Soixante-dix autorités interrégionales: «Pour rendre témoignage de mon nom dans le monde entier»


Earl C. Tingey

« Nous devenons une grande société globale » (« Cette œuvre se préoccupe de gens », L’Étoile, juillet 1995, p. 66), a dit le président Hinckley. En effet, l’Église a maintenant plus de onze millions de membres dans tous les pays et elle continue à s’acquitter de la mission donnée par le Sauveur de porter l’Évangile au monde entier.

A la session du samedi matin de la conférence générale d’avril 1997, le président Hinckley annonçait un nouvel appel dans l’Église pour répondre aux besoins de cette population globale croissante, celui des soixante-dix-autorités interrégionales, affectés aux troisième, quatrième et cinquième collèges des soixante-dix. Aujourd’hui, les soixante-dix-autorités interrégionales jouent un rôle crucial dans la prédication et l’administration de l’Évangile dans le monde entier.

Quel est au juste le rôle des soixante-dix-autorités interrégionales ? Nous devons d’abord comprendre le rôle du soixante-dix.

L’édification de L’église Dans Tous Les Pays

Le 8 février 1835, Joseph Smith annonçait la création de l’office de soixante-dix. Le 28 février, il organisait le premier collège des soixante-dix (voir History of the Church, 2:181, 201-204). Un mois plus tard, le Seigneur donnait par révélation des instructions complémentaires par l’intermédiaire de Joseph concernant l’appel et le rôle des soixante-dix. On les trouve dans ce qui est maintenant Doctrine et Alliances 107 :

« Les Soixante-dix sont également appelés à prêcher l’Évangile et à être des témoins spéciaux auprès des Gentils et dans le monde entier, différant ainsi des autres officiers de l’Église dans les devoirs de leur appel.

« Les Soixante-dix doivent agir au nom du Seigneur sous la direction des Douze ou grand conseil voyageur pour édifier l’Église et en régler toutes les affaires dans toutes les nations, premièrement chez les Gentils et ensuite chez les Juifs…

« Le [Collège des Douze] a le devoir de faire appel, avant tous autres, aux Soixante-dix, lorsqu’il a besoin d’aide pour remplir les divers appels à prêcher et à administrer l’Évangile.

« Et il est conforme à la vision montrant l’ordre des Soixante-dix qu’ils aient sept présidents, choisis de parmi les Soixante-dix, pour les présider.

« Le septième de ces présidents doit présider les six autres ;

« et ces sept présidents doivent choisir d’autres Soixante-dix en plus des premiers Soixante-dix auxquels ils appartiennent et les présider ;

« et aussi d’autres Soixante-dix, jusqu’à sept fois soixante-dix si l’œuvre de la vigne le nécessite.

« Et ces Soixante-dix doivent être des ministres voyageurs, auprès des Gentils premièrement et aussi auprès des Juifs » (D&A 107:25, 34, 38, 93-97).

Le rôle des soixante-dix est donc d’agir sous la direction du Collège des douze apôtres pour l’édification et la gestion des affaires de l’Église dans tous les pays. Les Douze doivent faire appel aux soixante-dix pour qu’ils aident à la prédication et à l’administration de l’Évangile.

Les membres des collèges des soixante-dix ne détiennent pas de clefs de la prêtrise dans le cadre de leur appel de soixante-dix. Mais quand ils sont désignés par la Première Présidence ou par le Collège des douze apôtres, les clefs dont ils ont besoin pour accomplir leur tâche leur sont déléguées. Comme Brigham Young (1801-1877) l’a expliqué aux soixante-dix : « Quand nous vous enverrons édifier le royaume, nous vous donnerons les clefs, le pouvoir et l’autorité » ( History of the Church, 7:308). Quand ils sont ordonnés, les membres des soixante-dix reçoivent l’autorité apostolique de témoigner que Jésus est le Christ et d’aller dans le monde entier selon que les Douze les enverront.

Une Influence Croissante

Le Seigneur avait prévu la nécessité des soixante-dix-autorités interrégionales lorsqu’il a stipulé qu’il devait y avoir « aussi d’autres Soixante-dix, jusqu’à sept fois soixante-dix si l’œuvre de la vigne le nécessite » (D&A 107:96). Avant 1997, deux autres appels subvenaient au besoin d’aide pour administrer l’Église dans le monde entier : de 1967 à 1995 par des représentants régionaux des Douze et de 1995 à 1997 par des Autorités interrégionales. (On trouvera de plus amples renseignements dans L. Aldin Porter, « A History of the Latter-day Seventy », Ensign, août 2000, pp. 14-20).

