Une fondation sûre

Par Dean M. Davies

Deuxième conseiller dans l’Épiscopat président


Dean M. Davies
Acceptons l’invitation du Sauveur d’aller à lui. Bâtissons notre vie sur une fondation saine et sûre.

Nous sommes le 17 octobre 1989. Je rentre du travail en voiture. J’arrive à un feu tricolore au croisement des rues Market et Beale à San Francisco, en Californie. À cet instant, je sens des secousses et je me dis : « Je dois avoir un pneu crevé. » Comme les secousses continuent, je remarque un bus, tout près de moi, et je me dis : « Ce bus vient de me percuter ! » Puis les secousses augmentent et je me dis : « Je dois avoir les quatre pneus crevés ! » Mais ce ne sont pas des pneus crevés ni le bus ; c’est un violent tremblement de terre ! Alors que je suis arrêté au feu rouge, il y a des ondulations dans le bitume, comme des vagues de la mer qui déferlent le long de Market street. Devant moi, un grand bâtiment administratif oscille d’un côté à l’autre et des briques commencent à tomber d’un édifice plus ancien à ma gauche tandis que la terre continue à trembler.

Le séisme de Loma Prieta a touché la Baie de San Francisco à 17 h 04 ce jour-là et laissera jusqu’à douze mille personnes sans abri.

Le séisme aura fait des dégâts importants dans la région de la Baie de San Francisco, en particulier sur le sol instable de San Francisco et d’Oakland. À San Francisco, le quartier de la Marina avait été construit sur un remblai composé de sable, de terre, de gravats et d’autres matériaux contenant un pourcentage élevé d’eaux souterraines. Une partie du remblai était constituée par les gravats jetés dans la baie après le séisme de 1906 à San Francisco1.

Vers 1915, des immeubles ont été érigés sur le remblai. Lors du séisme de 1989, le sol meuble et saturé d’eau, composé de boue, de sable et de gravats s’est transformé en masse liquide et a provoqué l’effondrement des bâtiments. Les immeubles n’étaient pas construits sur une fondation sûre.

Le séisme de Loma Prieta a eu des répercussions sur de nombreuses vies, y compris la mienne. Mes réflexions sur les événements de cette journée-là confirment dans mon esprit et dans mon cœur le fait que, pour résister aux tempêtes, aux tremblements de terre et aux calamités de la vie, nous devons bâtir sur une fondation sûre.

Le prophète néphite Hélaman a clairement exprimé l’importance d’édifier notre vie sur une fondation sûre, à savoir, la fondation de Jésus-Christ : « Et maintenant, mes fils, souvenez-vous, souvenez-vous que c’est sur le roc de notre Rédempteur, qui est le Christ, le Fils de Dieu, que vous devez bâtir votre fondation ; afin que lorsque le diable enverra ses vents puissants, oui, ses traits dans le tourbillon, oui, lorsque toute sa grêle et sa puissante tempête s’abattront sur vous, cela n’ait aucun pouvoir sur vous, pour vous entraîner en bas jusqu’au gouffre de misère et de malheur sans fin, à cause du roc sur lequel vous êtes bâtis, qui est une fondation sûre, une fondation telle que si les hommes construisent sur elle, ils ne peuvent tomber » (Hélaman 5:12).

Lors de l’élaboration de nos temples modernes, la conception, l’ingénierie et le choix des matériaux de construction sont soigneusement étudiés. Un examen complet des sols et de la géologie est effectué sur le terrain où un temple sera bâti. On fait une étude du vent, des précipitations et des changements climatiques de la région pour que le temple terminé puisse résister aux orages et au climat de la région. En outre, le temple est conçu et positionné pour résister aux séismes, typhons, inondations et autres cataclysmes imprévus qui pourraient survenir. Dans beaucoup de temples, des piliers en béton ou en acier sont enfoncés profondément dans le sol pour ancrer les fondations du temple.

Comme les concepteurs et les constructeurs de notre époque, notre Père céleste bon et aimant et son Fils ont préparé des plans, des outils et d’autres moyens que nous pouvons utiliser pour édifier et structurer notre vie pour qu’elle soit ferme et inébranlable. Le plan est le plan du salut, le grand plan du bonheur. Il nous présente une image et une compréhension claires du commencement et de la fin, et les étapes essentielles, notamment les ordonnances, qui sont nécessaires à chacun des enfants de notre Père pour pouvoir retourner en sa présence et demeurer avec lui à jamais.

La foi, le repentir, le baptême, le don du Saint-Esprit et la persévérance jusqu’à la fin font partie des « plans » de la vie. Ils aident à former les parpaings nécessaires pour ancrer notre vie à l’expiation du Christ. Ils forment et soutiennent la structure porteuse de la vie de la personne. Ensuite, tout comme les plans du temple s’accompagnent d’un cahier des charges qui donne des directives détaillées sur la manière de former et d’incorporer les éléments essentiels, de même la prière, la lecture des Écritures, la participation à la Sainte-Cène et la réception des ordonnances essentielles de la prêtrise deviennent un « cahier des charges » qui aide à intégrer et à consolider la structure de la vie.

L’équilibre dans la mise en application de ce cahier des charges est vital. Par exemple, dans le processus de fabrication du béton, on utilise une quantité précise de sable, de gravier, de ciment et d’eau pour obtenir la résistance maximale. Une quantité incorrecte ou l’absence de l’un de ces éléments affaiblirait le béton et l’empêcherait d’assumer la fonction importante qui est la sienne.

