Les bénédictions liées à la Sainte-Cène

Par Don R. Clarke

des soixante-dix


Nous serons bénis si nous éprouvons de la gratitude pour l’expiation de Jésus-Christ, renouvelons les alliances du baptême, nous sentons pardonnés et recevons l’inspiration du Saint-Esprit.

J’ai grandi à Rexburg (Idaho, États-Unis), où une merveilleuse famille, des amis, des instructeurs et des dirigeants m’ont influencé et instruit. Nous avons tous des expériences spéciales qui nous touchent profondément et qui changent les choses pour toujours. Une expérience de ce genre s’est produite dans ma jeunesse. Elle a transformé ma vie.

J’avais toujours été pratiquant et j’avais progressé dans les offices de la Prêtrise d’Aaron. Lorsque j’étais adolescent, frère Jacob, mon instructeur, m’a demandé d’écrire sur une carte ce à quoi j’avais pensé pendant la Sainte-Cène. J’ai pris ma carte et j’ai commencé à écrire. Il y avait tout d’abord un match de basket que nous avions remporté la veille. Puis il y avait une sortie en couple après le match, et ainsi de suite. Le nom de Jésus-Christ se trouvait beaucoup plus loin et certainement pas en caractères gras.

La carte était remplie chaque dimanche. La Sainte-Cène et la réunion de Sainte-Cène prirent une signification nouvelle, plus grande et plus spirituelle pour le jeune détenteur de la Prêtrise d’Aaron que j’étais. J’étais impatient que le dimanche arrive avec l’occasion de prendre la Sainte-Cène, tandis que la compréhension de l’expiation du Sauveur me transformait. Chaque dimanche depuis lors, quand je prends la Sainte-Cène, je peux voir ma carte et revoir ma liste. Il y a maintenant toujours sur ma liste, et en tout premier, le Sauveur de l’humanité.

Dans le Nouveau Testament, nous lisons que le Sauveur et ses apôtres se réunirent dans une chambre haute pour la fête de la Pâque.

« Il prit du pain ; et après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi.

« Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous1. »

Jésus a aussi institué l’ordonnance de la Sainte-Cène pendant sa visite aux Néphites2. Je comprends maintenant l’importance de ces deux événements.

David O. McKay a dit : « Je me sens poussé à mettre l’accent sur ce que le Seigneur a désigné comme la réunion la plus importante de l’Église ; la réunion de Sainte-Cène3. » Si nous nous préparons correctement pour la Sainte-Cène, elle peut transformer notre vie. Je vais suggérer cinq principes qui peuvent être une bénédiction dans notre vie quand nous prenons dignement la Sainte-Cène.

I. Éprouvons de la gratitude pour l’expiation de Jésus-Christ

Le premier principe est d’éprouver pendant la Sainte-Cène de la gratitude envers notre Père céleste pour l’expiation de son Fils. On raconte l’histoire suivante pour illustrer la distribution de la Sainte-Cène :

« La Sainte-Cène ne m’avait jamais beaucoup touché jusqu’au dimanche où j’ai été ordonné diacre. Cet après-midi là, j’ai distribué la Sainte-Cène pour la première fois. Avant la réunion, un des diacres m’avait averti : ‘Fais attention à frère Schmidt. Il faudra peut-être que tu le réveilles !’ Finalement, le moment où je devais distribuer la Sainte-Cène est arrivé. Je me suis bien débrouillé les six premiers rangs. Les enfants et les adultes ont pris le pain sans pensée ou problème visible. Puis je suis arrivé au septième rang, celui où s’asseyait toujours frère Schmidt. Mais j’ai été étonné. Au lieu d’être endormi, il avait les yeux grand ouverts. À la différence de nombreuses autres personnes que j’avais servies, il a pris le pain avec ce qui m’a semblé être beaucoup de réflexion et de révérence.

« Quelques minutes plus tard, je m’approchais de nouveau du septième rang avec l’eau. Cette fois-ci mon ami avait vu juste. Frère Schmidt était assis, la tête baissée, et ses grands yeux allemands étaient fermés. Il était manifestement profondément endormi. Que pouvais-je faire ou dire ? J’ai observé un moment son front, ridé et fatigué par des années de dur labeur et de difficultés. Il était devenu membre de l’Église pendant son adolescence et il avait subi beaucoup de persécutions dans sa petite ville allemande. J’avais entendu l’histoire de nombreuses fois pendant la réunion de jeûne et de témoignage. J’ai finalement décidé de lui toucher légèrement l’épaule dans l’espoir de le réveiller. Tandis que je tendais le bras pour le faire, il a relevé lentement la tête. Des larmes lui coulaient sur les joues et j’ai vu dans son regard de l’amour et de la joie. Il a tendu le bras en silence et il a bu l’eau. Je n’avais alors que douze ans mais je me rappelle toujours comme si c’était hier ce que j’ai ressenti tandis que j’observais ce vieil homme rude prendre la Sainte-Cène. J’ai su sans aucun doute qu’il ressentait pour la Sainte-Cène quelque chose que je n’avais jamais ressenti. J’ai décidé alors que je voulais ressentir la même chose4. »

Frère Schmidt avait communiqué avec les cieux, et les cieux avaient communiqué avec lui.

II. Souvenons-nous que nous renouvelons les alliances du baptême

Le deuxième principe, c’est nous souvenir que nous renouvelons les alliances du baptême lorsque nous prenons la Sainte-Cène. Les promesses que, selon les Écritures, nous faisons, sont :

Entrer dans la bergerie de Dieu, et être appelés son peuple… porter les fardeaux les uns des autres, pleurer avec ceux qui pleurent et être les témoins de Dieu5.

