La clé de la protection spirituelle

Par Boyd K. Packer

Président du Collège des douze apôtres


Boyd K. Packer
La paix peut s’installer dans le cœur de quiconque se tourne vers les Écritures et libère les promesses de protection et de rédemption.

Récemment, j’ai scellé un jeune couple dans le temple. Ce couple s’était gardé digne d’arriver à ce jour merveilleux où un fils et une fille quittent la maison de leur jeunesse et deviennent mari et femme. En cette occasion sacrée, ils étaient purs. Le moment venu, ils commenceront à élever des enfants à eux selon le modèle défini par notre Père céleste. Leur bonheur et le bonheur des générations futures dépend de l’application de ces principes donnés par le Sauveur et expliqués dans ses Écritures.

De nos jours, les parents se demandent s’il y a un endroit sûr pour élever les enfants. Il y a un endroit sûr. C’est dans un foyer centré sur l’Évangile. Dans l’Église, nous nous concentrons sur la famille et nous recommandons aux parents, où qu’ils soient, d’élever leurs enfants dans la justice.

L’apôtre Paul a prophétisé et nous a prévenus que « dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles.

« Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux,

« insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien,

« traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu,

« ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. » Il a ajouté : « Éloigne-toi de ces hommes-là1. »

Paul a aussi prophétisé : « Les hommes méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux-mêmes2. »

Ces versets sont des avertissements ; ils nous montrent les comportements à éviter. Nous devons toujours être attentifs et diligents. Nous pouvons examiner chacune de ces prophéties et constater que ces conditions existent à notre époque et que nous devons nous en préoccuper :

Des temps difficiles : maintenant. Nous vivons en des temps très difficiles.

Amis de l’argent, fanfarons, hautains : ils sont tous là et parmi nous.

Blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles : ils sont tous présents, eux aussi.

Déloyaux, calomniateurs et ainsi de suite : on peut tous les cocher dans la liste au vu de ce qui se passe tout autour de nous.

Moroni a aussi parlé de la méchanceté de notre époque quand il a prévenu :

« Lorsque vous verrez ces choses venir parmi vous… prenez conscience de votre situation affreuse…

« C’est pourquoi, moi, Moroni, j’ai pour commandement d’écrire ces choses, afin que le mal soit aboli et que puisse venir le moment où Satan n’aura aucun pouvoir sur le cœur des enfants des hommes, mais qu’ils soient persuadés de faire continuellement le bien, afin de venir à la source de toute justice et d’être sauvés3. »

Les descriptions que Paul et Moroni font de notre époque sont si exactes qu’on ne peut pas les ignorer. Pour beaucoup, cela peut être très dérangeant et même décourageant. Néanmoins, quand je pense à l’avenir, je suis submergé de sentiments optimistes.

Dans sa révélation, en plus de la liste des épreuves et des problèmes, Paul nous dit aussi ce que nous pouvons faire pour nous protéger :

« Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises ;

« dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ4. »

Les Écritures détiennent les clés de la protection spirituelle. Elles contiennent la doctrine, les lois et les ordonnances qui amènent chaque enfant de Dieu à avoir le témoignage que Jésus-Christ est le Sauveur et le Rédempteur.

À travers des années de préparation, un immense effort a été fait pour publier les Écritures dans toutes les langues, avec des notes de bas de page et des références croisées. Nous voulons les rendre accessibles à quiconque désire apprendre. Elles nous enseignent où aller et quoi faire. Elles offrent espoir et connaissance.

Il y a des années, S. Dilworth Young, des soixante-dix, m’a donné une leçon sur la lecture des Écritures. Un pieu souffrait de tensions et de difficultés parmi ses membres et ils avaient besoin de conseils.

J’ai demandé au président Young : « Que devrais-je dire ? »

Il a simplement répondu : « Dites-leur de lire les Écritures. »

J’ai demandé : « Lesquelles ? »

Il a répondu : « Cela n’a pas d’importance. Dites-leur, par exemple, d’ouvrir le Livre de Mormon et de commencer à le lire. Le sentiment de paix et d’inspiration ne tardera pas à apparaître et la solution se présentera d’elle-même. »

Intégrez la lecture des Écritures à vos habitudes quotidiennes et les bénédictions suivront. Il y a, dans les Écritures, une voix d’avertissement mais aussi un grand enrichissement.

Si le langage des Écritures vous semble d’abord étrange, continuez de lire. Vous ne tarderez pas à prendre conscience de la beauté et du pouvoir qui se trouvent dans ces pages.

Paul a dit : « Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice5. »

Vous pouvez vérifier cette promesse par vous-mêmes.

Nous vivons en des temps difficiles ; néanmoins, nous pouvons trouver espoir et paix pour notre famille et nous. Les gens qui vivent dans le chagrin et qui se demandent désespérément si l’on va pouvoir sortir leurs enfants de là où le monde les a emmenés ne doivent jamais abandonner. « Ne crains pas, crois seulement6. » La justice est plus puissante que la méchanceté.

Les enfants à qui l’on enseigne tôt à comprendre les Écritures sauront quel chemin prendre et seront davantage enclins à y rester. Ceux qui s’égarent auront la capacité de revenir et, avec de l’aide, retrouveront leur chemin.

Les fils de Mosiah ont combattu l’Église pendant un temps mais se sont plus tard repentis et ont vécu un changement radical. Dans Alma, nous lisons : « Ces fils de Mosiah… étaient devenus forts dans la connaissance de la vérité, car ils étaient des hommes d’une saine intelligence et ils avaient sondé diligemment les Écritures afin de connaître la parole de Dieu7. »

Joseph F. Smith avait cinq ans quand son père, Hyrum, a été tué à la prison de Carthage. Plus tard, Joseph a traversé les plaines avec sa mère veuve.

