L’esprit de révélation

David A. Bednar

du Collège des douze apôtres


David A. Bednar
L’esprit de révélation est réel et peut opérer et opère dans notre vie et dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

J’exprime ma reconnaissance pour l’inspiration qui a présidé au choix du cantique qui suivra mon discours, « Ai-je fait du bien » (Hymnes, n° 194). Je saisis l’allusion.

Je vous invite à réfléchir à deux expériences que nous avons tous ou presque tous eues de la lumière.

La première a lieu lorsque nous entrons dans une pièce sombre et que nous appuyons sur l’interrupteur. Rappelez-vous comme la pièce est immédiatement remplie d’une lumière vive qui fait disparaître l’obscurité. Ce qui était auparavant invisible et indistinct devient net et reconnaissable. Cette expérience se caractérise par une prise de conscience immédiate et intense de la lumière.

La deuxième expérience a lieu lorsque nous regardons la nuit laisser la place au jour. Vous rappelez-vous l’augmentation lente et presqu’imperceptible de la lumière à l’horizon ? Contrairement à la lumière allumée dans une pièce sombre, celle du lever du soleil ne jaillit pas immédiatement. Non, l’intensité de la lumière augmente graduellement et progressivement, et l’obscurité de la nuit est remplacée par l’éclat du matin. Et enfin, le soleil se lève à l’horizon. Mais la preuve visuelle de l’arrivée imminente du soleil est visible des heures avant que le soleil n’apparaisse à l’horizon. Cette expérience se caractérise par un discernement subtil et progressif de la lumière.

Nous pouvons beaucoup apprendre sur l’esprit de révélation à partir de ces deux expériences ordinaires avec la lumière. Je prie pour que le Saint-Esprit nous inspire et nous instruise tandis que nous nous concentrons maintenant sur l’esprit de révélation et les formes fondamentales sous lesquelles on reçoit la révélation.

L’esprit de révélation

La révélation est la communication de Dieu à ses enfants sur la terre et l’une des grandes bénédictions associées au don et à la compagnie constante du Saint-Esprit. Joseph Smith, le prophète, a enseigné : « Le Saint-Esprit est un révélateur » et « nul homme ne peut recevoir le Saint-Esprit sans recevoir de révélations » (Enseignements des présidents de l’Église, Joseph Smith, 2007, p. 141).

L’esprit de révélation est accessible à quiconque reçoit, par l’autorité compétente de la prêtrise, les ordonnances salvatrices du baptême par immersion pour la rémission des péchés et l’imposition des mains pour le don du Saint-Esprit, qui agit avec foi pour obéir à l’injonction de la prêtrise : « Recevez le Saint-Esprit ». Cette bénédiction n’est pas limitée aux autorités présidentes de l’Église ; elle appartient au contraire à la vie de chaque homme, femme et enfant qui atteint l’âge de responsabilité et contracte des alliances sacrées, et elle doit y opérer. Le désir sincère et la dignité invitent l’esprit de révélation dans notre vie.

Joseph Smith et Oliver Cowdery ont acquis une expérience précieuse avec l’esprit de révélation lorsqu’ils ont traduit le Livre de Mormon. Ces frères ont appris qu’ils pouvaient recevoir toute la connaissance nécessaire pour accomplir leur travail s’ils demandaient avec foi, d’un cœur honnête, croyant qu’ils recevraient. Et, avec le temps, ils ont mieux compris que l’esprit de révélation opère de manière générale sous la forme de pensées et de sentiments qui se présentent dans notre esprit et notre cœur par le pouvoir du Saint-Esprit (voir D&A 8:1-2 ; 100:5-8). Le Seigneur leur a enseigné : « Or, voici, c’est là l’Esprit de révélation ; voici, c’est là l’Esprit par lequel Moïse fit traverser aux enfants d’Israël la mer Rouge à pied sec. C’est donc là ton don. Utilise-le » (D&A 8: 3-4).

Je souligne l’expression « utilise-le » concernant l’esprit de révélation. Dans les Écritures, l’influence du Saint-Esprit est souvent décrite comme « un murmure doux et léger » (1 Néphi 17:45 ; 1 Rois 19:12 ; voir aussi 3 Néphi 11:3) et une « voix d’une douceur parfaite » (Hélaman 5:30). Puisque l’Esprit murmure doucement et délicatement, il est facile de comprendre pourquoi nous devons fuir les médias inconvenants, la pornographie et les substances et les comportements dangereux qui créent une dépendance. Ces outils de l’adversaire peuvent affaiblir et finir par détruire notre capacité de reconnaître les messages subtils de Dieu donnés par le pouvoir de son Esprit et d’y réagir. Nous devons tous sérieusement réfléchir et méditer dans la prière sur la façon dont nous pouvons rejeter les séductions du diable et utiliser dans la justice l’esprit de révélation dans notre vie personnelle et notre famille.

