New Experience
Octobre 2016 | Faire connaître l’Évangile rétabli

Faire connaître l’Évangile rétabli

Octobre 2016 Conférence générale

« Ce que nous appelons « l’œuvre missionnaire par les membres » n’est pas un programme mais une attitude d’amour et de main tendue pour aider les personnes qui nous entourent »

I.

Vers la fin de son ministère terrestre, notre Sauveur Jésus-Christ a commandé à ses disciples : « Allez, faites de toutes les nations des disciples » (Matthieu 28:19) et « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création » (Marc 16:15). Tous les chrétiens sont tenus par le commandement de faire connaître l’Évangile à tout le monde. Beaucoup appellent cela la « grande mission ».

Le Sauveur nous enseigne à prier.

Comment Neil L Andersen l’a décrit dans la session de ce matin, les saints des derniers jours font certainement partie des plus engagés dans cette grande responsabilité. Nous devrions l’être parce que nous savons que Dieu aime tous ses enfants et que, en ces derniers jours, il a rétabli une connaissance supplémentaire vitale et le pouvoir de les bénir tous. Le Sauveur nous a enseigné que nous devons aimer tous nos frères et sœurs, et nous honorons cet enseignement en faisant part de notre témoignage et du message de l’Évangile rétabli à « toutes les nations, familles, langues et peuples » (D&A 112:1). C’est une partie fondamentale de ce que signifie être un saint des derniers jours. Nous le considérons comme un privilège joyeux. Que peut-il y avoir de plus joyeux que de faire connaître les vérités de l’éternité aux enfants de Dieu ?

Aujourd’hui, pour faire connaître l’Évangile, nous disposons de nombreuses ressources qui n’existaient pas du temps des générations précédentes. Nous avons la télévision, l’Internet et les différents médias sociaux. Nous avons beaucoup de messages très utiles pour présenter l’Évangile rétabli. Nous avons la notoriété de l’Église dans de nombreux pays. Nous avons un nombre de missionnaires qui a beaucoup augmenté. Mais utilisons-nous toutes ces ressources avec les meilleurs résultats possibles ? Je crois que la plupart d’entre nous diraient non. Nous désirons nous acquitter plus efficacement de la responsabilité que Dieu nous a confiée de proclamer l’Évangile rétabli au monde entier.

Beaucoup de bonnes idées pour faire connaître l’Évangile fonctionneraient dans certains pieux ou pays. Cependant, comme nous sommes une Église mondiale, je vais parler d’idées qui marcheront partout, dans les unités les plus récentes comme dans les plus anciennes, dans les cultures nouvellement réceptives à l’Évangile de Jésus-Christ comme dans les cultures et pays qui sont de plus en plus hostiles à la religion. Je veux parler d’idées que vous pouvez faire connaître à des personnes qui sont des croyants engagés en Jésus Christ, aussi bien qu’à celles qui n’ont jamais entendu son nom, ou sont satisfaites de leur vie actuelle ou cherchent désespérément à s’améliorer.

Que puis-je dire qui vous sera utile pour faire connaître l’Évangile, quelle que soit votre situation ? Nous avons besoin de l’aide de tous les membres, et tous les membres peuvent aider parce qu’il y a tant à accomplir pour faire connaître l’Évangile rétabli à toutes les nations, familles, langues et peuples.

Le président Monson encourage les membres et les missionnaires à travailler ensemble

Nous savons tous que la participation des membres à l’œuvre missionnaire est vitale pour réussir à convertir et à maintenir les convertis dans l’Église. Le président Monson a dit : « Le moment est venu pour les membres et les missionnaires de s’unir […] [et] de travailler dans la vigne du Seigneur pour lui amener des âmes. Il a préparé la voie pour que nous fassions connaître l’Évangile d’une multitude de façons, et il nous aidera dans notre tâche si nous agissons avec foi pour accomplir son œuvre1. »

L’œuvre missionnaire n’est pas simplement une clé

Faire connaître l’Évangile rétabli est notre devoir et notre prérogative de chrétiens durant toute notre vie. Quentin L. Cook nous a rappelé : « L’œuvre missionnaire n’est pas simplement l’une des quatre-vingt-huit touches d’un piano sur laquelle on appuie occasionnellement ; c’est l’accord majeur d’une mélodie captivante qui doit être joué continuellement tout au long de notre vie si nous voulons rester en harmonie avec notre engagement de chrétien et avec l’Évangile de Jésus-Christ2. »

II.

Il y a trois choses que tous les membres peuvent faire pour aider à faire connaître l’Évangile, quelles que soient les circonstances dans lesquelles ils vivent et travaillent. Nous devrions tous faire tout ce qui suit.

Premièrement, nous pouvons prier pour avoir le désir de contribuer à cette partie vitale de l’œuvre du salut. Tout effort commence par un désir.

