L’Église recherche des histoires de pionniers modernes

Par Hikari Loftus

Des magazines de l’Église

Imprimer Faire connaître

    Quand les membres de l’Église pensent aux pionniers, ils pensent généralement à ceux qui se sont rendus dans l’Ouest des États-Unis en bateau ou à pied au XIXe siècle.

    Beaucoup ne se rendent peut-être pas compte qu’il y a aujourd’hui des pionniers dans de nouveaux territoires.

    Le département d’histoire de l’Église recherche actuellement des histoires de pionniers modernes. Sont intéressants tous les envois d’histoires personnelles, mais plus particulièrement les histoires de convertis, de gens qui vivent dans une région où un nouveau temple est en construction ou a été construit, de missionnaires qui œuvrent dans une nouvelle mission et de personnes qui appliquent l’Évangile dans leur vie alors qu’elles ne sont pas entourées de beaucoup de saints des derniers jours.

    Brad Westwood, directeur des acquisitions du département d’histoire de l’Église, nous dit : « L’histoire personnelle des autres peut aider les gens qui ont vécu les mêmes expériences ou qui ont vécu au même endroit ou à la même époque. »

    Il ajoute : Les histoires personnelles peuvent couvrir toute la vie ou être des bribes, par exemple de souvenirs de mission, d’expériences personnelles de père ou de mère ou d’autres histoires qui entourent un événement décisif.

    « Nous croyons que tous les enfants de Dieu sont égaux à ses yeux. Nous avons tous une histoire importante à raconter ; nous avons tous une expérience de mise à l’épreuve dans ce monde et nous savons tous que l’histoire contribue à édifier le témoignage. »

    Il poursuit : Dans cent ans, il se peut que quelqu’un qui n’a pas d’histoire familiale personnelle lise la vôtre et dise : « Ah, c’est donc ça être un converti. »

    Quand ils apprennent des choses sur leur parenté ou d’autres pionniers, avec les difficultés qu’ils ont rencontrées, les leçons qu’ils ont apprises et la sagesse qu’ils ont acquise, les gens peuvent y puiser des conseils et de l’aide.

    Quand une histoire est envoyée à la bibliothèque, elle est mise au catalogue et les visiteurs peuvent la consulter. Les manuscrits et les livres sont classés dans la bibliothèque d’histoire de l’Église, dans un cadre à l’hygrométrie et à la température constantes qui en prolonge la vie.

    Frère Westwood donne le conseil suivant aux personnes qui envisagent d’envoyer leur histoire personnelle à la bibliothèque d’histoire de l’Église :

    Écrivez pour le bénéfice du public. Les journaux personnels sont d’excellentes sources historiques, mais ils concernent souvent des réflexions et des événements personnels qui ne conviennent pas toujours pour le public. Ils peuvent parfois porter atteinte à la vie privée de quelqu’un. Si les histoires contiennent des informations qui peuvent nuire à la réputation de quelqu’un, nous les accepterons mais nous ne les communiquerons pas au public.

    Écrivez les histoires en séquences et en épisodes.Souvent, essayer de commencer par vos plus anciens souvenirs d’enfance en couvrant tout jusqu’à aujourd’hui peut être une entreprise décourageante. Commencez à raconter une histoire à la fois. Par exemple, commencez par votre mission. Une fois que vous avez terminé, passez à une autre période de votre vie.

    Faites appel à des sources de première main. Si vous avez une lettre, transcrivez-la ou placez-la dans un livre. Si vous avez une photo, joignez-la. Si vous utilisez des renseignements tirés d’un livre, faites une note. Les albums de scrapbooking peuvent servir dans une histoire personnelle. Cependant, dit frère Westwood, en général, les gens qui font du scrapbooking ne donnent habituellement pas le contexte ni ne décrivent les événements que représentent les photos. Il suggère de prendre quelques minutes pour écrire ce qui se passe dans les photos placées dans le scrapbook.

    Consultez et interrogez les gens. Frère Westwood ajoute : « En général, nous envisageons notre histoire personnelle de notre propre point de vue, mais plus on y met de points de vue différents, plus elle a de poids. » Les interviews peuvent apporter une perspective nouvelle et peuvent vous aider à améliorer votre histoire.

    Rapportez des expériences spirituelles et des moments décisifs, et décrivez des facteurs, des gens et des événements clés. Frère Westwood ajoute : « Les gens aiment les histoires bien racontées. Écrivez des expériences avec un commencement, un milieu et une fin. Ne passez pas soixante pages sur votre vie avant l’âge de deux ans. Il est probable que vous ne l’écrirez pas, et les gens ne la liront pas. »

    Écrivez sur ce qui vous passionne. Frère Westwood suggère qu’au lieu d’écrire par ordre chronologique, vous écriviez par thème, ou sur un sujet qui vous intéresse.

    Très important : les membres ne doivent pas envoyer d’histoire personnelle ou familiale à l’Église avant d’en avoir fait part aux membres de leur famille, car elle doit fortifier la famille d’où elle provient.

    Frère Westwood est convaincu que les gens qui prennent le temps d’écrire leur histoire personnelle, en racontant honnêtement les moments difficiles et les bons moments, verront l’intervention du Seigneur dans leur vie et laisseront un héritage et des souvenirs qui fortifieront leur famille et d’autres membres de l’Église.

    Si vous êtes un pionnier moderne et souhaitez faire connaître vos expériences, envoyez votre histoire personnelle au département d’histoire de l’Église.

    Vous pouvez remettre ou adresser votre histoire à : Church History Library, 15 East North Temple Street, Salt Lake City, UT 84150-1600, USA, Attention: Acquisitions.

    Les dépôts en mains propres se font de 9 heures à 17 heures, du lundi au vendredi.

    Vous pouvez aussi envoyer votre histoire personnelle par courriel à ChurchHistoryAcquisitions@ldschurch.org ou appeler le standard du service des acquisitions de l’histoire de l’Église au 1-801-240-5696.

    Un court-métrage sur la vie de Joseph Millett, disponible en anglais sur news.lds.org, raconte un épisode édifiant qui nous est parvenu aujourd’hui parce qu’il a été préservé dans des histoires personnelles.

    Photo tirée la vidéo sur Joseph Millett

    Les histoires personnelles peuvent fortifier la vie des autres.

    © 2006 David Stoker