Prêtrise d’Aaron: Levez-vous et utilisez le pouvoir de Dieu

Deuxième conseiller dans la présidence générale des Jeunes Gens


La prêtrise doit être exercée pour faire le bien. Vous êtes appelés à vous «lever et briller», pas à cacher votre lumière dans les ténèbres.

Je suis allé récemment dans une maison en Afrique du Sud avec Thabiso, premier assistant du collège des prêtres de la paroisse de Kagiso. Thabiso et son évêque, qui préside et détient les clés de ce collège, ont prié pour les membres non pratiquants de ce collège, recherchant l’inspiration pour savoir qui visiter et comment les aider. Ils ont senti qu’ils devaient aller chez Tebello et m’ont convié à les accompagner.

Après être passés devant le chien de garde féroce, nous nous sommes retrouvés dans le salon avec Tebello, jeune homme très calme qui a cessé d’aller à l’église parce qu’il avait d’autres occupations le dimanche. Il était nerveux mais heureux de nous recevoir et a même invité sa famille à se joindre à lui. L’évêque a exprimé son amour pour cette famille et son désir de l’aider à devenir éternelle en étant scellée au temple. La famille a eu le cœur touché et nous pouvions tous fortement ressentir la présence du Saint-Esprit derrière chaque mot et chaque sentiment.

Mais ce sont les mots de Thabiso qui ont fait la différence dans cette visite. J’avais l’impression que ce jeune prêtre parlait dans la langue des anges : des mots aimants que nous pouvions tous comprendre et qui ont particulièrement touché son ami. « J’aimais tellement parler tout le temps avec toi à l’église », a-t-il dit. « Tu as toujours un mot gentil pour moi. Et tu sais, notre équipe de football a quasiment disparu depuis que tu es parti. Tu es si doué. »

Tebello a répondu : « Je suis désolé. Je reviendrai parmi vous. »

« Ce sera génial », a répondu Thabiso. « Tu te rappelles comment nous nous préparions pour notre mission ? On peut le refaire ? »

« Oui », a répété Tebello. « Je veux revenir. »

L’une des plus grandes joies que j’ai comme conseiller dans la présidence générale des Jeunes Gens est de voir les détenteurs de la Prêtrise d’Aaron du monde entier exercer le pouvoir de la Prêtrise d’Aaron. Mais il m’arrive aussi de voir avec tristesse le nombre de jeunes gens qui ne comprennent pas tout le bien qu’ils peuvent faire grâce au pouvoir qu’ils détiennent.

La prêtrise est le pouvoir et l’autorité de Dieu d’agir au service de ses enfants. Oh, si seulement chaque jeune homme, chaque détenteur de la Prêtrise d’Aaron, pouvait pleinement comprendre que sa prêtrise possède les clés du ministère d’anges. Si seulement il pouvait comprendre qu’il a le devoir sacré d’aider ses amis à trouver le chemin qui mène au Sauveur. Si seulement il savait que notre Père céleste lui donnera le pouvoir d’expliquer les vérités de l’Évangile rétabli avec tant de clarté et de sincérité que les autres ressentiront la véracité indéniable des paroles du Christ.

Chers jeunes gens de l’Église, je vais vous poser une question que, j’espère, vous conserverez dans votre cœur toute votre vie. Quel pouvoir plus grand pouvez-vous acquérir sur terre que la prêtrise de Dieu ? Quel pouvoir pourrait bien être plus grand que la capacité d’aider notre Père céleste à changer la vie de vos semblables, à les aider sur le chemin du bonheur éternel en étant purifiés du péché et des mauvaises actions ?

Comme tout autre pouvoir, la prêtrise doit être exercée pour faire le bien. Vous êtes appelés à vous « lever et briller » (D&A 115:5), pas à cacher votre lumière dans les ténèbres. Seuls ceux qui sont courageux seront comptés parmi les élus. Exercez le pouvoir de votre prêtrise sacrée, et votre courage et votre confiance grandiront. Jeunes gens, vous savez que c’est quand vous êtes au service de Dieu que vous êtes sous votre meilleur jour. Vous savez que c’est quand vous œuvrez avec zèle à une bonne cause que vous êtes le plus heureux. Magnifiez le pouvoir de votre prêtrise en étant purs et en étant dignes.

J’ajoute ma voix à l’appel que Jeffrey R. Holland vous a lancé il y a six mois à ce pupitre. « Je recherche, dit-il, des hommes jeunes et vieux qui se préoccupent suffisamment de la bataille entre le bien et le mal pour s’enrôler et ouvrir la bouche. Nous sommes en guerre. » Il a continué en disant : « Je demande une voix plus forte, pas seulement contre le mal… mais une voix qui parle pour le bien, pour l’Évangile, pour Dieu » (« Nous voici tous enrôlés », Le Liahona, nov. 2011, p. 44, 47).

