Sauter le menu général
Octobre 2017 | Faites briller votre lumière

Faites briller votre lumière

Octobre 2017 Conférence générale

« Les prophètes nous appellent, mes sœurs. Allez-vous être justes ? Allez-vous exprimer votre foi ? Allez-vous faire briller votre lumière ? »

Vous n’êtes peut-être pas au courant, mais le président Monson et moi sommes jumeaux. Le jour et à l’heure de ma naissance dans le nord de la Californie, Thomas S. Monson, âgé de trente-six ans, a été soutenu comme apôtre. J’aime ce lien spécial et personnel que j’ai avec le prophète de Dieu, le président Monson.

Les prophètes parlent des femmes1. Vous allez entendre certaines de leurs paroles pendant cette réunion. Pour ce discours, je vais revenir près de quarante ans en arrière sur une prophétie remarquable écrite par Spencer W. Kimball. En septembre 1979, ce n’était que la deuxième fois que les femmes de l’Église tenaient leur propre réunion générale. Le président Kimball avait préparé son discours mais, le jour de la conférence, il était hospitalisé. Il a donc demandé à sa femme, Camilla Eyring Kimball, de le lire à sa place2.

Camilla Kimball parlant à la chaire

Sœur Kimball a lu les paroles du prophète, qui mettaient l’accent sur l’influence des femmes de l’Église et sur les femmes honorables du monde avant la seconde venue du Sauveur. Vers la fin, il a fait des remarques électrisantes sur la responsabilité des sœurs de l’Église, remarques dont nous ne cessons de parler encore maintenant.

Je vais vous lire ce que le président Kimball a dit :

« Finalement, mes chères sœurs, j’aimerais vous dire une chose qui n’a jamais été dite auparavant, ou du moins de cette manière. La majeure partie de la forte progression qui aura lieu dans l’Église dans les derniers jours, se produira parce que beaucoup de femmes justes du monde […] se joindront à l’Église. Cela arrivera dans la mesure où les femmes de l’Église se montreront justes, sauront s’exprimer et seront perçues comme différentes des autres femmes, dans le bon sens.

Parmi les vraies héroïnes du monde qui viendront dans l’Église se trouvent des femmes qui se soucient plus d’être justes que d’être égoïstes. Ces vraies héroïnes ont une véritable humilité qui accorde plus de valeur à l’intégrité qu’aux apparences.

Les femmes exemplaires de l’Église seront une force importante tant pour son accroissement numérique que pour sa croissance spirituelle dans les derniers jours3. »

Quelle déclaration prophétique ! Pour résumer :

  • Ce seront les bonnes relations des femmes qui déclencheront une grande partie de la croissance de l’Église dans les années à venir.

  • Les liens d’amitié que les sœurs de la Société de Secours, les jeunes filles et les fillettes de la Primaire nouent avec des femmes, des jeunes filles et des fillettes sincères, fidèles et croyantes d’autres religions seront une force importante pour la croissance de l’Église dans les derniers jours.

  • Le président Kimball a appelé ces femmes n’appartenant pas à notre Église des « héroïnes » qui se préoccuperont plus de leur justice personnelle que de leurs intérêts égoïstes, qui nous montreront que l’intégrité a plus de valeur que les apparences.

Je rencontre tant de ces femmes de bien dans le cadre de mes différentes tâches dans le monde entier. Leur amitié m’est précieuse. Vous en connaissez aussi parmi vos amies et vos voisines. Elles peuvent être membres de l’Église ou ne pas l’être pour l’instant, mais nous tissons des liens d’amitié qui sont très importants. Alors, comment tenons-nous notre rôle ? Que devons-nous faire ? Le président Kimball a mentionné cinq choses :

La première est d’être juste. Être juste ne signifie pas être parfaite ni ne jamais commettre d’erreurs. Cela signifie développer une relation intérieure avec Dieu, nous repentir de nos péchés et de nos fautes et aider libéralement les autres.

Les femmes qui se sont repenties changent le cours de l’histoire. Une amie a eu un accident de voiture lorsqu’elle était jeune et était devenue depuis dépendante des médicaments antidouleurs. Plus tard, ses parents ont divorcé. À la suite d’une brève relation amoureuse, elle est tombée enceinte et sa dépendance a continué. Mais, un soir, elle a pensé à la confusion et au gâchis qui régnaient dans sa vie et s’est dit : « Assez ». Elle a appelé Jésus-Christ, notre Sauveur, à l’aide. Elle dit qu’elle a appris que Jésus-Christ est plus fort que les circonstances terribles qu’elle traverse et qu’elle peut s’appuyer sur sa force tout en parcourant le chemin du repentir.

