Notre trait le plus caractéristique


Jeffrey R. Holland
La prêtrise de Dieu est aussi indispensable à la véritable Église de Dieu qu’elle lui est unique.

Il y a près de soixante-dix ans, David O. McKay, qui était alors conseiller dans la Première Présidence de l’Église, a demandé à une assemblée réunie pour la conférence générale : « Si, à l’instant, chacun [de vous] devait énoncer en une seule phrase… le trait le plus caractéristique de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, quelle serait votre réponse ?

« La mienne, a-t-il répondu, serait… l’autorité divine par la révélation directe 1 . »

Cette autorité divine est, bien sûr, la sainte prêtrise.

Le président Hinckley a ajouté son témoignage en disant : « [La prêtrise] est une délégation de l’autorité divine, différente de tous les autres pouvoirs et autorités sur la face de la terre… C’est le seul pouvoir ici-bas qui s’étende de l’autre côté du voile de la mort… Sans lui, l’Église ne serait Église que de nom ; il lui manquerait l’autorité d’administrer les choses de Dieu 2 . »

Il y a à peine quatre semaines, le président Faust a dit aux étudiants de l’université Brigham Young pendant leur réunion spirituelle : « La [prêtrise] active et gouverne toutes les activités de l’Église. Sans ses clés et son autorité, il n’y aurait pas d’Église 3 . »

J’ai commencé ce soir par ces trois courtes citations (auxquelles on pourrait en ajouter beaucoup d’autres) pour souligner un seul point : Avec ses clés, ses ordonnances, son origine divine et sa capacité de lier dans les cieux ce qui est lié sur la terre, la prêtrise de Dieu est aussi indispensable à la véritable Église de Dieu qu’elle lui est unique, et, sans elle, il n’y aurait pas d’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

En cette année où nous commémorons le bicentenaire de la naissance de Joseph Smith, le prophète, et le 175e anniversaire de l’organisation de l’Église, je veux ajouter mon témoignage du rétablissement de cette prêtrise sacrée et exprimer ma reconnaissance éternelle pour cette conséquence sacrée, ce grand don suprême et le rôle qu’il joue dans notre vie des deux côtés du voile.

La fonction essentielle de la prêtrise de relier le temps et l’éternité a été rendue explicite par le Sauveur quand il a formé son Église pendant son ministère terrestre. Il a dit à Pierre, son premier apôtre : « Je te donnerai les clefs du royaume des cieux ; ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux 4 . » Six jours plus tard, il a emmené Pierre, Jacques et Jean au sommet d’une montagne où il a été transfiguré en gloire devant eux. Ensuite, des prophètes de dispensations antérieures, notamment au moins Moïse et Élie 5 sont aussi apparus en gloire et ont conféré les divers clés et pouvoirs que chacun détenait.

Malheureusement, ces apôtres n’ont pas tardé à être tués ou autrement enlevés de la terre et les clés de la prêtrise ont été enlevées avec eux, ce qui a entraîné plus de 1 400 ans de privation de la prêtrise et d’absence de l’autorité divine parmi les enfants des hommes. Mais dans le cadre du miracle et de l’histoire merveilleuse modernes que nous célébrons ce soir, il y a le retour à notre époque de ces mêmes messagers célestes et le rétablissement des pouvoirs qu’ils détenaient pour la bénédiction de tout le genre humain.

En mai 1829, pendant qu’il traduisait le Livre de Mormon, Joseph Smith est tombé sur une référence au baptême. Il en a parlé avec Oliver Cowdery, son secrétaire, et les deux hommes ont supplié sincèrement le Seigneur à ce propos. Oliver a écrit : « Notre âme a été amenée à prier avec ferveur pour savoir comment nous pourrions recevoir les bénédictions du baptême et du Saint-Esprit… Nous avons diligemment recherché… l’autorité de la sainte prêtrise et le pouvoir d’officier avec elle 6 . »

En réponse à cette « prière fervente » Jean-Baptiste est apparu, rétablissant les clés et les pouvoirs de la Prêtrise d’Aaron que nos jeunes gens de cette assemblée de ce soir ont reçue. Quelques semaines plus tard, Pierre, Jacques et Jean sont revenus rétablir les clés et les pouvoirs de la Prêtrise de Melchisédek, notamment celles de l’apostolat. Puis quand un temple a été construit où d’autres messagers célestes pourraient venir, il s’est produit le 3 avril 1836 un équivalent moderne de ce mont de la Transfiguration, une partie de quelque chose que le président Hinckley a un jour appelé la « cascade » de révélation, à Kirtland, dans laquelle le Sauveur en personne, avec en plus, de nouveau, Moïse, Élie et Élias, est apparu en gloire à Joseph Smith, le prophète, et à Oliver Cowdery. À cette occasion ils leur ont conféré les clés et les pouvoirs de leurs dispensations respectives. Cette apparition a ensuite pris fin par cette déclaration retentissante : « C’est pourquoi, les clés de cette dispensation sont remises entre vos mains 7 . »

