Histoire des temples


Dans les temps anciens comme dans les temps modernes, le peuple de l’alliance du Seigneur a considéré la construction de temples comme une tâche qui était expressément exigée de lui.

Un lieu mis à part

L’idée essentielle exprimée par le mot temple est et a toujours été celle d’un lieu réservé spécialement à un service considéré comme sacré. Dans un sens plus restreint, un temple est un bâtiment construit en vue de cérémonies et de rites sacrés et exclusivement consacré à cela.

Le latin templum était l’équivalent de l’hébreu Beth Elohim et signifiait la demeure de la Divinité. Il signifiait donc littéralement la maison du Seigneur.

Des édifices de ce genre ont été construits à de nombreuses époques différentes, aussi bien par les idolâtres que par les disciples du Dieu vrai et vivant. Tandis que les cours extérieures de ces temples servaient de lieu de rassemblement général et pour les cérémonies publiques, il y avait toujours des enceintes intérieures où seuls les prêtres consacrés étaient autorisés à pénétrer et où, affirmait-on, se manifestait la présence de la Divinité. Les temples n’ont jamais été considérés comme des lieux de réunions publiques ordinaires, mais comme des enceintes sacrées, réservées aux cérémonies les plus solennelles du culte.

Le tabernacle de l’Israël antique

Le tabernacle de l’Israël antique

Dans les temps anciens, le peuple d’Israël se distinguait d’entre les nations par le fait qu’il était un constructeur de sanctuaires au nom du Dieu vivant. Ce service était expressément exigé de lui par Jéhovah, qu’il professait servir. L’histoire de la nation d’Israël date de l’Exode. À peine les enfants d’Israël eurent-ils échappé au milieu idolâtre des Égyptiens qu’ils durent ériger un sanctuaire où Jéhovah manifesterait sa présence et ferait connaître sa volonté en sa qualité de Seigneur et Roi reconnu d’eux.

Israël révérait le tabernacle comme étant le sanctuaire de Jéhovah. Il avait été construit selon un plan et des instructions obtenus par révélation (voir Exode 26-27). Il était de dimensions réduites et pouvait être transporté et, bien que n’étant qu’une tente, il était fait des matériaux les plus prisés et les plus coûteux que le peuple possédait. L’excellence de la réalisation constituait l’offrande de la nation au Seigneur. C’était à tous égards ce que le peuple pouvait donner de mieux et Jéhovah sanctifia l’offrande qu’on lui présentait par son acceptation divine.

Après qu’Israël se fut établi dans la Terre Promise, lorsque, après quarante ans de pérégrinations dans le désert, le peuple de l’alliance eut enfin pris possession de Canaan, le tabernacle fut installé à Silo ; et c’est là que les tribus venaient apprendre la volonté et la parole de Dieu (voir Josué 18:1; 19:51; 21:2; Juges 18:31; 1 Samuel 1:3, 24; 4:3-4). Plus tard, il fut transféré à Gabaon (voir 1 Chroniques 21:29; 2 Chroniques 1:3) et enfin à la cité de David, Sion (voir 2 Samuel 6:12; 2 Chroniques 5:2).

Le temple de Salomon

Le temple de Salomon

David, deuxième roi d’Israël, désirait construire une maison au Seigneur et il en conçut le projet, car, déclarait-il, il était inconvenant que lui, le roi, habitât un palais en cèdre alors que le sanctuaire de Dieu n’était qu’une tente (voir 2 Samuel 7:2). Mais le Seigneur parla par la bouche du prophète Nathan, déclinant l’offrande proposée, parce que David, roi d’Israël, bien qu’étant à beaucoup d’égards un homme selon son cœur, avait péché et que son péché ne lui avait pas été pardonné (voir 2 Samuel 7:1-13; 1 Chroniques 28:2-3). Néanmoins, David fut autorisé à rassembler les matériaux pour la maison du Seigneur, que son fils Salomon, et non lui, devait construire.

