Manuel 2:
Administration de l’Église

 

9.4 Réunions de la Société de Secours de paroisse

 9.4.1

Réunions du dimanche de la Société de Secours

Lors des réunions du dimanche de la Société de Secours, les saintes des derniers jours apprennent la doctrine et les principes de l’Évangile qui les aideront à faire grandir leur foi et leur justice personnelle, à fortifier la famille et le foyer et à aider les personnes dans le besoin.

Un membre de la présidence de la Société de Secours dirige les réunions du dimanche. Chaque réunion commence par une bienvenue par un membre de la présidence, un cantique, une prière, de brèves annonces sur les possibilités de service, les activités à venir, les maladies et d’autres renseignements appropriés. Un maximum de temps est réservé à une leçon sur l’Évangile. La réunion se termine par un cantique et une prière.

Chaque mois, la présidence de la Société de Secours planifie les réunions du dimanche comme suit :

Premier dimanche du mois

Le premier dimanche du mois, une sœur membre de la présidence de Société de Secours de paroisse fait la leçon. Elle utilise les Écritures, les enseignements des prophètes modernes et la documentation approuvée de l’Église. Les dirigeantes de la Société de Secours se servent de cette réunion pour enseigner la doctrine de l’Évangile et pour aider les sœurs à s’engager activement dans l’œuvre de la Société de Secours.

Les membres de la présidence de la Société de Secours recherchent l’aide de l’Esprit pour choisir les sujets à enseigner. La présidente de la Société de Secours peut aussi consulter l’évêque pour savoir quels sujets il aimerait que les sœurs abordent. Ces sujets peuvent être le rôle et les responsabilités des femmes dans l’Évangile, le renforcement du mariage et de la famille, les visites d’enseignement, le service, l’œuvre missionnaire, le maintien des convertis dans l’Église, la remotivation des non-pratiquants, le bien-être spirituel et temporel, l’œuvre du temple et de l’histoire familiale et l’histoire et les objectifs de la Société de Secours. Il est possible de laisser aux sœurs le temps de rendre leur témoignage.

Deuxième et troisième dimanches du mois

Les deuxième et troisième dimanches du mois, la leçon est faite par un membre de la présidence ou par une instructrice de la Société de Secours. Elle utilise le manuel en cours de la Société de Secours. Les leçons sont généralement faites dans l’ordre où elles se trouvent dans le manuel et le même dimanche qu’aux réunions du collège des anciens et du groupe des grands prêtres.

La présidence de la Société de Secours veille à ce que toutes les femmes de la paroisse de dix-huit ans et plus reçoivent un exemplaire du manuel de la Société de Secours pour leur étude personnelle, qu’elles puissent ou non assister aux réunions du dimanche de la Société de Secours. Les dirigeantes recommandent aux sœurs qui assistent aux réunions d’apporter leur exemplaire du manuel et, si possible, leur exemplaire personnel des Écritures.

Quatrième dimanche du mois

Le quatrième dimanche du mois, la leçon est faite par un membre de la présidence ou par une instructrice de la Société de Secours. L’instructrice utilise des messages de la conférence générale la plus récente. Le président de pieu ou l’évêque choisit les messages.

Cinquième dimanche du mois

S’il y a un cinquième dimanche, l’évêque décide du sujet à enseigner, de l’instructeur (habituellement un membre de la paroisse ou du pieu) et si les sœurs de la Société de Secours et les détenteurs de la Prêtrise de Melchisédek vont se réunir séparément ou se regrouper.

 9.4.2

Réunions supplémentaires de la Société de Secours

Pour compléter l’enseignement des réunions du dimanche, les sœurs de la Société de Secours peuvent participer à des réunions supplémentaires. Ces réunions peuvent être des activités de service, des leçons, des projets, des conférences ou des ateliers. Lors de ces réunions, les sœurs s’instruisent et s’acquittent des responsabilités charitables et pratiques de la Société de Secours. Elles acquièrent et mettent en pratique des connaissances qui les aideront à faire grandir leur foi et leur justice personnelle, à fortifier leur famille et à faire de leur foyer un centre de force spirituelle, et à aider les personnes dans le besoin. Elles apprennent et appliquent les principes de la prévoyance et de l’autonomie temporelle. En s’instruisant mutuellement et en œuvrant ensemble, elles font aussi grandir leur fraternité et leur unité.

Toutes les sœurs de la Société de Secours, y compris celles qui servent aux Jeunes Filles et à la Primaire et celles qui ne sont pas pratiquantes, sont invitées à y assister. Les sœurs peuvent aussi y inviter leurs amies d’autres confessions.

Il ne faut pas donner aux sœurs le sentiment que l’assistance à ces réunions est obligatoire.

La présidente de la Société de Secours supervise toutes les réunions de la Société de Secours. Dans le cadre de cette responsabilité, elle s’entretient régulièrement avec l’évêque de la manière dont ces réunions peuvent répondre aux besoins des personnes et des familles de la paroisse.

La présidente de la Société de Secours supervise les réunions, mais il n’est pas nécessaire qu’elle assiste à toutes. Il doit cependant y avoir au moins un membre de la présidence de la Société de Secours à chaque réunion.

