Le mariage: Regarder et apprendre

Par L. Whitney Clayton

De la présidence des soixante-dix


L. Whitney Clayton
Les promesses du Seigneur s’adressent à tous les gens qui suivent le modèle de vie qui permet de bâtir des relations conjugales heureuses et saintes.

Un soir, il y a plusieurs années de cela, ma femme et moi étions en visite chez l’un de nos fils, sa femme et ses enfants pour dîner. C’était une soirée typique pour une famille avec de jeunes enfants : c’était très bruyant et encore plus amusant. Peu après le dîner, Anna, notre petite-fille de quatre ans, et moi étions restés assis à table. Comprenant qu’elle avait toute mon attention, elle s’est mise debout toute droite sur un banc et m’a fixé du regard. Quand elle a été sûre que je la regardais, elle m’a ordonné d’une voix solennelle : « Regarde et apprends ». Puis elle s’est mise à danser et à me chanter une chanson.

Cet ordre qu’elle m’a donné: « Regarde et apprends », était la sagesse sortie de la bouche d’une enfant. Nous pouvons apprendre tellement de choses en regardant et en réfléchissant à ce que nous voyons et ressentons ! Dans le même esprit, je vais vous parler de quelques principes que j’ai observés en regardant et en tirant des leçons de mariages heureux et stables. Ces principes font des mariages forts et épanouissants, compatibles avec les principes des cieux. Je vous invite à regarder et à apprendre avec moi.

Premièrement, j’ai observé que dans les mariages les plus heureux, l’homme et la femme considèrent tous deux leur relation comme étant un joyau sans prix, un trésor d’une valeur infinie. Tous deux quittent leur père et leur mère et entreprennent ensemble d’édifier une union qui prospérera pour l’éternité. Ils comprennent qu’ils avancent sur un chemin ordonné par Dieu. Ils savent qu’aucune autre relation d’aucune sorte ne peut procurer autant de joie, engendrer autant de bien ou produire un plus grand raffinement personnel. Regardez et apprenez : les meilleurs couples considèrent que leur mariage a une valeur inestimable.

Ensuite, la foi. La réussite conjugale est bâtie sur le fondement de la foi au Seigneur Jésus-Christ et sur l’adhésion à ses enseignements1. J’ai observé que les couples qui ont fait en sorte que leur mariage soit inestimable se livrent aux pratiques de la foi : ils assistent chaque semaine à la Sainte-Cène et aux autres réunions, tiennent la soirée familiale, prient et étudient les Écritures ensemble et individuellement, et paient une dîme honnête. Leur quête commune est d’être obéissants et bons. Ils ne considèrent pas les commandements comme un buffet où ils peuvent ne choisir que les choses les plus attrayantes.

La foi est la fondation de toutes les vertus qui renforcent le mariage. Quand on renforce la foi, on renforce le mariage. La foi grandit quand nous respectons les commandements, et il en va de même de l’entente et de la joie dans le mariage. Ainsi, l’obéissance aux commandements est fondamentale dans la création d’un mariage éternel fort. Regardez et apprenez : la foi au Seigneur Jésus-Christ est le fondement d’un mariage éternel heureux.

Troisièmement, le repentir. J’ai appris qu’un mariage heureux s’appuie sur le don du repentir. C’est un élément essentiel à toute bonne relation conjugale. Les conjoints qui se livrent régulièrement à un examen de conscience et font rapidement ce qu’il faut pour se repentir et s’améliorer sentent le baume guérisseur agir dans leur mariage. Le repentir permet de rétablir et de maintenir l’entente et la paix.

L’humilité est l’essence du repentir. L’humilité est désintéressée, elle n’est pas égoïste. Elle ne cherche pas son propre intérêt ni ne parle d’un ton supérieur. Au lieu de cela, l’humilité répond avec douceur2 et écoute avec gentillesse dans le but de comprendre, non de se justifier. L’humilité reconnaît que personne ne peut changer qui que ce soit mais qu’avec la foi, des efforts et l’aide de Dieu, nous pouvons éprouver nous mêmes un puissant changement de cœur3. Un puissant changement de cœur fait que nous traitons notre prochain, et particulièrement notre conjoint, avec douceur4. L’humilité signifie que le mari et la femme cherchent à être une bénédiction l’un pour l’autre, à s’aider et à s’édifier mutuellement en mettant l’autre en premier dans chaque décision. Regardez et apprenez : le repentir et l’humilité édifient les mariages heureux.

Quatrièmement, le respect. J’ai remarqué que dans les mariages heureux, le mari et la femme se considèrent comme des partenaires égaux. La pratique, quels qu’en soient le lieu ou l’époque, pour le mari de dominer la femme ou de la traiter d’une façon quelconque en partenaire de second rang dans le mariage n’est pas en accord avec la loi divine et doit être remplacée par des principes et des pratiques corrects.

Le mari et la femme qui ont une union conjugale merveilleuse prennent leurs décisions de façon unanime, chacun étant un participant à part entière et disposant d’une voix et d’un vote égaux5. Ils se concentrent premièrement sur le foyer et sur l’aide à s’apporter mutuellement dans les responsabilités qu’ils partagent6. Leur mariage est basé sur la coopération, non sur la négociation. L’heure du dîner suivi d’un temps réservé à la famille devient le point central de leur journée et est l’objet de tous leurs efforts. Ils éteignent les appareils électroniques et renoncent aux loisirs personnels pour participer aux tâches ménagères. Dans la mesure du possible, ils lisent chaque soir avec leurs enfants et tous deux s’occupent de mettre les petits au lit. Ils vont se coucher ensemble. Selon que leurs devoirs et les circonstances le leur permettent, le mari et la femme œuvrent côte à côte dans le travail le plus important qui soit, celui qu’on accomplit au foyer.