Peu après son accession au trône, Salomon se mit à l’œuvre. Il en posa les fondations, dans la quatrième année de son règne et le bâtiment fut terminé en sept ans et demi. La construction du temple de Salomon fut un tournant, non seulement de l’histoire d’Israël, mais également de celle du monde.

Selon la chronologie généralement acceptée, le temple fut achevé vers l’an 1005 avant Jésus-Christ. Par son architecture et sa construction, sa décoration et son luxe, il est considéré comme l’un des plus remarquables de l’histoire. Les rites de la consécration durèrent sept jours : une semaine de réjouissances sacrées en Israël. Le Seigneur accepta gracieusement cette offrande et le manifesta par une nuée qui emplit les lieux sacrés au moment où les prêtres se retiraient : « Car la gloire de l’Éternel remplissait la maison de Dieu » (2 Chroniques 5:14; voir aussi Exode 40:35; 2 Chroniques 7:1-2).

Profanation du temple de Salomon

La gloire et la prééminence de cette magnifique construction furent de courte durée. Son déclin commença trente-quatre ans après sa consécration, cinq ans seulement après la mort de Salomon, et ce déclin se transforma bientôt en une spoliation générale qui devint finalement une véritable profanation. Salomon s’était laissé égarer par les artifices de femmes idolâtres et sa conduite rebelle avait favorisé l’iniquité en Israël. Le temple perdit bientôt sa sainteté et Jéhovah retira sa présence protectrice de ce lieu qui avait cessé d’être saint.

Les Égyptiens, qui avaient tenu le peuple en esclavage jusqu’à sa délivrance, furent de nouveau autorisés à opprimer Israël. Schischak, roi d’Égypte, s’empara de Jérusalem « et il prit les trésors de la maison de l’Éternel » (1 Rois 14:25-26). L’œuvre de profanation se poursuivit pendant des siècles. Deux cent seize ans après la spoliation égyptienne, Achaz, roi de Juda, enleva l’autel et la cuve et ne laissa qu’une maison là où jadis un temple s’était élevé (voir 2 Rois 16:7-9, 17-18; voir aussi 2 Chroniques 28:24-25). Plus tard, Nebucadnetsar, roi de Babylone, acheva de dépouiller le temple et détruisit le bâtiment par le feu (voir 2 Chroniques 36:18-19; voir aussi 2 Rois 24:13; 25:9).

Le temple de Zorobabel

Le temple de Zorobabel

Ainsi donc, six cents ans avant l’avènement sur terre de notre Seigneur, Israël se retrouvait dépourvu de temple. Le peuple était devenu idolâtre et tout à fait perverti et le Seigneur l’avait rejeté, lui et son sanctuaire. Le royaume d’Israël, constitué d’environ dix des douze tribus, avait été asservi par l’Assyrie vers 720 av. J.-C. et, un siècle plus tard, le royaume de Juda fut soumis par les Babyloniens. Pendant soixante-dix ans, le peuple de Juda, qu’on appela désormais les Juifs, fut maintenu en captivité comme prédit (voir Jérémie 25:11-12; 29:10).

Puis, sous les règnes bienveillants de Cyrus (voir Esdras 1 et 2) et de Darius (voir Esdras 6), il reçut l’autorisation de retourner à Jérusalem et d’y édifier une fois de plus, un temple conforme à son culte. En souvenir de celui qui dirigea les travaux, le temple restauré est connu sous le nom de temple de Zorobabel. Bien que de loin inférieur au splendide temple de Salomon quant à la richesse des finitions et du mobilier, il était néanmoins ce que le peuple pouvait construire de mieux et le Seigneur l’accepta comme une offrande concrétisant l’amour et la dévotion des enfants de l’alliance.

Le temple d’Hérode

L’enfant Jésus dans le temple

Environ seize ans avant la naissance du Christ, Hérode 1er, roi de Judée, entreprit la reconstruction du temple de Zorobabel qui, à cette époque, était délabré au point de tomber en ruines. Cet édifice avait tenu bon pendant cinq siècles et sa ruine était sans aucun doute principalement due au temps.

