C’est un miracle

Par Neil L. Andersen

du Collège des douze apôtres


Si vous n’êtes pas missionnaire à plein temps avec un badge accroché à votre veston, c’est maintenant le moment d’en peindre un sur votre cœur ; écrit comme l’a dit Paul, « non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant ».

La vie de Jésus-Christ dans la condition mortelle a été jalonnée de miracles. Une mère vierge, une nouvelle étoile, des anges apparaissant à des bergers, des aveugles qui retrouvent la vue, des paralytiques qui marchent, des anges à Gethsémané et au tombeau, et le plus grand des miracles : sa glorieuse résurrection.

Pouvez-vous imaginer la scène des onze apôtres sur la montagne près de la Galilée, lorsque le Seigneur ressuscité est venu à eux et leur a dit : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit1 » « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création2. »

Toutes les nations ? Par tout le monde ? À toute la création ? Était-ce possible ? Jésus les a rassurés, mais ils ont dû se demander si les miracles les suivraient vraiment dans la diffusion de l’Évangile3.

La foi est venue à bout du doute, et Pierre a élevé la voix en disant :

« Vous tous qui séjournez à Jérusalem,… prêtez l’oreille à mes paroles !

« …[cet homme] vous l’avez crucifié, vous l’avez fait mourir par la main des impies : …

« C’est ce Jésus que Dieu a ressuscité ; nous en sommes tous témoins4. »

Il y eut ce jour-là un déversement indéniable de l’Esprit et trois mille âmes furent baptisées. Comme l’avait promis Jésus, des signes et des miracles accompagnaient la foi des croyants.

Lorsque l’Église de Jésus-Christ fut rétablie ici-bas il y a cent quatre-vingt-trois ans, la mission que le Seigneur a donnée à son petit groupe de disciples faisait écho à ses paroles exprimées des siècles auparavant. « La voix d’avertissement ira à tous les peuples5. » « Car, en vérité,… le bruit doit se répandre dans le monde entier et jusqu’aux extrémités de la terre6. »

« Tous les peuples ? « Dans le monde entier ? « Aux extrémités de la terre ? » Était-ce possible ?

Le Sauveur a rassuré ses saints des derniers jours7, mais pouvaient-ils prévoir la portée et la destinée de cette œuvre merveilleuse ? Ils ont dû se demander si des miracles les accompagneraient vraiment dans la diffusion de l’Évangile.

De nouveau, la foi est venue à bout du doute, et des milliers ont été baptisés. En Angleterre, Wilford Woodruff a trouvé toute une communauté qui attendait son arrivée. L’Esprit du Seigneur est descendu sur eux et il a baptisé quarante-cinq prédicateurs et plusieurs centaines de membres pendant son premier mois passé à la ferme Benbow8.

Notre époque n’est pas différente. Lorsque frère Bednar et moi-même étions missionnaires, il y a environ quarante ans, il y en avait seize mille (et je peux vous assurer que nous ne sommes pas les plus âgés des anciens missionnaires assis dans les fauteuils rouges). Comme le président Monson l’a dit hier, nous en avons maintenant soixante-cinq mille, plus que jamais auparavant. À cette époque, il y avait cinq cent soixante-deux pieux. Aujourd’hui, il y en a plus de trois mille. À cette époque, nos paroisses et nos branches étaient réparties dans cinquante-neuf pays. Aujourd’hui, nous avons des assemblées dans cent quatre vingt-neuf des deux cent vingt-quatre pays et territoires du monde. Nous sommes peu nombreux, comme Néphi l’a prédit9. Mais vous et moi sommes les témoins oculaires de l’accomplissement des paroles prophétiques de Daniel : « la pierre [qui] se détacha sans le secours d’aucune main…remplit toute la terre10. »

Nous vivons une époque formidable de miracles. Il y a six mois, lorsque le président Monson a annoncé le changement d’âge pour les jeunes gens et les jeunes filles désirant partir en mission, il y a eu un déversement indéniable de l’Esprit. La foi est venue à bout du doute, et des jeunes, garçons et filles, sont allés de l’avant avec foi. Le jeudi suivant la conférence, j’étais chargé de recommander des appels missionnaires à la Première Présidence. J’ai été stupéfait de voir les demandes de jeunes gens de dix-huit ans et de jeunes filles de dix-neuf ans qui avaient déjà modifié leurs projets. Ils étaient allés chez leur médecin, avaient eu un entretien avec leur évêque et leur président de pieu, et envoyé leur candidature missionnaire, tout cela en seulement cinq jours. Des milliers d’autres les ont maintenant rejoints. C’est un miracle.

