Concentrez-vous sur les idéaux

Tiré d’un discours adressé à des jeunes de Nairobi, au Kenya, en novembre 2011.


Russell M. Nelson
L’acquisition des idéaux éternels nous aidera à devenir tout ce que notre Père céleste veut que nous soyons.

J’aimerais parler de certains idéaux qui devraient être, pour vous, l’objet d’efforts quotidiens. Vous, les jeunes filles, n’allez pas tarder à les reconnaître. Et quant à vous, jeunes gens, sachez que ces idéaux ne sont pas exclusivement réservés aux jeunes filles. Ces idéaux sont tout aussi dignes de votre intérêt qu’ils le sont pour les jeunes filles.

youth in colored shirts

À droite : illustration photographique de Derek Israelsen

La foi

Le premier idéal des Jeunes Filles est la foi. En fait, la foi est le premier principe de l’Évangile. Votre foi doit être centrée sur notre Père céleste aimant et sur son Fils bien-aimé, le Seigneur Jésus-Christ. N’oubliez pas que vous ne devez jamais cesser de fortifier votre foi dans le plan du salut de Dieu.

Il est important d’acquérir de la foi afin de respecter tous les commandements de Dieu, en sachant qu’ils sont donnés pour vous apporter des bénédictions et de la joie. Vous rencontrerez des gens qui choisissent les commandements qu’ils vont suivre et ceux qu’ils vont laisser de côté. Cette pratique sélective ne fonctionne pas. Elle mène au malheur. Pour vous préparer à rencontrer Dieu, vous devez respecter tous ses commandements. Il faut de la foi pour y obéir et le respect de ses commandements renforce cette foi.

La nature divine

Le deuxième idéal des Jeunes Filles est la nature divine. C’est une façon mature de dire : « Je suis enfant de Dieu. » La divinité est en vous. Notre Père céleste vous a créés.

Avez-vous déjà pensé à éprouver de la reconnaissance pour votre cœur ? Regardez le travail qu’il accomplit. Il pompe suffisamment de fluide chaque jour pour remplir un wagon-citerne d’environ 7 600 litres. Le cœur possède quatre valves qui s’ouvrent et se ferment cent mille fois par jour, plus de 36 millions de fois par an, et elles ne se rompent pas. Il n’existe aucun matériau créé par l’homme, qu’il s’agisse du papier, du plastique, du métal ou de l’acier, qui puisse s’ouvrir et se fermer autant de fois, avec une telle fréquence, sans se briser. Chaque organe du corps est très bien conçu et fonctionne à merveille.

Vous savez que si vous essayez de nager sous l’eau sans respirer, vous ne pouvez pas aller très loin. Qu’est-ce qui vous pousse à remonter pour respirer ? Deux petits compteurs dans votre cou mesurent le niveau de dioxyde de carbone et envoient un rapport à votre cerveau pour lui dire : « Ton niveau de dioxyde de carbone est trop élevé. Il faut que tu t’en débarrasses. » Vous remontez donc à la surface et vous expirez pour vous débarrasser du dioxyde de carbone.

Votre corps possède vraiment des capacités incroyables ! Prenez bien soin de votre corps. Ne faites rien qui pourrait souiller la beauté naturelle de cette création merveilleuse de Dieu.

La valeur personnelle

L’idéal suivant des Jeunes Filles est la valeur personnelle. Un disciple fidèle de Jésus-Christ deviendra un fils ou une fille dévoué(e) de Dieu, plus soucieux ou soucieuse d’être fidèle que d’être égoïste, plus désireux ou désireuse de faire preuve de compassion que d’exercer une domination, plus tourné(e) vers l’intégrité que vers la popularité.

Vous savez que votre valeur est inestimable. En effet, chaque jeune fille fidèle de l’Église proclame que la valeur personnelle est l’un de ses idéaux les plus chers. Elle déclare : « J’ai une valeur inestimable et j’ai une mission divine personnelle que je m’efforcerai de remplir » (voir Mon progrès personnel, 2009, p. 29). Cela s’applique aussi aux jeunes gens. Chaque fils et chaque fille de Dieu a une valeur inestimable en raison de sa mission divine.

La valeur personnelle inclut aussi le développement de votre foi en tant qu’individu. Personne, si ce n’est vous, ne peut développer votre foi. Vous pouvez souhaitez avoir la foi de Thomas S. Monson ou d’un autre héros, mais c’est vous qui devez développer votre propre foi. Lorsque vous commettez une erreur, vous vous repentez personnellement de ces problèmes passés. Lorsque vous vous êtes fait baptiser et que vous avez reçu le don du Saint-Esprit, vous l’avez fait à titre individuel. Vous contractez donc des alliances en tant qu’individu. Ces ordonnances du salut sont toutes une affaire personnelle.

Les plus grandes ordonnances et bénédictions que les membres de l’Église reçoivent sont données dans le temple. Nous y accomplissons les ordonnances de la dotation et du scellement aux parents, au conjoint et aux ancêtres. Toutes les ordonnances de l’exaltation sont une affaire de famille. Voyez-vous la différence ? Les ordonnances du salut sont individuelles ; les ordonnances de l’exaltation impliquent plus d’une personne.

La connaissance

L’idéal suivant des Jeunes Filles est la connaissance. Dans l’Église, l’acquisition de l’instruction et de la connaissance est une responsabilité religieuse. Nous formons notre esprit pour qu’un jour, nous puissions rendre des services utiles à quelqu’un d’autre. L’instruction fait la différence entre vouloir faire du bien et pouvoir faire du bien.

