Histoire de la Société de Secours: La vision du Seigneur pour ses filles


Julie B. Beck
Nous, sœurs de la Société de Secours, qui recherchons la vie éternelle, nous pouvons aller de l’avant avec confiance grâce à l’exemple des personnes qui nous ont précédées.

Quand nous avons été appelées à la présidence générale de la Société de Secours, on nous a donné une histoire de la Société de Secours à étudier. Nous l’avons fait dans la prière en cherchant à savoir ce que le Seigneur voulait que nous apprenions puis que nous fassions après cette étude. Notre étude nous a révélé le grand patrimoine de force spirituelle et de contribution qu’ont légué les saintes des derniers jours. L’histoire retraçait de manière impressionnante les relations du Seigneur avec ses filles et ses espérances à leur égard. Grâce à notre étude et à l’inspiration qui en a résulté, nous avons découvert les objectifs de la Société de Secours. Nous avons appris que pour leur préparation aux bénédictions de la vie éternelle, le Seigneur voulait que ses filles développent leur foi et leur justice personnelle, fortifient leur famille et leur foyer et recherchent et aident les personnes dans le besoin. En lisant aujourd’hui leur histoire dans la prière, les sœurs recevront comme nous des idées, des réponses et l’inspiration.

Nous espérons qu’en étudiant l’histoire et l’œuvre de la Société de Secours, nous verrons comment notre Père céleste a aidé les sœurs par le passé. En apprenant comment il les a aidées, nous acquerrons le témoignage qu’il nous aidera aussi aujourd’hui. Nous apprendrons que si, par le Saint-Esprit, Dieu a pu guider une femme il y a plus de cent ans, il peut en faire autant pour les femmes à notre époque.

Eliza R. Snow, notre deuxième présidente générale de la Société de Secours, était une dirigeante forte et fidèle. Elle comprenait que l’Esprit « satisfait à tous les désirs du cœur humain et comble tout vide ». À différentes périodes de sa vie, elle a connu des ennuis de santé et la solitude. Mais elle a été fortifiée parce qu’elle a pu recevoir la révélation personnelle et la suivre. La révélation personnelle et la compagnie constante de l’Esprit la ressourçaient. Elle a dit : « Et n’avons-nous pas la bénédiction de pouvoir vivre de manière à avoir ce flot qui coule constamment dans notre âme1 ? »

Des exemples de ce genre tout au long de notre histoire nous aident à nous rappeler que notre capacité de recevoir la révélation personnelle et de la suivre est la seule aptitude vraiment importante que nous pouvons acquérir dans cette vie. Avec elle, nous ne pouvons pas échouer, sans elle, nous ne pouvons pas réussir.

L’histoire de la Société de Secours est importante aujourd’hui pour les sœurs du monde entier.

Notre histoire révèle une longue suite de femmes courageuses, justes, fidèles et consacrées. Cet héritage a commencé avec Ève et les histoires de ces sœurs appartiennent à chacune de nous et nous donnent la vision de notre avenir. Si nous transmettons cet héritage de femmes justes et consacrées, ce sera parce que nous aurons édifié sur ce qu’elles ont accompli. Par notre étude de l’histoire, nous apprenons que les femmes de l’Église sont courageuses et très capables, ce qui découle de leur foi au Seigneur Jésus-Christ et en son Évangile rétabli. Cette foi a donné aux femmes la capacité de faire de bons choix et de surmonter les épreuves et les difficultés. S’appuyant sur leur foi, elles ont fait appel au pouvoir des alliances qu’elles ont faites pour devenir exemplaires dans leurs expériences de la condition mortelle. Dans chaque pays, on trouve un héritage de foi parmi les femmes qui ont contribué à établir l’Église et à fortifier les foyers des saints des derniers jours.