En revenant au Seigneur et à ses voies, elle a changé le cours de son histoire, celle de son petit garçon et celle de son nouveau mari. C’est une femme juste et son cœur est totalement ouvert aux gens qui ont commis des erreurs et qui veulent changer. Comme nous, elle n’est pas parfaite, mais elle sait comment se repentir et continuer de faire des efforts.

La deuxième est de savoir s’exprimer. On sait s’exprimer lorsque l’on dit clairement ce que l’on ressent à propos de quelque chose et que l’on explique pourquoi. Au début de l’année, un message dénigrant le christianisme a été publié sur ma page Facebook. Quand je l’ai lu, j’étais un peu contrariée mais je l’ai ignoré. Mais une amie qui n’est pas membre de notre Église a répondu au message. Elle a écrit : « [C’est] totalement contraire à ce que Jésus a prôné : il était […] révolutionnaire pour son époque parce qu’il […] mettait tout le monde sur un pied d’égalité. Il [a parlé] aux prostituées, [a mangé] avec les collecteurs d’impôts […], s’est lié d’amitié avec des femmes et des enfants vulnérables […] [et] a raconté l’histoire du Bon samaritain. […] Par conséquent […] les véritables chrétiens s’efforcent d’être les personnes les PLUS aimantes du monde. » Lorsque j’ai lu cela, je me suis dit : « Pourquoi n’ai-je pas écrit ça ? »

Nous devons toutes apprendre à mieux exprimer les raisons de notre foi. Que pensez-vous de Jésus-Christ ? Pourquoi restez-vous dans l’Église ? Pourquoi croyez-vous que le Livre de Mormon est un livre d’Écritures ? D’où vous vient votre paix ? Pourquoi est-il important que le prophète ait quelque chose à dire en 2017 ? Comment savez-vous qu’il est un vrai prophète ? Avec votre voix et votre puissance exprimez ce que vous savez et ressentez, sur les réseaux sociaux, au cours de conversations tranquilles avec vos amis, en discutant en ligne avec vos petits-enfants. Dites-leur pourquoi vous croyez,ce que vous ressentez, les doutes que vous avez pu avoir, comment vous les avez surmontés, ce que Jésus-Christ représente pour vous. Comme l’a dit l’apôtre Pierre, « n’ayez […] aucune crainte […] ; mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous4. »

La troisième est d’être différente. Je vais vous raconter une histoire qui s’est produite au mois de juillet dernier sur la plage de Panama Beach, en Floride5. En fin d’après-midi, Roberta Ursrey a vu ses deux jeunes fils appeler à l’aide à un peu moins d’une centaine de mètres du rivage. Ils étaient pris dans un courant puissant qui les emportait au large. Un couple qui se trouvait à proximité a tenté de secourir les garçons mais a été pris à son tour dans le courant. Alors des membres de la famille Ursrey ont plongé pour aller à la rescousse des nageurs en difficulté et, rapidement, neuf personnes se sont retrouvées prisonnières du courant.

Il n’y avait pas de cordes. Il n’y avait pas de maître-nageur sauveteur. La police avait envoyé un bateau de sauvetage, mais cela faisait vingt minutes que les personnes étaient en difficulté dans l’océan et elles étaient épuisées et près de couler. Jessica Mae Simmons faisait partie des personnes assistant à la scène depuis la plage. Son mari a eu l’idée de former une chaîne humaine. Ils ont appelé à l’aide les gens présents sur la plage et des dizaines de personnes se sont prises par la main et ont avancé dans l’océan. Jessica a écrit : « C’était tout à fait extraordinaire de voir des hommes et des femmes de races différentes s’unir pour aider DE PARFAITS inconnus6 !! » Une chaîne de quatre-vingts personnes s’est déroulée en direction des nageurs. Regardez la photo de ce moment remarquable.

Des nageurs formant une chaîne humaine

Toutes les personnes sur la plage ne pensaient qu’aux solutions habituelles et elles étaient paralysées. Mais, en une fraction de seconde, un couple a trouvé une solution différente. L’innovation et la création sont des dons spirituels. Lorsque nous respectons nos alliances, cela peut nous rendre différents d’autres personnes de notre culture et de notre société, mais cela nous donne accès à l’inspiration de sorte que nous pouvons penser à des solutions, des méthodes et des applications différentes. Nous ne serons pas toujours en adéquation avec le monde, mais nos différences positives pourront constituer un filin de sauvetage pour les personnes en difficulté.

La quatrième est d’être distincte. Être distinct signifie être bien défini et identifiable. Je reviens à l’histoire de Jessica Mae Simmons sur la plage. Une fois que cette chaîne humaine s’est étendue jusqu’aux nageurs, Jessica a su qu’elle pouvait aider. Elle a raconté : « Je peux retenir ma respiration et faire le tour d’une piscine olympique sans difficultés ! [Je savais comment sortir d’un courant]. Je savais que je pouvais ramener [chaque nageur] jusqu’à la chaîne humaine7. » Son mari et elle ont pris une planche de surf et ont nagé le long de la chaîne jusqu’à ce qu’eux et un autre secouriste atteignent les nageurs, puis ils les ont portés l’un après l’autre jusqu’à la chaîne, qui les a ensuite fait regagner la plage. Jessica avait ce talent distinct : elle savait nager à contre-courant.

