Les missionnaires sont un trésor pour l’Église

Kazuhiko Yamashita

Des soixante-dix


Je suis reconnaissant que les missionnaires soient appelés par le Seigneur, qu’ils répondent à cet appel et qu’ils œuvrent de par le monde.

Un soir, il y a un certain nombre d’années, un missionnaire fraichement appelé en mission, du nom de Swan, et son collègue aîné japonais, sont venus nous voir. Heureusement, j’étais à la maison ; je les ai donc invités à entrer. Quand je les ai accueillis à la porte, mon attention s’est portée sur le pardessus de frère Swan. Sans réfléchir, je lui ai dit : « C’est un très beau pardessus que vous avez là ! » Or, il n’était pas neuf mais plutôt décoloré. J’ai supposé que le pardessus avait été laissé dans leur appartement par un missionnaire précédent.

Frère Swan a réagi immédiatement à mes paroles et de manière totalement opposée à ce que j’avais pensé. Dans un japonais hésitant, il a répondu : « Oui, c’est un bon pardessus. Mon père le portait lorsqu’il est parti en mission au Japon il y a plus de vingt ans. »

Son père avait œuvré dans la mission d’Okayama. Et lorsque son fils était parti en mission au Japon, il lui avait donné ce pardessus. Cette photo montre le pardessus que deux générations de missionnaires de la famille Swan ont porté au Japon.

J’ai été touché lorsque j’ai entendu les paroles de frère Swan. Et je comprenais maintenant pourquoi il portait le pardessus de son père en faisant du prosélytisme. Il avait commencé sa mission avec l’amour qu’il avait hérité de son père envers le Japon et son peuple.

Je suis sûr que certains d’entre vous ont vécu quelque chose de semblable. Un certain nombre de missionnaires qui œuvrent au Japon m’ont dit que leurs pères, leurs mères, leurs grands-pères ou leurs oncles étaient aussi partis en mission au Japon.

Je voudrais exprimer mon amour, mon respect et ma reconnaissance sincères à tous les anciens missionnaires qui ont œuvré à travers le monde. Je suis certain que ceux que vous avez aidés à se convertir ne vous ont pas oubliés. « Qu’ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles1 ! »

Je fais partie de ces convertis. Je me suis converti à dix-sept ans, alors que j’étais au lycée. Le missionnaire qui m’a baptisé s’appelait frère Rupp et venait d’Idaho. Il a récemment été relevé de son appel de président de pieu en Idaho. Je ne l’ai pas revu depuis mon baptême, mais nous avons échangé des e-mails et nous nous sommes parlé au téléphone. Je ne l’ai jamais oublié. Son visage bienveillant et souriant est gravé dans ma mémoire. Il était si heureux d’apprendre que j’allais bien.

À dix-sept ans, je n’avais pas vraiment une bonne compréhension des messages que les missionnaires m’enseignaient. Cependant, je ressentais quelque chose de particulier au sujet des missionnaires, et je voulais devenir comme eux. Et je ressentais leur amour profond et indéfectible.

Je voudrais vous parler du jour de mon baptême. C’était le 15 juillet et il faisait très chaud. Une femme s’est aussi fait baptiser ce jour-là. Les fonts baptismaux avaient été assemblés manuellement par les missionnaires et ne ressemblaient pas à grand-chose.

Nous avons été confirmés juste après notre baptême. Tout d’abord, frère Lloyd a confirmé la sœur. Je me suis assis à côté des autres membres, j’ai fermé les yeux et j’ai écouté en silence. Il l’a confirmée et s’est mis ensuite à lui donner une bénédiction. Toutefois, il s’est arrêté de parler. Alors j’ai ouvert les yeux et je l’ai regardé intensément.

Aujourd’hui encore, je me souviens très clairement de cette scène. Les larmes lui coulaient des yeux. Et, pour la première fois de ma vie, j’ai senti ce que c’était d’être enveloppé par le Saint-Esprit. Et par le Saint-Esprit, j’ai acquis la connaissance certaine que frère Lloyd nous aimait et que Dieu nous aimait.

Cela a ensuite été à mon tour d’être confirmé. Frère Lloyd l’a fait aussi. Il a mis les mains sur ma tête pour me confirmer membre de l’Église, m’a octroyé le don du Saint-Esprit et a commencé ensuite à me donner une bénédiction. Et, à nouveau, il s’est arrêté de parler. Mais maintenant je comprenais ce qui se passait. Je savais véritablement par le Saint-Esprit que les missionnaires m’aimaient et que Dieu m’aimait.

Je vais maintenant dire quelques mots aux missionnaires qui sont actuellement en service à travers le monde. Votre comportement et l’amour que vous manifestez à l’égard des gens sont des messages très importants. Bien que ne comprenant pas immédiatement toute la doctrine que les missionnaires m’enseignaient, je ressentais leur grand amour, et leurs nombreux gestes de gentillesse m’enseignaient des leçons importantes. Votre message est un message d’amour, d’espérance et de foi. Votre comportement et vos actions favorisent la présence de l’Esprit, et l’Esprit nous permet de comprendre ce qui est important. Ce que je veux vous dire, c’est que, par votre amour, vous transmettez l’amour de Dieu. Vous êtes un trésor pour l’Église. Je vous suis, à tous, extrêmement reconnaissant de votre sacrifice et de votre dévouement.

J’aimerais également vous parler, à vous, futurs missionnaires. Dans ma propre famille, quatre de nos enfants ont rempli une mission et, à la fin du mois, notre cinquième enfant entrera au centre de formation missionnaire de Provo. Notre petit dernier prévoit de partir en mission l’année prochaine après avoir fini le lycée.

Je parle donc à mes fils et à vous tous qui vous préparez à partir en mission. Il vous faut apporter trois choses en mission :

  1. 1.

    Le désir de prêcher l’Évangile. Le Seigneur veut que vous recherchiez ses brebis et les trouviez2. Des personnes vous attendent de par le monde. Dépêchez-vous, je vous en prie, d’aller les rejoindre. Personne ne s’efforce davantage que les missionnaires de secourir les autres. Je suis l’un de ceux qui ont été secourus.

  2. 2.

    Développez votre témoignage. Le Seigneur exige un « cœur et un esprit bien disposé3 ».

  3. 3.

    Aimez les gens, tout comme frère Swan, qui a apporté avec lui en mission le pardessus de son père et son amour pour le Japon et son peuple.

Et vous qui ne savez pas comment vous préparer à partir en mission, je vous en prie, allez voir votre évêque. Je sais qu’il vous aidera.

Je suis reconnaissant que les missionnaires soient appelés par le Seigneur, qu’ils répondent à cet appel et qu’ils œuvrent de par le monde. Permettez-moi de vous dire à tous, chers anciens missionnaires : « Je suis vraiment reconnaissant pour tous vos efforts. Vous êtes un trésor pour l’Église. Et puissiez-vous toujours être des missionnaires et agir comme des disciples du Christ. »

Je témoigne que nous sommes les enfants de Dieu, notre Père, qu’il nous aime et qu’il a envoyé son Fils bien-aimé, Jésus-Christ, pour que nous puissions retourner en sa présence. Au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1.  Ésaïe 52:7.

  2.  

    2.  Ézéchiel 34:11.

  3.  

    3.  Doctrine et Alliances 64:34.