Nous sommes reconnaissants de la foi vivifiante de nos sœurs, du nombre grandissant de missionnaires provenant de tous les pays du monde et du nombre croissant de couples prêts à servir. Cinquante-huit nouvelles missions ont été annoncées et notre centre de formation missionnaire bondé à Provo s’est trouvé de façon surprenante un nouveau compagnon à Mexico.

Le président Monson a dit : « Nous prenons très au sérieux le commandement du Sauveur… ‘Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit11.’ » « Cette… cause continuera d’aller de l’avant, de changer des vies et d’apporter des bénédictions… Aucune force au monde ne peut arrêter l’œuvre de Dieu12. »

Nous assistons aux miracles du Seigneur dont l’Évangile se répand à travers le monde.

Frères et sœurs, aussi sûrement que le Seigneur a inspiré davantage de missionnaires à servir, de même il réveille aussi l’esprit et ouvre le cœur de davantage de bonnes personnes honnêtes pour recevoir ses missionnaires. Vous les connaissez déjà ou vous allez faire leur connaissance. Elle sont dans votre famille et vivent dans votre voisinage. Elles passent devant vous dans la rue, s’assoient à côté de vous à l’école et vous contactent en ligne. Vous êtes aussi une partie importante de ce miracle qui se déroule.

Si vous n’êtes pas missionnaire à plein temps avec un badge accroché à votre veston, c’est maintenant le moment d’en peindre un sur votre cœur ; écrit comme l’a dit Paul, « non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant13 ». Et vous, anciens missionnaires, retrouvez votre ancien badge. Ne le portez pas, mais placez-le à un endroit où vous pouvez le voir. Le Seigneur a besoin de vous maintenant plus que jamais auparavant comme instrument entre ses mains. Nous avons tous une contribution à apporter à ce miracle.

Tous les membres dignes de l’Église ont réfléchi à la façon de faire connaître l’Évangile. Certains le font connaître naturellement et nous pouvons beaucoup nous inspirer d’eux14. Certains ont du mal et se demandent comment faire mieux, en souhaitant que ce sentiment de culpabilité qu’ils ressentent parfois disparaisse.

Notre désir de faire connaître l’Évangile nous amène tous à nous agenouiller parce que nous avons besoin de l’aide du Seigneur.

Le président Monson nous a demandé de prier pour « les régions où notre influence est limitée et où il ne nous est pas permis de prêcher librement l’Évangile15 »

Nous prions aussi pour avoir des occasions de faire connaître l’Évangile. L’apôtre Pierre a dit : « …[Soyez] toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque demande raison de l’espérance qui est en vous16. »

Avec la confusion17 et le trouble18 qui règnent dans le monde d’aujourd’hui, il n’est pas surprenant que moins de gens fréquentent les lieux de culte. Beaucoup désirent se rapprocher de Dieu et mieux comprendre le but de la vie, mais ils se posent des questions qui n’ont pas de réponse. Beaucoup ont le cœur ouvert à la vérité, mais, comme le prophète Amos l’a dit, « ils ([vont] çà et là pour chercher la parole de l’Éternel, et ils ne la [trouvent] pas19 ». Vous pouvez aider à répondre à leurs questions. Lors de vos échanges journaliers, vous pouvez « ajouter » à leur foi au Christ20.

Le Sauveur a dit : « Élevez votre lumière, afin qu’elle brille pour le monde. Voici, je suis la lumière que vous élèverez21. »

Je vous promets que, si vous priez pour savoir avec qui parler, des noms et des visages vous viendront à l’esprit. Les paroles à prononcer vous seront données au moment où vous en aurez besoin22 ; des occasions s’offriront à vous. La foi viendra à bout du doute, et le Seigneur vous accordera vos propres miracles.

