Avril 2016 | Les choix

    Les choix

    Avril 2016 Conférence générale

    « Puissions-nous continuellement choisir le bien, ce qui est plus difficile que de choisir le mal. »

    Frères et sœurs, avant de commencer mon message formel aujourd’hui, j’aimerais annoncer quatre nouveaux temples qui seront construits aux endroits suivants dans les mois et années qui viennent : Quito, Équateur ; Harare, Zimbabwe ; Belém, Brésil ; et un deuxième temple à Lima, Pérou.

    Quand je suis devenu membre du Collège des douze apôtres en 1963, il y avait douze temples en service dans l’Église. Avec la consécration il y a deux semaines du temple du centre-ville de Provo, il y a maintenant cent cinquante temples en service dans le monde. Combien nous sommes reconnaissants des bénédictions que nous recevons dans ces demeures sacrées !

    Frères et sœurs, je suis reconnaissant de pouvoir vous faire part de certaines réflexions ce matin.

    Récemment, j’ai pensé aux choix. Quelqu’un a dit que la porte de l’histoire tourne sur de petits gonds, et qu’il en est de même de la vie des gens. Les choix que nous faisons déterminent notre destinée.

    Quand nous avons quitté notre existence prémortelle et sommes devenus mortels, nous avons emporté avec nous le don du libre arbitre. Notre but est d’obtenir la gloire céleste et les choix que nous faisons déterminent, en grande partie, si nous l’atteindrons ou non.

    La plupart d’entre vous connaissent le personnage Alice du roman de Lewis Caroll, Les aventures d’Alice au pays des merveilles. Vous vous souvenez qu’à un moment elle arrive à un croisement où la route se sépare en deux chemins partant chacun dans une direction opposée. Alors qu’elle réfléchit à la direction à prendre, elle rencontre le chat du Cheshire et lui demande : « Quel chemin dois-je prendre ? »

    Le chat lui répond : « Cela dépend de l’endroit où tu veux aller. Si tu ne sais pas où tu veux aller, peu importe le chemin que tu choisis1. »

    À la différence d’Alice, nous savons tous où nous voulons aller et le chemin que nous empruntons est important, car celui que nous suivons dans cette vie nous conduit à la destination que nous atteindrons dans l’au-delà.

    Puissions-nous choisir d’édifier en nous-mêmes une foi grande et puissante qui sera notre défense la plus efficace contre les desseins de l’adversaire, une vraie foi, le genre de foi qui peut nous soutenir et qui renforcera notre désir de choisir le bien. Sans une telle foi, nous n’allons nulle part. Avec elle, nous pouvons atteindre nos objectifs.

    Il est impératif de choisir avec sagesse mais il nous arrivera de faire des choix insensés. Le don du repentir, que nous devons à notre Sauveur, nous permet de changer de cap afin de pouvoir retourner sur le chemin qui nous mènera à cette gloire céleste que nous recherchons.

    Puissions-nous avoir le courage d’affronter l’opinion générale. Puissions-nous continuellement choisir le bien, ce qui est plus difficile que de choisir le mal.

    Quand nous réfléchissons aux décisions que nous prenons chaque jour de notre vie, que ce soit pour tel ou tel choix, si nous choisissons le Christ, ce sera toujours le bon choix.

    Puisse-t-il en être toujours ainsi. C’est là ma prière sincère et humble, au nom de Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur. Amen.

    Left
    Afficher les référencesCacher les références

      Notes

      1. Adapté du roman de Lewis Carroll, Alice’s Adventures in Wonderland (Les aventures d’Alice au pays des merveilles), 1898, p. 89.