La chasteté dans un monde impur


Les magazines de l’Église ont rencontré un groupe de jeunes adultes de différents endroits du monde pour discuter des difficultés et des bénédictions liées au respect de la chasteté dans un monde qui n’accorde aucune valeur à la chasteté et va même jusqu’à s’en moquer. Nous avons trouvé leurs réflexions franches, honnêtes et sincères, édifiantes et inspirantes et nous espérons que vous pourrez aussi découvrir dans leurs commentaires quelque chose qui pourra vous aider à apprécier le caractère sacré du mariage et de la sexualité.

Alors que tant de personnes justifient le comportement immoral, quelles vérités de l’Évangile vous aident à rester sexuellement purs ?

Martin Isaksen (Norvège) : Les Écritures disent d’être chastes. Cela me suffit.

Lizzie Jenkins (Californie, États-Unis) : La chasteté est un engagement. On doit le respecter. C’est une façon de vivre.

Liz West (Angleterre) : Cela m’aide beaucoup de comprendre qui je suis, que la vie c’est bien plus que le temps présent et que le ‘rien que ce soir’. Le plan du salut est très utile, même si, quand j’étais adolescente, je n’aurais pas pu l’expliquer de manière précise. Le concept du mariage éternel est merveilleux ! Quand on comprend cet engagement, on se rend compte à quel point il est incroyable que Dieu nous ait mis ici sur la terre dans une famille et nous ait donné des commandements, non seulement pour que nous soyons en sécurité, mais aussi pour que nous soyons heureux. Quand je vis ces principes et que j’en parle avec mes amis en disant : « Je ne vais pas boire » ou « Je ne vais pas aller à cette fête » ou « Je ne vais pas faire cela », ils me respectent. Ils finissent en fait par me défendre. C’est une grande force que de comprendre que j’ai de la valeur en tant qu’enfant de Dieu, que mon Père céleste sait qui je suis et qu’il se soucie vraiment de moi.

Anna (Anya) Vlasova (Russie) : Cela m’aide beaucoup quand je pense que je fais partie d’une famille éternelle. J’aime et je respecte Dieu et je ne veux pas qu’il ait honte des choix que je fais.

Kaylie Whittemore (Floride, États-Unis) : Je suis tout à fait convaincue que le fait de comprendre le caractère sacré de la famille m’a permis de prendre la ferme résolution de respecter la loi de chasteté. Je me suis aussi rendu compte que, lorsque nous enfreignons des commandements, il y a des conséquences négatives que je ne veux pas subir.

Falande (Fae) Thomas (Haïti) : J’ai beaucoup pensé à ce que les gens disent : « Pourquoi attendre quand on peut tout avoir maintenant ? » Mais je me suis demandé combien de temps ce genre de bonheur durerait. Je préfère obéir à la loi de chasteté et, au bout du compte, récolter la paix.

Hippolyte (Hip) Kouadio (Côte d’Ivoire) : L’une des choses qui m’aident beaucoup est la déclaration au monde sur la famille : « Nous déclarons… que Dieu a ordonné que les pouvoirs sacrés de procréation ne doivent être employés qu’entre l’homme et la femme, légitimement mariés1. »

L’autre chose qui m’aide est la façon dont les Autorités générales nous expliquent la chasteté. Ils nous disent comment l’immoralité commence et ils nous enseignent que, lorsque nous faisons mauvais usage du corps, nous faisons mauvais usage de l’âme. Jeffrey R. Holland a enseigné que le Sauveur a payé le prix pour qu’un jour nous ayons un corps ressuscité. La façon dont nous pouvons être reconnaissants pour ce prix qu’il a payé consiste à garder notre corps pur2.

Liz : Je me souviens d’avoir eu une conversation très précise avec quelqu’un quand j’avais environ quinze ans. Nous avons discuté du fait que je ne crois pas aux relations intimes avant le mariage et je me souviens qu’elle a dit : « Bien, mais que se passe-t-il si ça arrive ? Et s’il vous arrive un beau jour de… ? » Mais je savais que j’avais le choix. Rien « n’arrive » juste comme ça.

