Le miracle de la sainte Bible


M. Russell Ballard
Nous croyons vraiment et pleinement au Seigneur et Sauveur Jésus-Christ et en sa parole révélée par la sainte Bible

Mes frères et soeurs, la sainte Bible est un miracle ! C’est un miracle que les 4000 années d’histoire sacrée et profane de la Bible aient été mises par écrit et préservées par des prophètes, des apôtres et des hommes d’Église inspirés.

C’est un miracle que nous ayons la doctrine, les principes, la poésie et les histoires formidables de la Bible. Mais c’est surtout un miracle merveilleux que nous ayons un récit de la vie, du ministère et des paroles de Jésus qui a été protégé au cours de l’âge des ténèbres et à travers les conflits d’innombrables générations, pour que nous puissions l’avoir aujourd’hui.

C’est un miracle que la Bible contienne littéralement dans ses pages l’Esprit convertisseur et guérisseur du Christ, qui a changé le cœur des hommes pendant des siècles, les amenant à prier, à choisir le bon chemin et à chercher à trouver leur Sauveur.

La sainte Bible est bien nommée. Elle est sainte parce qu’elle enseigne la vérité, sainte parce qu’elle nous réchauffe de son esprit, sainte parce qu’elle nous apprend à connaître Dieu et à comprendre ses relations avec les hommes, sainte parce qu’elle témoigne dans toutes ses pages du Seigneur Jésus-Christ.

Abraham Lincoln a dit de la Bible : « Ce grand livre… est le meilleur don que Dieu ait fait à l’homme. Tout le bien que le Sauveur a donné au monde a été communiqué par ce livre. Sans lui nous ne distinguerions pas le bien du mal » (août 1864, cité par Alma Sonne, Conference Report, octobre 1964, réunion de l’après-midi, p. 71).

Ce n’est pas par hasard ni par coïncidence que nous avons la Bible aujourd’hui. Des justes ont été poussés par l’Esprit à mettre par écrit les choses sacrées qu’ils ont vues et les paroles inspirées qu’ils ont entendues et dites. D’autres hommes dévoués ont été poussés à protéger et à préserver ces documents. Des hommes comme John Wycliffe, le courageux William Tyndale et Johannes Gutenberg ont été poussés, en dépit de beaucoup d’opposition, à traduire la Bible en une langue que le peuple pouvait comprendre et à la publier dans des livres que le peuple pouvait lire. Je crois que même les savants du roi Jacques ont été animés par l’Esprit dans leur travail de traduction.

L’âge des ténèbres doit son nom au fait que la lumière de l’Évangile a été cachée aux hommes. Les gens d’alors n’avaient ni apôtre ni prophète et ils n’avaient pas non plus accès à la Bible. Le clergé veillait à ce que les Écritures restent secrètes et ne soient pas accessibles au peuple. Nous devons beaucoup aux nombreux martyrs et réformateurs courageux comme Martin Luther, Jean Calvin et Jean Hus, qui ont exigé la liberté de culte et l’accès de tous aux livres saints.

William Tyndale a donné sa vie du fait de sa profonde croyance au pouvoir de la Bible. Il a dit : « La nature de la parole de Dieu est que quiconque la lit ou entend qu’on la raisonne et la conteste commence immédiatement à devenir quotidiennement meilleur, jusqu’à atteindre la perfection » (dans S. Michael Wilcox, Fire in the Bones: William Tyndale—Martyr, Father of the English Bible, 2004, xv).

L’étude honnête et diligente de la Bible nous rend effectivement meilleurs et nous devons toujours nous rappeler les martyrs innombrables qui ont connu son pouvoir et qui ont donné leur vie pour que nous puissions trouver dans ses paroles le chemin du bonheur et de la paix éternels du royaume de notre Père céleste.

Bien que ces anciens réformateurs chrétiens aient été d’accord sur beaucoup de choses, ils étaient finalement en désaccord sur beaucoup de points de doctrine. Cela a eu comme conséquence l’organisation de nombreuses confessions chrétiennes. Roger Williams, en son temps champion de la liberté religieuse, a conclu qu’il n’y avait aucune Église régulièrement constituée sur la terre, ni aucune personne autorisée pour administrer une ordonnance quelconque de l’Église et qu’il ne pourrait y en avoir que lorsque de nouveaux apôtres seraient envoyés par le grand Chef de l’Église dont il attendait la venue (voir William Cullen Bryant, Picturesque America: or, the Land We Live in, 2 vol., 1872-74, 1:502).

