En sauvant une jeune fille, vous sauvez des générations

Première conseillère dans la présidence générale des Jeunes Filles


Votre vie vertueuse sera une bénédiction pour vos ancêtres, pour votre famille actuelle et pour les membres de votre famille à venir.

C’est un honneur de m’adresser à vous, vaillantes jeunes filles de l’Église. Nous vous voyons progresser sur le chemin des gens qui respectent leurs alliances et nous savons que votre vie vertueuse sera une bénédiction pour vos ancêtres, pour votre famille actuelle et pour les membres de votre famille à venir, car, comme l’a dit le président Hinckley, « en sauvant une jeune fille, vous sauvez des générations1 ».

Lorsque vous vous êtes fait baptiser et que vous avez reçu le don du Saint-Esprit, vous êtes entrées sur le chemin de l’alliance. Il se poursuit chaque semaine à la réunion de Sainte-Cène, un lieu saint où vous renouvelez l’alliance de votre baptême. Le moment est maintenant venu de vous préparer à contracter les alliances du temple. « Les ordonnances et les alliances sacrées que l’on peut accomplir dans les saints temples permettent aux personnes de retourner dans la présence de Dieu, et [à notre] famille d’être unie éternellement2. »

Tenez-vous en des lieux saints pour vos ancêtres. « Tout être humain qui vient sur terre est le résultat de générations de parents. Nous aspirons naturellement à nous rattacher à nos ancêtres3. » En participant à l’histoire familiale et à l’œuvre du temple, vous tissez votre vie dans celle de vos ancêtres en leur permettant de contracter les ordonnances salvatrices.

Tenez-vous en des lieux saints pour vous-mêmes et pour votre famille immédiate. Votre exemple de justice sera la source d’une grande joie, quelle que soit votre situation familiale. Les choix justes que vous faites vous permettront de contracter et de respecter des alliances sacrées qui lieront éternellement les membres de votre famille.

Tenez-vous en des lieux saints pour votre future famille. Engagez-vous à être scellée à votre mari par la sainte prêtrise dans le temple pour commencer une cellule familiale éternelle. Vos enfants auront la vérité en bénédiction parce que vous intégrerez votre exemple vertueux et votre témoignage inébranlable à leur vie et que vous les conduirez sur le chemin de l’alliance.

J’ai vu ces principes éternels ressortir lors du récent Concours artistique international pour les jeunes. Megan Warner Taylor a composé numériquement une œuvre photographique par une approche moderne de la parabole du Christ sur les dix vierges4. J’ai rencontré Megan ; elle m’a expliqué le symbolisme de la dixième vierge qu’elle décrit comme une jeune fille vertueuse et pleine de foi, prête à contracter et à respecter les alliances sacrées du temple. Tout comme pour toutes les vierges sages, elle s’est préparée en ajoutant de l’huile à sa lampe, une goutte à la fois, en menant constamment une vie juste. J’ai remarqué sa magnifique tresse. Megan a expliqué que sa tresse représente la vie vertueuse de cette jeune fille qui se tisse dans d’innombrables générations. Une mèche est l’expression de son amour et de son respect pour ses ancêtres, la deuxième l’influence juste qu’elle exerce sur sa famille actuelle et la troisième l’intégration de sa vie de femme accomplie dans celle des générations à venir.

J’ai rencontré une autre jeune fille dont la préparation spirituelle précoce a tissé sa vie de justice dans de nombreuses générations.

Un bel après-midi de septembre, mon mari et moi attendions au temple de participer à des ordonnances. Chris, un ami à nous, est entré dans la salle. C’était un plaisir de voir ce jeune homme qui était récemment rentré de sa mission en Russie.

La session allait commencer quand une jolie jeune fille s’est assise à côté de moi. Elle était radieuse, souriante, pleine de lumière. Je voulais faire sa connaissance, alors je me suis discrètement présentée à elle. Elle m’a chuchoté son prénom, Kate, et quand elle m’a dit son nom de famille, cela m’a rappelé une famille qui avait vécu au Michigan, où la mienne avait habité autrefois. Kate était leur fille devenue adulte, qui était rentrée cinq semaines plus tôt de sa mission en Allemagne.

Pendant la session, une pensée ne cessait de me venir à l’esprit : « présente Kate à Chris ». J’ai mis cette inspiration de côté en me demandant : « Quand, où, comment ? » Tandis que nous nous préparions à partir, Chris est venu nous dire au revoir ; alors j’ai saisi cette occasion. J’ai fait venir Kate et j’ai chuchoté : « Vous êtes deux jeunes gens vertueux qui devez faire la connaissance l’un de l’autre. » Je suis partie du temple certaine d’avoir agi selon mon inspiration.