Oui, détenteurs de la Prêtrise d’Aaron, nous sommes en guerre. Et dans cette guerre, la meilleure façon de se défendre contre le mal est de promouvoir activement la justice. Vous ne pouvez pas écouter des mots grossiers et faire comme si vous n’aviez rien entendu. Vous ne pouvez pas regarder, seul ou avec d’autres, des images que vous savez être malsaines et faire comme si vous n’aviez rien vu. Vous ne pouvez pas toucher de choses impures et faire comme si ce n’était pas grave. Vous ne pouvez pas être passifs quand Satan cherche à détruire ce qui est sain et pur. Au lieu de cela, défendez avec bravoure ce que vous savez être vrai ! Quand vous entendez ou voyez quelque chose qui enfreint les principes du Seigneur, rappelez-vous qui vous êtes : un soldat de l’armée de Dieu détenant le pouvoir de sa sainte prêtrise. Il n’y a pas de meilleure arme contre l’ennemi, le père des mensonges, que la vérité qui sortira de votre bouche quand vous exercerez le pouvoir de la prêtrise. La plupart de vos camarades respecteront votre courage et votre intégrité. D’autres non. Mais cela ne fait rien. Vous gagnerez le respect et la confiance de votre Père céleste parce que vous avez utilisé son pouvoir pour accomplir ses objectifs.

J’appelle chaque présidence de collège de la Prêtrise d’Aaron à élever une fois encore l’étendard de la liberté, à organiser et à mener vos bataillons. Utilisez le pouvoir de votre prêtrise pour inviter ceux qui sont autour de vous à aller au Christ par le repentir et le baptême. Vous avez l’autorité et le pouvoir de votre Père céleste pour le faire.

Il y a deux ans, en visite à Santiago, au Chili, j’ai été très impressionné par Daniel Olate, jeune homme qui accompagnait souvent les missionnaires. Je lui ai demandé de m’écrire et, avec sa permission, je vais vous lire une partie d’un de ses récents courriels : « Je viens d’avoir seize ans et dimanche j’ai été ordonné à l’office de prêtre. Ce même jour, j’ai baptisé une amie ; elle s’appelle Carolina. Je lui ai enseigné l’Évangile et elle est venue régulièrement à l’église ; elle a même reçu sa distinction du Progrès personnel mais ses parents ne voulaient pas l’autoriser à se faire baptiser avant qu’ils n’apprennent à me connaître et à me faire confiance. Elle voulait que je la baptise ; on a donc dû attendre un mois jusqu’à ce dimanche, quand j’ai eu seize ans. Je me sens si bien d’avoir aidé quelqu’un d’aussi bon à être baptisé, et je suis heureux d’avoir pu la baptiser. »

Daniel est l’un des nombreux jeunes gens dans le monde qui vivent à la hauteur du pouvoir que Dieu leur a confié. Luis Fernando, du Honduras, en est un autre. Il a remarqué que son ami prenait un chemin dangereux et il lui a rendu son témoignage, ce qui lui a littéralement sauvé la vie (voir « A Change of Heart », lds.org/youth/video). Olavo, du Brésil, en est un autre exemple. Vrai ministre permanent de son foyer (voir D&A 84:111), Olavo a inspiré sa mère à redevenir entièrement pratiquante dans l’Église (voir « Reunited by Faith », lds.org/youth/video). Vous pouvez trouver certaines de ces histoires et beaucoup d’autres semblables sur le site Internet de l’Église pour les jeunes, youth.lds.org. Faites une recherche Internet. D’ailleurs, l’Internet, les médias sociaux et les autres technologies sont des outils que le Seigneur a mis dans vos mains pour vous aider à exercer vos devoirs de prêtrise et pour étendre l’influence de la vérité et de la vertu.

Chers jeunes gens, quand vous exercez la Prêtrise d’Aaron de la façon que j’ai décrite, vous vous préparez pour les responsabilités que vous aurez plus tard. Mais vous faites beaucoup plus que cela. Comme Jean-Baptiste, ce détenteur exemplaire de la Prêtrise d’Aaron, vous préparez aussi la voie du Seigneur et aplanissez ses sentiers. Quand vous annoncez hardiment l’Évangile de repentir et du baptême, comme Jean l’a fait, vous préparez le peuple à la venue du Seigneur (voir Matthieu 3:3 ; D&A 65:1–3 ; 84:26–28). On vous parle souvent de votre grand potentiel. Il est temps maintenant de mettre ce potentiel en action, d’utiliser les capacités que Dieu vous a données pour faire du bien aux autres, pour les amener de l’obscurité à la lumière et préparer le chemin du Seigneur.

L’Église vous a donné le livret du Devoir envers Dieu comme ressource pour vous aider à apprendre et accomplir vos devoirs. Étudiez-le souvent. Agenouillez-vous, loin de la technologie, et recherchez les conseils du Seigneur. Puis, levez-vous et utilisez le pouvoir de Dieu. Je promets que vous recevrez des réponses de votre Père céleste sur la façon de mener votre vie et d’aider les autres.

Je cite les paroles de Thomas S. Monson : « Ne sous-estimez pas l’influence à long terme de votre témoignage. Vous avez la capacité de remarquer ce qui ne se remarque pas. Si vous avez des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et un cœur pour ressentir les choses, vous pouvez tendre la main aux autres et les sauver » (« Sois un modèle », Le Liahona, mai 2005, p. 115).

Je vous témoigne que le pouvoir de la prêtrise est réel. J’ai reçu mon témoignage en exerçant la prêtrise. J’ai vu ceux qui détiennent le pouvoir de la Prêtrise d’Aaron accomplir des miracles. J’ai été témoin du pouvoir du ministère d’anges quand des détenteurs fidèles de la Prêtrise d’Aaron prononcent sous l’influence de l’Esprit des paroles d’espoir qui ouvrent le cœur de quelqu’un qui a besoin de lumière et d’amour. Au nom de Jésus-Christ, notre Seigneur, notre dirigeant et notre Sauveur. Amen.