Deuxièmement, nous pouvons nous-mêmes respecter les commandements. Les membres fidèles et obéissants sont les témoins les plus persuasifs de la vérité et de la valeur de l’Évangile rétabli. Chose plus importante encore, les membres fidèles auront toujours la compagnie de l’Esprit du Sauveur pour les guider dans leurs efforts pour participer à la grande œuvre de proclamation de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ.

Troisièmement, nous pouvons prier pour recevoir l’inspiration quant à ce que nous pouvons faire pour faire connaître l’Évangile dans notre situation. Ce n’est pas comme prier pour les missionnaires ou prier pour savoir ce que les autres peuvent faire. Nous devrions prier pour savoir ce que nous pouvons faire personnellement. Quand nous prions, nous devrions nous souvenir que les prières pour demander ce genre d’inspiration seront exaucées si elles sont accompagnées d’un engagement, ce que les Écritures appellent une « intention réelle » ou un « cœur pleinement résolu ». Priez avec l’engagement d’agir selon l’inspiration que vous recevrez, en promettant au Seigneur que, s’il vous inspire de parler de l’Évangile à quelqu’un, vous le ferez.

Nous avons besoin d’être guidés par le Seigneur parce qu’à un certain moment, certaines personnes sont prêtes pour les vérités supplémentaires de l’Évangile rétabli, et d’autres pas. Nous ne devrions jamais nous poser en juge de qui est prêt et qui ne l’est pas. Le Seigneur connaît le cœur de tous ses enfants et, si nous prions pour recevoir l’inspiration, il nous aidera à trouver ceux qu’il sait être « prêts à entendre la parole » (Alma 32:6).

En qualité d’apôtre du Seigneur, j’exhorte chaque membre et chaque famille de l’Église à demander au Seigneur de l’aider à trouver les personnes qui sont prêtes à recevoir le message de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ. M. Russell Ballard a donné ce conseil important, auquel je souscris pleinement : « Faites confiance au Seigneur. Il est le bon Berger. Il connaît ses brebis. […] Si nous ne nous engageons pas, nous passerons à côté de beaucoup de gens qui auraient pu entendre le message du Rétablissement. […] Les principes sont très simples : prier, individuellement et en famille, pour avoir des occasions missionnaires3. » Si nous agissons avec foi, ces occasions se présenteront sans une quelconque « action forcée ou peu naturelle. Elles seront le résultat naturel de notre amour pour nos frères et sœurs4. »

Je sais que c’est vrai. J’ajoute la promesse que, si nous avons foi en l’aide du Seigneur, nous serons guidés, inspirés et trouverons beaucoup de joie dans cette œuvre d’amour d’une importance éternelle. Nous comprendrons que réussir à faire connaître l’Évangile c’est inviter les gens avec amour et avoir l’intention sincère de les aider, quelle que soit leur réaction.

III.

Voici d’autres choses que nous pouvons faire pour faire connaître efficacement l’Évangile :

Des membres intègrent un ami de l’Église Des membres rendent visite à un ami de l’Église Un chauffeur de taxi lors des jeux olympiques au Brésil
  1. Nous devons nous souvenir « que les gens apprennent lorsqu’ils sont prêts à apprendre, pas quand nous sommes prêts à les instruire5. » Ce qui nous intéresse, par exemple les enseignements doctrinaux supplémentaires importants de l’Église rétablie, n’est généralement pas ce à quoi les autres s’intéressent. Généralement, ils veulent les résultats de la doctrine, pas la doctrine elle-même. Quand ils observent ou ressentent les effets de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ dans notre vie, ils ressentent l’Esprit et commencent à s’intéresser à la doctrine. Il peuvent aussi être intéressés s’ils cherchent davantage de bonheur, s’ils cherchent à être plus proches de Dieu ou à mieux comprendre le but de la vie6. Par conséquent, nous devons chercher, attentivement et en nous aidant de la prière, à faire preuve de discernement pour comprendre si les autres veulent en savoir davantage. Cela dépendra de plusieurs choses, comme la situation dans laquelle se trouve la personne et notre relation avec elle. C’est un bon sujet de discussion dans le cadre des réunions de conseils, collèges et Société de Secours.

  2. Quand nous parlons aux autres, nous devons nous souvenir qu’une invitation à en apprendre davantage sur Jésus-Christ et sur son Évangile est préférable à une invitation à en apprendre plus sur notre Église7. Ce que nous voulons, c’est que les gens soient convertis à l’Évangile. C’est le grand rôle du Livre de Mormon. Les sentiments sur l’Église suivent la conversion à Jésus-Christ ; ils ne la précèdent pas. Beaucoup de gens qui se méfient des Églises aiment néanmoins le Sauveur. Commencez par le commencement.

  3. Quand nous cherchons à présenter l’Évangile rétabli aux gens, nous devons toujours le faire avec un intérêt authentique et avec amour pour la personne. C’est le cas lorsque nous essayons d’aider les autres à résoudre des problèmes qu’ils nous ont indiqués ou lorsque nous les côtoyons dans le cadre d’activités de service au sein de la collectivité, par exemple pour soulager la souffrance, prendre soin des pauvres et des nécessiteux ou améliorer la qualité de vie des autres.