Dès 1967, l’Église a connu une croissance rapide. Le premier pieu en dehors de l’Amérique du Nord fut créé en 1958 à Auckland (Nouvelle-Zélande). Neuf ans plus tard, quand 69 frères furent appelés comme représentants régionaux des Douze, il y avait 29 pieux en dehors des États-Unis et du Canada et un total de 2,6 millions de membres de l’Église. Ces représentants régionaux restaient chez eux, continuaient à exercer leur métier et travaillaient sous la direction des Douze pour former et fortifier les dirigeants de pieu. Lorsque cet appel fut supprimé en 1995, il y avait 284 représentants régionaux dans le monde.

Quand le président Hinckley annonça l’appel d’Autorités interrégionales en 1995, la population de l’Église s’élevait à plus de 9 millions d’âmes. Le président Hinckley expliqua : « [Les Autorités interrégionales] seront des grands prêtres choisis parmi les dirigeants expérimentés passés et présents de l’Église. Ils conserveront leur emploi actuel, résideront chez eux, et exerceront leur ministère à titre bénévole. La durée de leur appel sera souple et couvrira généralement six ans environ. Ils auront des liens étroits avec les présidences d’interrégion. Ils seront vraisemblablement moins nombreux que ne l’ont été les représentants régionaux » ( L’Étoile, juillet 1995, p. 65).

En 1997, les Autorités interrégionales devenaient soixante-dix-autorités interrégionales et trois autres collèges des soixante-dix étaient organisés ; la population de l’Église était entre-temps passée à 10 millions d’âmes avec plus de 2400 pieux, 318 missions, presque 25 000 paroisses et branches et 56 000 missionnaires à plein temps. La terre commençait à être parsemée de temples, avec 51 temples en activité, nombre qui allait doubler au cours des trois années suivantes.

Depuis 1997, les soixante-dix-autorités interrégionales contribuent à porter les lourdes responsabilités qui reposent sur les épaules de la Première Présidence, du Collège des douze apôtres et des premier et deuxième collèges des soixante-dix dans une Église grandissante. Cette croissance ne cessera pas, car les prophètes des temps anciens et modernes ont prophétisé sur notre époque :

« Le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit… et [qui] subsistera éternellement » (Daniel 2:44).

« Les clefs du royaume de Dieu sont remises à l’homme sur la terre, et c’est de là que l’Évangile roulera jusqu’aux extrémités de la terre, comme la pierre, détachée de la montagne sans le secours d’aucune main, roulera jusqu’à remplir toute la terre » (D&A 65:2).

Ils Se Partagent le Fardeau

Quand ils sont appelés à le faire, les soixante-dix-autorités interrégionales peuvent s’acquitter d’un grand nombre des mêmes devoirs que les soixante-dix des premier et deuxième collèges. Tous les soixante-dix travaillent à l’édification de l’Église. Quelle différence y a-t-il entre les soixante-dix-autorités interrégionales et les membres des premier et deuxième collèges ?

Premièrement, les soixante-dix-autorités interrégionales conservent leur emploi et œuvrent à titre bénévole dans la région où ils vivent. Les membres des premier et deuxième collèges renoncent à leur emploi pour voyager et œuvrer à plein temps là où ils sont affectés.

Deuxièmement, les soixante-dix-autorités interrégionales sont affectés à des collèges selon leur région géographique. Ceux qui vivent en Europe, en Afrique, en Asie, en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux Philippines et dans le Pacifique sont affectés au troisième collège. Ceux qui résident en Amérique centrale et en Amérique du Sud sont dans le quatrième collège et ceux qui résident aux États-Unis et au Canada sont dans le cinquième collège. Les premier et deuxième collèges n’ont pas d’affectation géographique.

Troisièmement, les membres des premier et deuxième collèges ont le titre d’Autorités générales ; les membres des troisième, quatrième et cinquième collèges sont des soixante-dix-autorités interrégionales.