Des dizaines de millions de personnes ont acquis la foi en Dieu et en Jésus-Christ en cherchant la vérité dans la sainte Bible. Innombrables ont été ceux parmi eux qui n’avaient que la Bible pour alimenter et guider leur foi.

Grâce aux efforts des réformateurs, la Bible est devenue accessible à tous. « La parole de Dieu était lue autour de l’âtre familial des humbles aussi bien que dans le salon des puissants » (John A. Widtsoe, Conference Report, avril 1939, p. 20).

Des millions de familles se sont réunies pour essayer de trouver l’Église de Jésus-Christ par leur étude de la Bible. Une de ces familles, au début des années 1800, dans le nord de l’État de New York, était la famille de Joseph Smith, père. Un de ses fils était Joseph Smith, fils, qui a sondé la Bible, cherchant à savoir laquelle des nombreuses confessions était la même que l’Église que Jésus-Christ avait organisée. Il a été poussé par les paroles de la Bible à prier pour avoir davantage de lumière et de connaissance spirituelles de la part de Dieu. Bien décidé à chercher la sagesse promise dans l’Écriture sainte, Joseph s’est mis à genoux pour prier humblement au début du printemps de 1820. Ah, quelle lumière et quelle vérité merveilleuses se sont déversées sur lui ce jour-là quand il a vu la manifestation glorieuse de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ ! Dieu avait une fois de plus appelé un prophète, comme du temps de Noé, d’Abraham et de Moïse.

Comme nous devrions être reconnaissants d’avoir la sainte Bible ! Nous y apprenons non seulement la vie, les enseignements et la doctrine du Christ, mais nous apprenons aussi ce qui concerne son Église, sa prêtrise et l’organisation qu’il a établie et qu’il a appelée l’Église de Jésus-Christ des anciens jours. Nous croyons en cette Église et nous croyons que l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est cette même Église, rétablie sur la terre, complète et avec cette même organisation et cette même prêtrise.

Sans la Bible, nous ne saurions rien de son Église d’alors et nous n’aurions pas la plénitude de son Évangile maintenant.

J’aime la Bible., ses enseignements, ses leçons et son esprit. J’aime les histoires fascinantes et profondes de l’Ancien Testament et le témoignage de ses grands prophètes concernant l’avènement du Christ. J’aime les voyages et les miracles apostoliques du Nouveau Testament et les lettres de Paul. Ce que j’aime surtout, ce sont ses récits de témoins au premier degré des paroles, de l’exemple et de l’expiation de notre Sauveur Jésus-Christ. J’aime la vision et la paix que l’on reçoit en lisant la Bible.

Mes frères et sœurs, je suis sûr que beaucoup parmi vous ont eu l’occasion d’entendre des gens dire que « les mormons ne sont pas chrétiens parce qu’ils ont leur propre Bible, le Livre de Mormon ». Nous disons à ceux qui entretiennent cette idée fausse que nous croyons que le Seigneur Jésus-Christ est notre Sauveur et l’auteur de notre salut et que nous croyons, vénérons et aimons la sainte Bible. Nous avons effectivement d’autres écrits sacrés, notamment le Livre de Mormon, mais il soutient la Bible et ne s’y substitue jamais.

Jésus a enseigné que nous devions « sonder les Écritures ». Il a ajouté que ce sont elles qui rendent témoignage de lui (voir Jean 5:39). Ces paroles inspirent tous les gens qui cherchent sincèrement à connaître et à comprendre la vérité sur Jésus-Christ. Les Écritures sont riches en histoire, en doctrine, en récits, en sermons et en témoignages, qui tournent tous en fin de compte autour du Christ éternel et de sa mission physique et spirituelle auprès des enfants de notre Père céleste.

