Des décisions pour l’éternité

par Russell M. Nelson

du Collège des douze apôtres


Il est crucial pour votre progression spirituelle, maintenant et pour l’éternité, d’utiliser avec sagesse votre liberté de prendre des décisions.

Mes chers frères et sœurs, nous devons prendre des décisions tous les jours. Le président Monson nous a enseigné que « nos décisions déterminent notre destinée1 ». Il est crucial pour votre progression spirituelle, maintenant et pour l’éternité, d’utiliser avec sagesse votre liberté de prendre des décisions. On n’est jamais trop jeune pour apprendre ni jamais trop vieux pour changer. Votre désir d’apprendre et de changer vient du besoin, insufflé par Dieu, de rechercher la progression éternelle2. Chaque jour apporte des occasions de prendre des décisions pour l’éternité.

Nous sommes des êtres éternels, enfants d’esprit de parents célestes. La Bible déclare : « Dieu créa l’homme à son image… il créa l’homme et la femme3. » J’ai récemment entendu un chœur d’enfants chanter le cantique bien-aimé : « Je suis enfant de Dieu4. » Je me suis demandé : « Pourquoi n’ai-je pas entendu ce chant interprété plus souvent par des mères ou des pères fidèles ? » Ne sommes-nous pas tous enfants de Dieu ? En vérité, aucun de nous ne peut arrêter d’être un enfant de Dieu !

En tant qu’enfants de Dieu, nous devons l’aimer de tout notre cœur et de toute notre âme, même plus que nous n’aimons nos parents terrestres5. Nous devons aimer nos voisins comme des frères et sœurs. Il n’y a pas de commandements plus grands que ceux-là6. Et nous devons toujours respecter la valeur de la vie humaine, à travers chacune de ses nombreuses étapes.

Les Écritures enseignent que le corps et l’esprit sont l’âme de l’homme7. De par cette dualité, vous pouvez chacun remercier Dieu de ces dons d’une valeur inestimable que sont votre corps et votre esprit.

Le corps humain

Les années où j’ai été médecin m’ont donné un profond respect pour le corps humain. Créé par Dieu, ce don qu’il vous a fait est absolument stupéfiant ! Pensez à vos yeux qui voient, vos oreilles qui entendent et vos doigts qui touchent toutes les choses merveilleuses qui vous entourent. Votre cerveau vous permet d’apprendre, de réfléchir et de raisonner. Votre cœur pompe inlassablement le jour et la nuit, quasiment sans que vous vous en rendiez compte8.

Votre corps se protège. La douleur vous avertit que quelque chose ne va pas et qu’il faut vous en occuper. Les maladies infectieuses frappent de temps à autre et, lorsque c’est le cas, des anticorps se forment et augmentent votre résistance aux infections suivantes.

Votre corps se répare tout seul. Les coupures et les contusions guérissent. Les os fracturés peuvent redevenir solides. Je n’ai cité qu’un minuscule échantillon des nombreuses qualités étonnantes de votre corps données par Dieu.

Malgré cela, il semble que dans chaque famille, si ce n’est dans chaque personne, certaines conditions physiques requièrent des soins particuliers9. Le Seigneur a donné un processus pour venir à bout de ces difficultés. Il a dit : « Je donne aux hommes de la faiblesse afin qu’ils soient humbles… car s’ils s’humilient… et ont foi en moi, alors je rendrai fortes pour eux les choses qui sont faibles10. »

Des esprits merveilleux habitent souvent des corps imparfaits11. Le don d’un tel corps peut en fait fortifier une famille lorsque les parents et les frères et sœurs édifient de bon cœur leur vie autour de l’enfant né avec des besoins spéciaux.

Le vieillissement est aussi un don de Dieu, tout comme la mort. La mort de votre corps mortel est essentielle au grand plan divin du bonheur12. Pourquoi ? Parce que la mort permettra à votre esprit de retourner auprès de lui13. D’un point de vue éternel, la mort n’est prématurée que pour ceux qui ne sont pas prêts à rencontrer Dieu.

