L’influence des femmes justes

Deuxième conseiller dans la Première Présidence

Imprimer Faire connaître

    Les Écritures nous donnent le nom de plusieurs femmes qui ont été une bénédiction pour des personnes et des générations grâce à leurs dons spirituels. Ève, la mère de tous les vivants, Sarah, Rebecca, Rachel, Marthe, Élizabeth et Marie, la mère du Sauveur, seront toujours honorées et ne seront jamais oubliées. Les Écritures parlent aussi de femmes dont le nom nous est inconnu mais dont l’exemple et les enseignements sont une bénédiction dans notre vie, comme la Samaritaine que Jésus a rencontrée au puits de Sychar (voir Jean 4), la femme et mère idéale décrite dans Proverbes 31, la femme fidèle qui fut guérie simplement en touchant les vêtements du Sauveur (voir Marc 5:25–34).

    Quand on regarde l’histoire de ce monde et celle de l’Église de Jésus-Christ rétablie, il devient évident que les femmes ont une place spéciale dans le plan de notre Père pour le bonheur et le bien-être éternels de ses enfants.

    J’espère que mes chères sœurs du monde entier—grand-mères, mères, tantes et amies—ne sous-estimeront jamais l’influence bénéfique qu’elles exercent, particulièrement dans la vie de nos enfants et de nos jeunes si précieux !

    Heber J. Grant (1856–1945) a dit : « Sans le dévouement et sans le témoignage absolu du Dieu vivant qui animent nos mères, l’Église mourrait1. » Et l’auteur des Proverbes a dit : « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas » (Proverbes 22:6).

    Gordon B. Hinckley, a donné le conseil suivant aux femmes de l’Église :

    « Il est extrêmement important que les femmes de l’Église soient fortes et immuables en défendant ce qui est correct et convenable selon le plan du Seigneur. …

    « Nous appelons les femmes de l’Église à s’unir pour défendre la justice. Elles doivent commencer chez elles. Elles peuvent l’enseigner dans leur classe. Elles peuvent faire entendre leur voix dans leurs collectivités2. »

    Un proverbe dit que les grandes portes tournent sur de petits gonds. Sœurs, votre exemple dans des choses qui paraissent petites change la vie de nos jeunes. Votre façon de vous habiller et de vous coiffer, votre façon de parler, votre façon de prier, votre façon de témoigner, votre façon de vivre au quotidien seront déterminantes. Il faut y ajouter les émissions télévisées que vous regardez, la musique que vous préférez et l’utilisation que vous faites de l’Internet. Si vous aimez aller au temple, les jeunes qui chérissent votre exemple aimeront aussi y aller. Si vous adaptez votre garde-robe aux sous-vêtements du temple et non l’inverse, ils sauront ce qui est important pour vous et ils suivront votre exemple.

    Vous êtes des sœurs merveilleuses et de grands exemples. Nos jeunes sont bénis grâce à vous et le Seigneur vous aime pour cela.

    Un exemple de foi

    Je vais vous faire part de quelques réflexions sur Carment Reich, ma belle-mère, qui était réellement une dame élue. Elle a embrassé l’Évangile à une période difficile et sombre de sa vie et elle s’est libérée de la peine et du chagrin.

    Jeune veuve et mère de deux fillettes, elle s’est libérée d’un monde de vieilles traditions et est entrée dans un monde de grande spiritualité. Elle a adopté très rapidement les enseignements de l’Évangile, avec leur pouvoir intellectuel et spirituel. Lorsque les missionnaires lui ont donné un Livre de Mormon et lui ont demandé de lire les versets qu’ils avaient indiqués, elle a lu tout le livre en seulement quelques jours. Elle a appris des choses qui dépassaient la compréhension de son entourage parce qu’elle les a apprises par l’Esprit de Dieu. Elle était la plus humble des humbles, la plus sage des sages, parce qu’elle était suffisamment disposée et pure pour croire quand Dieu avait parlé.

    Elle s’est fait baptiser le 7 novembre 1954. Quelques semaines seulement après son baptême, un missionnaire lui a demandé de rédiger son témoignage. Ce missionnaire voulait l’utiliser dans son enseignement pour aider d’autres personnes à ressentir le véritable esprit de la conversion. Heureusement, il a conservé son manuscrit original pendant plus de quarante ans puis le lui a rendu en cadeau spécial plein d’amour.

    Un témoignage né de l’Esprit

    Je vais vous lire des extraits de son témoignage écrit. Rappelez-vous qu’elle a écrit ces mots quelques semaines seulement après avoir entendu parler de l’Évangile. Avant l’arrivée des missionnaires, elle n’avait jamais rien entendu dire sur le Livre de Mormon, sur Joseph Smith ou sur les mormons en général. En 1954, il n’y avait aucun temple en dehors des États-Unis métropolitains, à l’exception du Canada et de Hawaï.

