Le miracle de l’Expiation peut compenser les imperfections de notre performance.

Les récents jeux olympiques d’hiver ont captivé le monde alors que des athlètes de quatre-vingt-neuf pays ont concouru dans quatre-vingt-dix-huit épreuves différentes. On peut remarquer que dix de ces athlètes étaient membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et que trois d’entre eux ont gagné des médailles mises récemment en valeur dans le Church News : Christopher Fogt, Noelle Pikus-Pace et Torah Bright1. Nous les félicitons eux, ainsi que tous les athlètes qui ont participé. Bravo !

Ce matin, je parle de ces jeux à l’intention des jeunes gens, des jeunes filles et des jeunes adultes seuls, vous qui êtes dans les années décisives qui déterminent le cours de votre vie. C’est poussé par un grand sentiment d’urgence que je m’adresse à vous.

Pour que vous ressentiez cette urgence, je vous raconte d’abord l’histoire de Noelle Pikus-Pace, une de ces athlètes membres de l’Église. Dans le sport que pratique Noelle, le skeleton, les athlètes prennent de la vitesse en courant, puis plongent la tête la première sur une petite luge. Avec leur visage à quelques centimètres de la glace, ils glissent sur une piste sinueuse et glacée, à une vitesse qui peut atteindre les 145 km/heure.

Il est remarquable de constater que des années de préparation sont un succès ou un échec en fonction de ce qui se produit au cours de quatre manches intenses de soixante secondes chacune.

Les rêves de Noelle pour les jeux olympiques de 2006 furent anéantis lorsqu’un terrible accident la laissa avec une jambe fracturée. Lors des jeux olympiques de 2010, ses rêves furent de nouveau déçus quand un dixième de seconde l’empêcha de remporter une médaille2.

Pouvez-vous imaginer son anxiété en attendant de commencer sa première course aux jeux olympiques de 2014 ? Ses années de préparation allaient se concrétiser en seulement une fraction de seconde. Quatre minutes au total. Elle avait passé des années à se préparer à ces quatre minutes et elle passerait ensuite le reste de sa vie à y repenser.

La course finale de Noelle a été presque parfaite ! Nous n’oublierons jamais son bond dans les gradins pour prendre sa famille dans ses bras après avoir franchi la ligne d’arrivée, s’exclamant : « On a réussi ! » Les années de préparation ont porté leurs fruits. Nous avons vu son médaillon des Jeunes Filles autour du cou pendant que l’on plaçait sa médaille d’argent3.

Peut-être semble-t-il injuste que tous les rêves olympiques de Noelle dépendent de ce qu’elle a fait pendant ces quatre courtes minutes. Mais elle le savait et c’est la raison pour laquelle elle s’est préparée avec tant de diligence. Elle a ressenti l’importance et l’urgence de ses quatre minutes et ce qu’elles signifieraient pour le reste de sa vie.

Nous nous souvenons aussi de Christopher Fogt, un des membres de l’équipe de quatre qui a gagné la médaille de bronze de la course de bobsleigh. Alors qu’il aurait pu abandonner après un accident catastrophique aux jeux olympiques de 2010, il a choisi de persévérer. Après une étonnante course rédemptrice, il a remporté le prix qu’il avait si diligemment recherché4.

À présent, réfléchissez à quel point votre chemin menant à la vie éternelle est semblable à la « performance de quatre minutes » de ces athlètes. Vous êtes un être éternel. Avant votre naissance, vous existiez en tant qu’esprit. En la présence d’un Père céleste aimant, vous avez été entraînés et préparés pour votre venue sur la terre pendant un court moment, et à réussir. Cette vie représente vos quatre minutes. Pendant que vous êtes ici, vos actes détermineront si vous gagnerez le prix de la vie éternelle. Le prophète Amulek a expliqué : « Cette vie est le moment […] [de] se préparer à rencontrer Dieu ; oui, voici, le jour de cette vie est le jour […] [pour] accomplir [vos] œuvres5. »

Dans un sens, vos quatre minutes ont déjà commencé. Le compte à rebours est enclenché. Les paroles de l’apôtre Paul semblent si appropriées : « Courez de manière à remporter [le prix]6. »

De la même façon que certaines étapes sont essentielles à la performance très brève d’un athlète olympique, des sauts et des manœuvres pour des patineurs et des planchistes à neige, négocier les virages d’une course de bobsleigh ou se frayer un chemin à travers les portes d’un parcours de descente en slalom, il en est de même de notre vie où certaines choses sont absolument essentielles : ce sont des points de contrôle qui nous permettent d’accomplir notre traversée spirituelle sur la terre. Ces marqueurs spirituels sont les ordonnances de l’Évangile essentielles que Dieu nous a données : le baptême, la réception du Saint-Esprit, les ordinations à la prêtrise, les ordonnances du temple et l’occasion de prendre la Sainte-Cène chaque semaine.

