Sauter le menu général
Avril 2015 | Pourquoi le mariage et la famille sont importants, partout dans le monde

Pourquoi le mariage et la famille sont importants, partout dans le monde

Avril 2015 Conférence générale

La famille est le centre de la vie et la clé du bonheur éternel.

En novembre dernier, j’ai eu la bénédiction d’être invité avec Henry B. Eyring, de la Première Présidence, et Gérald Caussé, de l’Épiscopat président, à assister à un colloque sur le mariage et la famille, au Vatican. Dans l’assemblée se trouvaient des représentants ecclésiastiques de quatorze religions, en provenance des six continents, qui ont tous été invités à exprimer leurs croyances sur ce qui arrive à la famille dans le monde d’aujourd’hui.

Le pape François a ouvert la première session du colloque par cette déclaration : « Nous vivons désormais dans une culture du provisoire, dans laquelle les gens renoncent de plus en plus au mariage comme engagement public. Cette révolution des coutumes et de la morale a souvent brandi le drapeau de la liberté mais, en réalité, elle a fait subir une dévastation spirituelle et matérielle à d’innombrables êtres humains, en particulier aux plus démunis et aux plus vulnérables. […] Ce sont toujours eux qui souffrent le plus dans cette crise1. »

Parlant de la génération montante, il a déclaré qu’il est important qu’elle « ne se laisse pas contaminer par la mentalité nuisible du provisoire et qu’elle soit révolutionnaire par son courage de chercher un amour vrai et durable, d’aller à contre-courant ». Voilà ce qu’il faut faire2.

Ce discours a été suivi de trois jours d’exposés et de discussion entre les dirigeants religieux qui ont parlé du mariage entre un homme et une femme. En écoutant parler cette immense diversité de dirigeants religieux du monde, je les ai vus s’accorder complètement les uns avec les autres et exprimer leur soutien aux croyances de chacun concernant le caractère sacré de l’institution du mariage et de l’importance de la famille en tant que cellule de base de la société. J’ai éprouvé un profond sentiment d’unité entre nous.

Beaucoup ont vu et ont exprimé cette unité de nombreuses manières. J’ai particulièrement aimé lorsqu’un érudit musulman d’Iran a cité deux paragraphes, mot pour mot, de notre déclaration sur la famille.

Durant le colloque, j’ai remarqué que, lorsque différentes religions, confessions et Églises partagent les mêmes croyances sur le mariage et la famille, leur unité s’étend aussi aux valeurs, à la loyauté et à l’engagement qui sont naturellement associés à la famille. J’ai trouvé remarquable la manière dont le mariage et les priorités centrées sur la famille dépassaient et supplantaient toutes les différences politiques, économiques et religieuses. Pour ce qui est de l’amour pour le conjoint et des espérances, des inquiétudes et des aspirations pour les enfants, nous sommes tous pareils.

C’était merveilleux de nous trouver dans des réunions avec des orateurs du monde entier qui exprimaient de manière universelle leurs sentiments sur l’importance du mariage entre un homme et une femme. Chaque discours a été suivi de témoignages d’autres dirigeants religieux. Le président Eyring a rendu le dernier témoignage au colloque. Il a témoigné avec force de la beauté d’un mariage où le mari et la femme sont dévoués l’un à l’autre et de notre croyance en la bénédiction de la famille éternelle qui nous est promise.

Le témoignage du président Eyring était une conclusion appropriée de ces trois jours exceptionnels.

Maintenant, vous vous demandez peut-être : « Si la majorité partageait les mêmes priorités et les mêmes croyances concernant la famille, si toutes ces religions s’accordaient fondamentalement sur ce que doit être le mariage, et si elles s’accordaient toutes sur l’importance qui doit être donnée au foyer et aux relations familiales, en quoi sommes-nous différents ? En quoi l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours se distingue-t-elle du reste du monde ? »

Voici la réponse : Cela a été merveilleux de voir et de sentir que nous avons tant en commun avec le reste du monde concernant nos familles, cependant nous avons la vision et la perspective éternelle supplémentaires et très différentes de l’Évangile rétabli.