Sylvia H. Allred, première conseillère dans la présidence générale de la Société de Secours, a parlé de sa mère, Hilda Alvarenga, qui a été appelée comme présidente de la Société de Secours d’une branche du Salvador lors de sa conversion lorsqu’elle avait une trentaine d’années. Elle a dit au président de branche qu’elle manquait d’expérience, de préparation et qu’elle ne se sentait pas à la hauteur. Mais le président de branche l’a quand même appelée. Pendant qu’elle servait, elle a acquis des compétences de dirigeante et de nouveaux talents tels que l’art d’enseigner, de parler en public et d’organiser des réunions, des activités et des projets de service. Elle a aidé d’autres membres de la branche à devenir des personnes qui édifient le Royaume2. Aujourd’hui, comme par le passé, notre Père céleste attend de ses filles qu’elles aient des rôles de dirigeantes dans chaque paroisse ou branche. Des sœurs telles que Hilda Alvarenga deviennent des pionnières et des exemples pour les générations futures.

L’histoire peut aider les femmes d’aujourd’hui, qui sont soumises à de nombreuses pressions.

En tant que membres de la présidence lors de nos voyages dans le monde entier, nous avons été dans le foyer des sœurs. Nous avons vu leurs difficultés et nous savons les chagrins qu’elles affrontent. Beaucoup de sœurs se sentent débordées. Certaines ont du mal à trouver du temps pour leur prière quotidienne et leur étude des Écritures et pour faire des choses qui les aideront à ressentir personnellement l’Esprit. Nous vivons à une époque de difficultés croissantes et nous sommes entourées de croyances et de comportements susceptibles de nous écarter de notre objectif éternel. Parce que nous, les femmes, nous avons une grande influence sur les personnes qui nous entourent, nous devons faire tout notre possible pour conserver notre force spirituelle.

Notre histoire de la Société de Secours nous aide à mettre l’accent sur ce qui est important et à donner un ordre de priorité à nos actions. Chaque jour, l’occasion nous est donnée de faire des choix qui développeront notre foi et qui fortifieront notre famille. Il y a plus de soixante ans, Belle S. Spafford, notre neuvième présidente générale de la Société de Secours, a demandé aux sœurs d’évaluer leurs centres d’intérêt et leurs activités et de se simplifier la vie en faisant ce qui serait le plus durable, se débarrassant ainsi d’activités moins enrichissantes3. Son conseil reste précieux aujourd’hui. L’étude de notre histoire nous aide à acquérir la perspective qui nous est nécessaire pour continuer à nous concentrer sur les choses essentielles qui seront des bénédictions éternelles dans notre vie.

Il est aussi important aujourd’hui de développer sa foi, de fortifier sa famille et de servir les autres que ce l’était à l’époque de l’organisation de la Société de Secours.

Notre histoire nous apprend qu’une foi forte est une force motrice et stabilisatrice dans la vie des femmes justes. La foi en l’expiation de Jésus-Christ non seulement nous guérit mais également nous permet de faire des choses difficiles et de mener une vie exemplaire. Notre histoire nous enseigne que la charité, qui est l’amour pur du Christ qui ne périt jamais, a aidé les femmes à supporter admirablement des épreuves très difficiles. Nous développons notre foi et notre droiture personnelle quand nous faisons les choix nécessaires pour conformer notre volonté à celle de Dieu. Lorsque nous le faisons, nous éprouvons de la paix. Lorsque nous ne nous y conformons pas, nous nous sentons coupables. C’est l’Esprit qui nous dit de nous repentir et de nous remettre en accord avec la volonté de Dieu. Le repentir est un principe que nous utilisons chaque jour pour rester spirituellement fortes.

Notre histoire nous apprend que si une famille est forte, ce n’est pas par hasard. Dans le monde actuel, suivre le plan de Dieu avec précision, intention et détermination est un choix conscient inspiré par la foi. Fortifier ceux qui nous entourent et édifier toutes les familles est un service inspiré par la foi et la charité.

