Un témoignage vivant

Par Henry B. Eyring

Premier conseiller dans la Première Présidence


Henry B. Eyring
Le témoignage a besoin d’être nourri par la prière de la foi, la soif de la parole de Dieu dans les Écritures et l’obéissance à la vérité.

Mes très chères jeunes sœurs, vous êtes le brillant espoir de l’Église du Seigneur. Mon objectif ce soir est de vous aider à croire que cela est vrai. Si cette conviction peut devenir un témoignage profond qui vient de Dieu, elle définira vos choix de chaque jour et de chaque heure. Et puis, partant de ce qui peut vous sembler des petits choix, le Seigneur vous guidera vers le bonheur que vous souhaitez. Grâce à vos choix, il pourra bénir d’innombrables autres personnes.

Votre choix d’être avec nous ce soir est un exemple de choix qui compte. Plus d’un million de jeunes filles, de mères et de dirigeantes ont été invitées. Vous auriez pu choisir de faire beaucoup d’autres choses, mais vous avez choisi d’être avec nous. Vous l’avez fait en raison de vos croyances.

Vous croyez à l’Évangile de Jésus-Christ. Vous y croyez suffisamment pour venir écouter ses serviteurs avec suffisamment de foi et d’espoir que quelque chose que vous aurez entendu ou ressenti vous mènera à une vie meilleure. Vous avez ressenti intimement que suivre Jésus-Christ est le chemin qui mène à un plus grand bonheur.

Vous n’avez peut-être pas vu cela comme un choix délibéré ayant une bien grande importance. Vous avez peut-être ressenti le désir d’être avec des amies ou votre famille. Vous avez peut-être simplement répondu à la gentillesse de quelqu’un qui vous a invitée à venir. Mais même si vous ne l’avez pas remarqué, vous avez ressenti au moins un faible écho de l’invitation du Sauveur : « Viens et suis-moi1. »

Durant l’heure que nous venons de passer ensemble, le Seigneur a approfondi votre croyance en lui et a fortifié votre témoignage. Vous avez entendu plus que des mots et de la musique. Vous avez senti l’Esprit vous témoigner qu’il y a des prophètes vivants sur la terre dans la véritable Église du Seigneur et que le chemin du bonheur se trouve dans son royaume. Votre témoignage que nous sommes dans la seule Église vraie et vivante sur la terre aujourd’hui a grandi.

Nous n’avons pas tous ressenti exactement les mêmes choses. Pour certains cela a été le témoignage de l’Esprit que Thomas S. Monson est un prophète de Dieu. Pour d’autres cela a été que l’honnêteté, la vertu et le souci de faire du bien à tous les hommes sont réellement des qualités du Sauveur. Et cela s’est accompagné d’un plus grand désir de lui ressembler.

Vous avez toutes le désir de fortifier votre témoignage de l’Évangile de Jésus-Christ. Brigham Young a pu voir votre besoin il y a de nombreuses années. Il était un prophète de Dieu, il vous a vues et a vu vos besoins prophétiquement il y a 142 ans. Il était un père aimant et un prophète vivant.

Il a vu l’influence du monde s’abattre sur ses filles. Il a vu que les influences du monde les attiraient hors du chemin du Seigneur menant au bonheur. À son époque, ces influences étaient en partie amenées par le nouveau chemin de fer transcontinental reliant au monde les saints isolés et protégés.

Il n’a peut-être pas vu les merveilles de la technologie actuelle qui vous permettent, avec un appareil tenant dans la main, de choisir de vous relier à d’innombrables idées et personnes sur la terre. Mais il a vu qu’il était important pour ses filles, et pour vous, de fonder vos choix sur un témoignage puissant d’un Dieu vivant et aimant et de son plan du bonheur.

Voici son conseil prophétique et inspiré à ses filles et toujours à vous.

C’est l’essence de mon message ce soir. Il l’a dit chez lui, à moins d’un kilomètre de l’endroit d’où ce message est diffusé à des filles de Dieu dans le monde entier : « Il est nécessaire que les jeunes filles d’Israël obtiennent un témoignage vivant de la vérité2. »

Puis il a créé une association de jeunes filles qui est devenue ce que nous appelons maintenant, dans l’Église du Seigneur, les « Jeunes Filles ». Vous avez ressenti ce soir certains des effets merveilleux du choix qu’il a fait ce dimanche soir-là dans son salon.

