Devenir comme un petit enfant

Par Jean A. Stevens

Première conseillère dans la présidence générale de la Primaire


Jean A. Stevens
Si nous avons à cœur d’apprendre et la volonté de suivre l’exemple des enfants, leurs attributs divins peuvent détenir une clé pour débloquer notre croissance spirituelle.

Notre Père céleste, dans sa grande sagesse et son grand amour, envoie ses fils et ses filles d’esprit sur cette terre enfants. Ils arrivent dans des familles comme des dons précieux qui ont une nature et une destinée divines. Notre Père céleste sait que les enfants sont une clé pour nous aider à devenir comme lui. Ils peuvent nous apprendre beaucoup de choses.

Cette vérité importante a été démontrée il y a quelques années quand un soixante-dix est allé à Hong Kong pour le service. Il rendait visite à une paroisse très pauvre qui avait de nombreuses difficultés et qui était dans l’incapacité de pourvoir à ses besoins. Tandis que l’évêque décrivait leur situation, l’Autorité générale eut le sentiment qu’il fallait que les membres paient leur dîme. L’évêque, connaissant leur misère extrême, se demandait comment il allait bien pouvoir suivre ce conseil. Il y réfléchit et décida qu’il parlerait à quelques-uns des membres de la paroisse qui avaient le plus de foi et qu’il les inviterait à payer leur dîme. Le dimanche suivant, il alla à la Primaire. Il parla aux enfants de la loi du Seigneur concernant la dîme et leur demanda s’ils étaient disposés à payer la dîme sur l’argent qu’ils gagnaient. Les enfants dirent qu’ils le feraient. Et ils le firent.

Plus tard, l’évêque alla voir les adultes et il leur expliqua qu’au cours des six mois précédents, leurs enfants fidèles avaient payé la dîme. Il leur demanda s’ils étaient disposés à suivre l’exemple de ces enfants et à faire comme eux. Les adultes furent si touchés par les sacrifices que les enfants étaient disposés à faire qu’ils firent le nécessaire pour payer leur dîme. Et les écluses des cieux s’ouvrirent. Grâce à l’exemple de ces enfants fidèles, une paroisse progressa en obéissance et en témoignage.

Jésus-Christ lui-même nous a enseigné à prendre les enfants comme exemple. Le Nouveau Testament contient la réponse qu’il fit quand ses apôtres se demandaient qui devait être le plus grand dans le royaume des cieux. Il répondit à leur question en se servant d’une aide visuelle simple mais d’une grande force. Ayant appelé un petit enfant, il le plaça au milieu d’eux et dit :

« Si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.

« C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux » (Matthieu 18:3-4).

Que devons-nous apprendre des enfants ? Quelles sont les qualités qu’ils possèdent, et en quoi leur exemple peut-il nous aider dans notre propre développement spirituel ?

Ces enfants précieux de Dieu viennent chez nous le cœur disposé à croire. Ils sont pleins de foi et réceptifs aux sentiments suscités par l’Esprit. Ils sont des exemples d’humilité, d’obéissance et d’amour. Ils sont souvent les premiers à aimer et à pardonner.

Je vais vous donner quelques exemples de la bénédiction que les enfants peuvent être dans notre vie grâce à l’exemple innocent et cependant puissant qu’ils donnent des vertus chrétiennes.

Todd, petit garçon de deux ans, est allé récemment avec sa mère dans un musée voir une exposition spéciale de beaux tableaux du Sauveur. Tandis qu’ils passent à côté de ces images sacrées, elle entend son petit garçon prononcer avec révérence le nom de « Jésus ». Elle le voit en train de croiser les bras et de baisser la tête tandis qu’il regarde les tableaux. Qu’est-ce que Todd peut nous apprendre sur l’humilité, la révérence et l’amour pour le Seigneur ?

L’automne dernier, j’ai observé l’exemple d’un jeune Arménien de dix ans. Tandis que nous attendions le début de la réunion de Sainte-Cène, il a remarqué l’arrivée de la sœur la plus âgée de la branche. C’est lui qui est allé rapidement à côté d’elle et qui lui a offert son bras pour la soutenir dans ses pas hésitants. Il l’a assistée jusqu’au premier rang où elle pouvait entendre. Son petit geste de gentillesse peut-il nous enseigner que les personnes les plus grandes dans le royaume du Seigneur sont celles qui recherchent les occasions de rendre service ?

Katie, fillette de la Primaire, nous a instruits quand nous avons vu l’influence qu’elle a eue sur sa famille. Elle est allée à la Primaire et a été attirée par les enseignements de l’Évangile. Sa foi et son témoignage grandissant, elle a laissé un petit mot sur l’oreiller de ses parents. Elle a écrit que les vérités de l’Évangile avaient trouvé un « foyer dans son cœur ». Elle a exprimé son désir fervent d’être proche de son Père céleste, d’obéir à ses commandements et de voir sa famille scellée dans le temple. Le témoignage simple de leur gentille petite fille a profondément touché le cœur de ses parents. Sa famille et elle ont reçu les ordonnances sacrées du temple qui ont uni leur famille à tout jamais. L’exemple et la foi de Katie ont apporté des bénédictions éternelles à sa famille. Son témoignage sincère et son désir de suivre le plan du Seigneur peuvent-ils nous amener à voir plus clairement ce qui est réellement le plus important ?

