Manuel 2:
Administration de l’Église

Société de Secours

La Société de Secours est une auxiliaire de la prêtrise. Toutes les organisations auxiliaires sont destinées à aider les membres de l’Église à faire grandir leur témoignage de notre Père céleste, de Jésus-Christ et de l’Évangile rétabli. Grâce à l’action des auxiliaires, les membres reçoivent enseignement, encouragement et soutien dans leurs efforts pour vivre les principes de l’Évangile.

 

9.1 Aperçu de la Société de Secours

 9.1.1

Objectifs

La Société de Secours prépare les femmes aux bénédictions de la vie éternelle en les aidant à accroître leur foi et leur justice personnelle, en fortifiant les familles et les foyers et en aidant les personnes dans le besoin. La Société de Secours accomplit ces objectifs par l’enseignement de l’Évangile le dimanche, par les autres réunions de la Société de Secours, par les visites d’enseignement et par l’entraide et les services compatissants.

 9.1.2

Histoire

Joseph Smith, le prophète, a organisé la Société de Secours le 17 mars 1842. Il a enseigné que l’objet de la Société de Secours « est de soulager les pauvres, les démunis, la veuve et l’orphelin, et d’accomplir toutes sortes de bonnes œuvres » (Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Smith, 2007, p. 485). De plus, il a enseigné que la Société de Secours « est destinée non seulement à secourir les pauvres mais aussi à sauver des âmes » (voir Enseignements : Joseph Smith, p. 486). La plus grande partie de l’œuvre de la Société de Secours aujourd’hui est « de veiller… au bien-être spirituel et au salut… de toutes les sœurs de l’Église » (Joseph F. Smith, dans Enseignements des présidents de l’Église : Joseph F. Smith, 1998, p. 186).

La Société de Secours a été « organisée, autorisée, instituée et ordonnée par Dieu » (Joseph F. Smith, dans Enseignements : Joseph F. Smith, p. 185). Elle fonctionne sous la direction des dirigeants de la prêtrise.

 9.1.3

Devise et emblème

La devise de la Société de Secours est « La charité ne périt jamais » (1 Corinthiens 13:8). Ce principe est représenté dans son emblème :Emblème de la Société de Secours

 9.1.4

Appartenance

Toutes les femmes adultes de l’Église sont membres de la Société de Secours.

Les jeunes filles passent normalement à la Société de Secours le jour de leurs dix-huit ans ou dans l’année qui suit. À dix-neuf ans, chaque jeune fille doit participer pleinement à la Société de Secours. Pour des raisons personnelles comme le témoignage, la maturité, la fin d’études secondaires, le désir de rester avec des camarades et la fréquentation de l’université, une jeune fille peut passer à la Société de Secours avant son dix-huitième anniversaire ou rester plus longtemps aux Jeunes Filles. Chaque jeune fille consulte ses parents et l’évêque pour déterminer ce qui l’aidera le mieux à rester pleinement pratiquante dans l’Église.

Les dirigeantes des Jeunes Filles et de la Société de Secours collaborent pour assurer la réussite du passage de chaque jeune fille à la Société de Secours.

Les sœurs adultes qui travaillent à la Primaire, aux Jeunes Filles ou dans d’autres appels qui les empêchent d’assister aux réunions du dimanche de la Société de Secours continuent de participer à la Société de Secours. Elles ont des instructrices visiteuses et elles sont instructrices visiteuses. On peut aussi leur demander de rendre des services compatissants et de donner un cours à d’autres réunions de la Société de Secours quand cela ne leur impose pas un trop lourd fardeau.

Les femmes de moins de dix-huit ans qui sont mariées sont aussi membres de la Société de Secours. On trouvera d’autres exceptions à la section 10.12.4.

Les femmes d’autres confessions qui assistent à la Société de Secours sont accueillies chaleureusement et invitées à participer.

 

9.10 Directives et règles supplémentaires

 9.10.1

Sœurs ayant des besoins particuliers

Les sœurs ayant des besoins particuliers sont celles qui sont malades, âgées, veuves, divorcées, incapables de quitter leur domicile ou endeuillées et celles qui soignent des membres de leur famille malades en permanence. D’autres membres de la Société de Secours doivent proposer leur aide.

Les sœurs qui ont ces difficultés particulières et d’autres peuvent faire part de leurs problèmes à la présidente de la Société de Secours. Celle-ci doit écouter, offrir de l’amour et de l’encouragement et respecter les confidences. Si elle découvre un risque de problèmes de dignité ou des problèmes familiaux délicats, elle adresse les sœurs à l’évêque.

On trouvera des renseignements sur la manière d’aider les sœurs ayant des handicaps à la section 21.1.26 et sur le site disabilities.lds.org.

 9.10.2

Règles vestimentaires

La présidence de la Société de Secours enseigne aux sœurs qu’elles doivent avoir une tenue soignée et des vêtements pudiques. Les membres de la présidence aident les sœurs à comprendre qu’aux réunions de l’Église, leur présentation et leurs vêtements doivent montrer leur respect pour le Seigneur. Les dirigeantes de la Société de Secours aident aussi les sœurs à comprendre que, lorsqu’elles vont au temple, elles doivent porter des vêtements qui conviennent à la maison du Seigneur. En ces occasions, elles ne doivent pas porter de vêtements décontractés, de tenue de sport ou de bijoux voyants.

 9.10.3

Proposition d’aide au moment d’un décès

Quand un décès survient dans la paroisse, l’évêque peut demander à la présidente de la Société de Secours de prendre contact avec la famille pour apporter de la consolation, évaluer les besoins et proposer de l’aide. Il peut demander la même aide au président du collège des anciens et au chef du groupe des grands prêtres. Les dirigeants de la Prêtrise de Melchisédek et les dirigeantes de la Société de Secours coordonnent ces actions.

Lors de la préparation des obsèques, l’évêque peut aussi demander aux dirigeantes de la Société de Secours de rendre service en aidant pour les fleurs, les repas, en s’occupant des enfants et en fournissant un repas simple aux membres de la famille après le service funèbre. On trouvera des renseignements supplémentaires sur les obsèques à la section 18.6.

Si possible, les membres décédés qui étaient dotés doivent être enterrés dans les vêtements du temple. Dans certains cas, l’évêque peut demander à la présidente de la Société de Secours de désigner une femme dotée pour habiller ou superviser le bon habillage d’une femme dotée décédée. L’évêque et la présidente de la Société de Secours veillent à ce que cette tâche soit confiée à une personne qui ne trouvera pas à y redire. Les directives pour habiller les membres décédés sont données dans le Manuel d’Instructions pour habiller les morts qui ont reçu leur dotation. Les dirigeants peuvent se procurer ces instructions auprès des services de Distribution de l’Église.

Pour obtenir des instructions supplémentaires sur la façon de revêtir les membres décédés des vêtements du temple, l’évêque peut se référer au Manuel 1, à la section 3.4.9.

La présidente de la Société de Secours, les instructrices visiteuses et d’autres sœurs continuent d’apporter de l’aide et de la consolation aux personnes endeuillées durant la période d’adaptation après le décès.

 9.10.4

Jeunes filles enceintes non mariées ou filles mères

Voir la section 10.12.4.

 9.10.5

Instructions concernant les vêtements et sous-vêtements du temple

Voir la section 21.1.42.

 9.10.6

Finances

Voir la section 13.2.8.