choix puis a répondu énergiquement : « Moi je veux : jouer et manger seulement de la glace et ne pas aller au lit. »

Frères et sœurs, ne souhaiterions-nous pas pouvoir jouer, manger seulement de la glace, ne jamais aller nous coucher et, d’une manière ou d’une autre, en éviter les conséquences, comme la malnutrition et l’épuisement ?

En réalité nous n’avons que deux choix éternels, chacun ayant des conséquences éternelles : choisir de suivre le Sauveur du monde et ainsi choisir la vie éternelle avec notre Père céleste ou bien choisir de suivre le monde et ainsi choisir de nous séparer de notre Père céleste éternellement.

Nous ne pourrons pas choisir à la fois la sécurité d’une vie juste et les dangers des voies du monde. Il peut sembler sans danger d’avancer vers le monde, mais ma baignade « rafraîchissante » le paraissait aussi !

Comme le courant qui aurait pu changer le cours de la vie des membres de ma famille, les courants actuels du monde, les philosophies trompeuses, les faux enseignements et l’immoralité effrénée cherchent à nous arracher à notre famille et à notre Père céleste et à nous séparer éternellement d’eux.

Nos prophètes, voyants et révélateurs vivants voient les courants du monde, souvent subtiles mais dangereux, qui nous menacent, et ils cherchent à nous en avertir. Avec amour, ils nous invitent, nous encouragent, nous instruisent, nous rappellent à l’ordre et nous avertissent. Ils savent que notre sécurité dépend de notre choix de suivre (1) la vision que nous obtenons grâce à la lecture quotidienne des Écritures, à la méditation et à la prière, (2) l’inspiration du Saint-Esprit et (3) leurs conseils prophétiques. Ils savent qu’on ne trouve la sécurité et finalement la joie, que dans et par notre Sauveur, Jésus-Christ, et le respect de son Évangile. Comme Dallin H. Oaks vient juste de le dire, notre Sauveur a déclaré : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi4. »

Pendant la période d’adversité et de souffrance de la Russie postsoviétique, Anatoly et Svetlana Reshetnikov ont préféré la justice aux choses du monde. Après s’être joints à l’Église, ils ont été persécutés. Frère Reshetnikov a été rétrogradé à son travail. Vaillamment sa femme et lui ont pensé : « Maintenant nous avons plus de temps pour servir Dieu ! » Ils ont reçu des menaces répétées, mais ils ont choisi de mener une vie centrée sur l’Évangile. Anatoly Reshetnikov a été appelé comme premier soixante-dix d’interrégion russe. Par leurs choix, les Reshetnikov continuent de choisir la vie éternelle.

Nous rencontrons tous l’adversité. Nous avons tous des tentations Nous avons tous fait des erreurs. Il n’est jamais trop dur ni trop tard pour faire de bons choix. Le repentir est l’un de ces bons choix cruciaux.

Dieter F. Uchtdorf a enseigné :

« De petites erreurs et de légers écarts par rapport à la doctrine de l’Évangile de Jésus-Christ peuvent avoir de tristes conséquences pour nous. Il est donc d’une importance capitale de faire preuve d’assez d’autodiscipline pour effectuer rapidement des corrections décisives afin de retourner sur la bonne trajectoire et de ne pas attendre ni espérer que les erreurs vont se corriger toutes seules d’une manière ou d’une autre.

« Plus nous attendons avant d’agir, plus les changements nécessaires seront importants et plus il nous faudra de temps pour revenir sur la bonne trajectoire, au point même qu’un désastre pourra nous attendre5. »

Les bras de la miséricorde du Sauveur sont toujours tendus vers chacun de nous6. Lorsque nous nous repentons sincèrement et complètement, nous pouvons être complètement pardonnés de nos fautes et le Sauveur ne se souviendra plus de nos péchés7.

En évaluant vos choix et leurs conséquences, vous pouvez vous demander :

  • Est-ce que je recherche la direction divine à travers l’étude quotidienne des Écritures, la méditation et la prière, ou ai-je décidé d’être si occupé(e) et apathique que je ne prends pas le temps d’étudier les paroles du Christ, de méditer à leur sujet et de converser avec mon Père céleste ?

  • Est-ce que je choisis de suivre les recommandations des prophètes vivants de Dieu, ou suis-je en train de suivre les voies du monde et les avis opposés d’autres personnes ?

  • Est-ce que je cherche à être guidé(e) chaque jour par le Saint-Esprit dans ce que je choisis de penser, de ressentir et de faire ?

  • Est-ce que je me tourne constamment vers les autres pour les aider, les servir et participer à leur sauvetage ?

Mes chers frères et sœurs, votre destinée éternelle ne sera pas le résultat du hasard mais celui de vos choix. Il n’est jamais trop tard pour commencer à choisir la vie éternelle !

Je témoigne que, grâce au grand plan de bonheur de notre Père céleste, chacun de nous peut être rendu parfait par l’expiation de Jésus-Christ. Avec notre famille, nous pouvons retourner vivre éternellement avec notre Père céleste et recevoir une plénitude de joie. J’en témoigne au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. Thomas S. Monson, « Les décisions déterminent la destinée » (Veillée du DEE pour les jeunes adultes, 6 novembre 2005), institute.lds.org .

  2.  

    2. Voir « La famille, déclaration au monde », Le Liahona, novembre 2010, p. 129.

  3.  

    3.  2 Néphi 2:27, 28 ; italiques ajoutés.

  4.  

    4.  Jean 14:6.

  5.  

    5. Dieter F. Uchtdorf, « Une question de quelques degrés », Le Liahona, mai 2008, p. 59.

  6.  

    6. Voir Alma 5:33.

  7.  

    7. Voir Doctrine et Alliances 58:42.