Multipliez et remplissez la terre


Une série continue qui vous donne des idées pour étudier et utiliser « La famille : Déclaration au monde ».

Multipliez et remplissez la terre

« Le premier commandement que Dieu a donné à Adam et Ève concernait leur potentiel de parents, en tant que mari et femme. Nous déclarons que le commandement que Dieu a donné à ses enfants de multiplier et de remplir la terre reste en vigueur. 1 »

On attache de moins en moins de valeur aux enfants

James E. Faust, deuxième conseiller dans la Première Présidence a parlé d’un « changement d’attitude au sujet du but du mariage. » Il a ajouté : « De plus en plus de jeunes considèrent le mariage ‘comme une relation de couple destinée à satisfaire les besoins émotionnels des adultes, plutôt que comme une institution faite pour élever des enfants…’ »

Il a fait remarquer : « Un autre problème inquiétant pour la famille est qu’on attache de moins en moins de valeur aux enfants. Dans beaucoup de parties du monde, les gens ont moins d’enfants. L’avortement est probablement le signe le plus clair du fait que les couples ne veulent pas d’enfants. Selon les estimations, un quart de toutes les grossesses dans le monde prennent fin par un avortement provoqué. 2 »

Une pratique dévastatrice

L’avortement est une épée à double tranchant. Cette pratique répandue encourage non seulement l’égoïsme et l’utilisation immorale des pouvoirs de la procréation, mais elle rend également souvent plus difficile l’adoption pour des couples mariés qui ne peuvent pas avoir d’enfant.

En 1991, la Première Présidence a fait une déclaration détaillée sur l’avortement. Tout en reconnaissant de « rares cas où l’avortement peut être justifié », elle a souligné « qu’ils ne constituent pas des raisons automatiques d’avortement » et « a conseillé les gens partout de se détourner de la pratique dévastatrice de l’avortement pour commodité personnelle ou sociale 3 ».

Mettre des enfants au monde n’est certainement pas commode. Dans la plupart des cas cela implique une douleur physique suivie d’un grand sacrifice et d’un grand altruisme. Mais les bénédictions attachées à l’obéissance au commandement de Dieu d’élever des enfants sont parmi les plus douces qu’il offre. En fait, le rôle de parent nous donne, de nombreuses manières, un avant-goût de la divinité.

Maternités en dehors du mariage

Aussi important que soit le commandement de multiplier et de remplir la terre, le Seigneur a déclaré clairement que nous devons montrer notre obéissance uniquement dans les liens du mariage. Les raisons de cette restriction sont nombreuses, mais les deux plus importantes sont de décourager les relations sexuelles illicites et de fournir aux enfants un cadre familial sain et stable.

Dans la plupart des sociétés, la naissance en dehors du mariage a traditionnellement été considérée comme un embarras et une honte. Mais dans le monde contemporain où le mal est appelé bien et le bien mal (voir Ésaïe 5:20), l’opprobre attachée aux naissances en dehors du mariage a pratiquement disparu. Cette pratique représente non seulement un péché aux yeux des cieux, mais les chercheurs se sont aperçu que les naissances hors des liens du mariage comportent plusieurs risques pour le bébé. Par exemple, en comparaison avec les enfants nés de couples mariés, les enfants nés hors des liens du mariage sont plus susceptibles de mourir de la mort subite du nourrisson, de mourir de blessures ou de finir par tomber un jour dans la délinquance juvénile.

Les enfants nés de parents qui ne sont pas mariés et qui sont ensuite adoptés s’en sortent considérablement mieux que ceux qui ne sont pas adoptés. Ils ont des difficultés d’apprentissage moindres, atteignent un niveau professionnel plus élevé, et ils sont moins enclins à dépendre des allocations gouvernementales à l’âge adulte 4 . Il est évident que mettre des enfants au monde et les élever à la manière du Seigneur attire des bénédictions spirituelles et matérielles.

Remplissez la terre

Le Seigneur a commandé à Adam et Ève : « Soyez féconds, multipliez ». Il leur a ensuite commandé : « remplissez la terre, et l’assujettissez » (Genèse 1:28). Pendant de nombreuses années nous avons entendu des avertissements concernant la surpopulation et ses effets dévastateurs. Certaines zones du monde ressentent une influence négative causée par une densité extrême de la population, mais l’ensemble du monde se dirige en fait dans la direction opposée. En effet, des recherches indiquent qu’en 2040 la population mondiale atteindra son plus haut niveau et commencera à décliner. 5

Il se peut qu’une question plus pertinente que la densité de la population soit notre manière d’utiliser les ressources que Dieu nous a données pour subvenir aux besoins de la population actuelle et future. Il a dit : « Car la terre est pleine, et il y a assez, et même en réserve… si quelqu’un prend de l’abondance que j’ai faite et ne donne pas sa part, selon la loi de mon Évangile, aux pauvres et aux nécessiteux, il lèvera avec les méchants les yeux en enfer, en proie aux tourments » (D&A 104:17-18). Henry B. Eyring, du Collège des douze apôtres, a dit : « L’ennemi du bonheur humain aussi bien que la cause de la pauvreté et de la famine n’est pas la naissance des enfants. C’est le fait que les gens ne fassent pas avec la terre ce que Dieu pourrait leur apprendre à faire si seulement ils lui demandaient et ensuite obéissaient. 6 »

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    « La famille : Déclaration au monde », Le Liahona, octobre 2004, p. 49.

  2.   2.

    « La famille face à ses défis », Réunion mondiale de formation des dirigeants, 10 janvier 2004, p. 2 ; citant David Popenoe et Barbara Dafoe Whitehead, « Marriage and Children: Coming Together Again? » dans The State of Our Unions 2003: The Social Health of Marriage in America, National Marriage Project (rapport annuel, 2003), p. 10-11.

  3.   3.

    Voir « Church Issues Statement on Abortion », Ensign, mars 1991, p. 78.

  4.   4.

    Voir l’Internet, www.heritage.org/research/features/familydatabase/ results.cfm?key=463.

  5.   5.

    Voir Nicholas Eberstadt, « The Problem Isn’t Overpopulation and the Future May Be Depopulation », Marriage and Families, avril 2000, 9-10.

  6.   6.

    « La famille », Le Liahona, octobre 1998, p. 17.