De même, si nous ne veillons pas à assurer un bon équilibre dans notre vie en priant et en nous faisant quotidiennement un festin des Écritures, en nous fortifiant chaque semaine en prenant la Sainte-Cène et en participant souvent aux ordonnances de la prêtrise telles que les ordonnances du temple, nous risquons, nous aussi, d’être affaiblis structurellement et spirituellement.

Paul, dans une lettre aux Éphésiens, dit une chose que nous pouvons appliquer à la nécessité de développer notre personnalité et notre âme de manière équilibrée et intégrée : « En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur » (Éphésiens 2:21).

La prière est l’un des parpaings les plus élémentaires et les plus importants de la fondation de notre foi et de notre personnalité. Par la prière, nous pouvons exprimer notre reconnaissance, notre amour et notre dévouement à Dieu. Par la prière, nous pouvons soumettre notre volonté à la sienne et recevoir en retour la force de vivre en conformité avec ses enseignements. La prière est la voie que nous pouvons suivre afin de rechercher son influence dans notre vie, à savoir la révélation.

Alma enseigne : « Consulte le Seigneur dans toutes tes actions, et il te dirigera dans le bien ; oui, lorsque tu te couches le soir, couche-toi dans le Seigneur, afin qu’il veille sur toi dans ton sommeil ; et lorsque tu te lèves le matin, que ton cœur soit plein d’actions de grâces envers Dieu ; et si tu fais ces choses, tu seras élevé au dernier jour » (Alma 37:37).

Exprimer à Dieu nos pensées, nos sentiments et nos désirs dans des prières sincères devrait devenir pour chacun de nous aussi important et aussi naturel que respirer et manger.

L’étude quotidienne des Écritures renforcera aussi notre foi et notre personnalité. Tout comme nous avons besoin de nourrir notre corps physique, de même notre esprit et notre âme seront comblés et fortifiés si nous nous faisons un festin des paroles du Christ telles qu’elles sont contenues dans les écrits des prophètes. Néphi enseigne : « C’est pour cela que je vous ai dit : Faites-vous un festin des paroles du Christ, car voici, les paroles du Christ vous diront tout ce que vous devez faire » (2 Néphi 32:3).

Si la lecture des Écritures est bonne, la lecture seule est insuffisante pour saisir toute l’ampleur et toute la profondeur des enseignements du Sauveur. Sonder, méditer et mettre en pratique les paroles du Christ enseignées dans les Écritures, apporte une sagesse et une connaissance qui dépassent notre compréhension de mortels. Cela fortifiera notre engagement et nous fournira les réserves spirituelles pour faire de notre mieux en toutes circonstances.

L’une des étapes les plus importantes à franchir pour fortifier notre vie et demeurer fermement rivés à la fondation du Sauveur consiste à prendre dignement la Sainte-Cène chaque semaine. L’ordonnance de la Sainte-Cène donne à chaque membre de l’Église l’occasion de méditer à l’avance sur sa vie, de penser aux actions ou aux omissions qui ont besoin de repentir, et ensuite de prendre le pain et l’eau, emblèmes sacrés qui rappellent le corps et le sang de Jésus-Christ, témoignage de son expiation. Si nous le faisons avec sincérité et humilité, nous renouvelons des alliances éternelles, nous sommes purifiés et sanctifiés, et nous recevons la promesse que nous aurons toujours son Esprit avec nous. L’Esprit agit comme une sorte de mortier, de chaînon qui non seulement nous sanctifie mais nous rappelle aussi toutes choses et témoigne encore et encore de Jésus-Christ. Prendre dignement la Sainte-Cène fortifie notre ancrage personnel au rocher de fondation, qui est Jésus-Christ.

Pendant son ministère, le Sauveur a enseigné avec amour et clarté les points de doctrine, les principes et les actions nécessaires à la préservation de notre vie et au renforcement de notre personnalité. À la fin de son sermon sur la montagne, il a dit :

« C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc –

« et la pluie est tombée, et les torrents sont venus, et les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison ; et elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc.

« Et quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable –

« et la pluie est tombée, et les torrents sont venus, et les vents ont soufflé et ont battu cette maison ; et elle est tombée, et sa ruine a été grande » (3 Néphi 14:24-27 ; voir aussi Matthieu 7:24-27).

Frères et sœurs, aucun d’entre nous ne bâtirait en connaissance de cause sa maison, son lieu de travail ou son saint lieu de culte sur du sable ou des gravats, ou bien sans les plans et les matériaux convenables. Acceptons l’invitation du Sauveur d’aller à lui. Bâtissons notre vie sur une fondation saine et sûre.

Je témoigne humblement qu’en ancrant notre vie sur Jésus-Christ et sur son expiation et en suivant soigneusement ses plans pour notre bonheur, notamment la prière quotidienne, l’étude quotidienne des Écritures, la participation hebdomadaire à la Sainte-Cène, nous serons fortifiés, nous connaîtrons une véritable progression personnelle et une conversion durable, nous serons mieux préparés pour à résister aux orages et aux calamités de la vie, nous connaîtrons la joie et le bonheur promis et nous aurons l’assurance que notre vie a été édifiée sur une fondation sûre : une fondation qui ne tombera jamais. Au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. Voir « 1989 Loma Prieta Earthquake », wikipedia.org/wiki/1989_Loma_Prieta_earthquake.