Soyez vaillants dans votre courage, votre force et votre activité

Par Gary E. Stevenson

Évêque président


Qualifiez-vous comme l’ont fait les deux mille jeunes guerriers en étant vaillants dans votre courage comme de dignes détenteurs de la prêtrise.

Ce soir, je me sens particulièrement béni de m’adresser en tant qu’évêque aux jeunes gens, détenteurs de la Prêtrise d’Aaron, rassemblés dans le monde pour cette réunion générale de la Prêtrise. Je vais vous parler de l’histoire que l’on trouve dans le Livre de Mormon à propos d’Hélaman et de ses deux mille jeunes guerriers. Ce passage donnera une idée de la personnalité de ces jeunes gens d’autrefois, et pourra être une inspiration pour vous, jeunes gens d’aujourd’hui. Je cite une Écriture bien connue : « Et c’étaient tous de jeunes hommes, et ils étaient extrêmement vaillants dans leur courage et aussi dans leur force et leur activité ; mais voici, ce n’était pas tout : c’étaient des hommes qui étaient fidèles en tout temps1. » Courage, force, activité et fidélité – que de traits de caractère admirables !

Je vais m’arrêter sur le premier trait de caractère qui les décrit : « vaillants dans leur courage. » Pour moi, cela montre la détermination de ces jeunes hommes à faire avec courage ce qui est juste, ou, comme le décrit Alma, « à être les témoins de Dieu en tout temps… et dans tous les lieux2. » Les deux mille jeunes guerriers ont eu des occasions innombrables de prouver leur courage. Chacun d’entre vous connaîtra aussi des moments déterminants qui exigeront du courage. Un de mes amis, John, m’a fait part d’un de ces moments de sa vie.

Il y a des années, John a été reçu à l’entrée d’une université japonaise prestigieuse. Il devait faire partie de la promotion internationale, avec beaucoup d’autres étudiants qui étaient parmi les meilleurs au monde. Certains s’étaient inscrits en espérant approfondir leur compréhension de la culture et de la langue, d’autres considéraient cela comme un tremplin pour se former à une profession et obtenir à terme un emploi au Japon, mais tous avaient quitté leur foyer pour étudier dans un pays étranger.

Peu après l’arrivée de John, le bruit a couru parmi la population estudiantine étrangère qu’une fête devait avoir lieu sur le toit en terrasse d’une résidence privée. Ce soir-là, John et deux de ses amis se sont rendus à l’adresse indiquée.

Après avoir pris l’ascenseur pour atteindre le dernier étage de l’immeuble, John et ses amis ont monté l’unique escalier étroit qui menait au toit, et ont commencé à se mêler aux autres. La soirée avançant, l’atmosphère a changé. Le bruit, le volume de la musique et l’alcool augmentaient en même temps que le malaise de John. Puis, brusquement, quelqu’un a commencé à placer les étudiants dans un grand cercle avec l’intention de passer des cigarettes de marijuana. John a fait la grimace et a rapidement déclaré à ses deux amis qu’il était temps de partir. L’un d’eux a répondu, sur un ton un peu railleur : « John, c’est facile, nous n’avons qu’à nous mettre dans le cercle et lorsque ce sera notre tour, nous n’aurons qu’à faire passer au lieu de fumer. Comme cela nous n’aurons pas à nous mettre dans l’embarras devant tout le monde en partant. » Ça semblait facile à John, mais ça ne semblait pas juste. Il savait qu’il devait affirmer clairement son intention et agir. En un instant, il a rassemblé son courage et leur a dit qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient, mais que lui partait. Un ami a décidé de rester et s’est joint au cercle ; l’autre a suivi John à contrecœur dans l’escalier pour prendre l’ascenseur. À leur grande surprise, lorsque les portes de l’ascenseur se sont ouvertes, des policiers japonais en sont sortis et se sont empressés de monter l’escalier qui menait au toit. John et son ami ont pris l’ascenseur et sont partis.

