Manuel 2:
Administration de l’Église

 

17.2 Situations qui peuvent donner lieu à une adaptation locale

Les présidents de pieu, les évêques et les présidents de branche sont autorisés à faire des adaptations simples à certains programmes de l’Église. Lorsque c’est nécessaire, ces adaptations peuvent être faites comme suit:

  1. 1.

    Dans le nombre de personnes appelées dans les auxiliaires et dans leur programme

  2. 2.

    Dans la forme et la fréquence des réunions de dirigeants

  3. 3.

    Dans la forme et la fréquence des activités

Lorsqu’ils réfléchissent aux adaptations qui peuvent être nécessaires, les membres de la présidence de pieu, de l’épiscopat ou de la présidence de branche se consultent et demandent également l’avis du conseil de pieu, de paroisse ou de branche. Si la situation peut justifier une adaptation majeure ou inhabituelle, ils consultent également leur autorité présidente directe. Les dirigeants doivent toujours rechercher la direction de l’Esprit pour faire des adaptations.

Les dirigeants peuvent tenir compte des facteurs suivants lorsqu’ils décident des adaptations qui peuvent être appropriées.

 17.2.1

Situation familiale

Lorsqu’ils donnent un appel, prévoient des réunions de dirigeants et planifient des activités, les dirigeants prennent en compte la situation familiale des membres. Le service dans l’Église et la participation à la vie de celle-ci comportent toujours une part de sacrifice. Cependant les familles fortes sont indispensables à l’Église et l’on ne doit pas demander aux membres de faire des sacrifices familiaux excessifs pour servir ou soutenir des programmes ou des activités.

L’une des situations familiales à prendre en compte est le ou les postes auxquels le conjoint du membre est appelé. On ne doit pas surcharger certaines familles de responsabilités de l’Église. Un autre élément à prendre en compte est le temps général que les membres doivent passer à subvenir aux besoins de leur famille et à s’occuper d’autres affaires personnelles. Dans certaines régions du monde, des membres sont obligés d’avoir deux ou trois emplois. Ce sont des questions légitimes que les dirigeants doivent prendre en compte lorsqu’ils donnent des appels, prévoient des réunions de dirigeants et planifient des activités.

 17.2.2

Transport et communication

Certains pieux ou certaines paroisses s’étendent sur de grandes régions, ce qui oblige les membres à faire de longues distances pour se rendre aux réunions et aux activités. Lorsqu’ils évaluent la nécessité de faire des réunions et des activités, les dirigeants tiennent compte du temps et des frais de transport nécessaires pour les membres.

Dans beaucoup de régions du monde, les voitures ne sont pas courantes et les trajets se font à pied, à vélo, en bus et en tramway. Lorsque les distances sont grandes, les dirigeants peuvent devoir adapter les programmes de l’Église et les réunions de dirigeants pour faciliter la participation des membres.

Même lorsque la plupart des membres disposent d’une voiture, les dirigeants doivent être sensibles au coût des déplacements sur de longues distances. Dans certains cas, par exemple pour traiter les affaires du grand conseil, les dirigeants peuvent utiliser les conférences téléphoniques, les messageries électroniques et l’Internet pour réduire le nombre de transports coûteux. Lorsqu’ils utilisent ces technologies, les dirigeants doivent veiller tout particulièrement au respect de la confidentialité.

Aux différentes étapes de leur vie, les membres ont souvent un accès très différent aux transports. Par exemple, les jeunes adultes seuls sont souvent plus mobiles que les couples avec des enfants et ils ont parfois les moyens nécessaires pour faire de plus grandes distances. Lorsqu’ils peuvent se rassembler sans dépense excessive de temps et d’argent, les jeunes adultes seuls doivent avoir des activités multipieux à fréquence modérée (voir la section 13.3.1).

Dans certaines parties du monde, le téléphone est cher et beaucoup de membres n’en ont pas. De même, les messageries électroniques et l’accès à Internet sont rares dans certaines régions. Si ces technologies sont chères ou ne sont pas généralement accessibles, les dirigeants doivent faire les adaptations nécessaires.

Lorsque les trajets sont difficiles ou coûteux et que les moyens de communication sont insuffisants, il est plus difficile de faire l’enseignement au foyer et les visites d’enseignement. En pareil cas, les dirigeants peuvent faire les adaptations énoncées dans les parties 7.4.3 et 9.5.3.

 17.2.3

Collèges ou classes de petite taille

Anciens et grands prêtres

Si, dans une paroisse, il y a très peu d’anciens ou de grands prêtres qui sont en mesure d’assister à la réunion de la prêtrise le dimanche, ils se réunissent tous ensemble. Cependant, il ne faut en aucun cas organiser un seul collège de la Prêtrise de Melchisédek. Du moment qu’il y a des anciens et des grands prêtres ordonnés dans une paroisse, il faut organiser à la fois un collège d’anciens et un groupe de grands prêtres.

Il n’y a pas de collège de grands prêtres dans un district, il n’y a donc pas de groupe de grands prêtres dans les branches d’un district. Les grands prêtres qui vont dans ces branches se réunissent avec le collège d’anciens.