Plus d’un siècle après, des filles d’Israël, partout sur la terre, ont le désir d’avoir personnellement un témoignage vivant de la vérité. Maintenant et pour le reste de votre vie, vous aurez besoin de ce témoignage vivant et grandissant pour vous fortifier et vous guider sur le chemin menant à la vie éternelle. Et, grâce à lui, vous transmettrez la lumière du Christ à vos frères et sœurs à travers le monde et les générations.

Vous savez par expérience personnelle ce qu’est un témoignage. Joseph Fielding Smith a enseigné qu’un témoignage « est une connaissance convaincante donnée par révélation à qui recherche humblement la vérité ». Il a dit du témoignage et du Saint-Esprit qui apporte cette révélation : « Son pouvoir de conviction est si grand qu’il ne peut rester aucun doute quand l’Esprit a parlé. C’est le seul moyen de savoir véritablement que Jésus est le Christ et que son Évangile est vrai3. »

Vous avez-vous-mêmes ressenti cette inspiration. Cela a pu être la confirmation d’une partie de l’Évangile, comme cela a été le cas pour moi ce soir. Lorsque j’ai entendu les paroles du treizième article de foi disant que nous devons être « honnêtes, fidèles, chastes et bienveillants », cela a été pour moi comme si le Seigneur les avait prononcées. J’ai senti à nouveau que ce sont ses qualités. J’ai ressenti que Joseph Smith était son prophète. Donc pour moi, ce n’étaient pas de simples mots.

J’ai imaginé les routes poussiéreuses de Judée et le jardin de Gethsémané. J’ai ressenti un peu ce que cela a pu être de s’agenouiller comme Joseph devant le Père et le Fils dans un bosquet dans l’État de New-York. Je n’ai pas pu m’imaginer une lumière plus brillante que le soleil à midi comme celle qu’il a vue, mais j’ai ressenti la chaleur et l’émerveillement d’un témoignage.

Votre témoignage vous sera donné par bribes à mesure que des parties de la véracité totale de l’Évangile de Jésus-Christ vous seront confirmées. Par exemple, quand vous lirez le Livre de Mormon et méditerez à son propos, des versets que vous aurez déjà lus vous sembleront nouveaux et vous donneront de nouvelles idées. Votre témoignage s’élargira et s’approfondira quand le Saint-Esprit vous confirmera qu’ils sont vrais. Votre témoignage vivant s’amplifiera tandis que vous étudiez les Écritures, priez et méditez sur leur signification.

Pour moi la meilleure description de la façon dont on acquiert et conserve ce témoignage vivant a déjà été faite. Elle se trouve dans le 32e chapitre d’Alma dans le Livre de Mormon. Vous l’avez peut-être lu de nombreuses fois. J’y trouve une nouvelle lumière chaque fois que je le lis. Revoyons encore une fois ce soir la leçon qu’il donne.

Il nous est enseigné dans ce passage inspiré de commencer notre recherche de témoignage par « un tout petit peu de foi » et par le désir de le voir grandir4. Ce soir vous avez ressenti de la foi et ce désir en écoutant des discours émouvants sur la bonté du Sauveur, son honnêteté et la pureté que ses commandements et son expiation nous permettent d’avoir.

Donc, une semence de foi est déjà plantée dans votre cœur. Vous l’avez peut-être même sentie gonfler dans votre cœur comme c’est promis dans Alma. Je l’ai sentie.

Mais, comme une plante qui pousse, ce témoignage doit être nourri sinon il s’étiolera. Les nutriments nécessaires et indispensables sont des prières fréquentes, sincères et ferventes. L’obéissance à la vérité que vous avez reçue le maintiendra en vie et le fortifiera. L’obéissance aux commandements fait partie de la nourriture que vous devez apporter à votre témoignage.

Rappelez-vous la promesse du Sauveur : « Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef5. »

Cela a marché pour moi, comme cela marchera pour vous. L’un des points de la doctrine de l’Évangile qui m’ont été enseignés lorsque j’étais jeune est que le plus grand de tous les dons de Dieu est la vie éternelle6. J’ai appris que la vie éternelle est, entre autres, de vivre et de s’aimer en famille pour toujours.

Depuis que j’ai entendu ces vérités et que j’ai ressenti leur confirmation, je me suis senti obligé de faire tous les choix possibles pour éviter les querelles et rechercher la paix dans ma famille et dans mon foyer.

Ce n’est qu’après cette vie que je pourrai goûter la plénitude de la vie éternelle, la plus grande de toutes les bénédictions. Mais au milieu des difficultés de cette vie, j’ai eu des aperçus de ce que ma famille peut être dans les cieux. Ces expériences ont fait grandir et ont fortifié mon témoignage de la réalité du pouvoir de scellement qui s’exerce dans les temples.