Formes de la révélation

La révélation nous parvient de diverses façons, notamment, par exemple, par des rêves, des visions, des conversations avec des messagers divins et par l’inspiration. Il y a des révélations que l’on reçoit immédiatement et intensément ; d’autres que l’on reconnaît progressivement et subtilement. Les deux expériences de la lumière que j’ai décrites nous aident à mieux comprendre ces deux formes de base de la révélation.

Une lumière allumée dans une pièce sombre est comme un message reçu de Dieu rapidement, entièrement et d’un seul coup. Beaucoup d’entre nous ont eu l’expérience de cette forme de révélation lorsqu’ils ont reçu la réponse à une prière sincère ou des directives ou une protection nécessaires selon la volonté de Dieu et au moment choisi par lui. On trouve des descriptions de telles manifestations immédiates et intenses dans les Écritures ; elles sont racontées dans l’histoire de l’Église et se manifestent dans notre vie. Ces grands miracles ont vraiment lieu. Cependant, cette forme de révélation tend à être plus rare qu’habituelle.

L’augmentation progressive de la lumière qui rayonne du soleil levant est comme un message que l’on reçoit de Dieu « ligne sur ligne, précepte sur précepte » (2 Néphi 28:30). Le plus fréquemment, la révélation est donnée par petites touches dans le temps et est accordée en fonction de nos désirs, de notre dignité et de notre préparation. Ces communications de notre Père céleste se distillent progressivement et doucement sur notre âme comme la rosée des cieux (voir D&A 121:45). Cette forme de la révélation tend à être plus habituelle que rare et on la voit se manifester dans l’expérience de Néphi lorsqu’il essaye différentes approches avant de réussir à obtenir de Laban les plaques d’airain (voir 1 Néphi 3-4). Pour finir, il est conduit par l’Esprit à Jérusalem, ne sachant pas d’avance ce qu’il va faire (voir 1 Néphi 4:6). Et il n’apprend pas non plus d’un seul coup à construire un bateau d’une exécution habile, mais le Seigneur lui montre « de temps en temps de quelle manière [il doit] travailler les bois de charpente du bateau » (1 Néphi 18:1).

Tant l’histoire de l’Église que notre vie personnelle abondent en exemples de la façon dont le Seigneur nous fait parvenir la révélation « ligne sur ligne, précepte sur précepte ». Par exemple, les vérités fondamentales de l’Évangile rétabli n’ont pas été données à Joseph Smith, le prophète, en une seule fois dans le Bosquet sacré. Ces trésors d’une valeur inestimable ont été révélés lorsque les circonstances le justifiaient et que le moment était le bon.

Joseph F. Smith explique comment cette forme de révélation s’est produite dans sa vie : « Dans ma jeunesse … je demandais … souvent au Seigneur de me montrer quelque chose de merveilleux pour que je puisse recevoir un témoignage. Mais le Seigneur m’a refusé les miracles et m’a montré la vérité, ligne sur ligne… jusqu’à me faire connaître la vérité du sommet de ma tête à la plante de mes pieds et jusqu’à ce que le doute et la peur n’aient plus du tout de place en moi. Il n’a pas eu besoin d’envoyer un ange des cieux ni de me parler avec la trompette d’un archange pour cela. C’est par les murmures doux et légers de l’Esprit du Dieu vivant qu’il m’a donné le témoignage que je possède. Et c’est par ce principe et ce pouvoir qu’il donnera à tous les enfants des hommes une connaissance de la vérité qui leur restera, et cela leur fera connaître la vérité, comme Dieu la connaît, et faire la volonté du Père comme le Christ la fait. Jamais les manifestations miraculeuses, aussi nombreuses soient-elles, ne pourront conduire à pareil résultat » (in Conference Report, avr. 1900, p. 40–41).

Nous, les membres de l’Église, nous avons tellement tendance à mettre l’accent sur les manifestations spirituelles merveilleuses et spectaculaires que nous risquons de ne pas apprécier et même de ne pas remarquer les formes habituelles sous lesquelles le Saint-Esprit accomplit son œuvre. La « simplicité [même] du moyen » (1 Néphi 17:41) par lequel nous recevons de petites impressions spirituelles par touches progressives, qui avec le temps et dans leur totalité constituent la réponse désirée ou l’orientation dont nous avons besoin, peut nous faire regarder « au-delà du point marqué » (Jacob 4:14).

J’ai parlé avec de nombreuses personnes qui remettent en question la force de leur témoignage et qui sous-estiment leur capacité spirituelle parce qu’elles ne reçoivent pas d’impressions fréquentes, miraculeuses ou fortes. Lorsque nous réfléchissons à l’expérience de Joseph dans le Bosquet sacré, de Paul sur la route de Damas et d’Alma le Jeune, nous en arrivons peut-être à croire que quelque chose ne va pas ou nous manque si nous n’avons pas dans notre vie ces exemples célèbres et spirituellement frappants. Si vous avez eu des pensés ou des doutes semblables, sachez que vous êtes tout à fait normaux. Continuez simplement à avancer résolument dans l’obéissance et avec foi au Sauveur. Si vous agissez ainsi « vous ne pouvez faire fausse route » (D&A 80:3).