Notre histoire abonde en exemples de sœurs qui ont embrassé la mission de « soulager les pauvres » et de « sauver des âmes4 ». Amy Brown Lyman a été la huitième présidente générale de la Société de Secours pendant la Deuxième Guerre mondiale. Elle a conseillé aux sœurs de fortifier leur foi et de tenir bon. Elle les a orientées vers l’objectif de faire de leur foyer un lieu sûr et une priorité dans leur vie5.

En entrant à la Société de Secours, chaque sœur devient membre d’une grande association mondiale de femmes, unies en tant que disciples. Elle commence alors à participer avec les autres qui sont également déterminées à respecter leurs alliances et à donner tout ce qu’elles ont pour l’édification du royaume du Seigneur.

Notre histoire nous aide à comprendre notre lien inséparable avec la prêtrise.

Le Seigneur a une œuvre importante pour ses fils et ses filles. Les collèges de la prêtrise et les Sociétés de Secours accomplissent l’œuvre du Seigneur. Joseph Smith, le prophète, a dit : « Je vais organiser les femmes sous l’égide de la prêtrise sur le modèle de la prêtrise6. »

Maintenant comme auparavant, la présidente de la Société de Secours agit sous la direction de l’évêque ou du président de branche, qui détient les clefs de la prêtrise pour diriger la paroisse ou la branche.

Barbara W. Winder, notre onzième présidente générale de la Société de Secours, a dit : « Ce que je veux et que je désire, c’est que nous soyons unis, que nous ne formions qu’un avec la prêtrise, pour servir et édifier le royaume de Dieu7. »

De plus, il n’est pas insignifiant de savoir que chaque sœur peut accéder à toutes les ordonnances du salut et peut contracter des alliances qui lui permettent d’accomplir sa mission terrestre et éternelle. Chacune peut avoir la compagnie constante du Saint-Esprit pour la guider, la réconforter et lui confirmer ses actes justes. Elle a aussi plein accès aux dons spirituels qui la rendent plus capable de vivre dans la confiance et la protection. Notre histoire nous enseigne comment les femmes de jadis ont utilisé ces bénédictions.

Le fait de connaître notre histoire nous aide à nous préparer pour les bénédictions de la vie éternelle.

Nous apprenons que, dans le passé, des sœurs de la Société de Secours ont affronté des temps difficiles mais aujourd’hui nous luttons aussi contre un ennemi déterminé qui veut détruire notre foi et notre famille et nous laisser seules et dans la souffrance. Notre histoire de la Société de Secours fournit le contexte de tout ce que nous faisons. Par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète, le Sauveur a donné aux femmes de notre dispensation l’appel d’aider à accomplir son œuvre.

Notre histoire nous apprend qui nous sommes et quel est notre rôle essentiel dans le plan de notre Père céleste. Nous ne pouvons déléguer nos responsabilités à personne d’autre. Parce qu’il nous connaît et nous aime, notre Père céleste nous soutiendra si nous nous efforçons de conformer notre volonté à la sienne. « C’est pourquoi, si vous marchez résolument, vous faisant un festin de la parole du Christ, et persévérez jusqu’à la fin, voici, ainsi dit le Père : Vous aurez la vie éternelle » (2 Néphi 31:20).

Faire grandir la foi et la justice personnelle

Fortifier la famille et le foyer

Rechercher les personnes dans le besoin et les aider

Marie et le Seigneur ressuscité, tableau de Harry Anderson ; photo Busath Photography

Illustrations photographiques Matthew Reier et Howard Collett

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Eliza R. Snow, citée dans Daughters in My Kingdom: The History and Work of Relief Society, 2011, chapitre 4.

  2.   2.

    Voir Daughters in My Kingdom, chapitre 6.

  3.   3.

    Voir Daughters in My Kingdom, Préface.

  4.   4.

    Voir Daughters in My Kingdom, chapitre 2.

  5.   5.

    Voir Daughters in My Kingdom, chapitre 5.

  6.   6.

    Joseph Smith, cité dans Daughters in My Kingdom, chapitre 2.

  7.   7.

    Barbara W. Winder, citée dans Daughters in My Kingdom, chapitre 8.