Là où il y a du respect, il y a aussi de la transparence, qui est un élément clé des mariages heureux. Les conjoints n’ont pas de secret l’un pour l’autre pour les questions importantes dans les mariages fondés sur le respect et la transparence. Le mari et la femme prennent toutes leurs décisions financières ensemble et ils ont accès à toutes les informations.

La loyauté est une forme de respect. Les prophètes enseignent que les conjoints qui réussissent sont « farouchement loyaux » l’un à l’autre7. Ils veillent à ce que l’utilisation qu’ils font des médias sociaux reste pleinement digne à tous égards. Ils ne s’autorisent aucune expérience secrète sur l’Internet. Ils se communiquent librement leurs mots de passe d’accès aux réseaux sociaux. Ils ne consultent pas le profil virtuel de qui que ce soit d’une manière qui pourrait trahir la confiance sacrée de leur conjoint. Ils ne font ni ne disent jamais rien qui ressemble de loin à quelque chose d’inconvenant, virtuellement ou physiquement. Regardez et apprenez : les mariages extraordinaires sont totalement respectueux, transparents et loyaux.

Cinquièmement, l’amour. Des mariages les plus heureux qu’il m’ait été donné de voir, il émane l’obéissance à l’un des commandements les plus joyeux, celui de « vivre ensemble dans l’amour8 ». S’adressant aux maris, le Seigneur a commandé : « Tu aimeras ta femme de tout ton cœur, et tu t’attacheras à elle et à personne d’autre9 ». Dans un manuel d’instructions de l’Église, on nous enseigne : « Le mot s’attacher signifie être complètement dévoué et fidèle à quelqu’un. Les conjoints s’attachent à Dieu et l’un à l’autre en se servant, en s’aimant et en respectant leurs alliances dans la fidélité complète l’un envers l’autre et envers Dieu. » Le mari et la femme « laissent derrière eux leur vie de célibataire et accordent à leur mariage la toute première priorité… Ils ne permettent à aucune autre personne ni à aucun autre intérêt d’avoir la priorité sur le respect des alliances qu’ils ont faites avec Dieu et l’un envers l’autre10. » Regardez et apprenez : chez les couples qui réussissent, les conjoints s’aiment en étant complètement dévoués l’un à l’autre.

Certaines personnes ne sont pas aussi heureuses dans leur mariage qu’elles le souhaiteraient, ne se sont jamais mariées, sont divorcées, sont des parents seuls ou, pour diverses raisons, ne sont pas en état de se marier. Ces situations peuvent être pleines de difficultés et de déchirement mais elles ne doivent pas nécessairement être éternelles. Vous qui êtes dans l’une de ces situations et qui néanmoins faites de bon gré tout ce qui est en votre pouvoir11 pour persévérer, que le ciel vous bénisse abondamment. Poursuivez l’idéal de former un mariage éternel, entre autres en vous efforçant d’être un conjoint digne ou en vous y préparant. Obéissez aux commandements et faites confiance au Seigneur et à son amour parfait pour vous. Un jour, toutes les bénédictions promises concernant le mariage seront vôtres12.

Un des versets les plus touchants du Livre de Mormon indique simplement : « Et ils se mariaient, et mariaient leurs enfants, et étaient bénis, selon la multitude des promesses que le Seigneur leur avait faites13. » Les promesses du Seigneur s’adressent à tous les gens qui suivent le modèle de vie qui permet de bâtir des relations conjugales heureuses et saintes. Ces bénédictions sont la conséquence heureuse et prévisible de la fidélité à l’Évangile de Jésus-Christ.

Je suis reconnaissant à ma merveilleuse femme, Kathy, qui est l’amour de ma vie.

Le mariage est un don que Dieu nous fait ; la qualité de notre mariage est un don que nous lui faisons. Je rends témoignage du plan merveilleux d’un Père céleste aimant qui nous donne la possibilité d’avoir un mariage éternel et merveilleux. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. Voir « La famille, Déclaration au monde », Le Liahona, novembre 2010, p. 129.

  2.  

    2. Voir Proverbes 15:1.

  3.  

    3. Voir Alma 5:11-12 ; 26-31.

  4.  

    4. Voir Moroni 7:43-48; 8:25-26.

  5.  

    5. Voir Doctrine et Alliances 107:27–31.

  6.  

    6. Voir « La famille, Déclaration au monde », p. 129.

  7.  

    7. Voir Thomas S. Monson, « Le pouvoir de la prêtrise », Le Liahona, mai 2011, p. 68; Gordon B. Hinckley, « Les obligations de la vie », Le Liahona, mai 1999, p. 4.

  8.  

    8. Doctrine et Alliances 42:45.

  9.  

    9. Doctrine et Alliances 42:22.

  10.  

    10. Manuel 2 : Administration de l’Église, 2010, 1.3.3.

  11.  

    11. Doctrine et Alliances 123:17.

  12.  

    12. Voir le Manuel 2, 1.3.3.

  13.  

    13. 4 Néphi 1:11.