« Le pouvoir de la divinité se manifeste dans [ces] ordonnances7. »

De la même façon que la discipline de l’entraînement prépare un athlète à accomplir des épreuves de son sport à un haut niveau, garder les commandements vous qualifiera à recevoir ces ordonnances salvatrices.

Ressentez-vous l’urgence ?

Mes jeunes amis, où que vous soyez dans votre « performance de quatre minutes », je vous exhorte à vous demander : « Que dois-je faire ensuite pour gagner ma médaille ? » Pendant cette conférence, peut-être le Saint-Esprit vous a-t-il murmuré ce que cela peut être : vous préparer plus résolument à une ordonnance que vous recevrez plus tard ou à en recevoir une que vous auriez dû recevoir depuis longtemps. Quoi que ce soit, faites-le. N’attendez pas. Vos quatre minutes passeront vite et vous aurez le reste de l’éternité pour penser à ce que vous avez fait dans cette vie8.

L’auto-discipline est nécessaire. La prière quotidienne, l’étude des Écritures et l’assistance aux réunions de l’Église doivent être la base de votre entraînement. Il est requis un modèle constant d’obéissance aux commandements, de respect des alliances que vous avez contractées et d’observance des principes du Seigneur qui se trouvent dans Jeunes, soyez forts.

Peut-être connaissez-vous certaines choses dans votre vie qui menacent de ralentir ou d’arrêter votre progression spirituelle. Si c’est le cas, suivez le conseil de Paul : « Rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la [course] qui nous est offerte9. »

Il n’est pas encore trop tard pour se repentir. Mais ce peut être bientôt le cas, parce que personne ne sait quand vos quatre minutes seront écoulées.

Il se peut que vous pensiez : « J’ai déjà tout gâché. Mes quatre minutes sont déjà une catastrophe. Je n’ai plus qu’à abandonner. » Si c’est le cas, arrêtez de penser cela et ne le repensez jamais plus. Le miracle de l’Expiation peut compenser les imperfections de notre performance. Jeffrey R. Holland a enseigné :

« À ceux d’entre vous […] qui pourraient encore rester en arrière, […] je témoigne du pouvoir de renouvellement de l’amour de Dieu et du miracle de sa grâce.

« […] Il n’est jamais trop tard tant que le Maître […] dit qu’il y a du temps. […] Ne différez pas10. »

Souvenez-vous que vous n’êtes pas seuls. Le Sauveur a promis qu’il ne vous laissera pas orphelins11. Vous avez aussi des membres de votre famille, des amis et des dirigeants qui vous encouragent.

Bien que mes remarques aient été destinées aux jeunes de l’Église, aux parents et aux grands-parents, j’offre ce qui suit :

Récemment, David A. Bednar a décrit un moyen simple de procéder à une évaluation familiale pour enregistrer la progression sur le chemin des alliances au moyen des ordonnances essentielles. Tout ce dont on a besoin c’est d’une feuille de papier comportant deux colonnes : l’une intitulée « nom » et l’autre « plan pour ordonnance prochaine ou nécessaire ». Je l’ai fait récemment, inscrivant chaque membre de ma famille. Parmi eux, j’ai remarqué un petit-fils nouveau-né, devant être bientôt béni, un petit-fils de six ans dont la préparation au baptême était essentielle et un fils atteignant dix-huit ans dont la préparation à la prêtrise et à la dotation du temple était imminente. Toutes les personnes sur la liste avaient besoin de l’ordonnance de la Sainte-Cène. Cet activité simple nous a aidé, Lesa et moi, à assumer notre rôle qui consiste à aider chaque membre de notre famille à progresser sur le chemin des alliances, avec un plan d’action pour chacun d’eux. Peut-être est-ce une idée que vous pouvez utiliser et qui conduira à des discussions familiales, des leçons de soirées familiales, une préparation et même des invitations à des ordonnances essentielles dans votre famille12.