Sur le chemin du retour, mon mari et moi avons parlé de nos souvenirs des épreuves qui étaient arrivées à la famille de Kate. J’ai depuis appris à mieux la connaître et elle m’a aidée à comprendre les raisons de l’air joyeux qu’elle arborait au temple ce jour-là.

Elle a toujours essayé de rester sur le chemin de l’alliance en recherchant des lieux saints. Elle a été élevée dans un foyer où la soirée familiale, la prière ensemble et l’étude des Écritures faisaient de sa maison un lieu saint. Enfant, elle a appris ce qu’est le temple et le chant « Oh, j’aime voir le temple » était l’un de ses préférés pour la soirée familiale5. Petite fille, elle a vu ses parents montrer l’exemple de ce qu’est rechercher les lieux saints, en allant au temple le soir en fin de semaine plutôt qu’au restaurant ou au cinéma.

Elle aimait tendrement son père, et il a utilisé son autorité de la prêtrise pour l’aider à contracter la première alliance du baptême. Puis, elle a eu l’imposition des mains et a reçu le Saint-Esprit. Elle dit : « J’étais enthousiaste à l’idée de recevoir le Saint-Esprit et je savais qu’il m’aiderait à rester sur le chemin de la vie éternelle. »

Elle a continué d’avoir une vie heureuse. À quatorze ans, elle est entrée au lycée et a adoré le séminaire, un autre lieu saint où étudier l’Évangile. Un jour, son instructeur a commencé à parler des épreuves et leur a assuré qu’ils en auraient tous. Elle s’est dit : « Je ne veux pas avoir d’épreuves, je ne veux pas entendre cela. »

À peine quelques semaines plus tard, son père s’est réveillé très malade le dimanche de Pâques. Elle m’a dit : « Mon père était un homme en excellente santé, il avait couru le marathon. Ma mère était si alarmée de le voir aussi malade qu’elle l’a emmené à l’hôpital. Dans les trente-six heures qui ont suivi, il a eu une violente crise cardiaque qui lui a bloqué presque tout le corps. Il pouvait cligner des yeux, mais le reste de son corps ne répondait pas. Je me rappelle l’avoir vu et avoir pensé : ‘C’est pas vrai, voilà que cela m’arrive. Mon instructeur du séminaire avait raison. J’ai une épreuve’. » Son père est décédé quelques jours plus tard.

Elle a poursuivi : « C’était si dur ! On ne veut jamais perdre son héros. Je savais que je pouvais faire de cette épreuve un tremplin pour progresser, ou la laisser être un obstacle. Je ne voulais pas que cela gâche ma vie parce que je n’avais que quatorze ans. J’ai essayé d’être le plus proche possible du Seigneur. Je lisais beaucoup mes Écritures. Le chapitre 40 d’Alma m’a assuré que la résurrection était réelle et que, grâce à l’expiation du Christ, je pourrais retrouver mon père. J’ai beaucoup prié. J’ai écrit dans mon journal aussi souvent que je le pouvais. J’ai gardé un témoignage fort en l’écrivant. Chaque semaine, j’allais à l’église et aux Jeunes Filles. Je m’entourais de bons amis. Je restais proche des membres attentionnés de ma famille, surtout de ma mère, qui était l’ancre de notre famille. J’ai demandé des bénédictions de la prêtrise à mon grand-père et à d’autres détenteurs de la prêtrise. »

Ces choix répétés, comme ceux de la vierge sage, ont ajouté de l’huile à la lampe de Kate. Elle était motivée par son désir de retrouver son père. Elle savait que son père connaissait ses choix et elle ne voulait pas le décevoir. Elle voulait une relation éternelle avec lui et elle comprenait qu’elle devait rester sur le chemin de l’alliance pour que sa vie reste fermement attachée à la sienne.

Les épreuves n’ont cependant pas cessé. Elle avait vingt et un ans et elle venait d’envoyer sa candidature pour sa mission quand on a diagnostiqué un cancer chez sa mère. Kate devait prendre une décision importante. Devait-elle rester à la maison et soutenir sa mère ou aller en mission ? Sa mère a reçu une bénédiction de la prêtrise qui lui promettait qu’elle survivrait à sa maladie. Rassurée par cette bénédiction, Kate est allée de l’avant avec foi et a poursuivi son projet de partir en mission.