Joseph F. Smith a déclaré : « Montrez-moi des saints des derniers jours qui ont besoin de se nourrir de miracles, de signes et de visions pour les garder fermes dans l’Église et je vous montrerai des membres… qui ne sont pas droits devant Dieu et qui marchent sur des chemins glissants. Ce n’est pas par des manifestations merveilleuses que nous serons enracinés dans la vérité mais c’est par l’humilité et l’obéissance fidèle aux commandements et aux lois de Dieu » (Conference Report, avril 1900, p. 40).

Une autre expérience courante avec la lumière nous aide à apprendre une vérité supplémentaire concernant ce mode de révélation qu’est le « ligne sur ligne, précepte sur précepte ». Parfois, le soleil se lève un jour où il a y des nuages ou du brouillard. À cause du temps couvert, il est plus difficile de distinguer la lumière et il est impossible de connaître le moment précis où le soleil se lève à l’horizon. Mais un matin comme celui-là, nous avons néanmoins suffisamment de lumière pour voir que c’est une nouvelle journée et pour vaquer à nos affaires.

De même, nous recevons de nombreuses fois la révélation sans savoir précisément comment ou quand nous la recevons. Un épisode important de l’histoire de l’Église illustre ce principe.

Pendant le printemps de l’année 1829, Oliver Cowdery était maître d’école à Palmyra, dans l’État de New York. Lorsqu’il entendit parler de Joseph Smith et du travail de traduction du Livre de Mormon, Oliver se sentit poussé à proposer son aide au jeune prophète. Il se rendit donc à Harmony (Pennsylvanie) et devint le secrétaire de Joseph. Le moment de son arrivée et l’aide qu’il apporta furent essentiels à la parution du Livre de Mormon.

Par la suite, le Sauveur révéla à Oliver que toutes les fois qu’il avait prié pour être guidé, il avait reçu des instructions de l’Esprit du Seigneur. Le Seigneur déclara : « S’il n’en avait pas été ainsi, tu ne serais pas venu là où tu te trouves en ce moment. Voici, tu sais que tu m’as interrogé et que j’ai éclairé ton esprit ; et maintenant je te dis ces choses pour que tu saches que tu as été éclairé par l’Esprit de vérité » (D&A 6:14-15).

Oliver reçut donc une révélation par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète, l’informant qu’il avait bien reçu des révélations. Apparemment, Oliver n’avait pas reconnu comment et quand il avait été guidé par Dieu et avait besoin de cet enseignement pour augmenter sa compréhension de l’esprit de révélation. Ce qu’il avait fait, en substance, c’était marcher dans la lumière tandis que le soleil se levait par un matin nuageux.

Dans beaucoup des incertitudes et des difficultés que nous rencontrons dans la vie, Dieu nous demande de faire de notre mieux, de nous mouvoir et de ne pas êtres mus (voir 2 Néphi 2 :26) et d’avoir confiance en lui. Peut-être ne verrons nous pas d’ange, n’entendrons-nous pas de voix céleste et ne recevrons-nous pas d’impression spirituelle renversante. Peut-être irons-nous fréquemment de l’avant en espérant et en priant, mais sans en avoir l’assurance absolue, que nous agissons conformément à la volonté de Dieu. Mais, si nous respectons nos alliances et obéissons aux commandements, si nous essayons encore plus systématiquement de faire le bien et de nous améliorer, nous pouvons avancer avec l’assurance que Dieu guidera nos pas. Et nous pouvons parler avec l’assurance que Dieu inspirera nos paroles. C’est en partie le sens de l’Écriture qui déclare : « Alors ton assurance deviendra grande en la présence de Dieu » (D&A 121:45).

Recherchez et appliquez convenablement l’esprit de révélation et je vous promets que vous marcherez à la lumière du Seigneur (voir Ésaïe 2:5 ; 2 Néphi 12:5). Tantôt l’esprit de révélation agira immédiatement et intensément, tantôt il le fera subtilement et progressivement et souvent si délicatement que vous n’en serez même pas conscients. Mais, quelle que soit la forme sous laquelle vous recevez cette bénédiction, la lumière qu’elle apporte illuminera et épanouira votre âme, éclairera votre intelligence (voir Alma 5:7 ; Alma 32:28) et vous dirigera et vous protégera, vous et votre famille.

En ma qualité d’apôtre, je témoigne que le Père et le Fils vivent. L’esprit de révélation est réel et peut opérer et opère dans notre vie et dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Je témoigne de ces vérités, au nom sacré du Seigneur Jésus-Christ. Amen.