Comme votre corps est une partie si essentielle du plan éternel de Dieu, il n’est pas étonnant que l’apôtre Paul l’ait décrit comme le « temple de Dieu14 ». Chaque fois que vous vous regardez dans un miroir, considérez votre corps comme votre temple. Cette vérité dont vous devez tous les jours être reconnaissants, peut influencer positivement vos décisions sur la façon de prendre soin de votre corps et l’usage que vous en ferez. Ces décisions détermineront votre destinée. Comment cela se peut-il ? Parce que votre corps est le temple de votre esprit. Et l’usage que vous faites de votre corps a des répercussions sur votre esprit. Certaines décisions qui détermineront votre destinée éternelle portent notamment sur :

  • La manière dont vous allez prendre soin de votre corps et l’usage que vous en ferez.

  • Les qualités spirituelles que vous allez décider de cultiver.

L’esprit humain

Votre esprit est une entité éternelle. Le Seigneur a dit à Abraham, son prophète : « Tu fus choisi avant ta naissance15. » Le Seigneur dit quelque chose de similaire au sujet de Jérémie16 et de beaucoup d’autres17. Il l’a même dit à votre sujet18.

Votre Père céleste vous connaît depuis très longtemps. Vous, son fils ou sa fille, avez été choisis par lui pour venir sur terre à ce moment précis, pour être des dirigeants dans sa grande œuvre sur la terre19. Vous avez été choisis non pas pour vos caractéristiques physiques mais pour vos qualités spirituelles comme la vaillance, le courage, l’intégrité de cœur, la soif de vérité et de sagesse, et le désir de servir autrui.

Vous avez cultivé certaines de ces qualités dans la vie prémortelle. Vous pouvez en acquérir d’autres ici sur terre20 en les recherchant continuellement21.

La maîtrise de soi, la force de faire passer la raison avant les appétits, est une qualité spirituelle cruciale. Elle construit une conscience forte. Et votre conscience détermine votre conduite dans les situations difficiles, tentantes et éprouvantes. Le jeûne aide votre esprit à dominer vos appétits physiques. Il accroît aussi votre accès à l’aide divine car il rend vos prières plus intenses. Pourquoi la maîtrise de soi est-elle nécessaire ? Dieu a implanté en nous un appétit puissant pour la nourriture et l’amour, essentiel pour que le genre humain se perpétue22. Lorsque nous maîtrisons nos appétits dans les limites fixées par les lois de Dieu, nous pouvons profiter d’une vie plus longue, de plus d’amour et d’une joie parfaite23.

Il n’est donc pas étonnant que la plupart des tentations de s’écarter du plan du bonheur de Dieu viennent de la mauvaise utilisation de ces appétits essentiels que Dieu nous a donnés. Il n’est pas toujours facile de contrôler nos appétits. Aucun de nous ne les gère parfaitement24. Des erreurs se produisent, des fautes sont commises et des péchés aussi. Que pouvons-nous faire alors ? Nous pouvons en tirer la leçon et nous pouvons véritablement nous repentir25.

Nous pouvons changer de comportement. Nos désirs mêmes peuvent changer. Comment ? D’une seule façon. Le véritable changement, un changement permanent, ne peut se produire que par l’intermédiaire du pouvoir guérisseur, purificateur et habilitant de l’expiation de Jésus-Christ26. Il vous aime, chacun de vous27 ! Il vous donne accès à son pouvoir lorsque vous respectez ses commandements avec empressement, ardeur et exactitude. C’est aussi simple et certain que cela. L’Évangile de Jésus-Christ est un Évangile de changement28 !

Un esprit humain solide qui contrôle les appétits de la chair est maître des sentiments et des passions et n’en est pas esclave. Ce genre de liberté est aussi essentiel à l’esprit que l’oxygène l’est au corps ! La libération de l’auto-esclavage est une véritable libération29 !

