New Experience
Avril 2018 | Suis-je un enfant de Dieu ?

Suis-je un enfant de Dieu ?

Avril 2018 Conférence générale

Comment chacun de nous peut-il bénéficier du pouvoir que nous apporte la compréhension de notre identité divine ? Pour commencer, nous devons nous efforcer de connaître Dieu, notre Père.

Je suis retourné récemment avec ma mère dans notre ancienne petite église. Attiré par les voix d’enfants venant de la même salle de Primaire dans laquelle je me trouvais il y a des décennies de cela, je me suis mis au fond de la salle et j’ai observé les instructrices attentionnées enseigner le thème de cette année : « Je suis enfant de Dieu1 ». J’ai souri en repensant à mes instructrices patientes et aimantes qui, pendant la période des chants, regardaient souvent le petit garçon turbulent que j’étais, assis au bout du banc, comme pour dire : « Est-il vraiment un enfant de Dieu ? Et qui l’a mis ici2 ? »

J’invite chacun de nous à ouvrir son cœur au Saint-Esprit qui « rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu3 ».

Les paroles de Boyd K. Packer sont claires et précieuses : « Vous êtes un enfant de Dieu. Il est le père de votre esprit. Spirituellement, vous êtes de noble naissance. Vous êtes la postérité du Roi des cieux. Gravez cette vérité dans votre esprit et conservez-la. Quel que soit le nombre de générations de vos ancêtres mortels, quelle que soit la race ou le peuple que vous représentez, l’arbre généalogique de votre esprit peut s’écrire sur une seule ligne. Vous êtes un enfant de Dieu4 ! »

Brigham Young a fait la description suivante : « Quand vous […] verrez notre Père, vous verrez un être que vous connaissez depuis longtemps, il vous tendra les bras et vous serez prêts à vous y laisser tomber et à l’embrasser5.

La grande guerre pour notre identité divine

Moïse découvrit son héritage divin en parlant face à face avec le Seigneur. À la suite de cette expérience, « Satan vint le tenter », avec l’intention subtile mais vicieuse de déformer, voire détruire son identité. Il dit : « Moïse, fils de l’homme, adore-moi. Et […] Moïse regarda Satan et dit : Qui es-tu ? Car voici, je suis un fils de Dieu6. »

Cette grande guerre pour notre identité divine fait rage, car l’arsenal proliférant de Satan vise à détruire la connaissance que nous avons de notre lien filial avec Dieu et notre foi en celui-ci. Heureusement, nous avons reçu dès le début une vision et une compréhension claires de notre véritable identité : « Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance7. » et ses prophètes vivants proclament : « Chacun est un fils ou une fille d’esprit aimé de parents célestes, et, à ce titre, chacun a une nature et une destinée divines8 ».

Connaître ces vérités avec certitude9 nous aide à surmonter les épreuves, les difficultés et les afflictions de toutes sortes10. Lorsqu’on a demandé à un apôtre du Seigneur comment faire pour aider les personnes qui rencontrent des difficultés personnelles, celui-ci a répondu : « Enseignez-leur leur identité et leur but11. »

« La connaissance la plus précieuse que je possède »

Ces vérités profondes ont changé la vie de mon amie Jen12, qui, alors adolescente, a causé un grave accident de voiture. Bien qu’ayant subi un traumatisme physique grave, elle ressentit une douleur encore plus vive du fait que l’autre conductrice avait perdu la vie. Elle raconte : « Un enfant avait perdu sa mère, et c’était de ma faute. » Alors que quelques jours auparavant elle s’était levée avec sa classe et avait récité : « Nous sommes les filles de notre Père céleste, qui nous aime13 », elle se demandait à présent : « Comment peut-il m’aimer ? »

Elle raconte : « La douleur physique est passée, mais je pensais ne jamais pouvoir guérir de mes blessures émotionnelles et spirituelles. »

Pour continuer à vivre, Jen a caché ses sentiments au plus profond d’elle-même. Elle est devenue distante et insensible. Au bout d’un an, quand elle a enfin été capable de parler de l’accident, une psychologue inspirée l’a invitée à écrire la phrase « Je suis enfant de Dieu » et à la répéter dix fois par jour.

Jen raconte : « Écrire les mots a été facile, mais je ne pouvais pas les prononcer. […] Cela rendait la phrase réelle et je ne croyais pas que Dieu voulait véritablement de moi pour enfant. Je me recroquevillais sur moi-même et je pleurais. »

Au bout de quelques mois, Jen a enfin réussi à s’acquitter de sa tâche chaque jour. Elle explique : « J’ai épanché mon âme en prière à Dieu. […] J’ai alors commencé à croire les paroles que je prononçais. » Cette croyance a permis au Sauveur de commencer à guérir son âme blessée. Le Livre de Mormon lui a permis de trouver du réconfort et du courage dans l’assurance de son Expiation14.