Notre famille reçoit des leçons de Liam, six ans, un proche parent. L’année dernière, il a lutté contre un cancer agressif du cerveau. Après deux opérations difficiles, il a été décidé que de la radiothérapie serait aussi indispensable. Pendant ces traitements par radiothérapie, il devait être tout seul et rester couché absolument sans bouger. Liam ne voulait pas de sédatif parce qu’il n’aimait pas la sensation que cela lui donnait. Il a décidé que s’il pouvait simplement entendre la voix de son papa par l’interphone, il resterait couché immobile sans sédatif.

Pendant ces moments d’anxiété, son papa lui a dit des paroles d’encouragement et d’amour : « Liam, bien que tu ne puisses pas me voir, je suis là. Je sais que tu peux y arriver. Je t’aime. » Il a réussi à rester totalement immobile pendant qu’il subissait les trente-trois séances de radiothérapie requises, prouesse que ses docteurs pensaient impossible sans sédatif pour quelqu’un d’aussi jeune. Pendant des mois de douleur et d’épreuves, l’optimisme contagieux de Liam a été un grand exemple de la façon d’affronter l’adversité avec espoir et même bonheur. Ses médecins, ses infirmières et d’innombrables autres personnes ont été inspirés par son courage.

Liam nous donne à tous des leçons importantes sur le fait de choisir la foi et de faire confiance au Seigneur. Comme lui, nous ne pouvons pas voir notre Père céleste, mais nous pouvons écouter sa voix nous donner la force dont nous avons besoin pour supporter les difficultés de la vie.

L’exemple de Liam ne nous aide-t-il pas à mieux comprendre l’exhortation du roi Benjamin de devenir comme un enfant, soumis, doux, humble, patient et plein d’amour ? (voir Mosiah 3:19).

Les enfants nous fournissent des exemples des qualités des enfants que nous devons acquérir ou redécouvrir en nous-mêmes pour entrer dans le royaume des cieux. Ce sont des esprits éveillés qui ne sont pas ternis par le monde, des esprits réceptifs et pleins de foi. Il n’est pas étonnant que le Sauveur ait une estime et un amour spéciaux pour les petits enfants.

Le tendre ministère du Sauveur auprès des enfants tient une place à part dans les événements transcendants de sa visite en Amérique. Il s’est occupé de manière poignante de chaque enfant.

« Et il prit leurs petits enfants, un par un, et les bénit, et pria le Père pour eux.

« Et lorsqu’il eut fait cela, il pleura de nouveau…

et il parla à la multitude et lui dit : Voyez vos petits enfants » (3 Néphi 17:21-23).

M. Russell Ballard, du Collège des douze apôtres, nous a enseigné l’importance de l’exhortation du Sauveur de voir les petits enfants quand il a dit : « Voyez vos petits enfants » . « Remarquez qu’il n’a pas dit de ‘ jeter un coup d’œil sur eux ’, de ‘ les regarder distraitement ’ ni de ‘ regarder de temps à autre dans leur direction’.’ Il a dit de les voir. Pour moi cela signifie que nous devons les embrasser du regard et du cœur, les voir et les apprécier tels qu’ils sont réellement : des enfants d’esprit de notre Père céleste, dotés de qualités divines » (« Voici vos petits enfants », L’Étoile, octobre 1994, p. 40 ; italiques ajoutés).

Il n’est pas de meilleur endroit pour voir nos petits enfants que dans notre famille. Le foyer est l’endroit où nous pouvons tous apprendre et progresser ensemble. Un de nos beaux chants de la Primaire enseigne cette vérité :

Dieu nous donne un foyer
pour nous aider à devenir comme lui.
C’est le plus grand don des cieux :
la famille vient de Dieu.

C’est dans notre famille, dans une atmosphère d’amour et de foi, que nous voyons et apprécions d’une manière plus personnelle les qualités divines de ses enfants d’esprit. C’est là que notre cœur peut être touché et qu’humblement nous désirons changer, devenir plus semblables à un enfant. C’est le processus par lequel nous pouvons devenir davantage semblables au Christ.

Est-ce que certaines des expériences de la vie vous ont enlevé la disposition à croire et la foi d’un enfant que vous avez eues un jour ? Si c’est le cas, regardez autour de vous les enfants dans votre vie. Et puis regardez encore. Ce sont peut être des enfants de votre famille, de l’autre côté de la rue ou de la Primaire de votre paroisse. Si nous avons le cœur d’apprendre et la volonté de suivre l’exemple des enfants, leurs attributs divins peuvent détenir une clé pour débloquer notre croissance spirituelle.

Je serai toujours reconnaissante de la bénédiction que sont mes enfants. L’exemple de chacun d’eux m’a enseigné des leçons dont j’ai besoin. Ils m’ont aidée à m’améliorer.

Je témoigne humblement mais avec certitude que Jésus est le Christ. Il est l’unique Fils parfait : soumis, doux, humble, patient et tellement plein d’amour. Je prie pour que chacun de nous ait le désir de suivre son exemple, de devenir comme un petit enfant et ainsi de retourner à son foyer céleste. Au nom de Jésus-Christ. Amen.