Nous sommes « libres de choisir la liberté et la vie éternelle… ou de choisir la captivité [le malheur] et la mort30 ». Lorsque nous choisissons le chemin plus élevé vers la liberté et la vie éternelle, il inclut le mariage31. Les saints des derniers jours « déclarent… que le mariage de l’homme et de la femme est ordonné de Dieu et que la famille est essentielle au plan du Créateur pour la destinée éternelle de ses enfants ». Nous savons aussi que « le genre masculin ou féminin est une caractéristique essentielle de l’identité et de la raison d’être individuelle prémortelle, mortelle et éternelle32 ».

Le mariage entre l’homme et la femme est fondamental pour la doctrine du Seigneur et le plan éternel de Dieu. Le mariage entre l’homme et la femme est le modèle divin d’une plénitude de vie sur terre et dans les cieux. Le modèle divin du mariage ne peut pas être malmené, méconnu ou mal interprété33. Pas si vous désirez une joie réelle. Le modèle divin du mariage protège le pouvoir sacré de la procréation et la joie de la véritable intimité conjugale34. Nous savons qu’Adam et Ève ont été mariés par Dieu avant de pouvoir goûter à la joie de s’unir comme mari et femme35.

À notre époque, les gouvernements civils ont tout intérêt à protéger le mariage parce que les familles solides constituent le meilleur moyen de pourvoir à la santé, à l’instruction, au bien-être et à la prospérité des générations montantes36. Mais ils sont fortement influencés par les tendances de la société et les philosophies du monde lorsqu’ils rédigent, modifient et mettent en vigueur les lois. Quoi que le droit civil puisse promulguer, la doctrine du Seigneur concernant le mariage et la moralité ne peut pas être changée37. Rappelez-vous : le péché, même s’il est légalisé par l’homme, reste le péché aux yeux de Dieu !

Nous devons avoir la même gentillesse et la même compassion que notre Sauveur, nous devons accorder de l’importance aux droits et aux sentiments de tous les enfants de Dieu mais nous ne pouvons pas changer sa doctrine. Il ne tient pas à nous de la changer. Ce qui nous incombe, c’est de l’étudier, de la comprendre et de la défendre.

Le mode de vie du Sauveur est bon. Il comprend la chasteté avant le mariage et la fidélité totale dans le mariage38. Le chemin du Seigneur est le seul qui nous permette de goûter au bonheur durable. Il apporte le réconfort durable à notre âme et la paix constante à notre foyer. Et par-dessus tout, il nous ramène à lui et à notre Père céleste, à la vie éternelle et à l’exaltation39. C’est l’essence même de l’œuvre et la gloire de Dieu40.

Mes chers frères et sœurs, nous devons prendre des décisions tous les jours et elles déterminent notre destinée. Un jour chacun de nous comparaîtra en jugement devant le Seigneur41. Nous aurons chacun une entrevue personnelle avec Jésus-Christ42. Nous rendrons compte des décisions que nous avons prises au sujet de notre corps, de nos qualités spirituelles et de la façon dont nous avons honoré le modèle divin du mariage et de la famille. Je prie avec ferveur pour que nous prenions avec sagesse les décisions éternelles de chaque jour. Au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. Thomas S. Monson, « Les décisions déterminent la destinée » (Veillée du DEE, 6 novembre 2005), speeches.byu.edu.

  2.  

    2. Le concept de la progression éternelle est bien rendue par W. W. Phelps dans ses paroles du cantique « Si tu pouvais, jusqu’à Kolob » (Cantiques, n° 181). Le quatrième couplet dit : « Éternelle est la puissance,/éternelle est la vertu,/Éternelle est la sagesse,/éternel est le salut./Éternelle est la jeunesse,/éternelle est l’unité./Éternelle est la prêtrise,/éternelle est la clarté. » Le cinquième couplet conclut par : « Éternel est l’amour même,/éternel est notre accord,/Éternel aussi est l’être,/le Christ a vaincu la mort. »

  3.  

    3. Genèse 1:27 ; voir aussi Colossiens 3:10 ; Alma 18:34 ; Éther 3:15 ; Moïse 6:9.

  4.  

    4. « Je suis enfant de Dieu », Cantiques, n° 193.

  5.  

    5. Voir Matthieu 10:37.

  6.  

    6. Voir Marc 12:30–31.

  7.  