Que font au juste les soixante-dix-autorités interrégionales ? Quand il a annoncé leur appel en avril 1997, le président Hinckley a énoncé certaines de leurs tâches principales :

  • Présider les conférences de pieu et former les présidents de pieu

  • Créer ou réorganiser les pieux et mettre à part les présidences de pieu

  • Présider les comités de planification des conférences régionales

  • Faire partie des conseils interrégionaux

  • Visiter les missions et former les présidents de mission

  • Faire partie des présidences d’interrégion (voir « Soyons loyaux et fidèles », L’Étoile, juillet 1997, p. 6).

Trois membres des soixante-dix constituent une présidence d’interrégion dans chacun des 29 sièges de l’Église dans le monde. Autrefois, cette tâche imposait une lourde responsabilité aux membres des premier et deuxième collèges des soixante-dix et de leurs femmes, qui passaient souvent des années loin de leur famille. Il y a maintenant un nombre croissant de soixante-dix-autorités interrégionales dans des présidences d’interrégion dans la région où ils habitent.

Plusieurs présidences d’interrégion comptent des soixante-dix-autorités interrégionales depuis 1997. Mais en 2001, les rôles des soixante-dix-autorités interrégionales dans les présidences d’interrégion a été étendu. Deux d’entre elles sont maintenant entièrement constituées de soixante-dix-autorités interrégionales.

L’interrégion d’Amérique centrale, par exemple, est maintenant sous la présidence de trois résidents locaux du Guatemala. Ces hommes, Enrique Falabella, Julio Alvarado et Israel Perez, président une interrégion qui recouvre le Guatemala, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua et Belize et compte 403 000 membres, 78 pieux et 10 missions.

L’interrégion d’Idaho, récemment créée aux États-Unis, est sous la présidence de trois soixante-dix-autorités interrégionales qui vivent en Idaho : C. Scott Grow, D. Rex Gerratt et Ronald L. Loveland. Ces frères président une interrégion dans le sud de l’Idaho qui compte près de 317 000 membres, 96 pieux et 2 missions.

Les premiers soixante-dix appelés en 1835 étaient des hommes qui avaient fait preuve de fidélité et de loyauté envers l’Église pendant la marche du Camp de Sion. C’est la même chose aujourd’hui. Les soixante-dix-autorités interrégionales sont des hommes d’une grande capacité spirituelle. Ils sont responsables et obéissants. Beaucoup sont d’anciens présidents de pieu ou de mission. Ce sont des maris et des pères exemplaires. Ce sont des gens qui savent enseigner l’Évangile. Quand ils sont relevés de leur appel de soixante-dix-autorité interrégionale, ils retournent dans les paroisses et les pieux (ou les branches et les districts) où ils vivent. Ils continuent à contribuer à l’édification du royaume du Seigneur par les appels et les tâches qu’ils reçoivent dans l’Église.

La Révélation Continue Pour Une Église Grandissante

Que nous réserve l’avenir ? L’Église va continuer à grandir. Nous avons maintenant plus de 11 millions de membres. Des personnes extérieures à l’Église pensent que notre population dépassera les 200 millions d’ici la fin du siècle.

Le nombre des collèges des soixante-dix et des membres des soixante-dix peut grandir et se multiplier pour répondre aux besoins de l’Église. John Taylor (1808-1887) a reçu, le 14 avril 1883, la révélation suivante lorsqu’il a consulté le Seigneur pour connaître sa volonté concernant l’organisation des soixante-dix :

« Ainsi dit le Seigneur à la Première Présidence, aux Douze, aux soixante-dix et à toute ma sainte Prêtrise, que votre cœur ne se trouble point, et ne soyez pas préoccupés par la direction et l’organisation de mon Église et de ma Prêtrise et l’accomplissement de mon œuvre. Craignez-moi et observez mes lois et je vous révélerai de temps en temps, par le canal que j’ai désigné, tout ce qui sera nécessaire au développement et à la perfection futurs de mon Église, pour l’ajustement et l’avancement de mon royaume et pour l’édification et l’établissement de ma Sion. Car vous êtes ma Prêtrise et je suis votre Dieu. Ainsi soit-il. Amen » (dans James R. Clark, compilateur, Messages of the First Presidency of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, 6 volumes, 1965-1975, 2:354).

