Enseignements de Jésus

Dallin H. Oaks

du Collège des douze apôtres


Dallin H. Oaks
Jésus-Christ est le Fils unique et bien-aimé de Dieu…Il est celui qui nous sauve du péché et de la mort. C’est la connaissance la plus importante sur la terre.

« Que pensez-vous du Christ ? » (Matthieu 22:42). C’est avec ces mots que Jésus a confondu les Pharisiens de son époque. C’est avec ces mêmes mots que je demande à mes frères et sœurs saints des derniers jours et aux autres chrétiens ce qu’ils croient vraiment concernant Jésus-Christ et ce qu’ils font de cette croyance.

La majeure partie de mes citations scripturaires seront issues de la Bible parce que la plupart des chrétiens la connaissent bien. Mes interprétations viendront bien sûr de ce que les Écritures modernes, et particulièrement le Livre de Mormon, nous enseignent concernant la signification de passages de la Bible si ambigus que les chrétiens ne s’accordent pas sur leur signification. Je m’adresse aux croyants mais aussi aux autres personnes. Comme Tad R. Callister nous l’a enseigné ce matin, certains qui se disent chrétiens louent Jésus comme étant un grand maître mais évitent d’affirmer sa divinité. Pour m’adresser à eux, j’ai utilisé les mots de Jésus lui-même. Nous devrions tous considérer ce qu’il a lui-même enseigné concernant qui il est et la raison pour laquelle il a été envoyé sur la terre.

Fils unique

Jésus a enseigné qu’il était le Fils unique. Il a dit :

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »

« Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui »(Jean 3:16–17).

Dieu le Père l’a affirmé. Au summum de l’expérience sacrée sur le mont de la Transfiguration, il a déclaré des cieux : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection » (Matthieu 17:5).

Jésus a aussi enseigné que son apparence était semblable à celle de son Père. À ses apôtres, il a dit :

« Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu.

« Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit.

« Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14:7–9).

Plus tard, l’apôtre Paul a décrit le Fils comme étant « l’empreinte de sa personne [du Père] » (Hébreux 1:3 ; voir aussi 2 Corinthiens 4:4).

Créateur

L’apôtre Jean écrit que Jésus, qu’il appelle « la Parole », « était au commencement avec Dieu, [et que] toutes choses ont été faites par elle, et [que] rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle » (Jean 1:2–3). Ainsi, dans le cadre du plan du Père, Jésus-Christ a été le Créateur de toutes choses.

Seigneur Dieu d’Israël

Pendant son ministère en Palestine, Jésus a déclaré qu’il était Jéhovah, le Seigneur Dieu d’Israël (voir Jean 8:58). Plus tard, en tant que Seigneur ressuscité, il a exercé son ministère auprès de son peuple sur le continent américain. Il y a déclaré :

« Voici, je suis Jésus-Christ, dont les prophètes ont témoigné qu’il viendrait au monde…

“…« Je suis le Dieu d’Israël et le Dieu de toute la terre » (3 Néphi 11:10, 14).

Ce qu’il a fait pour nous

Il y a bien des années, lors d’une conférence de pieu, j’ai rencontré une femme qui m’a dit qu’on lui avait demandé de revenir à l’église après de nombreuses années d’absence, mais qu’elle ne voyait vraiment pas pourquoi elle devrait le faire. Pour l’encourager, je lui ai dit : « Lorsque vous réfléchissez à toutes les choses que le Sauveur a faites pour nous, n’avez-vous pas de nombreuses raisons de revenir pour l’adorer et le servir ? » Sa réponse m’a étonné : « Qu’a-t-il fait pour moi ? » Pour les personnes qui ne comprennent pas ce que notre Sauveur a fait pour nous, je vais répondre à cette question en employant ses propres paroles et mon témoignage personnel.

La vie du monde

La Bible rapporte cet enseignement de Jésus : « Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance » (Jean 10:10). Plus tard, dans le Nouveau Monde, il a déclaré : « Je suis la lumière et la vie du monde » (3 Néphi 11 :11). Il est la Vie du monde parce qu’il est notre Créateur et parce que, grâce à sa résurrection, nous sommes tous assurés de vivre à nouveau. Et la vie qu’il nous donne n’est pas simplement la vie terrestre. Il a enseigné : « Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de mes mains » (Jean 10:28 ; voir aussi Jean 17:2).