  4. Nos efforts pour faire connaître l’Évangile ne doivent pas être limités à notre cercle d’amis et de connaissances. Pendant les Jeux olympiques, nous avons appris qu’à Rio de Janeiro, un chauffeur de taxi membre de l’Église avait des exemplaires du Livre de Mormon en sept langues et les donnait à tous les gens qui acceptaient d’en recevoir un. Il s’est donné le nom de « missionnaire chauffeur de taxi ». Il a dit : « Les rues de Rio de Janeiro sont […] le champ de ma mission8. »

    Clayton M. Christensen, qui possède une expérience impressionnante de membre missionnaire, a déclaré : « Ces vingt dernières années, nous n’avons remarqué aucun lien entre la profondeur d’une relation et la probabilité que la personne sera intéressée d’en apprendre plus sur l’Évangile9. »

  5. Les épiscopats peuvent planifier une réunion de Sainte-Cène spéciale et exhorter les membres à amener des personnes intéressées. Les membres de la paroisse hésiteront moins à faire venir les gens qu’ils connaissent à cette réunion parce qu’ils auront davantage confiance que son contenu aura été soigneusement planifié dans le but de susciter l’intérêt et de bien représenter l’Église.

  6. Il y a de nombreuses autres possibilités de faire connaître l’Évangile. Par exemple, l’été dernier j’ai reçu une lettre joyeuse d’une nouvelle convertie qui, lorsqu’elle était malade, avait découvert l’Évangile rétabli grâce à un ancien camarade de classe qui l’avait appelée pour s’enquérir de son état de santé. Elle a écrit : « J’ai été très touchée par la façon dont il s’est présenté. Après avoir suivi les leçons missionnaires pendant quelques mois, je me suis fait baptiser. Ma vie s’est améliorée depuis10. » Nous connaissons tous beaucoup de personnes dont la vie pourrait être améliorée grâce à l’Évangile rétabli. Allons-nous vers elles ?

  7. La fascination et l’expertise de nos jeunes dans le domaine des médias sociaux leur donnent d’excellentes occasions d’aller vers les autres et de les intéresser à l’Évangile. Décrivant l’apparition du Sauveur aux Néphites, Mormon a écrit : « Il instruisit et servit les enfants […] et il leur délia la langue […] pour qu’ils pussent s’exprimer » (3 Néphi 26:14). Je suppose qu’aujourd’hui nous dirions « leur délia [les pouces] pour qu’ils pussent s’exprimer ». Allez-y, les jeunes !

Faire connaître l’Évangile en envoyant des messages texte

Faire connaître l’Évangile n’est pas un fardeau mais une joie. Ce que nous appelons « l’œuvre missionnaire par les membres » n’est pas un programme mais une attitude d’amour et de main tendue pour aider les personnes qui nous entourent. C’est aussi l’occasion de témoigner de ce que nous éprouvons pour l’Évangile rétabli de notre Sauveur. Comme l’a enseigné frère Ballard, « une preuve importante de notre conversion et de ce que nous ressentons à propos de l’Évangile est donnée par notre désir de le faire connaître aux autres11. »

Je témoigne que Jésus-Christ est la lumière et la vie du monde (voir 3 Néphi 11:11). Son Évangile rétabli éclaire notre chemin dans la condition mortelle. Son expiation nous donne l’assurance d’une vie après la mort et la force de poursuivre notre route vers l’immortalité. Son expiation nous donne la possibilité de recevoir le pardon de nos péchés et, dans le cadre du plan glorieux du salut de Dieu, de nous qualifier pour la vie éternelle, « le plus grand de tous les dons de Dieu » (D&A 14:7). Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Afficher les référencesCacher les références

    Notes

    1. Thomas S. Monson : « Bienvenue à la conférence », Le Liahona, novembre 2013, p. 4.

    2. Quentin L. Cook, « How to Be a Member Missionary », New Era, février 2015, p. 48.

    3. M. Russell Ballard, « Placez votre confiance dans le Seigneur », Le Liahona, novembre 2013, p. 44.

    4. M. Russell Ballard, « Placez votre confiance dans le Seigneur », p. 44.

    5. Clayton M. Christensen, The Power of Everyday Missionaries, 2012, p. 30.

    6. Voir Christensen, The Power of Everyday Missionaries, p. 26–27.

    7. Voir Gary C. Lawrence, How Americans View Mormonism: Seven Steps to Improve Our Image, 2008, p. 34–35.

    8. Voir Ashley Kewish, « Cab Driver Hands Out Copies of Book of Mormon to Rio Visitors », 8 août 2016, ksl.com.

    9. Christensen, Power of Everyday Missionaries, p. 21.

    10. Correspondance personnelle, 21 août 2016.

    11. M. Russell Ballard, « Le moment est venu », Le Liahona, janvier 2001, p. 89.