Il n’est pas étonnant que le prophète Joseph ait dû inclure dans les articles brefs et éloquents de [notre] foi : « Nous croyons que l’on doit être appelé de Dieu par prophétie, et par l’imposition des mains de ceux qui détiennent l’autorité pour prêcher l’Évangile et en administrer les ordonnances 8  ». Disons en clair que pour agir avec l’autorité divine, il faut plus qu’un simple contrat social. Elle ne peut être donnée par une formation théologique ni par mandat émanant de l’assemblée. Non, dans l’œuvre de Dieu dotée d’autorité, il doit y avoir un pouvoir plus grand que celui déjà détenu par les gens de l’assemblée, des rues ou des séminaires, ce qui était connu de nombreuses personnes sondant les questions religieuses, et ouvertement reconnu pendant les générations qui ont conduit au Rétablissement.

Il est vrai que quelques rares personnes de cette époque ne voulaient pas que leurs hommes d’Église prétendent à l’autorité d’officier dans les sacrements mais la plupart des gens voulaient une prêtrise approuvée par Dieu et ne savaient pas où la trouver 9 . Dans cet esprit, le retour de l’autorité de la prêtrise par la révélation reçue par Joseph Smith aurait dû les libérer de siècles d’angoisse chez ceux qui pensaient ce que le célèbre Charles Wesley avait eu le courage de dire. Se démarquant, dans le domaine ecclésiastique, de son frère plus célèbre, John, au sujet de la décision que ce dernier avait prise d’ordonner sans avoir l’autorité de le faire, Charles a écrit avec un léger sourire :

« Comme il est facile de faire les évêques
Selon les caprices humains :
À Coke, Wesley a imposé les mains,
Mais qui les lui avait imposées 10  ? »

Pour répondre à cette question difficile, nous, membres de l’Église rétablie de Jésus-Christ, pouvons remonter la ligne d’autorité de la prêtrise exercée par le dernier diacre de la paroisse, par l’évêque qui a autorité sur lui et par le prophète qui a autorité sur nous tous. Cette ligne remonte, sans interruption aux anges qui ont été envoyés par le Fils de Dieu en personne pour apporter ce don incomparable des cieux.Et, combien nous avons besoin de ses bénédictions, en tant qu’Église, en tant que personnes et en tant

que familles dans l’Église ! Une seule illustration :

J’ai parlé précédemment de la période de Kirtland dans l’histoire de l’Église. Les années 1836 et 1837 ont été plus difficiles que jamais auparavant financièrement, politiquement et intérieurement pour cette jeune Église. Au cœur de cette tension, Joseph Smith a eu l’inspiration prophétique remarquable d’envoyer certains de ses hommes les plus capables (pour finir, tout le Collège des douze apôtres) en mission à l’étranger. C’était une action audacieuse, inspirée, qui a finalement sauvé l’Église des périls de cette époque mais, à court terme, cela a été un fardeau écrasant pour les saints – pénible pour ceux qui partaient et peut-être plus encore pour ceux qui restaient au foyer.

Je cite Robert B. Thompson :

« Le jour du départ des anciens pour l’Angleterre étant arrivé, j’ai fait une halte chez [Heber C.] Kimball pour savoir quand il partirait [pour son voyage]. Parce que je pensais l’accompagner pendant 400 à 500 kilomètres, ayant l’intention de travailler au Canada à ce moment-là.

