Le tableau missionnaire de Sandy


Histoire vraie

Si je suis membre de l’Église, c’est grâce à un membre-missionnaire âgé de cinq ans.

Quand j’étais petit, ma mère était à la recherche d’une Église qui répondrait à toutes ses questions. Chaque semaine, nous allions dans une église différente, mais aucune d’elles ne satisfaisait maman. Finalement, elle a renoncé.

A cette époque-là, ma meilleure amie s’appelait Sandy Guthrie. Nous jouions ensemble presque tous les jours. Un samedi soir, elle m’a demandé si je voudrais aller à l’église avec elle le lendemain. Je lui ai demandé à quelle Église elle appartenait, croyant que j’étais allé partout. Elle m’a dit que c’était l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Comme je n’y étais jamais allé, j’ai accepté. Malheureusement, quand j’ai demandé à maman, elle m’a répondu qu’elle avait d’autres projets pour ce dimanche-là.

La semaine suivante, Sandy m’a de nouveau invité, et j’ai de nouveau demandé à maman. Elle avait une autre excuse, et je n’ai pas eu l’autorisation d’y aller.

En bonne missionnaire, Sandy ne s’est pas découragée. Elle a suggéré que je me lève, le dimanche matin, et que je me prépare tout seul avant de demander à ma mère la permission d’y aller. J’ai trouvé que c’était une bonne idée. Si maman n’avait pas besoin de faire un effort particulier pour m’aider à me préparer, il se pouvait qu’elle me permette d’y aller.

Le dimanche matin, j’ai mis mes plus beaux vêtements et j’ai réveillé maman. Cette fois, elle a refusé tout net. Elle n’a donné aucune excuse et n’a admis aucune discussion. Elle a simplement dit non. J’ai donc fait ce que la plupart des enfants de cinq ans auraient fait. Je me suis mis à pleurer.

Je suppose que mes pleurs, mon désir et ma détermination ont touché ma mère, parce qu’elle a accepté de me laisser aller, à la condition de m’accompagner.

Ce matin-là, maman et moi sommes allés à l’église avec Sandy et sa famille. Maman a ressenti très fortement l’Esprit et a su immédiatement qu’elle avait trouvé la bonne Église. Le même soir, les missionnaires lui ont donné la première leçon et elle a accepté de se faire baptiser.

Plus de 20 ans se sont écoulés depuis lors. Quand je raconte cette histoire à mes deux enfants, je dessine un tableau qui montre tous les gens qui se sont joints à l’Église parce que Sandy m’a invité à l’accompagner. Il y a plus de 100 personnes sur ce tableau. Beaucoup d’entre elles, comme moi, ont non seulement accepté l’Évangile, mais ont également fait une mission à plein temps et aidé à amener d’autres personnes à connaître la vérité. Le tableau prouve que l’engagement d’une enfant à répandre l’Évangile peut apporter des bienfaits à de nombreuses personnes.

Je ne sais pas combien d’autres personnes Sandy a invitées à l’Église, ni quelle grandeur peut avoir son tableau complet. Ce que je sais c’est que je ne trouve pas de mots pour exprimer la gratitude que j’ai à son égard. Je sais aussi que je ne peux pas lui rendre la pareille. Mais je peux suivre son exemple et faire connaître l’Évangile chaque fois que c’est possible, partout où je le peux – au cas où je rencontrerais une nouvelle famille qui recherche la vérité.