Agir selon l’inspiration

Imprimer Faire connaître

    Tout saint des derniers jours a le droit de recevoir quotidiennement l’inspiration par l’intermédiaire du Saint-Esprit. En étant dignes et disposés à écouter la voix de l’inspiration, nous pouvons être guidés dans le sens voulu par notre Père céleste. Ci-dessous, trois membres racontent comment ils ont écouté les chuchotements de l’Esprit, y ont réagi et en ont reçu d’abondantes bénédictions.

    Je devais faire demi-tour

    Nestor Querales, Portugal

    Un soir, j’étais alors dirigeant de prêtrise du pieu de Loulé (Portugal), je ramenais des jeunes chez eux après une activité de pieu. Il était très tard et, en rentrant chez moi après avoir déposé les jeunes, j’ai pris une route de campagne sombre où il y avait peu de circulation. En chemin, je suis passé sur un petit pont et j’ai vu une lumière vaciller à ma droite plus bas vers la rivière comme s’il y avait un feu.

    Comme la nuit était humide, j’ai pensé que même s’il y avait un feu, il serait vite éteint par l’humidité ; j’ai donc reporté mon attention sur la route devant moi.

    Pourtant, je n’avais parcouru que quelques mètres quand j’ai entendu une voix dire : « Arrête-toi ! » Cela m’a surpris car j’étais seul, mais je l’ai ignorée et j’ai continué à rouler. Une voix de tonnerre a alors retenti : « Arrête-toi et fais demi-tour ! » J’ai immédiatement fait demi-tour et rebroussé chemin. En même temps, j’ai demandé à mon Père céleste : « Seigneur, qu’est-ce qui se passe ? » Aussitôt que j’ai atteint le pont, je suis sorti de la voiture et la réponse du Seigneur a été immédiate, car je pouvais entendre quelqu’un en contrebas en train de hurler : « S’il vous plaît, aidez-nous ! »

    Il n’y avait presque pas de lumière et tout ce que je pouvais voir était la petite lumière orange qui vacillait en contrebas. Il y avait un ravin escarpé sous le pont et, manquant de lumière, je ne savais pas comment aider. J’ai rapidement appelé un numéro d’urgence et les sauveteurs sont arrivés peu après pour porter secours.

    Cette petite lumière provenait d’une voiture transportant cinq personnes, et qui avait quitté la route. Deux personnes avaient perdu la vie, mais cela aurait pu être pire si je n’avais pas fait attention à la voix du Saint-Esprit.

    Je témoigne que le Seigneur nous parle par l’intermédiaire de l’Esprit, par une voix douce ou par une voix de tonnerre. Je suis reconnaissant d’avoir écouté ce soir-là. Je sais que le Seigneur vit, qu’il nous aime et que le Saint-Esprit communique avec nous. Tout ce qu’il faut, c’est faire attention à sa voix.

    J’ai décidé d’écouter

    Nancy Williamson Gibbs, Colorado (États-Unis)

    Il y a des années, j’ai commencé à avoir le sentiment lancinant et persistant que je devais compiler un livre de cuisine familial comprenant des recettes provenant de ma famille éloignée. J’ai écarté l’idée. Je me suis souvent dit : « Je n’ai pas le temps de constituer ce livre de cuisine idiot ! J’ai six enfants remuants ! La rédaction de livres de cuisine, c’est bon pour les mamans qui font elles-mêmes leur pain et leurs petits fours. Je n’ai pas de temps pour cela ! »

    Le sentiment impérieux ne m’a pas quitté pendant des années jusqu’à ce qu’un jour je décide enfin d’y penser sérieusement. Mais je me demandais quels étaient les membres de ma famille qui allaient bien vouloir participer. J’étais la seule membre de l’Église dans ma famille, mes parents étaient décédés, j’étais fille unique et la plupart de ma parenté vivait loin. Pourtant, j’ai quand même décidé d’écouter l’inspiration.

    J’ai pris contact avec les membres de ma famille en expliquant que je constituais un livre de cuisine familial et en les invitant à m’envoyer des recettes. Au cours de l’année qui a suivi, j’ai reçu plusieurs recettes. Certains parents ont même envoyé des histoires et des photos de famille. Cela m’a poussée à interroger les membres de ma famille les plus âgés encore en vie et à compiler notre histoire familiale que j’ai décidé d’inclure aussi dans le livre.

    En compilant le livre, je me suis aperçue que je ne connaissais même pas de nombreux membres de ma famille qui avaient envoyé des recettes. J’ai donc décidé d’y inclure un arbre généalogique. J’ai demandé leurs renseignements à tout le monde et j’ai fait un arbre généalogique que j’ai mis dans le manuscrit.

    En jetant un dernier regard au livre terminé, je l’ai ouvert à la page où se trouvait l’arbre généalogique et j’ai été submergée par l’Esprit. Je me suis retrouvée en larmes quand la raison pour laquelle je devais constituer ce livre de cuisine « idiot » m’est brusquement apparue. Cela n’avait pas grand-chose à voir avec des recettes. J’avais collecté des noms et des dates de générations de mes ancêtres. L’œuvre du temple pouvait maintenant être accomplie pour toutes ces personnes. En plus, j’avais préservé des histoires merveilleuses pour les générations à venir.

    Aujourd’hui je suis en contact régulier avec plusieurs de mes cousins et j’ai d’excellentes relations avec ma parenté. Quand je regarde mon livre de cuisine, je pense souvent à l’Écriture : « C’est pourquoi, ne vous lassez pas de bien faire, car vous posez les fondements d’une grande œuvre. Et c’est des petites choses que sort ce qui est grand » (D&A 64:33).Je suis encore stupéfaite quand je pense à toutes les choses joyeuses et merveilleuses qui se sont produites parce que j’ai écouté une inspiration et que j’ai constitué un simple livre de cuisine.