    7. Voir Doctrine et Alliances 88:15.

  8.  

    8. D’autres mécanismes divins sont également à l’œuvre dans notre corps. Des éléments comme le sodium, le potassium et le calcium et des composants comme l’eau, le glucose et les protéines sont essentiels pour survivre. Le corps gère des gaz comme l’oxygène et le dioxyde de carbone. Il fabrique des hormones comme l’insuline, l’adrénaline et la thyroxine. Les doses de chacun de ces composants et de beaucoup d’autres dans le corps s’autorégulent selon certaines limites. Une servo-régulation existe entre les glandes du corps. Par exemple, l’hypophyse à la base du cerveau émet une hormone qui stimule le cortex des glandes surrénales pour produire des hormones corticosurrénales. Quand les niveaux d’hormones corticosurrénales augmentent, la production hypophysaire de l’hormone stimulante s’arrête et vice versa. La température de votre corps est maintenue à un niveau normal de 98.6˚F ou 37˚C, que vous soyez à l’équateur ou au pôle Nord.

  9.  

    9. Certaines conditions sont évidentes, d’autres sont latentes. Certaines sont familiales, d’autres ne le sont pas. Certaines personnes ont une prédisposition au cancer, d’autres ont des allergies, etc. Chacun de nous peut être averti de son domaine de faiblesse et apprendre humblement ce que le Seigneur enseignerait pour que cette faiblesse puisse devenir une force.

  10.  

    10. Éther 12:27.

  11.  

    11. Certaines conditions ne seront totalement corrigées qu’à la résurrection quand « tout sera restitué à sa forme propre et parfaite » (Alma 40:23).

  12.  

    12. Voir Alma 42 :8..

  13.  

    13. Le psalmiste a écrit : « Elle a du prix aux yeux de l’Éternel, la mort de ceux qui l’aiment » (Psaumes 116:15). La mort est précieuse parce que c’est « le retour au foyer » pour un saint auprès du Seigneur.

  14.  

    14. Voir 1 Corinthiens 3:16 ; 6:19.

  15.  

    15. Abraham 3:23.

  16.  

    16. Voir Jérémie 1:5.

  17.  

    17. Voir Alma 13:2–3.

  18.  

    18. Voir Doctrine et Alliances 138:55–56.

  19.  

    19. Voir Alma 13:2–3 ; Voir Doctrine et Alliances 138:38–57.

  20.  

    20. Des qualités comme « la foi, la vertu, la connaissance, la tempérance, la patience, la bonté fraternelle, la divinité, la charité, l’humilité [et] la diligence » (Doctrine et Alliances 4:6) font partie des dons spirituels que nous pouvons cultiver et recevoir. La reconnaissance est une autre qualité spirituelle qui peut être cultivée. Elle détermine l’humeur et la productivité. Et quand vous être spirituellement « né de Dieu », vous pouvez avec reconnaissance avoir le visage empreint de son image (voir Alma 5:14).

  21.  

    21. Voir 1 Corinthiens 12 ; 14:1–12 ; Moroni 10:8–19 ; Doctrine et Alliances 46:10–29.

  22.  

    22. Certains sont tentés de trop manger. « L’obésité a atteint globalement les proportions d’une épidémie avec 2,8 millions de personnes qui meurent chaque année de ses conséquences » (World Health Organization, « 10 Facts on Obesity », mars 2013, www.who.int/features/factfiles/obesity/en). D’autres sont tentés de trop peu manger. L’anorexie et la boulimie détruisent beaucoup de vies, de mariages et de familles. Certains sont tentés par les appétits sexuels interdits par notre Créateur. Des éclaircissements sont donnés dans le Manuel 2 : Administration de l’Église, qui déclare : « La loi du Seigneur en matière de chasteté prescrit l’abstinence de toute relation sexuelle en dehors du mariage légitime et la fidélité dans le mariage… L’adultère, la fornication, les relations homosexuelles et toutes les autres pratiques impies, contre nature ou impures sont des péchés. » Toujours tiré de ce manuel : « Le comportement homosexuel enfreint les commandements de Dieu, est contraire aux buts de la sexualité humaine et prive les gens des bénédictions que l’on peut trouver dans la vie de famille et dans les ordonnances salvatrices de l’Évangile… Bien qu’elle s’oppose au comportement homosexuel, l’Église tend la main avec compréhension et respect aux gens qui sont attirés par les personnes du même sexe » (2010, 21.4.5 ; 21.4.6).