    Voici la traduction du témoignage rédigé à la main par sœur Reich :

    « Les caractéristiques de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours que l’on ne retrouve pas dans les autres religions sont surtout la révélation moderne donnée par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète.

    « Le Livre de Mormon dans son langage clair et pur vient ensuite, avec toutes ses instructions et toutes ses promesses pour l’Église de Jésus-Christ ; il est véritablement un deuxième témoin, avec la Bible, que Jésus-Christ vit.

    « Liés ensemble par la foi en un Dieu personnel, à savoir, Dieu le Père, Dieu le Fils et le Saint-Esprit qui facilite la prière et nous influence aussi personnellement.

    « Et la foi en la vie prémortelle, la préexistence, le but de notre vie terrestre et notre vie après la mort a une immense valeur pour nous et est particulièrement intéressante et instructive. Elle est clairement exposée et notre vie reçoit un sens nouveau et une direction nouvelle.

    « L’Église nous a donné la Parole de Sagesse comme guide pour garder le corps et l’esprit dans l’état le plus parfait possible pour réaliser nos aspirations et nos objectifs. Nous gardons donc notre corps en bonne santé et l’améliorons. Tout cela du fait de la connaissance que nous le reprendrons après la mort sous la même forme.

    « L’œuvre du temple est tout à fait nouvelle pour moi, bien sûr, avec ses nombreuses ordonnances sacrées, permettant à la famille d’être ensemble à jamais. Tout cela a été donné par révélation à Joseph Smith, le prophète. »

    Carmen Reich, ma chère belle-mère, est décédée en 2000 à l’âge de 83 ans.

    Une identité féminine unique

    La vie des femmes de l’Église est un témoignage puissant que les dons, les promesses et les bénédictions spirituels du Seigneur sont accordés à tous ceux qui se qualifient, afin que tous « puissent en profiter » (D&A 46:9 ; voir les versets 9–26). La doctrine de l’Évangile rétabli définit une identité féminine unique et merveilleuse qui incite les femmes à développer leurs talents de filles réelles et littérales de Dieu3. En œuvrant dans les organisations de la Société de Secours, des Jeunes Filles et de la Primaire—ainsi que par leurs actes inspirés par l’amour et leur service personnel—les femmes ont toujours joué et joueront toujours un rôle important dans les efforts pour « promouvoir et… établir la cause de Sion » (D&A 6:6). Elles prennent soin des pauvres et des malades ; font des missions de prosélytisme, d’entraide, d’aide humanitaire, etc. ; instruisent les enfants, les jeunes et les adultes et contribuent de nombreuses autres manières au bien-être temporel et spirituel des saints.

    Du fait de leur potentiel qui leur permet de faire tant de bien et de la grande diversité de leurs dons, les femmes peuvent se trouver dans des rôles qui varient avec les circonstances de la vie. Certaines femmes, en fait, doivent remplir plusieurs rôles à la fois. C’est la raison pour laquelle on recommande aux saintes des derniers jours de faire des études et d’obtenir une formation qui les qualifiera à la fois pour tenir une maison et élever des enfants dans la justice et pour gagner leur vie en dehors de chez elles si les circonstances l’exigent.

    Nous vivons à une époque de grandes possibilités pour toutes les femmes de l’Église. Mes sœurs, vous êtes une part essentielle du plan du bonheur éternel de notre Père céleste ; vous êtes dotées d’un droit de naissance divin. Vous êtes les vraies fondatrices des nations, où que vous viviez, parce que de solides foyers où règnent l’amour et la paix apportent la sécurité à n’importe quelle nation. J’espère que vous comprenez cela et j’espère que les hommes de l’Église le comprennent aussi.

    Ce que vous faites aujourd’hui, sœurs, va déterminer la mesure dans laquelle les principes de l’Évangile rétabli pourront influencer demain les nations du monde. Cela déterminera à quel point ces rayons divins de l’Évangile pourront éclairer tous les pays à l’avenir4.

    Bien que nous parlions souvent de l’influence des femmes sur les générations futures, n’allez surtout pas sous-estimer l’influence que vous pouvez avoir aujourd’hui. David O. McKay (1873–1970) a dit que l’Église a été avant tout organisée « pour rendre la vie agréable aujourd’hui, pour satisfaire le cœur aujourd’hui, pour apporter le salut aujourd’hui. » 

    Il a ajouté : « Certains de nous attendent avec impatience une époque future—le salut et l’exaltation dans le monde à venir—mais aujourd’hui fait partie de l’éternité5. »

    Des bénédictions inimaginables

    Si vous vous montrez à la hauteur de cette mission, quelle que soit votre situation—épouse, mère, mère célibataire, divorcée, veuve ou célibataire—le Seigneur, notre Dieu, vous donnera des responsabilités et des bénédictions au-delà de ce que vous pouvez imaginer.