Kate dit : « C’était partir à l’aveuglette mais, pendant ma mission, la lumière est finalement arrivée et j’ai reçu la nouvelle que la bénédiction de ma mère s’était accomplie. J’étais si heureuse de ne pas avoir retardé mon service pour le Seigneur. Je pense que, quand des choses difficiles arrivent, il est facile de stagner et de ne pas vouloir vraiment aller de l’avant ; mais quand on place le Seigneur en premier, l’adversité peut mener à de merveilleuses bénédictions. On peut voir sa main et assister à des miracles. » Kate a fait l’expérience de la réalité des paroles du président Monson : « Nous trouverons les plus grandes occasions de progresser et de nous développer dans les moments d’intenses difficultés6. »

Kate avait ce genre de foi parce qu’elle comprenait le plan du salut. Elle savait que nous avons déjà vécu, que la terre est un temps d’épreuve et que nous vivrons de nouveau. Elle avait la foi que sa mère serait bénie, mais d’après son expérience avec son père, elle savait que, si sa mère décédait, tout irait bien. Elle m’a dit : « Non seulement j’ai survécu à la mort de mon père, mais c’est devenu une facette positive de mon identité et, si ma mère m’avait été enlevée, cela l’aurait été également. Cela aurait intégré un plus grand témoignage à ma vie7. »

Kate recherchait un lieu saint le soir où je l’ai rencontrée au temple. Désirant intégrer fermement les relations éternelles qui viennent du service au temple, elle a suivi l’exemple de ses parents en allant régulièrement au temple.

Il ne s’est pas passé grand-chose le soir où j’ai présenté Kate à Chris, mais en recherchant un autre lieu saint le dimanche suivant, Kate a vu Chris parmi des centaines de jeunes adultes seuls à une veillée de l’institut. Là, ils ont fait plus ample connaissance. Quelques semaines plus tard, Chris l’a invitée à regarder la conférence générale avec lui. Pendant qu’ils se fréquentaient, ils ont continué à rechercher des lieux qui invitaient l’Esprit et ont finalement été scellés au temple, le lieu saint où ils se sont rencontrés. Ils s’acquittent actuellement de leurs responsabilités sacrées de parents, intégrant leur témoignage du plan du salut à la vie de trois petits garçons en leur montrant le chemin de l’alliance.

« En sauvant une jeune fille, vous sauvez des générations. » La décision qu’a prise Kate à quatorze ans de rester sur le chemin, d’ajouter régulièrement de l’huile à sa lampe et de se tenir en des lieux saints a sauvé et va sauver des générations. La recherche de ses ancêtres et son service au temple ont uni son cœur au leur. Faites l’histoire familiale et l’œuvre du temple et cela entrelacera vos cœurs et donnera à vos ancêtres la possibilité de la vie éternelle.

Vivez l’Évangile dans votre foyer : cela ajoutera aussi de l’huile à votre lampe et apportera dès à présent de la force spirituelle à votre foyer et bénira votre future famille d’innombrables façons. De plus, comme l’a dit Robert D. Hales, « si l’exemple que nous avons reçu de nos parents n’était pas bon, nous avons la responsabilité de rompre le cycle… et d’enseigner de bonnes traditions pour les générations futures8 ».

Décidez maintenant de faire tout ce que vous pouvez pour remplir votre lampe, pour que votre témoignage et votre exemple fermes s’intègrent à la vie de nombreuses générations, passées, présentes et futures. Je témoigne que votre vie vertueuse sauvera non seulement des générations, mais aussi votre vie éternelle, à vous, parce que c’est le seul moyen de retourner à votre Père céleste et de trouver la vraie joie maintenant et pour toute l’éternité. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Afficher les références

  1.  

    1. Gordon B. Hinckley, « Soyons forts et immuables », Réunion mondiale de formation des dirigeants, 10 janvier 2004, p. 20 ; voir aussi Gordon B. Hinckley, « Notre responsabilité vis-à-vis de nos jeunes femmes », Le Liahona, septembre 1988, p. 10.

  2.  

    2. « La Famille : Déclaration au monde », Le Liahona, novembre 2010, p.129.

  3.  

    3. Russell M. Nelson, « Des générations reliées par l’amour », Le Liahona, mai 2010, p. 92.

  4.  

    4. Voir Matthieu 25:1-13.

  5.  

    5. Voir « Oh, j’aime voir le temple », Chants pour les enfants, p. 99.

  6.  

    6. Thomas S. Monson, « Affrontez votre Goliath », L’Étoile, mai 1987, p. 6.

  7.  

    7. Entretien personnel avec l’auteur, 2013.

  8.  

    8. Robert D. Hales : « Comment nos enfants se souviendront-ils de nous ? », L’Étoile, janvier 1995, p. 10.