« La porte étant entrouverte, je suis entré et j’ai été frappé par la scène qui se présentait devant mes yeux. J’aurais voulu me retirer, pensant être un intrus, mais je me suis senti rivé au sol. Le père déversait son âme en prière à… [Dieu, le suppliant], lui qui se soucie des passereaux et qui nourrit les jeunes corbeaux quand ils croassent, de subvenir aux besoins de sa femme et de ses petits pendant son absence. Comme les patriarches, et en vertu de son office, il a ensuite posé les mains sur la tête de chacun et leur a donné une bénédiction paternelle… en les recommandant aux soins et à la protection de Dieu, pendant qu’il serait engagé dans la prédication de l’Évangile à l’étranger. Pendant [ces bénédictions], sa voix était presque couverte par les sanglots de ses proches qui essayaient [malgré leur jeune âge d’être forts mais qui avaient de grandes difficultés à le faire]. Il a continué mais il avait trop de peine pour réussir à le faire en continu… Il a dû s’interrompre plusieurs fois… et de grosses larmes lui coulaient sur les joues, en signe de la peine qu’il avait. Mon cœur n’a pas pu résister, a dit frère Thompson. Malgré moi, j’ai pleuré et mêlé mes larmes aux leurs. En même temps, j’ai été reconnaissant d’avoir eu l’honneur de voir cette scène 11 . »

Elle s’est reproduite mille, cent mille fois, d’une manière ou d’une autre dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours : une crainte, un besoin, un appel, un danger, une maladie, un accident, un décès. J’ai participé à de telles occasions. J’ai vu le pouvoir de Dieu se manifester dans mon foyer et dans mon ministère. J’ai vu le malin chassé et les éléments maîtrisés. Je sais ce que signifie d’avoir à déplacer des montagnes de difficulté et d’avoir à ouvrir des mers Rouges menaçantes. Je sais ce que signifie d’avoir l’ange destructeur qui passe à côté de soi 12 . Avoir reçu l’autorité et avoir exercé le pouvoir de la Sainte-Prêtrise, selon l’ordre du Fils de Dieu 13 est pour moi et ma famille une bénédiction plus grande que je ne pourrais l’espérer en ce monde. Et c’est là, en fin de compte, le sens de la prêtrise en termes quotidiens : sa capacité inégalée, infinie et constante de bénir.

Avec reconnaissance pour ces bénédictions, je me joins à vous et au chœur des vivants et des morts pour chanter, en cette année commémorative, « Gloire à celui qui a vu Dieu le Père 14  » et qui a communié avec Adam, Gabriel, Moïse et Moroni, Élie, Élias, Pierre, Jacques et Jean et beaucoup d’autres 15 . En vérité, Jésus l’a choisi pour voyant 16 . Puissions-nous, jeunes et vieux, garçons et hommes, pères et fils, chérir la prêtrise qui a été rétablie par lui, les clés et les ordonnances de la prêtrise par lesquelles et par elles seules, le pouvoir de la divinité se manifeste et sans lesquelles il ne peut pas se manifester 17 . Je témoigne du rétablissement de la prêtrise et du trait caractéristique indispensable de la véritable Église de Dieu qu’elle a toujours été, au nom de celui dont c’est la prêtrise, le Seigneur Jésus-Christ. Amen.

Afficher les références

    Notes

  1.   1.

    Conference Report, avril 1937, p. 121.

  2.   2.

    « Priesthood Restoration », Ensign, Octobre 1988, p. 71.

  3.   3.

    « Where Is the Church? », Réunion spirituelle de l’université Brigham Young, 1er mars 2005, p. 8.

  4.   4.

    Matthieu 16:19.

  5.   5.

    Voir Matthieu 17:1-3.

  6.   6.

    Cité dans Richard Lloyd Anderson, « The Second Witness of Priesthood Restoration », Improvement Era, septembre 1968, p. 20 ; italiques ajoutés.

  7.   7.

    D&A 110:16 ; voir aussi 1-15.

  8.   8.

    5e articles de foi ; italiques ajoutés.

  9.   9.

    Voir David F. Holland, « Priest, Pastor, Power », Insight, Fall, 1997, p. 15-22, pour une analyse complète des questions sur la prêtrise en Amérique au temps du Rétablissement.

  10.   10.

    Cité dans l’ouvrage du révérend père C. Beaufort Moss, The Divisions of Christendom: A Retrospect, Londres, p. 22.

  11.   11.

    Cité dans Orson F. Whitney, Life of Heber C. Kimball, 1945, p. 108-109.

  12.   12.

    Voir D&A 89:21.

  13.   13.

    Voir D&A 107:1-3.

  14.   14.

    Voir Cantiques, n° 16.

  15.   15.

    Joseph Smith a été en communication avec de nombreux prophètes et messagers venus de l’autre côté du voile. Pour certains de ceux mentionnés dans les Écritures, voir D&A 128:20-21.

  16.   16.

    Voir Cantiques, n° 16.

  17.   17.

    Voir D&A 84:19-21.