Des principes pour toutes les saisons


Cinq jeunes adultes montrent comment les exemples d’obéissance du Livre de Mormon les guident dans leurs choix entre le bien et le mal.

Tôt dans notre apprentissage de l’Évangile, on nous enseigne à reconnaître le bien du mal. Nous apprenons que tout choix entraîne des conséquences, que l’obéissance apporte des bénédictions et que les choix justes nous rapprochent de Dieu. Adolescents, on nous remet la brochure Jeunes, soyez forts, qui énonce clairement les principes de vie issus de l’Évangile.

Mais parfois, pour les jeunes adultes qui essaient de vivre dans le monde sans être du monde (voir Jean 17:14), les choix et les principes ne sont plus aussi clairs. Il semble qu’un vaste espace intermédiaire se présente à nous, espace dans lequel il faut choisir, une large zone grise située entre le bien et le mal.

Bien que les choix puissent sembler plus délicats quand nous prenons de l’âge, les mêmes principes que ceux de notre jeunesse continuent de s’appliquer. Le principe de l’obéissance est constant. Il est plus important que jamais de décider dès maintenant d’être obéissants. Dans nos décisions, les principes du Livre de Mormon (qui a été écrit pour notre époque) peuvent nous aider à faire les meilleurs choix et nous rappeler que les plus grandes bénédictions découlent de la plus grande obéissance. Dans cet article, cinq jeunes adultes montrent comment ils mettent ces principes en pratique.

L’obéissance nous rapproche de Dieu

« Que ferai-je afin de naître de Dieu, …afin d’être rempli de joie, afin de ne pas être rejeté au dernier jour ? …je délaisserai tous mes péchés pour connaître [Dieu] » (Alma 22:15, 18).

Quand le père du roi Lamoni entend la parole de Dieu, il est déterminé à délaisser tous ses péchés pour connaître Dieu. En apprenant les principes qui émanent de Dieu, il est déterminé à les suivre pour rester proche de lui. Avec les autres Anti-Néphi-Léhis, il contracte des alliances avec notre Père céleste, les respecte et « n’apostasi[e] jamais » (Alma 23:6).

Le principe de l’obéissance est toujours vrai pour les jeunes adultes d’aujourd’hui. Vijay Patha, d’Inde, explique: « L’obéissance nous rapproche de Dieu. Elle procure la paix de l’esprit, la foi, le bonheur, l’amour et l’optimisme. Ce n’est que par l’Évangile que nous pouvons accéder à ces bénédictions.

Lorsque des décisions difficiles se présentent, le Saint-Esprit peut nous guider. Quand il n’y a pas de limites, le risque de tomber est encore plus grand. Le respect de mes alliances me fixe des limites. Ces limites évitent que je m’égare dans des sentiers inconnus et m’ont souvent aidé à représenter le Christ et à m’abstenir de faire des choses mauvaises, par exemple, avoir recours à un langage grossier. L’instauration de limites rend les choses claires. »

Dieu nous aidera à obéir

« J’irai et je ferai la chose que le Seigneur a commandée, car je sais que le Seigneur ne donne pas de commandements aux enfants des hommes sans leur préparer la voie pour qu’ils puissent accomplir ce qu’il leur commande » (1 Néphi 3:7).

Parfois les commandements nous semblent difficiles à respecter, mais notre Père céleste a promis qu’il nous donnerait le moyen d’obéir. Comme Néphi, les jeunes adultes qui sont déterminés à être fidèles peuvent se tourner vers notre Père céleste pour trouver la force et la capacité d’obéir. Duncan Purser, d’Angleterre, nous raconte ce qui lui est arrivé :

« La dîme est un commandement accompagné de limites clairement fixées : nous payons dix pour cent de ce que nous gagnons. Mais pour l’offrande de jeûne, on donne plus de souplesse à notre obéissance.

« Pendant que j’économisais pour mes frais de scolarité, l’idée de payer une offrande de jeûne m’était pénible. Le dimanche de jeûne, j’avais du mal à décider si je devais payer et quel montant représentait une offrande ‘généreuse’. Lorsque je priais, je me sentais toujours poussé à payer une offrande de jeûne et mon désir de le faire grandissait.

« Je sais que le Seigneur bénit ceux qui respectent ses commandements et, quand j’obéis, je ne manque jamais du nécessaire. Si nous vivons l’Évangile, obéissons aux commandements et comprenons combien nous sommes des exemples pour notre entourage, notre désir de devenir meilleur grandira et le Seigneur nous montrera ce que nous devons faire.

« Le Seigneur nous a donné des principes pour notre bien. Nous pouvons décider à quel point nous obéirons à ces principes et si notre obéissance nous transformera. Dans ma vie, j’ai vu les bénédictions qui découlent de l’obéissance aux murmures de l’Esprit. »

Le Seigneur veut que nous obéissions rigoureusement

« Ils obéirent et s’appliquèrent à accomplir avec exactitude chaque commandement ; oui, et il leur fut fait selon leur foi » (Alma 57:21).

Les disciples de Jésus-Christ deviennent semblables à lui lorsqu’ils s’efforcent d’obéir avec exactitude comme le firent les jeunes guerriers. Mais notre Sauveur et notre Père céleste comprennent que nul n’est parfait. Ils nous offrent la possibilité de nous repentir et de faire mieux quand nous échouons.

Tyler raconte (le nom a été changé) : « J’ai perdu la femme de mes rêves parce que nous enfreignions la loi de chasteté… à peine. « Mais enfreindre « à peine » la loi de chasteté, c’est quand même enfreindre la loi de chasteté. Je n’arrêtais pas de perdre les bénédictions précieuses de l’obéissance ; je voulais avoir l’Esprit dans ma vie.

