Carnet de notes de la conférence d’octobre


« Ce que moi, le Seigneur, ai dit, je l’ai dit… que ce soit par ma voix ou par la voix de mes serviteurs, c’est la même chose » (D&A 1:38).
En relisant ou réécoutant la conférence générale d’octobre 2012, vous pouvez utiliser ces pages (ainsi que les carnets de la conférence qui vont paraître dans les numéros à venir) pour vous aider à étudier et à appliquer les derniers enseignements des prophètes et apôtres actuels et d’autres dirigeants de l’Église.

Pour lire, regarder ou écouter les discours de la conférence générale, allez sur conference.lds.org.

Histoires racontées lors de la conférence

Dieu connaît nos dons.

Henry B. Eyring, premier conseiller dans la Première Présidence, « Aidez-les à viser haut », Le Liahona, octobre 2012, p. 67.

Lorsque je suis devenu diacre, à douze ans, je vivais dans le New Jersey, à quatre-vingt kilomètres de New York. Je rêvais de devenir un grand joueur de baseball. Mon père a accepté de m’emmener voir un match dans le Bronx, dans le vieux Yankee Stadium légendaire. Je vois encore le mouvement de la batte de Joe DiMaggio, lorsqu’il a réussi à faire le tour complet du terrain ; mon père était assis à côté de moi et c’est la seule fois où nous sommes allés ensemble à un grand match de baseball.

Mais une autre journée avec mon père a façonné ma vie pour toujours. Il m’avait emmené du New Jersey jusqu’à Salt Lake City, chez un patriarche ordonné. Je n’avais jamais vu cet homme auparavant. Mon père m’a laissé, sitôt passée la porte. Le patriarche m’a conduit jusqu’à une chaise, a posé les mains sur ma tête et a prononcé une bénédiction comme un don de Dieu qui comprenait une déclaration du grand désir de mon cœur.

Il a déclaré que j’étais l’un de ceux au sujet desquels il avait été dit : « Bénis sont ceux qui procurent la paix ». Matthieu 5:9] J’ai été si surpris qu’un total inconnu connaisse mon cœur, que j’ai ouvert les yeux pour voir la pièce dans laquelle se produisait un tel miracle. Cette bénédiction au sujet de mes possibilités a façonné ma vie, mon mariage et mon service dans la prêtrise.

Cette expérience et ce qui a suivi me permettent de témoigner : « Car tous ne reçoivent pas tous les dons ; car il y a de nombreux dons, et chacun reçoit un don par l’Esprit de Dieu » (D&A 46:11). 

Du fait que le Seigneur m’a révélé un don, j’ai pu reconnaître les occasions de l’utiliser pour le profit des personnes que j’aime et que je sers et m’y préparer.

Dieu connaît nos dons. Je nous lance le défi, à vous et à moi, de prier pour connaître les dons que nous avons reçus, pour savoir comment les cultiver et pour reconnaître les occasions que Dieu nous donne de servir les autres. Mais, plus important encore, je prie pour que vous soyez inspirés pour aider les autres à découvrir les dons particuliers de Dieu qu’ils ont pour servir.

Comment appliquer ce message

  • En lisant Doctrine et Alliances 46:11–26 et en méditant à son sujet, priez pour savoir quels dons spirituels vous avez.

  • Comment le service peut-il vous aider à cultiver vos dons spirituels ?

  • Si vous n’avez pas reçu votre bénédiction patriarcale, envisagez de le faire.

Vous pourriez noter vos réflexions dans votre journal ou en discuter avec d’autres personnes.

Documentation supplémentaire sur ce sujet : Ancrés dans la foi (2004), « Dons spirituels », p. 165–67; « Dons spirituels » dans Sujets de l’Évangile sur LDS.org.

Promesses prophétiques

« Je peux vous promettre que vous serez une bénédiction pour [les autres] si vous les aidez à prendre conscience de leurs dons spirituels innés. Chaque personne est différente et a une contribution différente à apporter. Personne n’est destiné à échouer. »

Henry B. Eyring, premier conseiller dans la Première Présidence, voir « Aidez-les à viser haut », Le Liahona, octobre 2012, p. 60.