Comment le temple de Hong Kong a vu le jour

Imprimer Faire connaître

    Le choix qu’a fait le président Hinckley du site du temple de Hong Kong (Chine) illustre de quelle façon la révélation opère pour bénir les enfants de Dieu sur la terre.

    Au printemps 1991, la Première Présidence a demandé à la présidence de l’interrégion d’Asie, composée de Monte J. Brough, W. Eugene Hansen et Merlin R. Lybbert, de commencer discrètement à chercher un terrain pour le temple de Hong Kong. Ils ont trouvé des terrains petits et, à leur avis, inadéquats, à des prix très élevés. Le président Hinckley a visité ces terrains en avril de la même année et demandé à la présidence de l’interrégion de continuer ses recherches.

    Fin 1991, deux autres terrains ont été trouvés. L’un d’eux faisait partie d’un projet de lotissement gouvernemental proche d’une baie, au bord de la mer, connue localement sous le nom de Baie des Jonques. L’autre terrain était situé à Fanling. Ni le terrain de Fanling, ni celui de la Baie des Jonques n’étaient facilement accessibles ni pratiques pour les personnes qui utiliseraient le temple; aussi la recherche a-t-elle continué.

    Malheureusement, le temps pressait. Si Hong Kong devait avoir un temple, il était préférable qu’il soit construit avant le 1er juillet 1997.

    Il peut s’avérer important de faire un petit rappel d’histoire mondiale afin de comprendre pourquoi il était urgent de terminer le temple de Hong Kong avant juillet 1997. En 1898, Hong Kong devint une colonie britannique après la signature d’un bail de quatre-vingt-dix-neuf ans, expirant le 30 juin 1997. En décembre 1984, les autorités britanniques et chinoises signèrent une déclaration confirmant que le gouvernement britannique rendrait Hong Kong à la République populaire de Chine, le 1er juillet 1997.

    En juin 1992, la présidence de l’interrégion a été réorganisée. Elle était composée de Monte J. Brough, John K. Carmack et Kwok Yuen Tai.

    En juillet, le président Hinckley a appelé deux fois la présidence de l’interrégion pour discuter des terrains de Fanling et de la Baie des Jonques. Il a indiqué également que lui-même et Ted Simmons, directeur général du département des biens immeubles de l’Église, viendraient à Hong Kong le 25 juillet pour choisir le terrain du temple.

    Lorsque le président Hinckley et frère Simmons sont arrivés, frères Brough et Carmack les ont emmenés visiter une demi-douzaine de sites potentiels, en commençant par Kom Tong Hall, où se situaient les bureaux de l’interrégion. (Frère Tai était alors parti en voyage.) Après avoir vu tous les sites, le président Hinckley, frère Simmons ainsi que frères Brough et Carmack ont rencontré quatre présidents de pieu de la région de Hong Kong. Le président Hinckley a dit ce qu’il pensait des différents sites et a demandé l’avis des présidents de pieu. Il a vu qu’ils étaient prêts à soutenir toute décision qu’il prendrait.

    Les membres du groupe étaient épuisés d’avoir passé la journée à examiner les différentes options dans la prière. Le président Hinckley est rentré à son hôtel et a demandé à frères Brough et Carmack de revenir le lendemain matin pour continuer à discuter de la question. Il était évident que la présidence de l’interrégion n’avait pas encore trouvé de solution que le président Hinckley puisse accepter.

    Vers six heures quarante-cinq du matin, le président Hinckley a appelé frère Brough pour lui demander de venir à sa chambre d’hôtel à huit heures, avec frère Carmack. Frère Simmons les y a rejoints à l’heure prévue et le président Hinckley leur a montré alors un dessin détaillé sur une feuille de papier blanc. Pendant la nuit, il avait eu la vision d’un bâtiment d’environ huit étages, avec le temple situé aux étages supérieurs et d’autres services aux étages inférieurs. Il incluait des locaux pour remplacer l’église de Kowloon Tong et les bureaux et le siège de la mission de Hong Kong, car pour construire le nouveau bâtiment il faudrait détruire ces bâtiments situés sur des terrains contiguës. Ce concept d’usage multiple, a expliqué le président Hinckley, romprait avec la tradition qui avait fait que tous les autres temples de l’Église à l’époque étaient des bâtiments séparés.

