New Experience
Avril 2015 | Chercher le Seigneur

Chercher le Seigneur

Avril 2015 Conférence générale

En approfondissant notre compréhension du Sauveur, nous aurons un plus grand désir de vivre joyeusement et la conviction qu’on peut trouver la joie.

Mes chers frères et sœurs, c’est avec une grande joie que je me tiens ici devant vous à l’occasion de cette conférence générale à laquelle nous participons ensemble. En écoutant les paroles de sagesse et de réconfort, les conseils et les avertissements donnés à la conférence générale pendant de nombreuses années, sœur Teixeira, nos enfants et moi avons reçu des bénédictions incommensurables.

En cette période spéciale de l’année, particulièrement en ce sabbat de Pâques, je ne peux m’empêcher de méditer sur l’importance des enseignements du Sauveur et sur son exemple doux et aimant dans ma vie.

Une meilleure compréhension de Jésus-Christ nous donnera une plus grande espérance en l’avenir et, en dépit de nos imperfections, une plus grande confiance pour atteindre nos objectifs justes. Elle nous donnera aussi un plus grand désir de servir nos semblables.

Le Seigneur a dit : « [Cherchez-]moi dans chacune de vos pensées ; ne doutez pas, ne craignez pas1. » Rechercher le Seigneur et ressentir sa présence est une quête quotidienne, un effort, qui en vaut la peine.

Frères et sœurs, aujourd’hui plus que jamais, nous avons à notre disposition des possibilités exceptionnelles d’approfondir notre compréhension des enseignements de Jésus-Christ et de son expiation ainsi que les ressources pour le faire. La bonne utilisation de ces ressources nous aidera à mener une vie fructueuse remplie de joie.

Dans sa métaphore du cep et des sarments, le Sauveur a dit : « Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi2. »

Plus nous comprenons le rôle extraordinaire du Christ dans notre vie, plus nous prenons conscience de notre but ici dans la condition mortelle, qui est d’avoir la joie. Cependant, cette joie ne nous empêche pas de connaître des épreuves et des difficultés, certaines si grandes et si compliquées qu’elles peuvent nous porter à croire que le bonheur n’est pas possible dans ces circonstances.

Je sais par expérience personnelle que la joie de vivre dans la justice et de demeurer en Christ peut perdurer en dépit des tribulations caractéristiques de la condition mortelle. En fin de compte, souvent ces tribulations nous enrichissent, nous raffinent et nous conduisent à une meilleure compréhension du but de notre existence ici dans la condition mortelle et de l’expiation de Jésus-Christ. En fait, on ne peut atteindre une plénitude de joie que grâce à Jésus-Christ3.

Il a dit : « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire4. »

Je crois qu’en approfondissant notre compréhension du Sauveur, nous aurons un plus grand désir de vivre joyeusement et la conviction qu’on peut trouver la joie. Nous aurons alors une plus grande capacité de vivre chaque jour avec plus d’enthousiasme vis-à-vis de la vie et du respect des commandements de Dieu, même dans les situations difficiles.

Ne remettons pas à demain ce que nous pouvons faire aujourd’hui. C’est aujourd’hui que nous devons aller au Christ parce que, si nous le croyons, nous travaillerons dès aujourd’hui5.

Nous devons penser chaque jour à avoir des contacts fréquents avec les enseignements du Christ. Les actes et les gestes petits et simples du quotidien :

  1. Approfondiront notre compréhension de l’importance du Seigneur dans notre vie, et

  2. Nous aideront à transmettre cette compréhension aux générations montantes, qui ressentiront forcément l’amour de notre Père céleste et de son Fils, Jésus-Christ, lorsqu’elles verront notre exemple de mise en pratique sincère de l’Évangile.

Quels sont alors les comportements simples en cette époque moderne qui deviendront un baume pour notre âme en renforçant notre témoignage du Christ et de sa mission ?