  23.  

    23. Voir 1 Corinthiens 6:9–20 ; Jacques 1:25–27 ; Doctrine et Alliances 130:20–21. Nous devons toujours nous souvenir que « les hommes sont pour avoir la joie » (2 Néphi 2:25).

  24.  

    24. La condition mortelle est une période de mise à l’épreuve comme c’est expliqué dans les Écritures : « Nous les mettrons ainsi à l’épreuve, pour voir s’ils feront tout ce que le Seigneur, leur Dieu, leur commandera » (Abraham 3:25).

  25.  

    25. Voir Mosiah 4:10 ; Alma 39:9 ; Hélaman 15:7. Le Manuel 2 comporte ce message : « Le comportement homosexuel peut être pardonné sous condition de repentir sincère » (21.4.6).

  26.  

    26. Grâce à l’expiation de Jésus-Christ, et en obéissant aux principes de l’Évangile, tout le genre humain peut être sauvé (voir Doctrine et Alliances 138:4 ; 3e article de foi).

  27.  

    27. Voir Éther 12:33–34 ; Moroni 8:17.

  28.  

    28. Voir Mosiah 5:2 ; Alma 5:12–14.

  29.  

    29. Voir Romains 8:13–17 ; Galates 5:13–25 ; Doctrine et Alliances 88:86.

  30.  

    30. 2 Néphi 2:27.

  31.  

    31. Voir Doctrine et Alliances 131:1–4.

  32.  

    32. Voir « La famille : Déclaration au monde », Le Liahona, nov. 2010, p. 129.

  33.  

    33. Voir Matthieu 19:4–6 ; Mosiah 29:26–27 ; Hélaman 5:2.

  34.  

    34. Toute personne naît avec une identité, des chromosomes et un ADN (acide désoxyribonucléique) uniques. L’ADN est une molécule qui renferme les informations génétiques nécessaires au développement et au fonctionnement des cellules vivantes. L’ADN de chacun est créé lorsque ceux du père et de la mère s’unissent pour créer l’ADN d’un nouveau corps, une association entre le père, la mère et l’enfant.

  35.  

    35. Voir Genèse 2:24–25 ; 3:20–21 ; 4:1–2, 25.

  36.  

    36. Le docteur Patrick F. Fagan a écrit : « Le fondement indispensable sur lequel repose le sort de l’économie est le foyer de parents mariés, particulièrement la famille avec enfants qui va chaque semaine à l’église… Chaque mariage crée un nouveau foyer, une unité économique indépendante qui produit des revenus, dépense, économise et investit » (« The Family GDP:How Marriage and Fertility Drive the Economy », The Family in America, vol. 24, n° 2 [printemps 2010], p. 136).

  37.  

    37. Voir Exode 20:14 ; Lévitique 18:22 ; 20:13 ; Deutéronome 5:18 ; Matthieu 5:27–28 ; Marc 10:19 ; Luc 18:20 ; Romains 1:26–27 ; 13:9 ; Mosiah 13:22 ; 3 Néphi 12:27–28 ; Doctrine et Alliances 42:24 ; 59:6.

  38.  

    38. Voir Gordon B. Hinckley, « Ce n’est pas en cachette qu’elles se sont passées », L’Étoile, janvier 1997, p. 59.

  39.  

    39. Voir Doctrine et Alliances 14:7.

  40.  

    40. Voir Moïse 1:39.

  41.  

    41. Voir 2 Néphi 9:41,46 ; Mosiah 16:10.

  42.  

    42. Nous serons jugés selon nos actes et les désirs de notre cœur (voir Doctrine et Alliances 137:9 ; voir aussi Hébreux 4:12 ; Alma 18:32 ; Doctrine et Alliances 6:16 ; 88:109).