Nous avons la bénédiction, de nos jours, d’avoir la révélation continue du Seigneur sur l’organisation des soixante-dix. L’appel de soixante-dix-autorités interrégionales et l’expansion des collèges des soixante-dix à cinq – et le nombre de collèges augmentera selon toute vraisemblance – sont des indications de la révélation continue dans l’Église. L’Église peut faire face à sa croissance future sans changer les fondements de l’organisation, simplement par l’appel d’autres soixante-dix-autorités interrégionales.

Grâce à la révélation continue accordée à ses prophètes, le Seigneur assure l’organisation parfaite nécessaire pour réaliser ses desseins. L’Église est en bonnes mains sous la direction de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres, les quinze hommes que nous soutenons comme prophètes, voyants et révélateurs.

J’ai observé la croissance et le développement de la direction de l’Église au cours des trente-cinq dernières années et j’y ai participé. J’ai été représentant régional. En 1995, quand les Autorités interrégionales ont été appelées, j’étais dans la présidence des soixante-dix. J’étais présent en 1997 lors de l’événement mémorable où les Autorités interrégionales ont été informées par la Première Présidence qu’elles seraient ordonnées soixante-dix et affectées à l’un des trois collèges des soixante-dix nouvellement créés. Je témoigne qu’il y a eu révélation à ce moment-là. Et j’ai vu un grand sentiment de fraternité se développer parmi les collèges des soixante-dix.

Les frères qui sont appelés comme soixante-dix-autorités interrégionales et qui font partie des troisième, quatrième et cinquième collèges des soixante-dix sont des hommes qui se partagent la charge et la responsabilité de rendre témoignage de Jésus-Christ au monde entier. Ils aident effectivement à mettre en œuvre la mission confiée aux soixante-dix originels par le Seigneur, qui a dit : « pour rendre témoignage de mon nom dans le monde entier, partout où… mes apôtres les enverr[ont] préparer un chemin devant ma face » (D&A 124:139).

Appel prophétique des soixante-dix-autorités interrégionales

« Nous avons deux collèges de soixante-dix qui exercent les fonctions d’Autorités générales avec juridiction s’étendant à toute l’Église…

« Nous avons aussi un groupe fidèle de frères qui servent comme autorités interrégionales. Ils ont été appelés partout où l’Église est organisée. Ce sont des hommes fidèles et dévoués. Ce sont des hommes qui aiment l’Église et qui ont rempli toutes sortes de fonctions. Au cours de nos voyages dans notre pays et à l’étranger, nous avons travaillé avec beaucoup d’entre eux et nous avons été profondément impressionnés par leurs capacités remarquables…

« … Nous avons décidé de proposer à la conférence les noms de ces autorités interrégionales pour qu’elles soient ordonnées soixante-dix. Ces frères constitueront alors des collèges présidés par les présidents des soixante-dix. Ils porteront le nom de soixante-dix-autorités interrégionales et exerceront leur mandat pendant un certain nombre d’années à titre de bénévoles dans la région dans laquelle ils résident. Ils sont appelés par la Première Présidence et travailleront sous la direction générale du Collège des Douze, des présidents des soixante-dix et des présidences d’interrégion de la région du monde où ils habitent…

« Du fait qu’ils sont ordonnés soixante-dix, ils deviennent officiers de l’Église avec un lien précis avec un collège. Ils n’auront que des occasions limitées de s’assembler en réunion de collège, mais les présidents des soixante-dix communiqueront avec eux, leur donneront des instructions, recevront des rapports et feront d’autres choses de ce genre. Ils auront maintenant un sentiment d’appartenance qu’ils ne connaissaient pas jusqu’à maintenant…

« Nous souhaitons cordialement la bienvenue à ces frères dans leurs collèges. Ils ont notre confiance, notre amour et notre estime…

« En installant ces collèges respectifs, nous avons créé un modèle selon lequel l’Église pourra atteindre n’importe quelle taille avec une organisation de présidences interrégionales et de soixante-dix-autorités interrégionales, choisis et travaillant dans le monde entier selon les besoins.

« Le Seigneur veille sur son royaume. Il inspire ses dirigeants pour qu’ils prennent soin de sa population sans cesse croissante » (Gordon B. Hinckley, « Soyons loyaux et fidèles », L’Étoile, juillet 1997, pp. 4-6).