Ce dernier apporte quelque chose de si important et de si pertinent au débat sur le mariage et la famille qu’on ne saurait trop y insister : Pour nous, ce thème est éternel ! Nous élevons l’engagement du mariage et son caractère sacré à un niveau supérieur parce que nous croyons et comprenons que la famille existait avant la création de cette terre et qu’elle peut perdurer dans l’éternité.

Cette doctrine est enseignée avec simplicité, force et beauté dans les paroles du chant de la Primaire « Ensemble à tout jamais » écrites par Ruth Gardner. Arrêtons-nous un instant et pensons aux enfants de la Primaire du monde entier qui chantent ces paroles dans leur langue maternelle, à gorge déployée, avec un enthousiasme que seul l’amour de la famille peut susciter :

Les membres de la famille peuvent être ensemble à jamais

Ensemble à tout jamais.

C’est là ce que je veux, car grâce au plan de Dieu,

moi aussi je peux le mériter3. »

Toute la théologie de notre Évangile rétabli tourne autour de la famille et de la nouvelle alliance éternelle du mariage. Dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, nous croyons en une vie prémortelle où nous vivions tous comme enfants d’esprit littéraux de Dieu, notre Père céleste. Nous croyons que nous étions et que nous sommes toujours membres de sa famille.

Nous croyons que le mariage et les liens familiaux peuvent perdurer après la mort, que les mariages accomplis par les hommes qui détiennent la bonne autorité dans ses temples continueront à être valides dans le monde à venir. Nos cérémonies de mariage suppriment les mots « jusqu’à ce que la mort nous sépare » et les remplacent par « pour le temps et pour toute l’éternité ».

Nous croyons aussi qu’une famille traditionnelle forte n’est pas seulement la cellule de base d’une société, d’une économie et d’une culture stable fondées sur des principes moraux, mais qu’elle est aussi la cellule de base de l’éternité, du royaume de Dieu et de son gouvernement.

Nous croyons que l’organisation et le gouvernement du ciel seront bâtis autour de la famille, proche et élargie.

C’est en raison de notre croyance en l’éternité du mariage et de la famille que l’Église veut être chef de file et participante de mouvements mondiaux pour les renforcer. Nous savons que les gens qui sont pratiquants dans leur religion ne sont pas les seuls à partager les mêmes idéaux et les mêmes priorités d’un mariage durable et de relations familiales fortes. Un grand nombre de personnes laïques a conclu qu’un mariage et une vie de famille dévoués sont la manière de vivre la plus raisonnable, la plus économique et la plus heureuse.

Personne n’a jamais trouvé de manière plus efficace d’élever la génération montante qu’un « foyer » de parents mariés avec des enfants.

Pourquoi le mariage et la famille doivent-ils être importants partout ? Les sondages d’opinion publique montrent que le mariage reste l’idéal et l’espérance de la majorité dans chaque tranche d’âge, même au sein de la génération du nouveau millénaire, où l’on entend tellement parler de célibat choisi, de liberté personnelle et de concubinage au lieu de mariage. Le fait est qu’une forte majorité dans le monde entier souhaite toujours avoir des enfants et fonder une famille forte.

Une fois qu’on est marié et qu’on a des enfants, le véritable point commun de toute l’humanité devient encore plus évident. En tant que personnes qui croient en la famille, où que nous vivions ou quelles que soient nos croyances religieuses, nous faisons face aux mêmes difficultés, aux mêmes ajustements, nous partageons les mêmes espoirs, les mêmes inquiétudes et les mêmes rêves pour nos enfants.