Souvent, les gens me demandent ce que ça fait d’être médecin. Ils me demandent : « Combien de temps avez-vous étudié ? » Eh bien, c’était très long. Entre le moment où j’ai obtenu mon diplôme de médecine et le moment où j’ai envoyé mon premier chèque pour services professionnels rendus, douze ans et demi se sont écoulés. C’était très long, mais quel âge aurais-je eu douze ans et demi après si je ne l’avais pas fait ? Exactement le même. Vous devriez donc vous efforcez de devenir tout ce que vous pouvez devenir.

Mes études de médecine m’ont permis d’effectuer une opération du cœur sur Spencer W. Kimball (1895-1985) en 1972. Ne mettez donc pas de côté la connaissance. La gloire de Dieu, c’est vraiment l’intelligence (voir D&A 93:36).

Le choix et la responsabilité

L’idéal suivant des Jeunes Filles est le choix et la responsabilité. C’est une autre façon de dire « libre arbitre moral ». Le libre arbitre moral fait partie de la vie parce que notre Père céleste voulait que nous agissions tous par nous-mêmes et que nous devenions ce que nous voulions.

Le choix et la responsabilité vous apprennent que vous êtes responsables des conséquences qui suivent chacun de vos choix. Nous devons donc prendre des décisions responsables. Que vous portiez une cravate bleue ou une cravate rouge, une robe violette ou une robe verte n’a probablement que peu d’importance mais ce qui compte est de savoir si votre choix vous rapproche du Seigneur et de sa façon de vivre ou vous en éloigne. Pourquoi est-ce que nous vous conseillons et vous supplions d’agir à la façon du Seigneur ? Tout simplement parce que c’est le chemin qui mène au bonheur.

Le dévouement

L’idéal suivant des Jeunes Filles est le dévouement. Cet idéal est modelé sur la vie de Jésus-Christ qui aimait les gens. Il montrait son amour pour les autres en les servant. Quand nous aimons quelqu’un, nous montrons cet amour en faisant quelque chose de gentil. Apprenez donc à servir : trouvez quelqu’un dans le besoin et aidez-le. Surprenez les gens par une bonne action à laquelle ils ne s’attendaient pas. Nous avons l’occasion de le faire à la maison, à l’école et à l’église.

Je me souviens de ma première visite en Afrique en tant qu’Autorité générale. Je voyageais avec Russell C. Taylor. Chaque matin à mon réveil, je découvrais qu’il avait ciré mes chaussures. Il n’avait pas besoin de le faire, mais c’était sa façon de dire : « Je vous aime ».

L’intégrité

L’idéal suivant des Jeunes Filles est l’intégrité. Le mot intégrité vient du mot integer qui signifie « entier » ou « intact ». En médecine, nous parlons de l’intégrité structurelle du cœur. Ainsi, lorsque quelque chose ne va pas, comme une blessure au cœur, nous disons qu’il a perdu son intégrité : il ne fait plus ce qu’il est censé faire. Lorsqu’on l’applique à l’être humain, l’intégrité signifie qu’on est digne de confiance, qu’on peut compter sur nous.

Dans les Écritures, nous lisons que le Seigneur aimait Hyrum, le frère de Joseph Smith, le prophète, du fait de « l’intégrité de son cœur » (D&A 124:15). Le Seigneur ne parlait pas de l’anatomie du cœur, il parlait de l’intégrité de l’esprit d’Hyrum.

La vertu

L’idéal le plus récent des Jeunes Filles est la vertu. Le mot vertu est merveilleux. Que signifie-t-il pour vous ? La vertu signifie la « pureté ». Mais il y a aussi une autre signification. Vous rappelez-vous dans le Nouveau Testament, lorsque la femme qui avait une perte de sang a touché le bord du vêtement du Sauveur ? Le Sauveur a dit : « Quelqu’un m’a touché, car j’ai connu qu’une force était sortie de moi » (Luc 8:46). Dans la version anglaise du roi Jacques, c’est le mot vertu qui est utilisé. Ce mot prend alors une toute autre signification. En grec, le mot dunamis est la racine d’où sont issus les mots dynamo et dynamite. Il signifie « pouvoir ». Nous voulons que vous ayez ces deux types de vertu, jeunes gens et jeunes filles, vous qui êtes si précieux.

Devenez tout ce que vous pouvez être

La connaissance donne du pouvoir, la pureté donne du pouvoir, l’amour donne du pouvoir. Nous voulons que vous ayez le pouvoir de devenir tout ce que le Seigneur veut que vous deveniez. Vous grandissez, vous changez et vous êtes responsables de ce que vous finirez par devenir.

Je ne crois pas que le fait d’être vendeur de meubles, chirurgien, avocat ou architecte fasse une différence. Toute profession digne, qui vous convient, est formidable. Mais ce qui compte vraiment, c’est ce que vous êtes en train de devenir.

Posez-vous ces questions : Suis-je intègre ? Suis-je pur(e) ? Ai-je de l’amour ? Ai-je de la compassion ? Toutes ces vertus sont incommensurables. Si vous vous rappelez de ces vertus des Jeunes Filles et les mettez en pratique, elles vous aideront à devenir tout ce que vous pouvez être.