À quinze ans, il a été appelé en mission à Hawaï. Il s’est senti perdu et seul et a dit : « J’étais très oppressé… J’avais l’impression d’être si dévalorisé dans mon état de pauvreté, mon manque d’intelligence et de connaissance, n’étant qu’un gamin, que j’osais à peine regarder les gens en face. »

Alors qu’il méditait sur sa situation difficile, une nuit, le jeune Joseph a rêvé qu’il était en voyage, courant aussi vite qu’il le pouvait. Il portait un petit paquet. Enfin, il est arrivé à un manoir somptueux qui était sa destination. En approchant, il a vu une pancarte où était écrit : « Bain ». Il y est rapidement entré et s’est lavé. Il a ouvert son petit paquet et y a trouvé des vêtements blancs propres. « Une chose, dit-il, que je n’avais pas vue depuis longtemps. » Il les a mis et s’est précipité vers la porte du manoir.

« J’ai frappé, dit-il, et la porte s’est ouverte. L’homme qui se tenait devant moi était Joseph Smith, le prophète. Il m’a regardé d’un air un peu réprobateur et ses premiers mots ont été : ‘Joseph, tu es en retard’. Pourtant, j’ai répondu avec confiance :

« ‘Oui, mais je suis propre, je suis propre8 !’ »

Il peut en être de même pour chacun de nous.

Si vous avez l’habitude de la foi et de l’activité dans l’Église, restez-y et respectez vos alliances. Continuez jusqu’à ce que les bénédictions du Seigneur vous parviennent et que le Saint-Esprit devienne une force vive dans votre vie.

Si vous avez des habitudes qui vous éloignent du chemin décrit dans les Écritures, je vous assure que vous pouvez revenir.

Jésus-Christ a prescrit une méthode très claire pour nous repentir et trouver la guérison. Le remède à la majorité des erreurs est de rechercher le pardon par la prière personnelle. Toutefois, il y a certaines maladies spirituelles, en particulier celles en rapport avec les violations de la loi morale, qui requièrent absolument l’aide et le traitement d’un médecin spirituel qualifié.

Il y a des années, une jeune fille et son vieux père sont entrés dans mon bureau. Elle avait fait plusieurs centaines de kilomètres avec lui pour trouver un remède à la culpabilité qu’il ressentait. Jeune homme, il avait commis une faute grave et, avec l’âge, ce souvenir lui était revenu en tête. Il ne pouvait pas se défaire du sentiment de culpabilité. Il ne pouvait pas revenir en arrière et annuler le problème de sa jeunesse par lui-même, mais il pouvait commencer là où il était et, avec de l’aide, effacer la culpabilité qui l’avait accompagnée toutes ces années.

J’ai été reconnaissant qu’une fois que des principes tirés du Livre de Mormon lui ont été enseignés, cela a été comme si un poids énorme lui était retiré des épaules. Lorsque sa fille et lui ont repris l’interminable chemin du retour, le vieil homme avait laissé derrière lui la culpabilité de sa transgression passée.

Si vous « prenez conscience de votre situation affreuse9 » et désirez retrouver une pleine santé spirituelle, allez voir votre évêque. Il détient les clés et peut vous aider sur le chemin du repentir.

Le repentir est individuel, tout comme le pardon. Le Seigneur exige uniquement que l’on se détourne du péché et « [il] pardonnera leur iniquité, et ne se souviendra plus de leur péché10 ».

Une fois le processus du repentir terminé, vous comprendrez la signification de la promesse d’Ésaïe sur l’Expiation : « Venez et plaidons ! dit l’Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; s’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine11. »

Tout comme l’on peut effacer la craie d’un tableau, de même avec un repentir sincère les effets de notre transgression peuvent être effacés par l’expiation de Jésus-Christ. Cette promesse s’applique dans tous les cas.

L’Évangile nous enseigne à être heureux, à avoir la foi non la crainte, à trouver l’espoir et à vaincre le désespoir, à quitter les ténèbres et à nous tourner vers la lumière de l’Évangile éternel.

Paul et d’autres nous ont avertis des épreuves de notre époque et des jours encore à venir. Mais la paix peut s’installer dans le cœur de quiconque se tourne vers les Écritures et libère les promesses de protection et de rédemption qui y sont enseignées. Nous invitons chacun à se tourner vers le Sauveur Jésus-Christ et ses enseignements rapportés dans l’Ancien Testament, le Nouveau Testament, le Livre de Mormon, les Doctrine et Alliances et la Perle de Grand Prix.

Je témoigne avec certitude que les Écritures sont une clé pour notre protection spirituelle. Je témoigne aussi du pouvoir guérisseur de l’expiation de Jésus-Christ, que par son intermédiaire, tous ceux qui le veulent seront sauvés12. L’Église du Seigneur a été rétablie sur terre. Je témoigne de la véracité de l’Évangile. Je suis témoin de lui. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. 2 Timothée 3:1–5.

  2.  

    2. 2 Timothée 3:13.

  3.  

    3. Éther 8:24, 26.

  4.  

    4. 2 Timothée 3:14–15.

  5.  

    5. 2 Timothée 3:16.

  6.  

    6. Marc 5:36.

  7.  

    7. Alma 17:2.

  8.  

    8. Joseph F. Smith, Gospel Doctrine, 5e éd., 1939, p. 542.

  9.  

    9. Éther 8:24.

  10.  

    10. Jérémie 31:34.

  11.  

    11. Ésaïe 1:18.

  12.  

    12. Doctrine et Alliances 76:42.