Comme l’a dit David Brooks, chroniqueur du New York Times : « les gens ne gagnent pas au change quand on leur donne un maximum de liberté personnelle pour faire ce qu’ils veulent. Ils s’en sortent mieux quand ils sont liés par des engagements qui transcendent les choix personnels : des engagements envers une famille, un Dieu, un métier et un pays4. »

Un problème est que la plupart du monde des médias et du monde du spectacle du monde entier ne reflète pas les priorités et les valeurs de la majorité. Pour une raison ou pour une autre, trop d’émissions de télévision, de films, de musiques et d’informations sur l’Internet présentent un cas classique d’une minorité qui se fait passer pour la majorité. L’immoralité et l’amoralité, allant de la violence descriptive au sexe récréatif, sont présentées comme la norme et peuvent pousser les gens qui ont des valeurs traditionnelles à penser qu’ils sont démodés ou qu’ils viennent d’une époque révolue. Dans un tel monde dominé par l’influence des médias et de l’Internet, il n’a jamais été aussi difficile d’élever des enfants responsables et de préserver l’unité des mariages et des familles.

Cependant, en dépit de ce que peuvent suggérer les différentes formes de médias et de divertissements et en dépit du déclin réel du désir que certains ont de se marier et de fonder une famille, une forte majorité de l’humanité croit toujours que le mariage doit être entre un homme et une femme. Ils croient en la fidélité dans le mariage et ils croient en ces vœux du mariage : « dans la maladie comme dans la santé » et « jusqu’à ce que la mort nous sépare ».

Nous devons nous souvenir de temps en temps, comme cela m’a été rappelé à Rome, du fait merveilleusement rassurant et réconfortant que le mariage et la famille restent l’aspiration et l’idéal de la plupart des gens et que nous ne sommes pas les seuls à avoir ces croyances. Il n’y a jamais eu autant de difficultés qu’à notre époque à trouver un équilibre réalisable entre l’emploi, la famille et les besoins personnels. En tant qu’Église, nous voulons faire tout notre possible pour aider à créer et à soutenir des familles et des mariages forts.

C’est la raison pour laquelle l’Église participe activement aux différentes coalitions et aux efforts œcuméniques pour renforcer la famille, et en assure la direction. C’est la raison pour laquelle nous publions dans les médias et les réseaux sociaux nos valeurs centrées sur la famille. C’est la raison pour laquelle nous ouvrons nos nombreux registres généalogiques et familiaux à toutes les nations.

Nous voulons faire entendre notre voix contre tous les styles de vie alternatifs et contrefaits qui essaient de remplacer l’organisation de la famille que Dieu lui-même a établie. Nous voulons aussi faire entendre notre voix en soutien de la joie et de l’épanouissement que la famille traditionnelle apporte. Nous devons continuer d’élever cette voix dans le monde entier en déclarant la raison pour laquelle le mariage et la famille sont si importants, et la raison pour laquelle ils le resteront à jamais.

Mes frères et sœurs, l’Évangile est centré sur le mariage et la famille. C’est aussi autour du mariage et de la famille que nous pouvons nous unir le plus avec d’autres religions. C’est à propos du mariage et de la famille que nous nous trouverons le plus de points communs avec le reste du monde. Ce sont le mariage et la famille qui donnent à l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours les meilleures occasions d’être une lumière sur la colline.

Je finirai en rendant témoignage (et mes neuf décennies sur cette terre me donnent largement le droit de dire cela) que plus je vieillis, plus je me rends compte que la famille est le centre de la vie et la clé du bonheur éternel.

Je remercie ma femme, mes enfants, mes petits-enfants, mes arrières-petits-enfants, tous les cousins, ma belle-famille et la famille élargie qui enrichissent ma vie et la rendent même éternelle. Je rends avec la plus grande conviction et la plus grande solennité mon témoignage sacré de cette vérité éternelle. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Afficher les référencesCacher les références

    Notes

    1. Discours du pape François à Humanum : Colloque international sur la complémentarité homme-femme, 17 novembre 2014, humanum.it/en/videos ; voir aussi zenit.org/en/articles/pope-francis-address-at-opening-of-colloquium-on-complementarity-of-man-and-woman.

    2. Pape François, Colloque sur la complémentarité homme-femme.

    3. « Ensemble à tout jamais » Cantiques, n °192.

    4. David Brooks, « The Age of Possibility », New York Times, 16 novembre 2012, A35 ; nytimes.com/2012/11/16/opinion/brooks-the-age-of-possibility.html.