De nombreux événements de la vie terrestre du Sauveur sont associés au temple d’Hérode. Il ressort clairement des Écritures que, tout en s’opposant aux usages corrompus et commerciaux auxquels le temple avait été ravalé, le Christ reconnaissait la sainteté des lieux. Quel que fût le nom sous lequel on le connaissait, c’était bien à ses yeux la maison du Seigneur.

Notre Seigneur avait prédit, tandis qu’il vivait encore dans la chair, la destruction totale du temple (voir Matthieu 24:1-2 ; Marc 13:1-2 ; Luc 21:6). En l’an soixante-dix apr. J.-C., le temple fut détruit de fond en comble par le feu, lors de la prise de Jérusalem par les Romains commandés par Titus.

Temples dans l’Amérique ancienne

Jésus-Christ rend visite à l’Amérique ancienne

Le temple d’Hérode fut le dernier temple édifié dans l’Antiquité dans l’ancien monde. À partir de la destruction de ce grand édifice jusqu’à l’époque du rétablissement de l’Église de Jésus-Christ, au dix-neuvième siècle, le seul récit que nous possédions de la construction d’un temple, ce sont les mentions qu’en fait le Livre de Mormon, qui affirme que des temples furent érigés sur ce que l’on appelle maintenant le continent américain, mais nous ne possédons que peu de détails sur la construction et moins encore de faits concernant les ordonnances effectuées dans ces temples. Le peuple construisit, vers 570 av. J.-C., un temple conçu sur le modèle du temple de Salomon, bien que très inférieur à cet édifice somptueux quant à la splendeur et à la richesse (voir 2 Néphi 5:16).

Quand le Seigneur ressuscité se manifesta aux Néphites sur le continent américain, il les trouva assemblés aux abords du temple (voir 3 Néphi 11:1-10).

Toutefois, le Livre de Mormon ne fait aucune mention de temples, même à l’époque de la destruction du temple de Jérusalem. En outre, la nation néphite s’éteignit moins de quatre siècles après Jésus-Christ. Il est donc évident que, dans les deux mondes, les temples cessèrent d’exister au début de la période de l’apostasie et que le concept même de temple dans ce sens distinctif disparut de parmi les hommes.

Apostasie et rétablissement

Pendant de nombreux siècles, on ne fit plus au Seigneur l’offrande d’un sanctuaire. Le fait est, semble-t-il, qu’on n’en ressentait pas le besoin. Il est vrai que l’on érigeait de nombreux édifices, dont la plupart étaient coûteux et grandioses. Parmi ceux-ci, certains furent dédiés à Pierre et à Paul, à Jacques et à Jean, d’autres à Marie-Madeleine et à la Vierge. Mais pas un ne fut élevé nommément et par l’autorité en l’honneur de Jésus, le Christ. Parmi cette multitude de chapelles et de sanctuaires, d’églises et de cathédrales, le Fils de l’Homme ne possédait pas un seul lieu qu’il puisse appeler le sien.

Ce n’est que lorsque l’Évangile eut été rétabli au dix-neuvième siècle, avec ses pouvoirs et ses droits d’antan, que la sainte prêtrise se manifesta de nouveau parmi les hommes. Il ne faut pas oublier que l’autorité de parler et d’agir au nom de Dieu est essentielle pour un temple et qu’un temple est vide sans l’autorité sacrée de la sainte prêtrise. C’est par l’intermédiaire de Joseph Smith que l’Évangile d’autrefois fut rétabli sur la terre et que l’ancienne loi fut remise en vigueur. En temps voulu et toujours par le ministère du prophète, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours fut organisée et sa fondation fut marquée par des manifestations de la puissance divine.

