Je me demandais avec inquiétude comment j’allais payer tout ce que je voulais faire pendant l’été : cours, ateliers, camps d’été, etc. J’étais au bord des larmes. Je me suis alors souvenue de tout ce qu’on m’avait enseigné sur la confiance et la foi au Seigneur. J’ai décidé de m’en remettre à lui, me disant que, si telle était sa volonté, il me donnerait la solution.

Peu de temps après, ma mère a trouvé un chèque non encaissé qui provenait d’un travail que j’avais fait dans le courant de l’année et, le lendemain, j’ai reçu au courrier une petite somme d’argent pour avoir terminé deuxième d’une compétition. Pour moi, c’était un merveilleux témoignage que Dieu vit, qu’il m’aime, qu’il se soucie de moi et subvient à mes besoins.

Je débordais de reconnaissance et d’amour pour mon Père céleste et mon Sauveur. J’avais l’impression que j’allais exploser ! J’aspirais à montrer à quel point j’étais reconnaissante, à louer Dieu et à communiquer ce sentiment. D’autres l’ont fait en composant un chant, en écrivant un poème ou en peignant un tableau mais je me sentais incapable de ce genre de chose. Je me suis rendu compte que la seule chose que je pouvais donner, qui soit une louange suffisante, c’était ma vie, c’était être un « modèle pour les fidèles » (1 Timothée 4:12), donner ma vie au Christ. C’est tout ce qu’il demande et c’est tout ce que je peux donner.