En 2014, des photographes professionnels et amateurs de plus de cent cinquante pays ont envoyé plus de 9 200 clichés au concours photo du National Geographic . La photo lauréate montre une femme au centre d’un train rempli de passagers. La lumière de son téléphone portable éclaire son visage. Elle communique un message clair aux autres passagers : Bien qu’elle soit physiquement présente, son esprit est ailleurs6.

Les données mobiles, les smartphones et les réseaux sociaux ont profondément changé notre façon d’être dans le monde et la manière dont nous communiquons avec les autres.

Dans cette ère numérique, nous pouvons nous transporter très rapidement dans des lieux et des activités qui peuvent vite nous séparer de ce qui est essentiel à une vie remplie de joie durable.

Si nous ne la maîtrisons pas, la vie que nous passons sur les réseaux peut donner la priorité aux relations avec des personnes que nous ne connaissons pas ou que nous n’avons jamais rencontrées au détriment des personnes avec qui nous vivons, à savoir notre propre famille !

D’un autre côté, nous savons tous que nous avons la bénédiction d’avoir une excellente documentation en ligne, notamment celle produite par l’Église, telle que des versions texte et audio des saintes Écritures et des conférences générales, des productions vidéo de la vie et des enseignements de Jésus-Christ, des applications pour enregistrer notre histoire familiale et la possibilité d’écouter de la musique inspirante.

Les choix que nous faisons et les priorités que nous établissons pour le temps que nous passons en ligne sont déterminants. Ils peuvent décider de notre progression et de notre maturité spirituelles dans l’Évangile ainsi que de notre désir de contribuer à un monde meilleur et de mener une vie plus productive.

C’est pourquoi je vais mentionner aujourd’hui trois habitudes simples qui établiront une activité en ligne saine. Ces habitudes engendreront les introspections quotidiennes qui nous sont nécessaires pour nous rapprocher des enseignements de notre Père céleste et de son Fils, Jésus-Christ.

Habitude numéro 1 : Consultez la documentation des sites Internet officiels de l’Église

Le fait de consulter fréquemment cette documentation pendant la semaine nous aidera à toujours être sensibles aux enseignements de l’Évangile et à encourager notre famille et nos amis à méditer sur ce qui a le plus d’importance.

Habitude numéro 2 : Inscrivez-vous sur les réseaux sociaux officiels de l’Église

Ce choix apportera sur votre écran le contenu essentiel à l’approfondissement de votre recherche du Seigneur et de ses enseignements et renforcera votre désir de comprendre l’Évangile. Chose plus importante, il vous aidera à vous souvenir de ce que le Christ attend de chacun de nous.

Tout comme « il n’y a pas de bonne terre sans bon agriculteur7 », de même, il n’y aura pas de bonne récolte en ligne si nous n’établissons pas dès le début des priorités quant à ce à quoi nos doigts et notre esprit ont accès.

Habitude numéro 3 : Prenez le temps de mettre de côté vos appareils mobiles

C’est rafraîchissant de mettre de côté ses appareils mobiles pour un temps et de tourner les pages des Écritures ou de prendre le temps de parler avec des membres de sa famille ou des amis. En particulier le jour du Seigneur, goûtez la paix qu’apporte la participation à la réunion de Sainte-Cène sans l’envie constante de regarder si vous avez un nouveau message ou une nouvelle publication.

L’habitude de mettre de côté votre appareil mobile pour un temps enrichira et élargira votre perspective de la vie, car cette dernière ne se réduit pas à un écran de dix centimètres.

Le Seigneur Jésus-Christ a dit : « Comme le Père m’a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour8 » Dieu veut que nous ayons la joie et que nous ressentions son amour. Le Christ rend cette joie possible pour chacun de nous. Nous avons les moyens de mieux le connaître et de vivre son Évangile.

Je témoigne de la joie que nous éprouvons lorsque nous respectons les commandements et de la paix et de la sécurité que nous ressentons lorsque nous demeurons dans l’amour de notre Père céleste et de son Fils, notre Sauveur. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Afficher les référencesCacher les références