    Je vous invite à vous montrer à la hauteur de ce grand potentiel qui est en vous. Mais n’allez pas au-delà de vos capacités. Ne vous fixez pas des buts que vous n’êtes pas capables d’atteindre. Ne vous sentez pas coupables et ne ressassez pas des pensées défaitistes. Ne vous comparez pas aux autres. Faites de votre mieux et le Seigneur fera le reste. Ayez foi et confiance en lui et vous verrez des miracles se produire dans votre vie et dans celle de vos êtres chers. Votre vie vertueuse sera une lumière pour les gens qui se trouvent dans les ténèbres parce que vous êtes des témoins vivants de la plénitude de l’Évangile (voir D&A 45:28). Où que vous ayez été placées sur cette terre merveilleuse mais souvent troublée qui est la nôtre, vous pouvez être la personne qui « va au secours des faibles, fortifie les mains languissantes et affermit les genoux qui chancellent » (D&A 81:5).

    Mes chères sœurs, vous qui vivez votre vie quotidienne avec toutes ses bénédictions et ses difficultés, je vous assure que le Seigneur vous aime. Il vous connaît. Il écoute vos prières et il y répond, où que vous soyez dans le monde. Il veut que vous réussissiez ici-bas et dans l’éternité.

    Mes frères, je prie pour qu’en tant que détenteurs de la prêtrise— maris, pères, fils, frères et amis de ces femmes d’élite—nous les voyions comme le Seigneur les voit, comme des filles de Dieu qui ont le potentiel illimité d’influencer le monde en bien.

    Dans les premiers jours du Rétablissement, le Seigneur s’est adressé à Emma Smith par l’intermédiaire de son mari, Joseph Smith, le prophète, pour lui donner des instructions et des bénédictions : « Sois fidèle et marche dans les sentiers de la vertu devant moi… Tu n’as rien à craindre… Tu délaisseras les choses de ce monde et rechercheras les choses d’un monde meilleur… Élève ton cœur et réjouis-toi… Et tu recevras une couronne de justice » (voir D&A 25:2, 9, 10, 13, 15).

    Le Seigneur a déclaré à propos de cette révélation : « C’est là ma voix à tous » (verset 16).

    Plus tard, Joseph Smith, le prophète, a dit aux sœurs : « Si vous vous montrez dignes de ces bénédictions, rien ne pourra retenir les anges de vous accompagner6. »

    Je témoigne de ces vérités, vous exprime mon amour et vous donne ma bénédiction d’apôtre de notre Sauveur, le Seigneur Jésus-Christ.

    Idées pour les instructeurs au foyer

      Après avoir étudié ce message dans la prière, donnez-le en utilisant une méthode qui favorise la participation des personnes que vous instruisez. Voici quelques exemples :
    1. 1.

      Dans la section « Un exemple de foi », lisez la description que fait frère Uchtdorf de sa belle-mère, Carmen Reich. Puis lisez le témoignage de sœur Reich et parlez des principes de l’Évangile qu’elle énumère. Terminez en demandant aux membres de la famille de donner des exemples de femmes justes qui ont eu une influence bénéfique sur leur vie.

    2. 2.

      En vous référant à la section « Une identité féminine unique », parlez des caractéristiques d’une femme juste. À l’aide des exemples donnés dans cet article, revoyez les façons dont les femmes peuvent avoir une influence juste sur les autres. Concluez en lisant la dernière section de l’article.

    Afficher les références

      Notes

    1.   1.

      Heber J. Grant, Gospel Standards, compilé par G. Homer Durham, 1941, p. 151.

    2.   2.

      Gordon B. Hinckley, « Soyons forts et immuables », réunion mondiale de formation des dirigeants, 10 janvier 2004, p. 20.

    3.   3.

      « Women, Roles of: Historical and Sociological Development », Daniel H. Ludlow, ed., Encyclopedia of Mormonism , 5 tomes, 1992, 4:1574.

    4.   4.

      Voir « Peuple du monde, écoutez donc ! » Cantiques, n° 170.

    5.   5.

      David O. McKay, Pathways to Happiness, compilé par Llewelyn R. McKay, 1957, p. 291–292.

    6.   6.

      History of the Church , 4:605.