Jen conclut : « Le Christ connaît mes souffrances, mon chagrin et ma culpabilité. J’ai ressenti l’amour pur de Dieu. Je n’avais jamais rien vécu d’aussi fort ! Savoir que je suis enfant de Dieu est la connaissance la plus précieuse que je possède ! »

S’efforcer de connaître Dieu, notre Père

Frères et sœurs, comment chacun de nous peut-il bénéficier du pouvoir que nous apporte la compréhension de notre identité divine ? Pour commencer, nous devons nous efforcer de connaître Dieu, notre Père15. Russell M. Nelson a témoigné : « Il se passe quelque chose de puissant lorsqu’un enfant de Dieu cherche à mieux le connaître, lui et son Fils bien-aimé16. »

Le fait de connaître Jésus-Christ et de le suivre nous permet de connaître le Père. « Étant […] l’empreinte » de son [père]17, Jésus a enseigné qu’il « ne peut rien faire de lui-même, qu’il ne fait que ce qu’il voit faire au Père18 ». Chaque parole et chaque acte du Christ révèlent la véritable nature de Dieu et notre relation avec lui19. Jeffrey R. Holland a enseigné : « [Alors que] du sang [perlait] de tous les pores de son corps, un cri d’angoisse aux lèvres, le Christ s’est adressé à Celui auquel il s’était toujours adressé, son Père. ‘Abba’, a-t-il dit, ‘Papa20’. »

Tout comme Jésus a sincèrement fait appel à son Père à Gethsémané, de même, en 1820, le jeune Joseph Smith a fait appel à Dieu par la prière dans le Bosquet Sacré. Après avoir lu dans la Bible : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu21 », Joseph s’est isolé pour prier.

Plus tard, il écrivit : « Je m’agenouillai et me mis à exprimer à Dieu les désirs de mon cœur. […]

« Je vis, exactement au-dessus de ma tête, une colonne de lumière. […]

« Je [vis] deux Personnages, dont l’éclat et la gloire défient toute description, et qui se tenaient au-dessus de moi dans les airs. L’un d’eux me parla, m’appelant par mon nom et dit, en me montrant l’autre : Joseph, celui-ci est mon Fils bien-aimé.Écoute-le22 ! »

Si nous suivons l’exemple du Sauveur et du prophète Joseph en recherchant sincèrement Dieu, nous comprendrons d’une manière très réelle, comme Jen, que notre Père nous connaît par notre nom et que nous sommes ses enfants.

Vous, mères, et particulièrement jeunes mères, qui vous sentez souvent dépassées et noyées dans vos efforts pour élever « une génération qui résiste au péché23 », ne sous-estimez jamais votre rôle essentiel dans le plan de Dieu. Dans les moments de stress, par exemple, lorsque vous courez après de jeunes enfants et que l’odeur de brulé qui se dégage de la cuisine vous informe que le dîner que vous avez préparé avec amour est maintenant un holocauste, sachez que Dieu sanctifie vos journées les plus difficiles24. Ses paroles apaisantes : « ne crains rien, car je suis avec toi25 » vous rassurent. Nous saluons vos efforts pour concrétiser l’espoir de Joy D. Jones, qui a déclaré : « Nos enfants méritent de comprendre leur identité divine26. »

J’invite chacun de nous à chercher à connaître Dieu et son Fils bien-aimé. Le président Nelson a affirmé : « C’est dans le Livre de Mormon que ces vérités sont enseignées le plus clairement et le plus puissamment27. » Ouvrez ses pages et vous apprendrez que Dieu « [fait] tout pour [notre] bien-être et [notre] bonheur28 », qu’il « est miséricordieux, plein de grâce, lent à la colère, longanime et plein de bonté29 » et que « tous sont pareils pour [Lui]30. » Si vous êtes blessés, perdus, effrayés, contrariés, tristes, affamés ou désespérément seuls face aux situations extrêmes de la vie31, ouvrez le Livre de Mormon et vous apprendrez que « Dieu ne nous [abandonne] jamais. Il ne l’a jamais fait, et il ne le fera jamais. Ce n’est pas possible. C’est contraire à sa personnalité32. »

Lorsque nous connaissons notre Père, cela change tout. Cela change surtout notre cœur quand son doux Esprit nous confirme notre véritable identité et notre grande valeur à ses yeux33. Dieu marche avec nous sur le chemin des alliances quand nous cherchons à le connaître par la prière, l’étude des Écritures et nos efforts pour lui obéir.

L’excellence de la personnalité de Dieu : mon témoignage

J’aime le Dieu de mes pères34, « le Dieu Tout-Puissant35 », qui pleure avec nous quand nous avons du chagrin, qui nous châtie avec patience pour nos iniquités et qui se réjouit quand nous nous efforçons de « délaisser tous [nos] péchés pour [le] connaître36 ». Je l’adore, lui, « le père des orphelins37 » et l’ami des délaissés. Avec reconnaissance, je témoigne que je suis venu à connaître Dieu, mon Père, et je témoigne des perfections, des attributs et de « l’excellence de sa personnalité38 ».

Je prie pour que chacun de nous comprenne réellement et chérisse son « noble lignage39 » d’enfant de Dieu en parvenant à le connaître, « lui, le seul vrai Dieu, et Jésus-Christ qu’il a envoyé40 ».

Afficher les référencesCacher les références