Neil L Andersen
Ne laissez pas les tourbillons vous tirer vers le bas. Cette époque est la vôtre: soyez des disciples forts du Seigneur Jésus-Christ.

Je vous salue ce matin, surtout les jeunes qui sont ici au centre de conférences et dans le monde entier. Vous êtes une génération choisie, qui a une destinée, et c’est à vous spécialement que je m’adresse.

Il y a de nombreuses années de cela, alors que nous rendions visite à notre famille en Floride, une tornade s’est abattue non loin de nous. Une femme qui vivait dans un mobile home s’est enfermée dans sa salle de bains par sécurité. Le mobile home a commencé à être secoué. Quelques minutes se sont écoulées. Puis, elle a entendu la voix de son voisin : « Je suis ici, dans le salon. » En sortant de la salle de bains, elle s’est rendu compte, à sa grande surprise, que la tornade avait soulevé et emporté son mobile home dans les airs et qu’il avait atterri parfaitement droit sur le toit du mobile home de son voisin.

Mes jeunes amis, le monde ne va pas planer tranquillement jusqu’à la seconde venue du Sauveur. Les Écritures annoncent que « tout sera en commotion1  ». Brigham Young a dit : « Il m’a été révélé, au commencement de notre Église, qu’elle se répandrait, prospérerait, grandirait et s’étendrait, et que le pouvoir de Satan augmenterait dans la même mesure que l’Évangile se répandrait parmi les nations de la terre2. »

Il y a quelque chose de plus inquiétant encore que les prophéties sur les tremblements de terre et les guerres3, ce sont les tourbillons spirituels qui peuvent vous détacher de vos fondations spirituelles et faire retomber votre esprit dans des endroits que vous n’auriez jamais cru possibles, parfois même sans que vous vous rendiez compte que vous avez été déplacés.

Les pires tourbillons sont les tentations de l’adversaire. Le péché a toujours fait partie du monde mais il n’a jamais été autant accessible, insatiable et acceptable. Il existe, heureusement, une force puissante qui permet de surmonter les tourbillons du péché. Cela s’appelle le repentir.

Tous les tourbillons de la vie ne sont pas de notre fait. Certains viennent des mauvais choix des autres, et certains sont simplement dus à la condition mortelle.

Quand il était jeune, Boyd K. Packer a eu la polio, une maladie handicapante. Quand Dallin H. Oaks avait sept ans, son père est mort subitement. Quand Carol F. McConkie, la présidente générale des Jeunes Filles, était adolescente, ses parents ont divorcé. Des problèmes, vous en aurez mais, si vous faites confiance à Dieu, ils fortifieront votre foi.

Dans la nature, les arbres qui poussent là où il y a du vent deviennent plus forts. Quand le vent fouette un jeune arbre, des forces en lui font deux choses. Premièrement, elles stimulent les racines afin qu’elles poussent plus vite et s’étendent plus loin. Deuxièmement, les forces intérieures commencent à créer des structures cellulaires qui rendent le tronc et les branches plus épais et plus souples sous la pression du vent. Ces racines et ces branches plus fortes protègent l’arbre des vents qui ne manqueront pas de revenir4.

Vous êtes infiniment plus précieux qu’un arbre pour Dieu. Vous êtes son fils ou sa fille. Il a fait que votre esprit soit fort et capable de s’adapter aux tourbillons de la vie. Tout comme le vent sur un jeune arbre, de même les tourbillons de votre jeunesse peuvent faire grandir votre force spirituelle, vous préparant ainsi pour les années à venir.

Comment vous préparez-vous aux tempêtes que vous traverserez ? « Souvenez-vous que c’est sur le roc de notre Rédempteur, qui est le Christ, le Fils de Dieu, que vous devez bâtir votre fondation ; afin que lorsque le diable enverra ses vents puissants, oui, ses traits dans le tourbillon, […] lorsque toute sa grêle et sa puissante tempête s’abattront sur vous, cela n’ait aucun pouvoir pour vous entraîner en bas […] à cause du roc sur lequel vous êtes bâtis5. » C’est là votre protection contre la tempête.

Le président Monson a dit : « Alors qu’autrefois les principes de l’Église et ceux de la société étaient essentiellement compatibles, à présent il y a un grand fossé entre nous, et il ne cesse de s’élargir6. » Pour certains, ce gouffre déchaîne de fortes tempêtes spirituelles. Je vais citer un exemple.