    Je le « sentais », tout simplement.

    Jeffery Stockett, Utah (États-Unis)

    L’Esprit communique de diverses façons. J’ai eu des moments de paix, des sentiments de réconfort et une clarté de pensée. Certaines de mes impressions les plus fortes se sont manifestées simplement sous la forme d’un sentiment que quelque chose était vrai ou correct. Le sentiment est difficile à décrire, mais il est là quand on sait tout bonnement que quelque chose est vrai ou que l’on a besoin d’agir.

    Une des fois où j’ai eu ce sentiment le plus fort a été lorsque je cherchais une maison à acheter. J’étais célibataire et j’envisageais, depuis plusieurs années, d’acheter une maison. J’ai dit à mon agent immobilier ce que je cherchais et elle a fait un excellent travail pour trouver des maisons qui correspondaient à ma description. Elle me montrait des maisons mais je les refusais parce que je « ne les sentais pas ». Elle a commencé à me demander ce que je n’aimais pas dans chacune afin de pouvoir me montrer des maisons qui répondraient à mes besoins. Malheureusement, je n’arrivais pas très bien à formuler ce qui n’allait pas.

    Finalement, un après-midi, nous avons visité une maison qui n’était pas aussi belle que certaines des autres que nous avions vues. Elle était un peu plus chère que les autres. Elle correspondait à la description que j’avais donnée mais pas aussi parfaitement que certaines autres déjà vues. Néanmoins, après la visite, j’ai dit à mon agent immobilier que je voulais faire une offre. Elle m’a semblée un peu surprise de me voir disposé à agir si vite. Étant donné ma réticence des derniers mois, elle avait raison d’être surprise. Mais le sentiment que c’était là que je devais habiter était presque irrésistible. Je ne ressentais pas le besoin de prendre le temps d’y réfléchir.

    J’ai fait une offre et les vendeurs l’ont acceptée en dépit du fait que ce n’était pas l’offre la plus élevée qu’ils avaient reçue. J’ai dit à ma famille que je savais que je devais vivre dans cette maison, bien que ne sachant pas pourquoi.

    Je n’ai pas tardé à découvrir pourquoi je devais vivre là. Moins d’un mois après mon déménagement, je rencontrais une femme dans la paroisse d’adultes seuls. Un peu plus d’un an plus tard, nous étions à genoux à l’autel dans le temple pour notre scellement.

    Les voies du Seigneur sont vraiment impénétrables. Je n’avais pas la moindre idée qu’il me guidait vers le mariage éternel quand il m’a aidé à choisir une maison. Tout ce que je savais, c’était que j’étais guidé pour prendre cette décision et maintenant je peux voir que cette direction était celle de l’Esprit.

    L’Esprit te guidera

    Boyd K Packer

    « Si vous y consentez, le don du Saint-Esprit vous guidera et vous protégera, et corrigera même vos actions. C’est une voix spirituelle qui vient à l’esprit comme une pensée ou un sentiment placé dans votre cœur… Il n’est pas attendu de vous que vous meniez votre vie sans commettre de fautes, mais vous ne commettrez pas de grande faute sans avoir d’abord été averti par les murmures de l’Esprit. Cette promesse s’applique à tous les membres de l’Église. »

    Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres, « Conseils aux jeunes », Le Liahona, novembre 2011, p. 17-18.

    Les huit objectifs de la révélation

    Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, enseigne que les communications de l’Esprit ont huit objectifs :

    Témoigner : Le Saint-Esprit peut témoigner que Jésus est le Christ et que l’Évangile est vrai.

    Prophétiser : Dans les limites de ses responsabilités, une personne peut recevoir l’inspiration pour prédire ce qui se passera dans l’avenir. Le prophète, les patriarches peuvent recevoir des révélations prophétiques, et même nous.

    Consoler : L’Esprit peut nous consoler comme il a consolé Joseph Smith dans la prison de Liberty : « Mon fils, que la paix soit en ton âme ! Ton adversité et tes afflictions ne seront que pour un peu de temps » (D&A 121:7-8). La consolation est aussi apportée à la suite de bénédictions de la prêtrise, de visions d’êtres chers décédés et du pardon des péchés.

    Édifier : L’Esprit peut nous sortir de la dépression, de sentiments d’insuffisance ou d’un palier de médiocrité spirituelle. Il se manifeste lorsque nous lisons les Écritures ou écoutons de la musique, regardons des œuvres d’art ou lisons des livres sains.

    Informer : Les paroles à dire pour une occasion particulière peuvent nous être données. Le Seigneur a dit à Joseph Smith et à Sidney Rigdon : « Car ce que vous devrez dire vous sera donné sur l’heure, oui, au moment même. » (D&A 100:6). En certaines circonstances sacrées, des personnages célestes ont remis un message face à face. D’autres fois, les informations nécessaires sont communiquées par les chuchotements discrets de l’Esprit.

    Empêcher : Cette forme de révélation va nous dissuader de faire des choses que nous ne devrions pas. Elle se manifeste souvent à l’improviste, quand nous n’avons pas demandé de directives sur un sujet déterminé.

    Confirmer : On peut recevoir une confirmation par l’Esprit après avoir proposé une ligne de conduite et avoir prié pour savoir si c’est le bon choix.

    Inciter : Ce genre de révélation n’est pas recherché mais se manifeste pour appeler une personne à faire quelque chose qu’elle n’a pas proposé. Ce genre de communication de l’Esprit est rare et, par conséquent, important.

    Tiré de « Revelation » dans Brigham Young University 1981-1982 Fireside and Devotional Speeches (1982), p. 20-26.