L’Évangile rétabli est bien défini et identifiable. Mais nous devons être claires quant à la façon dont nous le suivons. Comme Jessica avec la natation, nous devons nous entraîner à vivre l’Évangile avant une situation d’urgence afin que, sans crainte, nous soyons suffisamment fortes pour apporter notre aide lorsque les autres sont emportés par le courant.

Enfin, la cinquième est de faire les quatre choses précédentes avec joie. Être heureux ne signifie pas afficher un sourire artificiel en toutes circonstances. Mais cela signifie respecter les lois de Dieu et édifier et élever les autres8. Lorsque nous édifions les autres, lorsque nous portons leurs fardeaux, nous recevons des bénédictions que nos épreuves ne peuvent pas enlever. J’ai placé une citation du président Hinckley à un endroit où je la vois chaque jour. Il a dit : « On ne peut […] rien bâtir avec le pessimisme et le cynisme. Vous avez une vision optimiste, vous travaillez avec foi, et vous accomplirez beaucoup9.

Comme exemple de cet esprit heureux et optimiste, je connais une jeune fille de treize ans du nom d’Elsa, dont la famille allait déménager à Baton Rouge, en Louisiane, à près de trois mille kilomètres de ses amis. Il n’est pas très facile à treize ans de devoir s’installer dans un nouvel endroit. Elsa était tout naturellement inquiète au sujet du déménagement, alors son père lui a donné une bénédiction. Au moment où elle recevait la bénédiction, sa mère a reçu un sms. Les jeunes filles qui vivaient en Louisiane avaient envoyé cette photo avec la légende : « S’il te plaît, viens dans notre paroisse10 ! »

Des jeunes filles tenant une pancarte de bienvenue

Ces jeunes filles étaient optimistes et savaient qu’elles aimeraient Elsa alors qu’elles ne l’avaient jamais rencontrée. Leur enthousiasme a permis à Elsa d’être plus optimiste au sujet de son déménagement et a répondu à sa prière pour savoir si tout allait bien se passer.

Le bonheur et l’optimisme produisent une énergie qui ne nous fait pas seulement du bien personnellement mais qui édifie aussi toutes les personnes qui nous entourent. Toutes les petites choses que vous faites pour allumer le bonheur véritable chez les autres montrent que vous portez déjà la torche que le président Kimball a allumée.

J’avais quinze ans à l’époque où le président Kimball a fait ce discours. Nous qui avons plus de quarante ans, portons la responsabilité donnée par le président Kimball. Maintenant, je regarde celles qui ont huit ans, quinze ans, vingt ans et trente-cinq ans, et je vais leur passer le flambeau. Vous êtes les futures dirigeantes de cette Église et il vous appartiendra de porter cette lumière et d’accomplir cette prophétie. Nous qui avons plus de quarante ans, vous prenons les mains et ressentons votre force et votre énergie. Nous avons besoin de vous.

Écoutez cette Écriture, D&A 49:26-28. Elle a été rédigée dans des circonstances différentes mais j’espère que, ce soir, grâce au Saint-Esprit, vous la prendrez comme votre appel personnel à cette œuvre sacrée.

« Voici, je vous le dis, allez comme je vous l’ai commandé ; repentez-vous de tous vos péchés ; demandez et vous recevrez, frappez et l’on vous ouvrira.

Voici, j’irai devant vous et je serai votre arrière-garde ; je serai au milieu de vous, et vous ne serez pas confondus.

Voici, je suis Jésus-Christ, et je viens rapidement11. »

Je vous en prie, tenez-vous en des lieux où vous pourrez ressentir l’immense amour de Dieu pour vous. Où que vous soyez, vous serez toujours à portée de cet amour. Lorsque vous ressentez son amour et que vous l’aimez, vous vous repentez et obéissez à ses commandements. Lorsque nous respectons ses commandements, il peut nous utiliser pour son œuvre. Son œuvre et sa gloire sont l’exaltation et la vie éternelle des femmes et des hommes.

Les prophètes nous appellent, mes sœurs. Allez-vous être justes ? Allez-vous exprimer votre foi ? Pouvez-vous être distinctes et différentes ? Votre bonheur malgré vos épreuves va-t-il attirer d’autres personnes qui sont bonnes et nobles et qui ont besoin de votre amitié ? Allez-vous faire briller votre lumière ? Je témoigne que le Seigneur Jésus-Christ ira devant nous et sera au milieu de nous.