Il est incroyable pour moi que notre Père céleste nous ait donné le libre arbitre et les commandements pour nous libérer et que Satan fasse tout ce qu’il peut pour nous lier ou nous restreindre. Les moments dont mon amie parlait où quelque chose pourrait « arriver » étaient des soirées où les gens avaient bu et étaient en couple. Alors, je ne me mets pas dans ces situations. Le choix ne doit pas se faire à la fin quand on dit oui ou non. Le choix se fait avant, quand on se demande : « Est-ce que je vais à la soirée ? »

Beaucoup de gens, s’ils ne réfléchissent pas sérieusement à l’avance et ne pensent pas aux conséquences, feront ce qu’ils veulent à ce moment-là. Mais si l’on se dit : « Je veux telle chose au bout du compte, donc je vais faire ces choix », alors on s’évitera beaucoup de problèmes.

Vous avez parlé du libre arbitre et des commandements. Mais les alliances, celles du baptême et du temple, vous aident-elles à respecter vos principes ?

Fae : Je repense à ma vie avant mon baptême et je vois combien ma vie a plus de sens maintenant que j’ai contracté des alliances. Il est étonnant de voir comment, grâce à l’Expiation, nos péchés peuvent nous être pardonnés. Quand je me rappelle mes alliances, je pense à la façon dont je peux me repentir, m’améliorer et continuer de progresser.

Anya : C’est particulièrement au temple que l’on voit avec une perspective éternelle. Le temple aide à penser à l’éternité et pas seulement à aujourd’hui et l’on fait de meilleurs choix.

Lizzie : Bien des fois, nous croyons que les relations intimes sont mauvaises, mais ce n’est pas le cas. Cela doit seulement être approuvé par la bonne autorité, au bon moment et avec la bonne personne. C’est ce que les alliances signifient. On prend des engagements. On dit : « Je suis vraiment prêt ou prête à passer à cette étape dans ma vie. » Les alliances m’aident parce que je sais que je fais les choses dans l’ordre où je suis censée les faire. Et je sais que si je fais ce que mon Père céleste veut, je serai plus heureuse.

Jonathan Tomasini (France) : Je ne serais pas honnête envers moi-même, ni envers Dieu, si je rompais mes alliances. Les alliances du mariage m’aident à comprendre que je veux pouvoir offrir à ma femme quelqu’un qui se maîtrise, qui s’est préparé à être un bon mari et qui s’est gardé pur.

Il y a beaucoup d’arguments dans le monde, dont beaucoup semblent persuasifs et complexes, concernant la raison pour laquelle la loi de chasteté est dépassée. Quels arguments avez-vous entendus et comment avez-vous répondu aux gens qui contestent vos principes ?

Lizzie : Je me souviens d’un professeur qui nous donnait des « conseils » pendant ma dernière année au lycée. Elle s’était mariée dès sa sortie du lycée et cela s’est mal terminé. Elle nous disait donc en substance : « Il y a beaucoup de poissons dans la mer. » Elle voulait dire que nous devons essayer beaucoup de choses et beaucoup de candidats. Je me rappelle avoir été choquée que mon professeur dise ça. Depuis, j’ai pensé que, oui, il y a beaucoup de gens, mais je ne veux pas beaucoup de gens !

Jonathan : Une fille que je connais a dit que quand elle fréquente quelqu’un, elle veut voir si elle est sexuellement compatible avec cette personne. Elle a donné l’exemple d’un garçon avec qui elle est sortie et qu’elle aimait bien et après avoir eu des relations intimes, elle n’a pas senti qu’ils étaient compatibles et leur relation a cessé. Elle a utilisé cette expérience pour justifier son argument et ça semblait très persuasif. Finalement, je lui ai expliqué que je crois qu’il y a d’autres façons de bien se connaître l’un l’autre et qu’en faisant ça et en développant la confiance mutuelle tout en respectant la loi de chasteté, il y aura une plus grande compatibilité quand on se mariera.