La lumière du monde

Jésus a aussi enseigné : « Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres » (Jean 8:12). Il a aussi déclaré : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie » (Jean 14:6). Il est le chemin et il est la lumière parce que ses enseignements éclairent notre chemin dans la vie terrestre et nous montrent comment retourner au Père.

Faire la volonté du Père

Jésus a toujours honoré et suivi le Père. Alors qu’il n’était qu’un jeune homme, il a déclaré à ses parents terrestres : « Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? » (Luc 2:49). Il a dit plus tard : « Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé » (Jean 6:38 : voir aussi Jean 5:19). Le Sauveur a enseigné : « Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14:6 ; voir aussi Matthieu 11:27).

Nous retournons au Père en faisant sa volonté. Jésus a déclaré : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 7:21). Il a expliqué :

« Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?

« Alors je leur dirai ouvertement : je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7:22–23).

Alors, qui entrera dans le royaume des cieux ? Jésus a dit que ce ne seraient pas ceux qui se contentent de faire des œuvres merveilleuses en se servant du nom du Seigneur, mais celui-là seul qui fait la volonté de son Père qui est dans les cieux.

Le grand modèle

Jésus nous a montré comment faire cela. À maintes reprises, il nous a demandé de le suivre : « Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent » (Jean 10:27).

Le pouvoir de la prêtrise

Il a donné le pouvoir de la prêtrise à ses apôtres (voir Matthieu 10:1) et à d’autres hommes. À Pierre, le premier des apôtres, il a dit : « Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux » (Matthieu 16:19 ; voir aussi Matthieu 18:18).

Luc raconte : « Le Seigneur désigna… soixante-dix autres disciples, et il les envoya deux à deux devant lui dans toutes les villes et dans tous les lieux où lui-même devait aller » (Luc 10:1). Plus tard, ces soixante-dix dirent joyeusement à Jésus : « Seigneur, les démons mêmes nous sont soumis en ton nom » (Luc 10:17). Je suis témoin de ce pouvoir de la prêtrise.

Le Saint-Esprit nous guide

À la fin de son ministère terrestre, Jésus a enseigné à ses apôtres : « Le Consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jean 14:26), et « il vous guidera dans toute la vérité » (Jean 16:13).

Ses commandements nous guident

Il utilise aussi ses commandements pour nous guider. Ainsi, il a commandé aux Néphites de ne plus avoir de disputes au sujet des points de doctrine, car, a-t-il dit :

« Celui qui a l’esprit de querelle n’est pas de moi, mais est du diable, qui est le père des querelles, et il excite le cœur des hommes à se quereller avec colère. »

« Voici, ce n’est pas ma doctrine d’exciter le cœur des hommes à la colère les uns contre les autres ; mais c’est ma doctrine que de telles choses soient abandonnées » (3 Néphi 11:29–30).

L’accent est sur la vie éternelle

Il nous incite aussi à nous concentrer sur lui, non sur les choses du monde. Dans son grand sermon sur le pain de vie, Jésus explique la différence entre la nourriture terrestre et la nourriture éternelle. Il a dit : « Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera » (Jean 6:27). Le Sauveur a enseigné qu’il était le pain de vie, la source de la nourriture éternelle. Parlant de la nourriture terrestre que le monde donne, notamment de la manne que Jéhovah avait envoyée aux enfants d’Israël dans le désert, Jésus a enseigné que les personnes qui dépendaient de ce pain étaient maintenant mortes (voir Jean 6:49). Par contre, la nourriture qu’il offrait était « le pain vivant qui était descendu du ciel » et , il a enseigné : « Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement » (Jean 6:51).

Certains de ses disciples dirent que « cette parole [était] dure et à partir de ce moment plusieurs de ses disciples « se retirèrent, et ils n’allaient plus avec lui » (Jean 6:60, 66). Apparemment, ils n’avaient pas accepté son enseignement précédent selon lequel ils devaient « recherche[r] premièrement le royaume de Dieu » (Matthieu 6:33). Aujourd’hui encore certaines personnes professant être chrétiennes sont plus attirées par les choses du monde, les choses qui entretiennent la vie sur la terre mais qui ne nourrissent pas pour la vie éternelle. Pour certains, ses paroles dures sont toujours une raison de ne pas suivre le Christ.