Temples des derniers jours

Construction du temple de Kirtland

Cette Église commença, dès les premiers jours de son histoire, à prendre des dispositions pour la construction d’un temple (voir Doctrine et Alliances 36:8; 42:36; 133:2). Le premier jour du mois de juin 1833, dans une révélation faite à Joseph Smith, le prophète, le Seigneur ordonna la construction immédiate d’une maison sainte dans laquelle, promit-il, il doterait ses serviteurs élus de pouvoir et d’autorité (voir Doctrine et Alliances 95). Le peuple répondit à cet appel dans un grand élan de dévotion. Malgré leur grande pauvreté et les persécutions incessantes que les saints enduraient, l’œuvre fut menée à bien et, en mars 1836, le premier temple des temps modernes fut consacré à Kirtland (Ohio) (voir Doctrine et Alliances 109). La cérémonie de consécration fut marquée par des manifestations divines comparables à celles qui accompagnèrent l’offrande du premier temple de jadis. Par la suite, à différentes occasions, des êtres célestes apparurent dans ce lieu sacré, porteurs de révélations de la volonté divine aux hommes. C’est en ce lieu que l’on a revu et entendu Jésus (voir Doctrine et Alliances 110:1-10).

Moins de deux ans après sa consécration, le temple de Kirtland était abandonné par le peuple qui l’avait construit. Les saints furent contraints de fuir à cause des persécutions et, du fait de leur départ, le temple sacré devint un bâtiment ordinaire.

Les saints des derniers jours partirent tout d’abord au Missouri et plus tard à Nauvoo (Illinois). À peine s’étaient-ils installés dans ce nouvel endroit que la voix de la révélation se fit entendre, demandant au peuple de construire de nouveau une maison sacrée au nom du Seigneur.

Bien qu’il fût évident pour tous qu’ils seraient forcés de fuir de nouveau et bien que sachant que le temple devrait être abandonné peu de temps après son achèvement, ils apportèrent toute leur énergie et toute leur diligence à terminer ce bâtiment et à le meubler convenablement. Il fut consacré le 30 avril 1846, mais, avant même l’achèvement de l’édifice, l’exode du peuple avait commencé.

Le temple fut abandonné par ceux qui l’avaient édifié dans la pauvreté au prix de sacrifices. En novembre 1848, il devint la proie d’un incendie et, en mai 1850, une tornade détruisit ce qui restait des murs noircis.

Le 24 juillet 1847, les pionniers mormons fondèrent une colonie là où se trouve maintenant Salt Lake City. Quelques jours plus tard, Brigham Youg, prophète et dirigeant, indiqua un emplacement dans le désert couvert d’armoises et, frappant de son bâton le sol aride, proclama : « C’est ici que sera le temple de notre Dieu. » Ce site est maintenant le magnifique emplacement du temple autour duquel la ville s’est développée. La construction du temple de Salt Lake City dura quarante ans ; la pierre de faîte fut posée le 6 avril 1892 et le temple, complètement achevé, fut consacré un an plus tard.

Une mission divine

Temple de Tampico (Mexique)

Dans les temps anciens comme dans les temps modernes, le peuple de l’alliance a considéré la construction de temples comme une tâche expressément requise de lui. Il est clair qu’un temple est plus qu’une chapelle ou une église, plus qu’une synagogue ou une cathédrale. C’est un bâtiment édifié pour être la maison du Seigneur, consacré à la communion la plus intime entre le Seigneur et la sainte prêtrise et réservé aux ordonnances les plus élevées et les plus sacrées. En outre, pour être vraiment un temple saint, accepté par Dieu et reconnu par lui comme sa maison, l’offrande doit avoir été demandée et le don aussi bien que le donateur doivent être dignes.

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours proclame qu’elle détient la sainte prêtrise à nouveau rétablie sur la terre et qu’elle est investie de la mission divine d’édifier et d’entretenir des temples consacrés au nom et au service du véritable Dieu vivant, ainsi que d’administrer, dans ces édifices sacrés, les ordonnances de la prêtrise qui prendront effet à la fois sur la terre et au-delà du tombeau.

Adapté de La maison du Seigneur : une étude des sanctuaires sacrés de l’antiquité et des temps modernes (1968)

Pour avoir la liste des temples modernes, consultez le site temples.lds.org