Se présenter le cœur brisé et l’esprit contrit, disposé à prendre sur soi le nom de Jésus-Christ, étant déterminé à le servir jusqu’à la fin6, à garder ses commandements et à se souvenir toujours de lui7.

Les prières de Sainte-Cène sont un rappel de ces alliances. Quand nous prenons la Sainte-Cène, nous renouvelons notre engagement de vivre conformément à ces alliances. Je crois qu’il serait approprié d’apprendre par cœur les prières de Sainte-Cène dans notre esprit et dans notre cœur. Cela nous aidera à nous concentrer sur le renouvellement de nos alliances du baptême. Que nous ayons été baptisés quand nous avions huit ans ou quatre-vingts ans, j’espère que nous n’oublierons jamais ni ce jour ni les alliances que nous avons faites.

III. Pendant la Sainte-Cène, nous pouvons sentir que nos péchés nous ont été pardonnés

Troisièmement, pendant la Sainte-Cène nous pouvons sentir que nos péchés nous ont été pardonnés. Si nous avons passé du temps avant la réunion de Sainte-Cène à nous repentir de nos péchés, nous pouvons la quitter en nous sentant purs. Boyd K. Packer a enseigné : « La Sainte-Cène renouvelle le processus du pardon… Tous les dimanches, la cérémonie de la distribution de la Sainte-Cène renouvelle le processus du pardon… Tous les dimanches, vous vous purifiez pour qu’au moment de votre décès, votre esprit soit pur8. » Le fait de prendre dignement la Sainte-Cène peut nous aider à éprouver ce qu’a ressenti le peuple du roi Benjamin, qui « fut rempl[i] de joie, ayant reçu le pardon de ses péchés, et ayant la conscience en paix9 ».

IV. Nous pouvons recevoir l’inspiration pour des solutions à nos problèmes

Le quatrième principe est que nous pouvons recevoir l’inspiration pour des solutions à nos problèmes pendant la réunion de Sainte-Cène Quand j’étais président de mission en Bolivie, ma femme, Mary Anne, et moi avons eu la bénédiction d’assister à un séminaire pour les présidents de mission avec le président Eyring. À cette réunion, il a enseigné qu’il y a trois façons importantes de se préparer à tirer profit d’une réunion. Nous devrions venir avec nos problèmes, humbles comme des enfants prêts à apprendre et avec le désir d’aider les enfants de Dieu.

En allant humblement à la réunion de Sainte-Cène, nous pouvons avoir la bénédiction d’avoir des impressions concernant des solutions à nos problèmes quotidiens. Nous devons y aller préparés, disposés à écouter et à ne pas nous laisser distraire. Dans les Écritures nous lisons : « Mais voici, je te dis que tu dois l’étudier dans ton esprit ; alors tu dois me demander si c’est juste, et si c’est juste, je ferai en sorte que ton sein brûle au-dedans de toi ; c’est ainsi que tu sentiras que c’est juste10. » Nous pouvons savoir ce que nous devons faire pour résoudre nos problèmes.

V. Le fait de prendre dignement la Sainte-Cène nous aide à être remplis du Saint-Esprit

Le cinquième principe, prendre dignement la Sainte-Cène, nous aide à être remplis du Saint-Esprit. Lorsqu’il a institué la Sainte-Cène pendant sa visite chez les Néphites, Jésus a déclaré : « Celui qui mange de ce pain, mange de mon corps pour son âme ; et celui qui boit de ce vin, boit de mon sang pour son âme ; et son âme n’aura jamais faim ni soif, mais sera rassasiée11. » Il leur avait été promis que, s’ils avaient faim et soif de justice, ils seraient remplis du Saint-Esprit. Les prières de Sainte-Cène promettent aussi que, si nous vivons conformément à nos alliances, nous aurons toujours son Esprit avec nous12.

Melvin J. Ballard a dit : « Je témoigne qu’un esprit particulier qui réchauffe toute notre âme participe à l’ordonnance de la Sainte-Cène ; nous sentons que les blessures spirituelles sont en train de guérir et que notre fardeau est allégé. L’âme qui est digne et vraiment désireuse de prendre cette nourriture spirituelle reçoit de la consolation et éprouve du bonheur13. »

En prenant la Sainte-Cène chaque semaine, nous aurons la bénédiction d’éprouver de la gratitude pour l’expiation de Jésus-Christ, de renouveler les alliances du baptême, de nous sentir pardonnés et de recevoir l’inspiration du Saint-Esprit. La réunion de Sainte-Cène sera toujours formidable si la Sainte-Cène est le centre de notre culte. J’exprime ma reconnaissance pour l’expiation de Jésus-Christ. Je sais qu’il vit. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1.  Luc 22:19:20  ; italiques ajoutés.

  2.  

    2. Voir 3 Néphi 18.

  3.  

    3. David O. McKay, Conference Report, octobre 1929, p. 11.

  4.  

    4.  Le Livre de Mormon, manuel de l’étudiant (Manuel du Département d’éducation de l’Église), 1979, p. 417.

  5.  

    5.  Voir Mosiah 18:8–9.

  6.  

    6. Voir Doctrine et Alliances 20:37.

  7.  

    7. Voir Doctrine et Alliances 20:77.

  8.  

    8. Boyd K. Packer, Mine Errand from the Lord, 2008, p. 196.

  9.  

    9.  Mosiah 4:3  ; italiques ajoutés.

  10.  

    10.  Doctrine et Alliances 9:8  ; italiques ajoutés.

  11.  

    11.  3 Néphi 20:8.

  12.  

    12. Voir Doctrine et Alliances 20:77.

  13.  

    13. Melvin J. Ballard, dans Bryant S. Hinckley, Sermons and Missionary Services of Melvin Joseph Ballard, 1949, p. 149.