Quand la police est apparue en haut de l’escalier, les étudiants ont rapidement jeté les drogues illicites du toit pour ne pas être attrapés. Cependant, après avoir bloqué l’escalier, les policiers ont aligné tout le monde sur le toit et ont demandé à chaque étudiant de tendre les mains. Ils ont ensuite passé les étudiants en revue, en sentant minutieusement leurs pouces et leurs index. Tous ceux qui avaient tenu la marijuana, qu’ils en aient fumé ou non, ont été présumés coupables et il y a eu de graves conséquences. Presque sans exception, les étudiants qui étaient restés sur le toit ont été radiés de leurs universités respectives, et ceux qui ont été reconnus coupables de délit ont probablement été expulsés du Japon. Des rêves d’études, des années de préparation et l’éventualité d’un emploi futur au Japon ont été anéantis en un instant.

Maintenant, je vais vous dire ce qui est arrivé à ces trois amis. Celui qui était resté sur le toit a été expulsé de l’université japonaise dans laquelle il avait été accepté au prix de tant de travail, et il a été contraint de rentrer chez lui. L’ami qui avait quitté la fête ce soir-là avec John a fini ses études au Japon et a obtenu d’autres diplômes de deux universités de haut niveau aux États-Unis. Sa carrière l’a ramené en Asie, où il a connu une immense réussite professionnelle. À ce jour il reste reconnaissant envers John pour son courage exemplaire. Quant à John, les conséquences dans sa vie ont été incommensurables. Son séjour au Japon cette année-là l’a conduit à un mariage heureux et, par la suite, à la naissance de deux fils. C’est un homme d’affaires qui a très bien réussi, et on lui a récemment confié un poste de professeur dans une université japonaise. Imaginez combien sa vie aurait été différente s’il n’avait pas eu le courage de quitter la fête en ce soir décisif au Japon3.

Jeunes gens, il y aura des moments où, comme John, vous devrez faire preuve de courage sous les yeux de vos pairs, au risque de subir les railleries et de vous trouver dans l’embarras. De plus, à votre époque, les escarmouches avec l’adversaire seront également menées sur un champ de bataille silencieux et solitaire, devant un écran. La technologie, accompagnée de ses avantages substantiels, apporte aussi des défis auxquels n’ont pas été confrontées les générations précédentes. Un récent sondage national a montré que les adolescents d’aujourd’hui ne sont pas tentés chaque jour à des niveaux alarmants seulement à l’école, mais aussi dans le cyberespace. Il a révélé que les adolescents qui étaient exposés sur les sites de réseaux sociaux à des images de consommation de boisson ou de drogue étaient trois à quatre fois plus susceptibles de consommer de l’alcool ou de la drogue. En commentant le sondage, un ancien ministre américain a déclaré : « Ce sondage de l’année révèle une nouvelle forme de pression puissante par le groupe – la pression numérique par le groupe. Cette pression dépasse le cercle des amis et des fréquentations de l’enfant. Elle envahit le foyer et la chambre de l’enfant via l’internet4. » Faire preuve d’un juste courage sera souvent aussi subtil que le choix de cliquer ou de ne pas cliquer. Les missionnaires apprennent dans Prêchez mon Évangile : « Ce que vous décidez de penser et de faire quand vous êtes seul et que vous croyez que personne ne vous voit donne une idée précise de votre vertu5. » Soyez courageux ! Soyez forts ! « Tenez vous en des lieux saints et ne vous laissez pas ébranler6 . »

Jeunes gens, je vous promets que le Seigneur vous donnera du pouvoir. « Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force7. ». Il vous récompensera pour votre courage et votre conduite juste, en vous accordant le bonheur et la joie . Ce genre de courage sera la conséquence de votre foi en Jésus-Christ et en son expiation, de vos prières et de votre obéissance aux commandements.