En regardant mes deux filles se faire baptiser dans le temple pour leurs ancêtres, je me suis senti plus proche d’elles et de ces ancêtres dont nous avions trouvé les noms. La promesse d’Élie que les cœurs se tourneraient les uns vers les autres dans les familles s’est accomplie pour nous7. Donc, la foi pour moi est devenue une connaissance parfaite, comme cela nous est promis dans le livre d’Alma.

J’ai ressenti au moins un peu de la joie que mes ancêtres ont ressentie quand le Sauveur est allé dans le monde des esprits après son ministère dans la condition mortelle. Voici la description qui se trouve dans les Doctrine et Alliances :

« Et les saints se réjouissaient de leur rédemption, fléchissaient le genou et reconnaissaient le Fils de Dieu comme leur Rédempteur et leur Libérateur de la mort et des chaînes de l’enfer.

« Leur visage brillait, et le rayonnement qui se dégageait de la présence du Seigneur reposait sur eux, et ils chantaient des louanges à son saint nom8. »

Si j’ai pu ressentir leur joie, c’est que j’ai mis en action mon témoignage que la promesse de vie éternelle du Seigneur est réelle. Ce témoignage a été fortifié par mon choix de le mettre en action comme le Sauveur l’a promis.

Il nous a aussi enseigné qu’en plus de choisir d’être obéissants, nous devons demander par la prière d’avoir le témoignage de la vérité. Le Seigneur nous l’a enseigné dans son commandement de prier au sujet du Livre de Mormon. Il a dit par l’intermédiaire de son prophète Moroni :

« Voici, je voudrais vous exhorter, lorsque vous lirez ces choses, si Dieu juge sage que vous les lisiez, à vous souvenir combien le Sauveur a été miséricordieux envers les enfants des hommes, depuis la création d’Adam jusqu’au moment où vous recevrez ces choses, et à méditer cela dans votre cœur.

« Et lorsque vous recevrez ces choses, je vous exhorte à demander à Dieu, le Père éternel, au nom du Christ, si ces choses ne sont pas vraies ; et si vous demandez d’un cœur sincère, avec une intention réelle, ayant foi au Christ, il vous en manifestera la vérité par le pouvoir du Saint-Esprit.

« Et par le pouvoir du Saint-Esprit, vous pouvez connaître la vérité de toutes choses9. »

J’espère que vous avez toutes mis cette promesse à l’épreuve ou que vous allez le faire rapidement. La réponse ne viendra peut-être pas lors d’une expérience spirituelle unique et forte. Pour moi, elle est d’abord venue discrètement. Mais elle se manifeste avec plus de force chaque fois que je lis le Livre de Mormon et que je prie à son sujet.

Je ne me repose pas sur ce qui est arrivé dans le passé. Pour être sûr de garder mon témoignage vivant du Livre de Mormon, je recherche souvent la réalisation de la promesse de Moroni. Je ne considère pas la bénédiction de ce témoignage promis comme un acquis et un dû éternel.

Le témoignage a besoin d’être nourri par la prière de la foi, la soif de la parole de Dieu dans les Écritures et l’obéissance à la vérité que nous avons reçue. Il est dangereux de négliger la prière. Il est dangereux pour notre témoignage de n’étudier et lire les Écritures que superficiellement. Elles sont un nutriment nécessaire pour notre témoignage.

Vous vous souvenez de l’avertissement d’Alma :

« Mais si vous négligez l’arbre et n’accordez aucune pensée à sa nourriture, voici, il ne prendra pas racine ; et lorsque la chaleur du soleil viendra et le brûlera, parce qu’il n’a pas de racine, il se desséchera, et vous l’arracherez et le rejetterez.

« Or, ce n’est pas parce que la semence n’était pas bonne, ce n’est pas non plus parce que le fruit n’en serait pas désirable ; mais c’est parce que votre terrain est aride et que vous ne voulez pas nourrir l’arbre ; c’est pourquoi vous ne pouvez pas en avoir le fruit10. »

Vous devez régulièrement et continuellement vous faire un festin de la Parole de Dieu, prier sincèrement et obéir aux commandements du Seigneur pour que votre témoignage grandisse et prospère. Il nous arrive à tous de nous trouver dans des situations indépendantes de notre volonté qui interrompent nos habitudes d’étude des Écritures. Il peut y avoir des périodes où nous choisissons de ne pas prier. Il peut y avoir des commandements que nous choisissons d’ignorer pendant un certain temps.