Le Sauveur nous a dit comment faire connaître l’Évangile. J’aime l’histoire d’André, qui a demandé : « Maître, où demeures-tu ?23 » Jésus aurait pu répondre en lui disant où il vivait. Mais il dit à André : « Venez et voyez24 » J’aime à penser que ce que le Sauveur disait c’était : « Venez voir, non seulement où je vis, mais comment je vis. Venez voir qui je suis. Venez ressentir l’Esprit. » Nous ne connaissons pas les détails de cette journée, mais nous savons que, lorsqu’André trouva son frère Simon, il déclara : « Nous avons trouvé… le Christ25. »

Les personnes qui s’intéressent à ce que nous disons, nous pouvons les inviter, en suivant l’exemple du Sauveur, à venir voir. Certaines accepteront notre invitation, d’autres non. Nous connaissons tous quelqu’un que l’on a invité plusieurs fois avant qu’il accepte une invitation à venir voir. Pensons aussi à ceux qui étaient autrefois avec nous, mais que nous voyons maintenant rarement. Invitons-les à revenir voir encore une fois.

Nous respectons le choix de chacun et son calendrier. Le Seigneur a dit : « Que chacun choisisse pour lui-même26. » Le manque d’intérêt d’une personne ne doit pas influencer les liens d’amitié et d’amour que nous avons avec elle. Que l’invitation soit acceptée ou non lorsque vous invitez les autres à « venir voir », vous ressentirez l’approbation du Seigneur, et, avec cette approbation, vous aurez un surcroît de foi pour faire connaître vos croyances encore et encore.

Pour ceux qui utilisent l’Internet et les téléphones mobiles, il y a de nouvelles façons d’inviter les autres à « venir voir ». Servons-nous-en davantage quotidiennement pour faire connaître notre foi en ligne.

Pour faire connaître l’Évangile, des jeunes de Boston ont lancé plusieurs blogs27. Les personnes qui se sont jointes à l’Église ont commencé à apprendre en ligne, puis ont suivi les leçons avec les missionnaires. L’un des jeunes a dit : « Ce n’est pas du travail missionnaire. C’est de l’amusement missionnaire28 »

Nous sommes tous concernés. Avec les membres et les missionnaires de la paroisse, nous planifions, nous prions et nous nous entraidons. S’il vous plaît, pensez aux missionnaires à plein temps et priez pour eux. Confiez-leur votre famille et vos amis. Le Seigneur leur fait confiance et les a appelés pour instruire les personnes qui le recherchent et leur apporter des bénédictions.

Paulo Kretly, président de la mission de Maputo, au Mozambique, raconte cette expérience : « Au Mozambique, il est courant que les couples vivent ensemble [sans être mariés parce que] la tradition africaine exige que l’on fournisse une dot très importante pour se marier, une dot que la plupart des couples ne peuvent se permettre29. »

Les membres et les missionnaires ont réfléchi et prié pour savoir comment aider.

La réponse à leurs prières a été qu’ils allaient insister sur la loi de chasteté et sur l’importance du mariage et de la famille éternelle. Et, tout en aidant les couples à se repentir et à se marier légalement, ils allaient enseigner le bonheur que l’on ne peut connaître qu’en suivant Jésus-Christ.

Voici une photo de couples dans deux villes du Mozambique. Mariés le vendredi, ils ont été baptisés le samedi avec leurs enfants plus âgés30. Les amis et la famille ont été invités à « venir voir », et des centaines sont venus et ont vu.

Après le baptême, une sœur a dit : « Il nous fallait choisir entre suivre les traditions de nos pères ou suivre Jésus-Christ. Nous avons choisi de suivre le Christ31. »

Vous ne vivez peut-être pas au Mozambique mais, à votre façon, selon votre culture, vous pouvez faire connaître l’Évangile rétabli de Jésus-Christ.

Priez votre Père céleste. C’est son œuvre sacrée. Votre foi grandissant, vous serez guidés dans ce qu’il faut faire. Il ouvrira les portes, fera tomber les barrages et vous aidera à surmonter les obstacles. Le Seigneur a déclaré : « La voix d’avertissement s’adressera à tous les peuples, par la bouche des disciples… et nul ne les arrêtera32. »

Je témoigne que la voix du Seigneur s’adressera aux extrémités de la terre, « afin que tous ceux qui veulent entendre entendent33 ». C’est un miracle. C’est un miracle. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. Matthieu 28:19.

  2.  

    2. Marc 16:15.

  3.  

    3. Voir Matthieu 28:20; Marc 16:17-18.

  4.  