L’Expiation

Le couronnement du ministère terrestre de notre Sauveur a été sa résurrection et son expiation pour les péchés du monde. Jean-Baptiste l’a prophétisé quand il a dit : « Voici l’agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde » (Jean 1:29). Par la suite, Jésus a enseigné que « le Fils de l’homme est venu… pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs » (Matthieu 20:28). Selon le récit de Matthieu, lors de la dernière Cène, Jésus a expliqué que le vin qu’il avait béni était son sang, le sang de l’alliance, qui était répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés (voir Matthieu 26:28).

Quand il est apparu aux Néphites, le Seigneur ressuscité les a invités à s’approcher pour toucher la blessure dans son côté et les marques des clous dans ses mains et ses pieds. Il a expliqué pourquoi il faisait cela : « afin que vous sachiez que je suis le Dieu d’Israël et le Dieu de toute la terre, et que j’ai été mis à mort pour les péchés du monde » (3 Néphi 11:14). Le récit ajoute que la multitude tomba « aux pieds de Jésus et l’ador[a] » (verset 17). Pour cette raison, le monde entier finira par l’adorer.

Jésus a enseigné d’autres vérités précieuses concernant son expiation. Le Livre de Mormon, qui détaille davantage ce que le Sauveur a enseigné et donne la meilleure explication de sa mission, relate cet enseignement :

« Mon Père m’a envoyé pour que je sois élevé sur la croix…, pour que j’attire tous les hommes à moi…

« pour être jugés selon leurs œuvres.

« Et… quiconque se repent et est baptisé en mon nom sera rassasié ; et s’il persévère jusqu’à la fin, voici, je le tiendrai pour innocent devant mon Père en ce jour où je me tiendrai pour juger le monde…

« Et rien d’impur ne peut entrer dans [le] royaume [du Père] ; c’est pourquoi, rien n’entre dans son repos, si ce n’est ceux qui ont lavé leurs vêtements dans mon sang, à cause de leur foi, et du repentir de tous leurs péchés, et de leur fidélité jusqu’à la fin » (3 Néphi 27:14 16, 19).

Nous comprenons ainsi que l’Expiation de Jésus-Christ nous donne l’occasion de surmonter la mort spirituelle qui résulte du péché et, en contractant et en respectant des alliances sacrées, d’avoir les bénédictions de la vie éternelle.

Question et témoignage

Jésus a posé la question : « Que pensez-vous du Christ ? » (Matthieu 22:42). L’apôtre Paul a demandé aux Corinthiens : « Examinez-vous vous-mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi » (2 Corinthiens 13:5). Nous devons tous répondre à ces questions pour nous-mêmes. Où se trouve notre loyauté ultime ? Ressemblons-nous aux chrétiens de la description mémorable de Neal A. Maxwell qui avaient emménagé à Sion mais essayaient encore de garder une résidence secondaire à Babylone1?

Il n’y a pas de zone neutre. Nous sommes des disciples de Jésus-Christ. Notre citoyenneté est dans son Église et dans son Évangile et nous ne devrions pas utiliser de visa pour rendre visite à Babylone ou agir comme l’un de ses citoyens. Nous devons honorer son nom, respecter ses commandements et « ne [pas rechercher] les choses de ce monde mais [chercher] premièrement à édifier le royaume de Dieu et à faire régner sa justice » (Matthieu 6:33, extrait de la Traduction de la Bible par Joseph Smith, Matthieu 6:38).

Jésus-Christ est le Fils unique et bien-aimé de Dieu. Il est notre créateur. Il est la lumière du monde. Il est celui qui nous sauve du péché et de la mort. C’est la connaissance la plus importante sur la terre et vous pouvez savoir cela par vous-mêmes, comme je le sais moi-même. Le Saint-Esprit, qui témoigne du Père et du Fils et nous conduit dans la vérité, m’a révélé ces vérités et il vous les révélera. Pour y parvenir nous devons le désirer et obéir. Concernant le fait de désirer, Jésus a enseigné : « Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez et l’on vous ouvrira (Matthieu 7:7). Et concernant le fait d’obéir, il a dit : « Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef. » (Jean 7:16-17).Je témoigne de la véracité de ces choses, au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. Voir Neal A. Maxwell, A Wonderful Flood of Light, 1990, p. 47.