Fréquence et lieu des réunions

À l’aide de la prière, la présidence de la Société de Secours réfléchit à la fréquence à laquelle elle doit tenir des réunions supplémentaires de la Société de Secours et à l’endroit où elles se tiendront. Lorsqu’une décision est prise, la présidente de la Société de Secours demande l’approbation de l’évêque.

Ces réunions se tiennent généralement à un autre moment que le dimanche ou le lundi soir. Elles se tiennent généralement une fois par mois mais la présidence de la Société de Secours peut recommander de les tenir plus ou moins souvent. Des efforts doivent être faits pour qu’il y ait au moins une réunion par trimestre.

Pour déterminer la fréquence, le lieu et la durée des réunions supplémentaires, l’évêque et la présidence de la Société de Secours tiennent compte de la disponibilité des sœurs, de leur situation familiale, des distances et des frais de transport, du coût pour la paroisse, de la sécurité et d’autres circonstances locales.

Planification des réunions

Les dirigeantes de la Société de Secours prient et réfléchissent ensemble aux sujets qui fortifieront les sœurs et leur famille et aux meilleures manières d’enseigner ces sujets.

La présidente de la Société de Secours s’assure que les projets de toutes les réunions de la Société de Secours sont approuvés par l’évêque. Elle s’assure aussi que tous les projets sont en accord avec les directives du chapitre 13.

La présidente de la Société de Secours supervise ces réunions, mais elle peut demander à sa première ou à sa deuxième conseillère d’assumer la responsabilité de les planifier et de les tenir. Elle peut également recommander qu’une autre sœur soit appelée comme coordonnatrice des réunions de la Société de Secours pour remplir cette responsabilité (voir la section 9.2.5).

Un sujet peut être traité en une seule réunion ou en plusieurs leçons ou activités. Généralement, les instructrices doivent être des membres de la paroisse ou du pieu. Chaque année, une réunion peut commémorer la fondation de la Société de Secours et porter sur son histoire et ses objectifs.

Lors de la planification de ces réunions, les dirigeantes de la Société de Secours portent particulièrement attention aux sujets que l’évêque leur a demandé d’aborder pour répondre aux besoins locaux. Les dirigeantes donnent aussi la priorité aux sujets suivants:

Le mariage et la famille : se préparer au mariage et à la famille, fortifier le mariage, la maternité, l’éducation des jeunes enfants, préparer les jeunes à leurs responsabilités futures, inciter à tenir la soirée familiale et à la préparer et resserrer les liens avec les membres de la famille élargie.

Les arts ménagers : apprendre et améliorer les techniques pour le soin du foyer et de la famille, comme le nettoyage et le rangement, l’ornementation de la maison, la cuisine et la couture.

L’autonomie et la prévoyance : finances (tenir un budget, sortir des dettes et améliorer ses qualifications professionnelles), instruction et apprentissage de la lecture (étude des Écritures et apprentissage de l’Évangile, enseignement de la lecture, cours particuliers pour les enfants et les jeunes, choix de livres pour enfants, utilisation d’ordinateurs et d’autres techniques, ouverture à la culture), santé (santé, forme physique, prévention et guérison de la dépendance, santé sociale et émotionnelle et prévention de la maladie), jardinage, production et réserve de nourriture et préparation en vue des situations d’urgence.

Les services compatissants : soin des malades, des personnes âgées, des personnes incapables de quitter leur domicile, des handicapés, soutien des mères avec des bébés, participation à des œuvres humanitaires et à celles de la collectivité.

Le temple et l’histoire familiale : collecte et préservation des renseignements d’histoire familiale, rédaction d’histoires familiales, préparation au temple et accomplissement de l’œuvre du temple.

La proclamation de l’Évangile : efforts missionnaires des membres, intégration des nouveaux membres et des non-pratiquants, ouverture vers le voisinage, remotivation et maintien dans l’Église, accueil des nouvelles sœurs à la Société de Secours et préparation pour faire une mission à plein temps.

Classe pour les enfants

Il peut y avoir une classe pour les enfants pour permettre aux mères de jeunes enfants d’assister aux réunions tenues d’autres jours que le dimanche. Avec l’accord de l’épiscopat, la présidence de la Société de Secours demande à des sœurs de la Société de Secours ou à d’autres membres de la paroisse de superviser et de donner cette classe. Si des sœurs de la Société de Secours donnent cette classe, la présidence de la Société de Secours fait tourner cette responsabilité pour que toutes les sœurs puissent avoir l’occasion d’assister aux réunions. Si des hommes donnent cette classe, la présidence de la Société de Secours suit les directives de la section 11.8.1.

Les instructeurs de la classe des enfants planifient des activités convenant à l’âge des enfants qu’ils instruisent sur notre Père céleste et Jésus-Christ. Ils peuvent utiliser les manuels et le matériel de la Primaire pour les instruire.

Si l’on donne de la nourriture aux enfants pendant la classe, les dirigeantes consultent d’abord les parents de chaque enfant pour s’assurer qu’il n’y a pas d’interdits alimentaires dus à des problèmes de santé tels que le diabète ou une allergie.