    4. Actes 2:14, 22-23, 32.

  5.  

    5. Doctrine et Alliances 1:4.

  6.  

    6. Doctrine et Alliances 58:64.

  7.  

    7. Voir Doctrine et Alliances 1:5.

  8.  

    8. Voir Enseignements des présidents de l’Église : Wilford Woodruff 2004, p. 89-92.

  9.  

    9. Voir 1 Néphi 14:12.

  10.  

    10. Voir Daniel 2 :34-35.

  11.  

    11. Thomas S. Monson : « Bienvenue à la conférence», Le Liahona, mai 2009, p.4-5.

  12.  

    12. Thomas S. Monson, « Assemblés de nouveau», Le Liahona, mai 2012, p. 4-5

  13.  

    13. 2 Corinthiens 3:3.

  14.  

    14. Voir Clayton M. Christensen, The Power of Everyday Missionaries: The What and How of Sharing the Gospel , 2013.

  15.  

    15. Thomas S. Monson : « Bienvenue à la conférence», Le Liahona, mai 2009, p. 6.

  16.  

    16. 1 Pierre 3:15.

  17.  

    17. Ils observent des vérités éprouvées par le temps ou ignorées ; voir Doctrine et Alliances 1:16 ; voir aussi Doctrine et Alliances 132:8.

  18.  

    18. Voir Doctrine et Alliances 45:26 ; 88:91.

  19.  

    19. Amos 8:12:00.

  20.  

    20. Joseph Smith, le prophète, a déclaré : « Les presbytériens ont-il une part de vérité ? Oui. Les baptistes, les méthodistes, etc. ont-ils une part de vérité ? Oui… Nous devons rassembler tous les principes bons et vrais dans le monde et les chérir » (History of the Church, 5 :557). « Nous ne demandons à personne d’abandonner ce qu’il a…, nous demandons seulement aux gens de venir en chercher davantage. Que se passerait-il si le monde entier acceptait cet Évangile ? Les gens se comprendraient tous et les bénédictions de Dieu se déverseraient sur eux, et c’est là le désir de mon cœur » (Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Smith, 2007, p. 164). Le président. Hinckley a dit : « Permettez-moi de dire que nous apprécions la vérité dans toutes les églises et le bien qu’elles y font. Ce que nous disons aux gens, c’est d’apporter avec eux tout le bien qu’ils ont et voyons si nous pouvons y ajouter quelque chose. C’est l’esprit de cette œuvre. C’est l’essence de notre service missionnaire » (« Paroles du prophète vivant », Le Liahona, avril 1999, p. 19). « Nous devons être un peuple amical. Nous devons reconnaître le bien chez tout le monde. Nous ne passons pas notre temps à démolir les autres Églises. Nous prêchons et enseignons de façon positive et claire. Nous disons aux personnes d’autres confessions d’apporter avec eux tout le bien qu’ils ont et voyons si nous pouvons y ajouter quelque chose. C’est essentiellement l’essence de notre grand programme missionnaire et il donne des résultats » (« Messages of Inspiration from President Hinckley » ; Church News, 7 nov. 1998, p.2 ; voir ldschurchnews.com).

  21.  

    21. 3 Néphi 18:24.

  22.  

    22. Voir Doctrine et Alliances 84:85 ; 100:6.

  23.  

    23. Jean 1:38.

  24.  

    24. Jean 1:39.

  25.  

    25. Jean 1:41.

  26.  

    26. Doctrine et Alliances 37:4.

  27.  

    27. Voir, par exemple, youngandmormon.com.

  28.  

    28. Conversation téléphonique avec Jackson Haight le 22 mars 2013.

  29.  

    29. Courriel personnel de Paulo V. Kretly, 6 mars 2013.

  30.  

    30. Photos fournies par Paulo V. Kretly. Le premier groupe était de Maputo ; ils se sont mariés le 30 novembre 2012 et se sont fait baptiser le 1er décembre 2012. Le deuxième groupe était de Beira ; ils se sont mariés le 1er mars 2013 et se sont fait baptiser le 2 mars 2013.

  31.  

    31. Courriel personnel de Paulo V. Kretly, 6 mars 2013.

  32.  

    32. Doctrine et Alliances 1:4-5.

  33.  

    33. Doctrine et Alliances 1:110.