Je termine par les paroles de notre prophète bien-aimé, Thomas S. Monson : « Mes chères sœurs, cette époque vous appartient12. » Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Afficher les référencesCacher les références

    Notes

    1. Brigham Young : « Laissez [les sœurs] organiser les Sociétés Féminines de Secours dans les diverses paroisses. Nous avons parmi nous de nombreuses femmes talentueuses, et nous souhaitons leur aide dans ce domaine. Certains pourront penser que c’est quelque chose d’insignifiant, mais ce n’est pas le cas ; et vous verrez que les sœurs seront le moteur de ce mouvement » (Filles dans mon royaume, l’histoire et l’œuvre de la Société de Secours, 2011, p. 47).

      Lorenzo Snow : « On vous a toujours vues aux côtés des détenteurs de la prêtrise, prêtes à fortifier leurs mains et à faire votre part pour aider à l’avancement des intérêts du royaume de Dieu ; et, comme vous avez partagé les travaux, vous allez certainement partager le triomphe de l’œuvre ainsi que l’exaltation et la gloire que le Seigneur donnera à ses enfants fidèles » (Filles dans mon royaume, p. 7).

      Spencer W. Kimball : « Dans cette organisation [la Société de Secours], il y a un pouvoir qui n’a pas encore été pleinement exercé pour fortifier les foyers de Sion et édifier le royaume de Dieu, et qui ne le sera que quand les sœurs et les frères de la prêtrise auront la vision de la Société de Secours » (Filles dans mon royaume, p. 157).

      Howard W. Hunter : « Il y a grand besoin de battre le rappel des femmes de l’Église pour qu’elles fassent front, avec les Autorités générales, pour endiguer le déferlement du mal qui nous entoure et faire avancer l’œuvre de notre Sauveur. […] Nous vous supplions d’exercer votre grande influence bénéfique pour fortifier nos familles, notre Église et la société » (Filles dans mon royaume, p. 172).

      Gordon B. Hinckley : « Il y a de la force et de grandes capacités chez les femmes de l’Église. Elles savent diriger, elles ont un certain esprit d’indépendance et cependant éprouvent une grande satisfaction à faire partie du royaume du Seigneur et à travailler main dans la main avec la prêtrise pour le faire progresser » (Filles dans mon royaume, p. 157).

      Thomas S. Monson, citant Belle Smith Spafford, neuvième présidente générale de la Société de Secours, qui a dit : « ‘C’est la première fois que les femmes ont une aussi grande influence.Jamais leurs possibilités n’ont été aussi étendues. Notre époque est pleine d’incitations à agir, de défis à relever et d’exigences à satisfaire pour les femmes. C’est une époque riche en récompenses si nous gardons l’équilibre, apprenons les vraies valeurs de la vie et décidons sagement de nos priorités.’ [A Woman’s Reach, 1974, p. 21]. Mes chères sœurs, cette époque vous appartient » (La force considérable de la Société de Secours, L’Étoile janvier 1998, p. 114).

      Russell M. Nelson : « Aussi, aujourd’hui, je supplie mes sœurs de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours de prendre leur juste place ! Prenez la place qui vous revient de droit et qui est nécessaire dans votre foyer, votre collectivité et dans le royaume de Dieu plus que jamais. Je vous conjure d’accomplir la prophétie de frère Kimball. Et je vous promets au nom de Jésus-Christ que, si vous le faites, le Saint-Esprit augmentera votre influence comme jamais auparavant ! » Russell M. Nelson, « Plaidoyer à mes sœurs », , nov. 2015, p. 97.

    2. Voir la vidéo de sœur Camilla Kimball lisant le discours de Spencer W. Kimball sur conference.lds.org ; voir également Spencer W. Kimball, « The Role of Righteous Women » Ensign, novembre 1979, pp. 102-104.

    3. Spencer W. Kimball, « The Role of Righteous Women », Ensign, novembre 1979, pp. 103-104 ; italiques ajoutés

    4. 1 Pierre 3:14-15.

    5. Voir McKinley Corbley, « 80 Beachgoers Form Human Chain to Save Family Being Dragged Out to Sea by Riptide », 12 juillet 2017, goodnewsnetwork.org.

    6. Jessica Mae Simmons, par McKinley Corbley, “80 Beachgoers Form Human Chain.”

    7. Simmons, par McKinley Corbley, “80 Beachgoers Form Human Chain.”

    8. Voir Alma 41:10 ; 34:28 ; Doctrine et Alliances 38:27 ; Luc 16:19-25.

    9. Enseignements des présidents de l’Église : Gordon B. Hinckley, 2016, p 74.

    10. Note de la famille de Virginia Pearce.

    11. Doctrine et Alliances 49:26-28.

    12. Thomas S. Monson, « La force considérable de la Société de Secours », Le Liahona, janvier 1998, p. 114.