Mais votre désir d’avoir un témoignage vivant ne se réalisera pas si vous oubliez l’avertissement et la promesse d’Alma :

« Et ainsi, si vous ne voulez pas nourrir la parole, attendant avec l’œil de la foi d’en avoir le fruit, vous ne pourrez absolument pas cueillir du fruit de l’arbre de vie.

« Mais si vous nourrissez la parole, oui, nourrissez l’arbre lorsqu’il commence à pousser, par votre foi, avec grande diligence et avec patience, attendant d’en avoir le fruit, il prendra racine ; et voici, ce sera un arbre jaillissant jusque dans la vie éternelle.

« Et à cause de votre diligence, et de votre foi, et de votre patience à l’égard de la parole pour la nourrir, afin qu’elle prenne racine en vous, voici, vous en cueillerez bientôt le fruit, qui est extrêmement précieux, qui est doux par-dessus tout ce qui est doux, et qui est blanc par-dessus tout ce qui est blanc, oui, et pur par-dessus tout ce qui est pur ; et vous vous ferez un festin de ce fruit jusqu’à ce que vous soyez rassasiés, de sorte que vous n’aurez ni faim ni soif.

« Alors… vous récolterez les récompenses de votre foi, et de votre diligence, et de votre patience, et de votre longanimité, attendant que l’arbre vous donne du fruit11. »

Les paroles de cette Écriture, « attendant d’en avoir le fruit », ont guidé les enseignements sages que vous avez reçus ce soir. C’est pour cela que nous avons tourné votre regard vers un jour futur dans une salle de scellement du temple. C’est pour cela que nous vous avons aidées à visualiser ce soir la chaîne de lumière qui se reflète à l’infini dans les miroirs se faisant face sur les murs d’une salle de scellement où vous pouvez être mariées dans un temple de Dieu.

Si vous pouvez aspirer à un jour comme celui-là avec suffisamment d’ardeur née d’un témoignage, vous en recevrez de la force pour résister aux tentations du monde. Chaque fois que vous choisirez d’essayer de vivre plus comme le Sauveur, votre témoignage sera fortifié. Avec le temps, vous saurez par vous-mêmes qu’il est la Lumière du monde.

Vous finirez par sentir de la lumière grandir dans votre vie. Cela ne viendra pas sans effort. Mais cela viendra avec la croissance de votre témoignage si vous choisissez de le nourrir. Voici la promesse qui se trouve dans les Doctrine et Alliances : « Ce qui est de Dieu est lumière ; et celui qui reçoit la lumière et persévère en Dieu reçoit davantage de lumière ; et cette lumière devient de plus en plus brillante jusqu’au jour parfait12. »

Vous serez une lumière pour le monde en rendant votre témoignage à d’autres personnes. Elles verront dans votre vie le reflet de la lumière du Christ. Le Seigneur trouvera des moyens pour que cette lumière touche vos êtres chers. Et, par la foi et le témoignage combinés de ses filles, Dieu touchera de sa lumière des millions de personnes dans son royaume et dans le monde.

Sur votre témoignage et vos choix repose l’espoir de l’Église et des générations qui suivront votre exemple en écoutant et en acceptant l’invitation du Seigneur : « Viens et suis-moi. » Le Seigneur vous connaît et vous aime.

Je vous assure de mon amour et vous rends mon témoignage. Vous êtes les filles d’un Père céleste aimant et vivant. Je sais que son Fils ressuscité, Jésus-Christ, est le Sauveur et la Lumière du monde. Je témoigne que le Saint-Esprit vous a envoyé ce soir des messages qui confirment la vérité dans votre cœur. Thomas S. Monson est le prophète vivant de Dieu. J’en témoigne, au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1.  Luc 18:22.

  2.  

    2. Brigham Young, dans A Century of Sisterhood : Chronological Collage, 1869-1969, 1969, p. 8.

  3.  

    3. Joseph Fielding Smith, Answers to Gospel Questions, comp. Joseph Fielding Smith Jr., 5 vols., 1957-1966, 3:31.

  4.  

    4. Voir Alma 32:27.

  5.  

    5.  Jean 7:17.

  6.  

    6. Voir Doctrine et Alliances 14:7.

  7.  

    7. Voir Malachie 4:5-6 ; Joseph Smith, Histoire 1:38-39.

  8.  

    8.  Doctrine et Alliances 138:23-24.

  9.  

    9.  Moroni 10:3-5.

  10.  

    10.  Alma 32:38-39.

  11.  

    11.  Alma 32:40-43.

  12.  

    12.  Doctrine et Alliances 50:24.