Les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours croient que « Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile » (2 Timothée 3:16). Nous aimons la Bible et les autres Écritures. Cela peut étonner certains, qui ne sont pas au courant que nous croyons que la Bible est la parole de Dieu révélée. Elle est l’un des piliers de notre foi, un témoin puissant du Sauveur et de l’influence continuelle du Christ dans la vie des gens qui l’adorent et le suivent. Plus nous lisons et étudions la Bible et ses enseignements, plus claire est notre vision des bases doctrinales de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ. Nous avons tendance à aimer les Écritures avec lesquelles nous passons du temps. Il se peut que nous devions équilibrer notre étude afin d’aimer et de comprendre toute l’Écriture.

Vous, les jeunes en particulier, ne négligez ni ne dévaluez la sainte Bible. C’est le livre sacré de la vie du Seigneur. La Bible contient des centaines de pages de plus que toutes nos autres Écritures réunies. C’est la base de tout le christianisme. Nous ne critiquons ni ne déprécions les croyances de qui que ce soit. Notre grande responsabilité de chrétiens est de dire à tous ses fils et filles tout ce que Dieu a révélé.

Les gens qui deviennent membres de l’Église n’abandonnent pas leur foi en la Bible – ils la renforcent. Le Livre de Mormon ne dilue, ne diminue ni ne relègue la Bible. Au contraire, il l’étend, la prolonge et l’exalte. Le Livre de Mormon témoigne de la Bible et tous deux témoignent du Christ.

Le premier testament du Christ est l’Ancien Testament de la Bible, qui a prédit et prophétisé l’avènement du Sauveur, sa vie transcendante et son expiation libératrice.

Le deuxième testament de la Bible concernant le Christ est le Nouveau Testament, qui rapporte sa naissance, sa vie, son ministère, son Évangile, son Église, son expiation et sa résurrection ainsi que les témoignages de ses apôtres.

Le troisième testament du Christ est le Livre de Mormon, qui prédit également la venue du Christ, confirme le récit biblique de son expiation salvatrice, puis révèle la visite du Seigneur ressuscité à l’autre hémisphère de la terre. Le sous-titre du Livre de Mormon, la déclaration qui en explique le but, imprimée sur la couverture de chaque exemplaire est « un témoignage de Jésus-Christ ».

Chacun de ces trois testaments fait partie du grand tout indivisible de la parole révélée du Seigneur à ses enfants. Ils contiennent les paroles du Christ dont il nous est recommandé de nous faire un festin pour nous qualifier pour la vie éternelle (voir 2 Néphi 31:20). Ceux qui pensent qu’une partie est plus importante ou plus vraie que les autres perdent une partie de la beauté et de la perfection du canon de l’Écriture antique.

Et ceux qui pensent que les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ne croient pas en Jésus-Christ ou en la Bible devraient prendre le temps de comprendre l’Église, l’importance de son nom et la force de son message.

Je suis perplexe quand il y en a qui mettent en doute la croyance de l’Église en la Bible et notre statut de chrétiens. Le nom de l’Église est l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. À notre dernière conférence générale, ici, dans ce bâtiment, les dirigeants de l’Église ont cité la Bible près de deux cents fois. L’Église est organisée et fonctionne comme l’Église que le Christ et ses apôtres ont établie dans le Nouveau Testament. Sur l’estrade sont assis aujourd’hui le prophète et les apôtres du Seigneur Jésus-Christ.

Je rends solennellement témoignage que nous croyons vraiment et pleinement au Seigneur et Sauveur Jésus-Christ et en sa parole révélée par la sainte Bible. Non seulement nous croyons en la Bible, mais nous nous efforçons de suivre ses préceptes et d’enseigner son message. Le message de nos missionnaires est le Christ et son Évangile et son expiation, et les Écritures sont le texte de ce message. Nous disons à tous les hommes : « Nous vous apportons notre amour et nous vous invitons à venir partager tout ce que Dieu a révélé. »

Mes frères et sœurs, nous devons aider tout le monde, y compris nos membres, à comprendre l’importance et le pouvoir de la sainte Bible. La Bible est une Écriture qui nous conduit, nous et toute l’humanité, à accepter Jésus-Christ comme notre Sauveur. Que Dieu nous donne le désir et la capacité d’accepter et de vivre ses enseignements. C’est là mon humble prière, au nom du Seigneur, Jésus-Christ. Amen.