En tant que skieur et planchiste moi-même, j’ai été impressionné par la performance de « quatre minutes » de la planchiste à neige Torah Bright, athlète australienne sainte des derniers jours, médaillée d’argent à la compétition de demi-lune. Elle a ébloui le monde en finissant une course presque parfaite avec un saut périlleux arrière à 720 degrés. Cependant, c’est son comportement envers ses concurrentes, empreint d’amour chrétien, qui a le plus impressionné et surpris le monde entier. Elle a remarqué que Kelly Clark, planchiste à neige américaine, qui avait fait une mauvaise première course dans la manche finale, semblait nerveuse avant sa deuxième course. Kelly se rappelle : « Elle m’a prise dans ses bras. Elle m’a tenue ainsi jusqu’à ce que je me calme suffisamment et que je ralentisse ma respiration. C’était bon d’être réconfortée par une amie. » Kelly Clark allait plus tard rejoindre Torah sur le podium des vainqueurs en gagnant une médaille de bronze.

Quand on lui a demandé la raison de cet acte inhabituel envers son adversaire, ce qui pouvait mettre sa médaille d’argent en danger, Torah a répondu : « Je suis une concurrente, je veux faire de mon mieux, mais je veux que mes adversaires fassent aussi de leur mieux13. »

Cela dit, quelqu’un a-t-il besoin de vos encouragements ? un membre de votre famille ? un ami ? un camarade de classe ou un membre de votre collège ? Comment pouvez-vous les aider à gérer leurs quatre minutes ?

Chers amis, vous êtes au beau milieu d’un voyage exaltant. D’une certaine manière, vous descendez la demi-lune ou la piste de luge et il peut être difficile d’effectuer chaque épreuve ou de négocier chaque virage le long du parcours. Mais souvenez-vous, cela fait des millénaires que vous vous y préparez. Le moment est venu de faire vos preuves. Ce sont vos quatre minutes ! Le temps est venu !

J’ai la plus grande confiance dans vos capacités. Le Sauveur du monde est à vos côtés. Si vous recherchez son aide et suivez ses conseils, comment pouvez-vous échouer ?

Je conclus en témoignant de la bénédiction que c’est d’avoir un prophète actuel, le président Monson, et de Jésus-Christ et de son rôle en tant que notre Sauveur et Rédempteur. En son nom sacré, Jésus-Christ. Amen.

Afficher les références

  1.  

    1. Voir Christine Rappleye, « Mormons in the Olympics : 3 Medals for LDS Athletes at the Winter Games », deseretnews.com/article/865597546/Mormons-in-the-Olympics-3-medals-for-LDS-athletes-at-the-Winter-Games.html.

  2.  

    2. Voir Christine Rappleye, « Mormons in the Olympics ».

  3.  

    3. Voir Sarah Petersen, « Noelle Pikus-Pace Wears LDS Young Women Necklace throughout Olympics » deseretnews.com/article/865596771/Noelle-Pikus-Pace-wears-LDS-Young-Women-necklace-throughout-Olympics.html.

  4.  

    4. Voir Amy Donaldson, « Army, Faith Helped Push Mormon Bobsledder Chris Fogt to Olympic Success », deseretnews.com/article/865597390/Army-faith-helped-push-Mormon-bobsledder-Chris-Fogt-to-Olympic-success.html.

  5.  

    5.  Alma 34:32.

  6.  

    6. Voir 1 Corinthiens 9:24.

  7.  

    7.  Doctrine et Alliances 84:20.

  8.  

    8. Voir Alma 34:31–33.

  9.  

    9.  Hébreux 12:1.

  10.  

    10. Jeffrey R. Holland, « Les ouvriers dans la vigne », Le Liahona, mai 2012, p. 33.

  11.  

    11. Voir Jean 14:18.

  12.  

    12. David A. Bednar, dans une conversation avec l’auteur.

  13.  

    13. Vidya Rao, « Snowboarder Kelly Clark : Hug from Competitor Helped Me Win Bronze », today.com/sochi/snowboarder-kelly-clark-hug-competitor-helped-me-win-bronze-2D12108132.