« Je ne voulais faire aucune des petites choses dont on dit qu’elles ne sont pas bien graves ‘tant qu’on n’a pas besoin d’en parler à l’évêque’. Je voulais respecter la loi à cent pour cent. Mais ma décision d’obéir est arrivée trop tard pour sauver notre relation ; le non-respect de la loi de chasteté l’avait polluée.

« La loi de chasteté est là pour nous protéger. Elle ne limite pas notre amour. Au contraire, c’est la plus grande expression d’amour qui puisse exister. En y obéissant, nous disons : ‘Je t’aime suffisamment pour te respecter et respecter les commandements de Dieu. Je t’aime suffisamment pour toujours placer le Christ au centre de notre vie.’

« Les jeunes adultes doivent aussi s’en tenir aux principes énoncés dans Jeunes, soyez forts. La loi de chasteté s’applique identiquement à tout le monde, quels que soient l’âge ou la situation. Je suis reconnaissant de ce nouveau témoignage qui m’aidera à me rapprocher du Sauveur et de ma compagne éternelle lorsque je la trouverai. »

L’obéissance stricte nous écarte du danger

« Et il arriva que lorsqu’il reçut le message, Léhonti n’osa pas descendre au pied de la montagne … Et il arriva que lorsqu’il découvrit qu’il ne pouvait pas amener Léhonti à descendre de la montagne, Amalickiah monta sur la montagne » (Alma 47:11-12).

Léhonti était déterminé à rester sur ses positions. Mais il s’est dit qu’il ne risquait rien à descendre de quelques mètres et à rencontrer son ennemi à mi-chemin. Alors que Léhonti était sûr d’avoir les choses bien en mains, Amalickiah a commencé à lui administrer « peu à peu du poison » (Alma 47:18) jusqu’à ce que Léhonti meure, peut-être sans se rendre compte du danger qu’il courait avant qu’il ne soit trop tard.

Claudia R., du Colorado, États-Unis, nous raconte comment elle est restée sur ses positions.

« J’ai l’impression que la société se déplace vers une zone grise. Par exemple, les gens disent de l’alcool : ‘Ce n’est pas une gorgée qui va te tuer’. Ce genre de justification est tout simplement de la manipulation. C’est dans ces situations (celles qui paraissent inoffensives) que notre libre arbitre est véritablement mis à l’épreuve.

« Il faut donc apprendre à arrêter, à être ferme. Certaines personnes qui démarrent en zone grise finissent dans des zones vraiment sombres. Ensuite, elles sont coincées.

« J’étais sortie plusieurs fois avec quelqu’un et nous nous étions bien amusés, mais une fois, alors que nous étions seuls dans la voiture, il a essayé de me faire des avances. Je savais que ce qu’il voulait faire pouvait nous entraîner vers d’autres choses. Je ne voulais pas que cela arrive alors je suis sortie de la voiture.

« Nous, les jeunes adultes, nous devons prendre position lorsque quelque chose va à l’encontre de nos principes. Quand nous sortons, bien sûr que nous voulons nous tenir par la main, nous enlacer et nous embrasser. Mais Satan veut nous tromper et nous faire croire que la loi de chasteté est une zone grise où une obéissance partielle est suffisante.

« Nos principes doivent être plus solides que jamais. Nous devons avoir pris notre décision avant que la situation ne se présente. Nous devons être fermes lorsque les choses ne sont pas justes. Je sais que notre monde n’est pas facile ; il se passe tant de choses. Mais les prophètes et les apôtres nous ont donné des principes et des directives. J’ai sur moi la brochure Jeunes, soyez fortsen format de poche, elle m’aide à traverser les difficultés. »

Nous pouvons être obéissants quand notre entourage ne l’est pas

« S’ils n’ont pas la charité, cela n’a pas d’importance pour toi, tu as été fidèle ; c’est pourquoi tes vêtements seront purifiés » (Éther 12:37).

Lorsque Moroni priait pour que les générations futures de Gentils soient bénies, Dieu lui a dit que ce qui importait le plus pour lui était qu’il soit resté fidèle. Le monde ne facilite pas le respect des principes pour les jeunes adultes fidèles. Mais même si les autres choisissent un autre chemin, il est possible de faire mieux.

Comme beaucoup d’autres jeunes adultes, Victor Kim, de Corée du Sud, s’est trouvé dans des situations où les autres ne partageaient pas ses principes.

« Parfois, au travail, je sors manger avec mes collègues, et ils boivent toujours. Ils insistent beaucoup pour que je fasse comme eux et ce n’est pas simple de décliner l’invitation devant tout le monde. Je m’assure toujours qu’ils savent à l’avance que je ne bois pas. Mais je dois malgré tout être fort et montrer que j’ai confiance dans les limites que je me suis fixées.

« La vie m’a appris que les personnes qui ne se fixent pas de limites bien définies deviennent trop confiantes et finissent par se convaincre que pécher un peu est sans conséquence. Elles peuvent devenir insensibles à l’Esprit et ne plus voir ce qui est mal ni pourquoi c’est mal.

« La pression du groupe peut aussi être très intense. Les personnes qui ne sont pas fortes finissent par céder parce que ce que leurs amis disent paraît sensé, même si cela va à l’encontre de nos principes. Il n’y a pas de zone neutre. Un jour, il faut choisir.

« Pour rester fort, il est bon d’avoir un ami à qui parler et sur qui compter. On peut ainsi rester forts ensemble. Quand je suis mes principes, je me sens en sécurité. Je suis digne de demander la protection de Dieu. J’ai la foi que si je suis obéissant, il m’aidera. »