N. Eldon Tanner a déclaré : « Un jeune garçon dans la cour de l’école peut exercer une influence extrêmement bénéfique. Un jeune homme peut faire énormément de bien dans une équipe de football, sur un campus ou parmi ses collègues de travail, en vivant l’Évangile, en honorant sa prêtrise et en défendant le bien. Il vous arrivera souvent d’être critiqué et de subir des moqueries même de la part de ceux qui pensent comme vous, bien qu’ils vous respectent probablement parce que vous agissez bien. Mais souvenez-vous que le Sauveur lui-même a été tourmenté et a subi des moqueries, qu’on a craché sur lui et qu’il a finalement été crucifié parce que sa conviction restait inébranlable. Avez-vous jamais pris le temps de réfléchir à ce qui serait arrivé s’il avait faibli et avait dit : ‘Oh, à quoi bon ?’, et avait abandonné sa mission ? Voulons-nous être des lâcheurs, ou voulons-nous être de vaillants serviteurs en dépit de toute l’opposition et du mal qu’il y a dans le monde ? Ayons le courage de nous lever afin d’être comptés parmi les disciples fidèles et dévoués du Christ8. »

Je vous invite à vous qualifier comme l’ont fait les deux mille jeunes guerriers en étant vaillants dans votre courage comme de dignes détenteurs de la prêtrise. Souvenez-vous que ce que vous faites, les endroits où vous allez et ce que vous voyez formera la personne que vous deviendrez. Qui voulez-vous devenir ? Devenez un diacre, un instructeur, un prêtre digne. Fixez-vous l’objectif d’être digne d’entrer dans le temple maintenant et de recevoir votre prochaine ordination à l’âge voulu, pour recevoir finalement la Prêtrise de Melchisédek. Cette voie de la justice vous permettra de recevoir l’aide divine. Le Seigneur a déclaré : « Le pouvoir de la divinité se manifeste dans ses ordonnances9. »

Vos parents, vos dirigeants de la prêtrise et les priorités énoncées par les prophètes dans les fascicules du Devoir envers Dieu et Jeunes, soyez forts, vous guideront.

Le président Monson a déclaré dernièrement :

« Il nous faut du courage pour … prendre [les décisions] avec sagesse : le courage de dire non, le courage de dire oui…

« Je vous supplie de prendre la décision… dès maintenant, de ne pas dévier du chemin qui nous mènera à notre but : la vie éternelle avec notre Père céleste10 . »

Tout comme les deux mille guerriers ont répondu au cri de ralliement de leur dirigeant, Hélaman, et ont rassemblé leur courage avec vaillance, vous aussi pouvez faire de même en suivant votre dirigeant prophète, Thomas S. Monson.

Mes jeunes détenteurs de la Prêtrise d’Aaron, pour terminer je témoigne de Dieu le Père et de Jésus-Christ et des paroles de Joseph Smith : « Frères, ne persévérerons-nous pas dans une si grande cause ? Allez de l’avant et pas en arrière. Courage, frères ; et en avant, en avant, vers la victoire11 ! ». Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Show References

  1.  

    1.  Alma 53:20.

  2.  

    2.  Mosiah 18:9.

  3.  

    3. Anecdote personnelle contée à l’auteur.

  4.  

    4. Joseph A. Califano, Jr., fondateur et président émérite de CASA Columbia, dans un communiqué de presse CASA concernant la recherche, www.casacolumbia.org.

  5.  

    5.  Prêchez mon Évangile : Guide du service missionnaire, 2004, p. 129.

  6.  

    6.  Doctrine et Alliances 87:8.

  7.  

    7.  2 Timothée 1:7.

  8.  

    8. N. Eldon Tanner, « Car ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu », L’Étoile , avril 1976, p. 65.

  9.  

    9.  Doctrine et Alliances 84:20.

  10.  

    10. Thomas S. Monson, « Les trois principes de choix », Le Liahona, Nov. 2010, 68.

  11.  

    11.  Doctrine et Alliances 128:22.