    Le président Hinckley a demandé à frère Brough et à frère Carmack ce qu’ils en pensaient. Ils ont répondu chacun que le concept de bâtiment à étages et usages multiples n’avait même jamais été considéré auparavant, mais qu’ils avaient la profonde conviction que le président Hinckley avait reçu l’inspiration, une révélation, de la volonté du Seigneur.

    Après avoir brièvement revu les autres options, le président Hinckley a demandé aux frères que tous se joignent en prière. Il leur a demandé s’ils étaient d’accord qu’il offre la prière. Alors, il a discuté de toute l’affaire avec le Seigneur. Il a exposé le besoin d’avoir un temple en Chine pour bénir les gens de cette région du monde. Sa prière, puissante et insistante, manifestait son amour pour tous les gens d’Asie.

    Toutes les personnes présentes sont retournées sur le site de Kowloon Tong et ont fait à pied le tour du quartier. Elles ont traversé la rue pour vérifier le voisinage et regarder le terrain sous tous ses aspects, vérifiant particulièrement son accès depuis le réseau du métro. Puis, frères Brough et Carmack ont reconduit le président Hinckley et frère Simmons à l’aéroport de Kai Tak.

    Après être rentré à Salt Lake City, le président Hinckley a présenté son dessin au département du temple et a demandé que les architectes transforment le plus vite possible le concept en plans de construction. Voyant une occasion d’élargir les fonctions du bâtiment, les architectes du département ont élaboré un plan pour un plus grand bâtiment, presque deux fois la taille de celui du concept initial du président Hinckley. Pour construire cet édifice, ils auraient besoin d’une dérogation aux limites de hauteur et aux autres restrictions imposées aux bâtiments dans la région.

    Quand les plans ont été terminés, une demande de permis de construire ce bâtiment agrandi a été déposée, mais après bien des mois de négociations avec les autorités de Hong Kong le projet a été rejeté.

    À la conférence générale d’avril 1993, le président Hinckley a demandé à frère Simmons ainsi qu’aux frères Brough, Carmack et Tai de venir dans son bureau. Il leur a demandé pourquoi l’obtention du permis de construire prenait si longtemps et ce qu’on pourrait faire pour l’obtenir. Après avoir mentionné la première expérience du président Hinckley à Hong Kong et avoir témoigné des sentiments éprouvés par la présidence de l’interrégion à cette occasion, celle-ci a recommandé unanimement que l’Église revienne au concept original décrit par le président Hinckley à Hong Kong.

    Une fois les plans refaits selon le concept initial du dessin du président Hinckley, les autorisations nécessaires ont été rapidement obtenues. En quelques jours, les responsables gouvernementaux britanniques, de Hong Kong et chinois ont délivré les autorisations nécessaires à la construction du temple.

    Les 26 et 27 mai 1996, Gordon B. Hinckley a consacré le temple de Hong Kong. Dans la prière de consécration, il a dit :

    « Ton Église dans cette région atteint maintenant sa pleine maturité, avec la consécration de ce temple sacré. Nous prions pour que cette moisson d’âmes continue, que, dans l’avenir comme dans le présent, ton peuple soit libre d’adorer en sécurité et que personne n’entrave l’œuvre des missionnaires appelés à servir dans cette région. Nous prions pour que ton œuvre grandisse et prospère dans ce grand territoire de Chine et que les personnes qui le gouvernent soient un jour réceptives aux personnes qui sont appelées et envoyées comme messagers de la vérité rétablie. »

    Monte J. Brough a été soutenu comme membre des soixante-dix en 1988. John K. Carmack a servi comme membre des soixante-dix de 1984 à 2001.