Le mois dernier, la Première Présidence et le Collège des Douze ont publié une lettre à l’intention des dirigeants de l’Église du monde entier. Elle disait, entre autres : « Les changements dans la loi civile ne changent, ni ne peuvent changer la loi morale que Dieu a établie. Dieu attend de nous que nous soutenions et respections ses commandements en dépit des opinions ou des tendances divergentes de la société. Sa loi de chasteté est claire : les rapports sexuels n’ont leur place qu’entre un homme et une femme légitimement mariés. Nous vous exhortons à relire […] la doctrine énoncée dans ‘La famille : déclaration au monde’7  ».

Le monde s’écarte de la loi de chasteté du Seigneur ; nous, nous ne le faisons pas. Le président Monson a dit : « Le Sauveur de l’humanité a dit qu’il était dans le monde mais pas du monde. Nous aussi, nous pouvons être dans le monde mais pas du monde en rejetant les idées erronées et les enseignements faux et en restant loyaux à ce que Dieu a commandé8. »

De nombreux gouvernements et beaucoup de personnes bien intentionnées ont redéfini le mariage. Le Seigneur, lui, ne l’a pas fait. Au tout début, Dieu a instauré le mariage entre un homme et une femme : Adam et Ève. Il a déterminé que les objectifs du mariage devaient aller bien au-delà de la satisfaction et de l’épanouissement personnels des adultes, et comprendre l’objectif plus important de créer un cadre idéal pour faire naître et élever des enfants. La famille est le trésor des cieux9.

Pourquoi continuons-nous de parler de cela ? Comme l’a dit Paul : « Nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles10. » En tant qu’apôtres du Seigneur Jésus-Christ, notre responsabilité est d’enseigner le plan de notre Créateur pour ses enfants et d’avertir des conséquences lorsque l’on ne tient pas compte de ses commandements.

J’ai récemment discuté avec une Lauréole des États-Unis. Je cite un extrait de son courriel :

« L’année passée, certains de mes amis sur Facebook ont commencé à afficher leur position sur le mariage. Beaucoup d’entre eux étaient favorables au mariage entre personnes du même sexe et plusieurs jeunes membres de l’Église ont indiqué des « J’aime » sur les messages. Je n’ai fait aucun commentaire.

« J’ai décidé d’exposer avec tact mes croyances en matière de mariage traditionnel.

« Sous la photo de mon profil, j’ai ajouté une légende qui disait : ‘Je crois au mariage entre un homme et une femme.’ Presque instantanément, j’ai commencé à recevoir des messages. ‘Tu es égoïste.’ ‘Tu portes des jugements.’ Quelqu’un m’a traité d’esclavagiste. Et j’ai reçu ce message d’un ami très proche, qui est aussi un membre fort de l’Église : ‘Il faut que tu te mettes à la page. Les choses changent et toi aussi, tu dois changer’.

Je n’ai pas riposté mais je n’ai pas supprimé mon message », a-t-elle dit.

Elle conclut par ces propos : « Parfois, comme l’a dit le président Monson, ‘on doit être seul’. J’espère qu’en tant que jeunes, nous nous efforcerons ensemble d’être fidèles à Dieu et aux enseignements de ses prophètes vivants11. »

Nous devrions nous préoccuper tout particulièrement des personnes aux prises avec l’attirance pour les personnes du même sexe. C’est un tourbillon d’une vitesse terrible. J’aimerais exprimer mon amour et mon admiration pour les personnes qui font face à cette épreuve de foi courageusement et restent fidèles aux commandements de Dieu12  ! Mais chacun, indépendamment de ses décisions et croyances, mérite notre gentillesse et notre considération13.

Le Seigneur nous a enseigné à aimer non seulement nos amis mais aussi les personnes qui ne sont pas d’accord avec nous et même celles qui nous rejettent. Il a dit : « Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? » […] Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire14  ? »

Joseph Smith, le prophète, nous a mis en garde contre la conviction d’être juste et nous a recommandé de laisser notre cœur s’ouvrir aux personnes qui ont une vision du monde différente de la nôtre, même au point de vouloir « les prendre sur nos épaules15. » Dans l’Évangile de Jésus-Christ, il n’y a pas de place pour la dérision, la moquerie ou le sectarisme.