Anya : L’argument le plus répandu que j’entends toujours est que, lorsque deux personnes s’aiment, il n’y a pas de problème ; les relations sexuelles sont juste une expression d’amour.

Martin : Ce qui me vient à l’esprit quand j’entends l’excuse « nous nous aimons », c’est une déclaration du président Kimball. Il dit que, trop souvent, la luxure s’infiltre quand les gens pensent qu’ils sont amoureux3. C’est le cas de beaucoup de gens quand ils ont des relations intimes avant le mariage : ce n’est que du désir sexuel bien qu’ils pensent s’aimer. S’ils s’aimaient vraiment, ils se respecteraient mutuellement davantage, ils se soutiendraient et comprendraient qu’il y a un moment pour les relations sexuelles. Et pour moi, avoir des relations intimes avant le mariage montre que vous n’allez pas vraiment vous soutenir autant que vous le pensez. Parce que si vous n’êtes pas capables de vous aider mutuellement à respecter vos principes maintenant, comment allez-vous le faire plus tard ?

Kaylie : Certaines personnes qui ne croient pas en Dieu pensent que la Bible et la loi de chasteté sont dépassées. J’avais des amis au lycée qui étaient foncièrement athées ou agnostiques et une amie qui ne croyait pas vraiment aux enseignements de sa religion. Elle vivait selon ce qu’elle voulait, ce qu’elle sentait être bien pour elle. De son point de vue, les relations intimes sont un assouvissement et tout ce qui pourrait restreindre cet assouvissement est malvenu.

Je pense que mon amie a été surprise que je croie en la Bible et aux commandements de Dieu, mais j’ai essayé de lui faire comprendre que je ne considère pas les commandements comme des restrictions. Je les respecte parce qu’ils me rendent plus heureuse. Nous n’étions pas d’accord mais elle m’a respectée et nous sommes restées très amies.

Liz : Tous ces arguments ont leur réponse dans les principes fondamentaux de l’Évangile. Quand on croit qu’il y a un Dieu, quand on croit qu’il y a un dessein supérieur, quand on croit qu’il y a une responsabilité, quand on croit qu’il y a quelqu’un qui nous aime et qui se soucie de nous et quand on croit avoir une valeur intrinsèque parce qu’on est enfant de Dieu, il est plus probable qu’on considèrera qu’on en vaut la peine et qu’on respectera son corps. Quand les gens ne connaissent pas ces principes ou n’y croient pas, ils cherchent à savoir ce qu’ils valent auprès d’autres personnes et dans d’autres endroits.

Quelles influences, quels exemples vous ont aidé à vous engager à obéir à la loi de chasteté ?

Hip : J’avais un colocataire qui était fiancé. Un jour où nous parlions de son prochain mariage, quelqu’un a demandé : « Quels engagements vous aideront tous les deux à rester forts ? » Il a répondu : « Le non-respect de la loi de chasteté pourrait détruire notre relation. Nous avons donc décidé de ne rien faire que nous serions gênés de faire devant l’évêque ou nos parents. » Cela continue à m’influencer.

Jonathan : Maintenant que je suis jeune adulte, il m’est plus facile d’écouter les prophètes et de méditer sur ce que les dirigeants de l’Église disent. Cependant, je pense qu’avant cela, une grande responsabilité repose sur nos parents et sur notre famille. L’Église peut donner des informations et beaucoup de grandes choses, mais l’exemple de ma famille m’a vraiment aidé à me rendre compte que l’Évangile est une bonne chose et qu’il nous rend heureux.