Jeunes gens et jeunes filles

Dans une paroisse ou une branche ayant peu de jeunes gens, les collèges de la Prêtrise d’Aaron peuvent se réunir pour l’enseignement et les activités (voir les sections 8.11 et 8.13.1). Cependant les différents collèges doivent quand même être organisés et des dirigeants doivent être appelés et soutenus pour chaque collège.

Dans une paroisse ou une branche ayant peu de jeunes filles, elles peuvent se réunir pour l’enseignement et les activités (voir les sections 10.6.2 et 10.8.1). Une présidence de classe peut être appelée pour chaque groupe d’âge ou bien une seule présidence peut être appelée pour les groupes d’âge combinés jusqu’à ce que les jeunes filles puissent être réparties dans leurs classes respectives.

S’il y a peu de dirigeants adultes, la présidence des Jeunes Gens peut donner les leçons du dimanche et gérer le programme d’activités sans consultants adjoints. La présidence des Jeunes Filles peut faire de même pour les jeunes filles. Dans une toute petite unité, le président des Jeunes Gens et la présidente des Jeunes Filles peuvent être les seuls dirigeants adultes de leur organisation. Dans ce cas, ils donnent les leçons du dimanche et supervisent les activités pour tous les jeunes gens ou toutes les jeunes filles. Quand c’est possible, des conseillers et un secrétaire doivent être appelés pour chaque organisation.

Comme il est souvent bénéfique pour les jeunes de se retrouver dans de plus grands groupes, les jeunes gens et les jeunes filles de deux ou plusieurs petites paroisses ou branches peuvent se réunir occasionnellement pour des activités communes. Si des paroisses ou branches voisines ont peu de jeunes gens ou de jeunes filles, les évêques et présidents de branche peuvent autoriser les jeunes à se réunir pour des activités hebdomadaires. En réfléchissant à ces possibilités, les dirigeants prennent en compte des facteurs tels que les distances et le coût du transport.

Les activités périodiques de pieu ou multipieux sont particulièrement importantes lorsque les paroisses ou les branches ont un petit nombre de jeunes (voir les sections 13.3 et 13.4).

Dans un petit pieu ou un petit district, le président des Jeunes Gens peut être le seul dirigeant des Jeunes Gens de pieu ou de district. Il en va de même pour la présidente des Jeunes Filles de pieu ou de district. Quand c’est possible, des conseillers et un secrétaire doivent être appelés pour chaque organisation.

Primaire

Dans une paroisse ou une branche ayant peu d’enfants, la présidence de la Primaire peut juger bon d’organiser moins de classes, en regroupant des groupes d’âge.

Dans une petite paroisse ou branche, les membres de la présidence de la Primaire peuvent être les seules dirigeantes et instructrices de la Primaire. Dans une toute petite unité, la présidente de la Primaire peut être la seule dirigeante de cette organisation. Dans ce cas, elle dirige la période d’échange et donne une leçon pour tous les enfants. Quand c’est possible, on doit appeler plus de dirigeantes et d’instructeurs, comme précisé à la section 11.7.

Dans un petit pieu ou un petit district, la présidente de la Primaire peut être la seule dirigeante de la Primaire de pieu ou de district. Quand c’est possible, on doit appeler d’autres dirigeantes, comme indiqué à la section 11.7.

 17.2.4

Nombre de dirigeants potentiels

Lorsqu’il n’y a pas assez de membres qualifiés pour remplir tous les postes de dirigeants, les officiers présidents peuvent ne remplir que ceux qui sont les plus indispensables. En plus d’appeler des membres pratiquants et expérimentés à des postes de dirigeants, les officiers présidents doivent rechercher l’inspiration pour trouver d’autres dirigeants potentiels parmi les nouveaux membres, les membres inexpérimentés et les membres non pratiquants susceptibles de revenir à l’Église. Il n’est pas nécessaire que les membres de l’Église soient expérimentés ou hautement qualifiés pour recevoir un appel. Le fait d’avoir un appel est pour eux une façon importante de servir et de progresser spirituellement.

S’il n’y a pas assez de membres pour remplir les postes de dirigeants, les officiers présidents peuvent organiser leur pieu, leur paroisse ou leur branche à une échelle plus petite. Ils peuvent par exemple n’appeler qu’un président et un conseiller pour certaines organisations, demander au conseiller d’avoir également les fonctions de secrétaire et simplifier certains programmes.

Dans une toute petite branche sans présidente des Jeunes Filles ni de la Primaire, la présidente de la Société de Secours peut aider les parents à organiser l’enseignement des jeunes filles et des enfants jusqu’à ce que des présidentes des Jeunes Filles et de la Primaire soient appelées.

Les dirigeants des toutes petites branches suivent les directives énoncées dans le Manuel du programme de base d’unité.

 17.2.5

Sécurité

Certaines régions du monde sont caractérisées par un taux de criminalité très élevé ou une instabilité politique. S’ils pensent qu’il n’est pas sage que les membres se déplacent le soir, les dirigeants locaux peuvent annuler les activités qui ont lieu en soirée. Cela peut vouloir dire qu’il faudra réduire le nombre d’activités de l’Église ainsi que prévoir certaines activités le week-end.

Lorsque la sécurité ou le coût du transport constituent de réels problèmes, les dirigeants peuvent organiser certaines activités pour les jeunes le dimanche. Ces activités doivent être séparées du programme des réunions du dimanche et être en accord avec l’esprit du sabbat.