Si vous avez une question à propos d’un conseil des dirigeants de l’Église, discutez de vos préoccupations sincères avec vos parents et vos dirigeants. Vous avez besoin de la force qu’on reçoit en faisant confiance aux prophètes du Seigneur. Harold B. Lee a enseigné : « Notre seule sécurité en tant que membres de cette Église, c’est […] d’écouter les paroles et les commandements que le Seigneur donne par l’intermédiaire de son prophète. […] Certaines choses demanderont de la patience et de la foi. Peut-être n’aimerez-vous pas ce qui sera dit. […] Peut-être cela sera-t-il en contradiction avec vos opinions politiques, […] vos idées sociales, […] vous gênera-t-il dans vos relations sociales. Mais si vous écoutez ces choses comme si elles sortaient de la bouche du Seigneur lui-même, avec patience et avec foi, vous avez la promesse que ‘les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre vous […] et [que] le Seigneur Dieu dispersera les pouvoirs des ténèbres devant vous’ […] (D&A 21:6) 16. »

Une autre grande protection contre les tourbillons de la vie est le Livre de Mormon.

Quand Henry B. Eyring était adolescent, sa famille est allée s’installer dans une nouvelle ville. Au début, il a trouvé le changement désagréable et s’est fait peu d’amis. Il avait le sentiment qu’il n’avait pas sa place parmi les élèves de son école. Les tornades tourbillonnaient. Qu’a-t-il fait ? Il a mis toute son énergie dans la lecture du Livre de Mormon qu’il a relu de nombreuses fois17. Des années plus tard, frère Eyring a témoigné : « [J’aime] retourner au Livre de Mormon auquel je m’abreuve souvent18. » « C’est le témoignage écrit le plus puissant que nous ayons que Jésus est le Christ19. »

Le Seigneur vous a fourni ce don spirituel qui est plus puissant que les tourbillons de l’adversaire ! Il a dit : « Tenez-vous en des lieux saints et ne vous laissez pas ébranler20. »

Quand j’étais adolescent, il n’y avait que treize temples dans l’Église. Il y en a cent quarante-deux aujourd’hui. Quatre-vingt-cinq pour cent des membres de l’Église vivent à moins de trois cents kilomètres d’un temple. Le Seigneur a donné à votre génération un plus grand accès à ses saints temples qu’à n’importe quelle autre génération de l’histoire du monde.

Ne vous êtes-vous jamais retrouvé dans le temple, habillé de blanc, attendant de faire des baptêmes ? Qu’avez-vous ressenti ? Il y a un sentiment tangible de sainteté dans le temple. La paix du Sauveur apaise les tornades tourbillonnantes du monde.

Ce que vous ressentez dans le temple est un modèle de ce que vous devez chercher à ressentir dans votre vie21.

Trouvez vos grands-pères et grand-mères, et vos cousins éloignés qui vous ont précédés. Emportez leur nom au temple22. En découvrant vos ancêtres, vous verrez des exemples de vie, de mariage, d’enfants, des modèles de justice et, occasionnellement, des exemples que vous voudrez éviter23.

Plus tard, au temple, vous en apprendrez davantage sur la création du monde, sur les modèles de la vie d’Adam et Ève et, surtout, notre Sauveur, Jésus-Christ.

Mes chers frères et sœurs, nous vous aimons et vous admirons ; nous prions pour vous. Ne laissez pas les tourbillons vous tirer vers le bas. Cette époque est la vôtre : soyez des disciples forts du Seigneur Jésus-Christ24.

Bâtissez votre fondation plus fermement sur le roc de votre Rédempteur.

Chérissez plus complètement sa vie et ses enseignements incomparables.

Suivez plus diligemment son exemple et ses commandements.

Acceptez plus profondément son amour, sa miséricorde, sa grâce et le don puissant de l’Expiation.

Je vous promets que, si vous faites cela, vous verrez ces tourbillons pour ce qu’ils sont : des épreuves, des tentations, des distractions ou des difficultés qui vous aideront à progresser. Je vous assure que, si vous vivez en justice année après année, vos expériences vous confirmeront encore et encore que Jésus est le Christ. Le roc spirituel sous vos pieds sera solide et sûr. Vous vous réjouirez que Dieu vous ait placés ici pour faire partie de la préparation finale du retour glorieux du Christ.

Le Sauveur a dit : « Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous25. » C’est la promesse qu’il vous fait. Je sais que cette promesse est vraie. Je sais qu’il vit, au nom de Jésus-Christ. Amen.