Liz : Quand j’étais adolescente, le membre de l’Église de mon âge qui habitait le plus près de chez moi était à une heure et demie, donc il n’y avait pas d’autre membre de l’Église à l’école. Mais j’ai vraiment apprécié que, bien qu’il n’y ait eu que moi, mes dirigeants soient toujours venus à l’activité d’échange, qu’ils soient toujours venus au séminaire, qu’ils soient venus chaque fois me donner la leçon. Ils n’ont jamais dit : « Comme nous n’avons qu’une seule élève, nous allons annuler la classe aujourd’hui. » Je suis certaine d’avoir beaucoup appris, mais ce dont je me souviens vraiment, c’est que mes dirigeants étaient constants. Et, grâce à eux, j’ai eu des occasions de ressentir l’Esprit.

Je pense que nous ne pouvons jamais pleinement apprécier le don du Saint-Esprit. Bien qu’ayant mes parents, ma famille et mes dirigeants, quand j’étais à l’école, j’étais seule. Mais l’Esprit était avec moi. Ainsi, tout ce qui permet à l’Esprit d’être notre vie nous aidera beaucoup à respecter la loi de chasteté.

Lizzie : L’une des choses qui m’ont le plus influencée a été d’acquérir un témoignage personnel. Si l’on n’est pas ancré fortement dans l’Évangile, il est vraiment facile de suivre une voie différente. Mais si l’on commence par s’assurer qu’on a un fondement ferme dans l’Évangile, tout le reste suit.

Hip : Quand on veut être fort physiquement, on s’entraîne et, quand on le fait, on obtient des résultats. Si nous appliquons cela au domaine spirituel, nous devons nous entraîner spirituellement. Nous avons beaucoup de choses à faire pour nous entraîner spirituellement, par exemple lire les Écritures et faire tout ce que nous pouvons pour avoir l’Esprit. Nous devons aussi nous fixer des objectifs justes et nous efforcer de les atteindre. Mais nous ne pouvons pas y parvenir seuls. Le Seigneur doit être avec nous. Il nous donne la force et l’Esprit qui nous permettent de surmonter les difficultés. Ensuite nous pouvons suivre l’appel du président Monson :

« Ne laissez pas vos passions détruire vos rêves. Résistez à la tentation.

Rappelez-vous ces paroles du Livre de Mormon : ‘La méchanceté n’a jamais été le bonheur4.’ »

La règle et la clé

Boyd K. Packer

« La règle reste l’abstinence avant le mariage et la fidélité totale dans le mariage. Bien que nous semblions passés de mode, bien que les principes soient dévalorisés, bien que des gens succombent, nous ne succomberons pas, nous ne pouvons pas succomber…

« Vous avez reçu le don du Saint-Esprit. Vous entendrez des murmures d’approbation ou de mise en garde quand vous aurez des décisions à prendre. Le Saint-Esprit peut vous guider pour vous éloigner du mal et vous ramener sur le bon chemin si vous vous êtes égarés. N’oubliez jamais que vous êtes des fils et des filles de Dieu. Satan ne peut pas vous emprisonner éternellement. Vous avez toujours la clé du repentir pour ouvrir la porte de la prison. »

Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres, « L’étendard de la vérité a été élevé », Le Liahona, novembre 2003, p. 26.

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    « La Famille : Déclaration au monde », Le Liahona, novembre 2010, p. 129.

  2.   2.

    Voir Jeffrey R. Holland, « Of Souls, Symbols, and Sacraments », dans Brigham Young University 1987-1988 Devotional and Fireside Speeches, 1988, p. 77-79.

  3.   3.

    « À l’heure du péché, l’amour pur est jeté à la porte tandis que la concupiscence s’insinue par la fenêtre. Le désir de la chair et la passion incontrôlée ont alors remplacé l’affection. La doctrine que le diable met tant de zèle à faire passer, qui veut que les relations sexuelles illicites soient justifiées, est alors acceptée » (Teachings of Spencer W. Kimball, dir. de publ. Edward L. Kimball, 1982, p. 279).

  4.   4.

    Thomas S. Monson, « Sois un modèle », Le Liahona, mai 2005, p 113.