Afficher les références

  1.  

    1.  Doctrine et Alliances 88:91.

  2.  

    2.  Voir Discours de Brigham Young, choisis et arrangés par John A. Widtsoe (1954), p. 72.

  3.  

    3. Voir Dallin H. Oaks, « Préparation à la Seconde Venue », Le Liahona, mai 2004, p. 7–10.

  4.  

    4. Voir A. Stokes, A. H. Fitter, et M. P. Coutts, « Responses of Young Trees to Wind and Shading : Effects on Root Architecture », Journal of Experimental Botany, tome 46, n° 290 (sept. 1995), p. 1139–1146.

  5.  

    5.  Hélaman 5:12.

  6.  

    6. Thomas S. Monson : « Le pouvoir de la prêtrise », Le Liahona, mai 2011, p. 66.

  7.  

    7. Lettre de la Première Présidence, 6 mars 2014 ; voir aussi David A. Bednar, « Nous croyons à la chasteté », Le Liahona, mai 2013, p. 41–44 ; Dallin H. Oaks, « Pas d’autres dieux », Le Liahona, novembre 2013, p. 72–75 ; Jeunes soyez forts (brochure, 2011), 35–37.

  8.  

    8. Thomas S. Monson, Le Liahona, mai 2011, p. 67.

  9.  

    9. Russell M. Nelson a dit : « Le mariage est ce qui fonde l’ordre social. […] Ce n’est pas seulement une union entre mari et femme mais également un partenariat avec Dieu » (« Nourrir le mariage », Le Liahona, mai 2006, p. 36. Voir aussi Matthieu 19:5–6.

  10.  

    10.  2 Corinthiens 4:18.

  11.  

    11. Correspondance et conversation personnelles, 17 mars 2014 ; voir aussi Thomas S. Monson : « Ne craignez pas d’être seul », Le Liahona, novembre 2011, p. 60–67.

  12.  

    12. Jeffrey R. Holland, « Aider les gens qui sont aux prises avec l’attirance pour les personnes du même sexe », Le Liahona, octobre 2007, p. 40–43.

  13.  

    13. Même lorsque Korihor, l’antéchrist, cherchait à détruire la foi du peuple, les lois de Dieu le protégeaient du châtiment : « Or, il n’y avait pas de loi contre la croyance d’un homme, car il était strictement contraire aux commandements de Dieu qu’il y eût une loi qui mît les hommes sur un pied d’inégalité. […] Or, si un homme désirait servir Dieu, c’était son droit […] ; mais s’il ne croyait pas en lui, il n’y avait pas de loi pour le punir » (Alma 30:7, 9). Le onzième article de foi dit : « Nous affirmons avoir le droit d’adorer le Dieu Tout-Puissant selon les inspirations de notre conscience et reconnaissons le même droit à tous les hommes : qu’ils adorent comme ils veulent, où ils veulent ou ce qu’ils veulent ».

  14.  

    14.  Matthieu 5:46–47.

  15.  

    15.  Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Smith, 2007, p. 459, 460.

  16.  

    16.  Voir Enseignements des présidents de l’Église : Harold B. Lee (2000), p. 84 ; voir aussi Robert D. Hales, « La conférence générale : Affermir la foi et le témoignage », Le Liahona, novembre 2013, p. 6–8.

  17.  

    17. Voir Robert I. Eaton et Henry J. Eyring, I Will Lead You Along : The Life of Henry B. Eyring, (2013), p. 40.

  18.  

    18. Henry B. Eyring, Choose Higher Ground, 2013, p. 38.

  19.  

    19. Henry B. Eyring, To Draw Closer to God, 1997, p. 118.

  20.  

    20.  Voir Doctrine et Alliances 87:8  ; voir aussi Doctrine et Alliances 45:32.

  21.  

    21. Voir Doctrine et Alliances 52:14.

  22.  

    22. Voir Neil L. Andersen, « Find Our Cousins ! » (discours prononcé lors de la conférence d’histoire familiale RootsTech, le 8 février 2014) ; lds.org/prophets-and-apostles/unto-all-the-world/find-our-cousins.

  23.  

    23. David A. Bednar, « Honorer son nom et sa position », Le Liahona, novembre 2011, p. 24–27.

  24.  

    24. Voir Hélaman 7:9.

  25.  

    25.  Jean 14:18.