Ne portez pas de masque

Tiré d’une veillée du Département d’Éducation de l’Église tenue le 4 mars 2012 à l’université Brigham Young-Idaho (États-Unis).


Quentin L. Cook
L’une de vos plus grandes protections contre les mauvais choix est de ne pas porter le masque de l’anonymat.

En réfléchissant à qui vous êtes, j’ai eu le sentiment que vous ne vous rendez peut-être pas entièrement compte de l’importance de votre génération. Je pense que vous avez la formation et la base nécessaires pour être la meilleure génération de tous les temps, en particulier pour mettre en œuvre le plan de notre Père céleste.

Au regard de votre énorme potentiel de faire le bien, quelles sont mes inquiétudes pour votre avenir ? Quels conseils puis-je vous donner ? Chacun de vous subira une pression énorme vous poussant à agir d’une façon qui ne vous ressemble pas et même à porter un masque, pour devenir quelqu’un qui ne reflète pas vraiment qui il est et qui il veut devenir.

Exemple tiré de l’histoire des États-Unis

En 2011, en compagnie de L. Tom Perry, j’ai rencontré Abraham Foxman, directeur national de la ligue anti-diffamation. Sa mission consiste à mettre un terme à la diffamation du peuple juif.

Quand nous avons rencontré M. Foxman, je lui ai demandé quels conseils il pouvait nous donner relativement à nos responsabilités au sein de la Communication de l’Église. Il a réfléchi un moment et a ensuite expliqué l’importance de recommander aux gens de ne pas porter de masque. Il a décrit le Ku Klux Klan. C’était une organisation qui avait beaucoup d’influence et qui effrayait la plupart des Américains, dans la première moitié du XXe siècle. Portant des robes et des masques identiques qui rendaient impossible l’identification des participants, ils brûlaient des croix dans le jardin des personnes qu’ils prenaient pour cible et se donnaient le titre de prétendus chiens de garde de la moralité. Parmi ceux qu’ils visaient le plus, il y avait les afro-américains, mais aussi les catholiques, les juifs et les immigrés. Les plus actifs d’entre eux étaient impliqués dans des flagellations, des sévices physiques et même des meurtres. M. Foxman nous a indiqué que la majorité des membres du Ku Klux Klan, sans les masques, était en général composée de gens normaux, notamment d’hommes d’affaires et de personnes qui allaient à l’église. Il nous a fait remarquer que, parce qu’ils dissimulaient leur identité en portant un masque, ils pouvaient participer à des activités qu’ils auraient normalement évitées. Leur comportement a eu un impact terrible sur la société américaine.

Le conseil de M. Foxman était de mettre l’accent sur l’importance d’éviter de porter des masques qui cachent la véritable identité1.

Exemples tirés de l’histoire de l’Église

Dans les premiers temps de l’Église, le prophète Joseph, Emma et leurs jumeaux âgés de onze mois, Joseph et Julia, se trouvaient à Hiram, en Ohio, dans la ferme de la famille Johnson.

Un samedi soir, des hommes au visage recouvert de peinture noire pénétrèrent violemment dans la maison et traînèrent le prophète dehors pour le battre et les recouvrir de goudron, lui et Sidney Rigdon.

« Bien que le prophète eût perdu une dent, qu’il souffrît d’une blessure grave au côté, qu’il lui manquât une touffe de cheveux et qu’il eût été brûlé à l’acide nitrique, il prêcha lors du service de culte dominical habituel. Parmi les saints qui étaient assemblés, il y avait au moins quatre des assaillants2. »

Il est aussi intéressant de constater que les gens qui participèrent au martyre du prophète Joseph et de son frère, Hyrum, s’étaient peint le visage pour cacher leur véritable identité3.

young man holding pixellated photo

Évitez de porter un masque et d’agir contrairement à votre personnalité

Je ne suis pas en train de suggérer qu’aucun de vous soit impliqué dans le genre d’événements terribles que je viens de décrire. Je crois que, de nos jours, alors qu’il est plus facile que jamais de rester anonyme, il existe des principes importants inhérents au fait de ne pas porter de masque et d’être « bien ancrés dans la foi de ces martyrs, nos frères4 ».

L’une de vos plus grandes protections contre les mauvais choix est de ne pas porter le masque de l’anonymat. Si vous vous surprenez à avoir envie de le faire, sachez que c’est un grave signal d’alarme et l’un des outils de l’adversaire pour vous amener à faire quelque chose que vous ne devriez pas faire.

Il est intéressant de noter que les personnes qui s’adonnent à la pornographie le font souvent sous une fausse identité pour dissimuler leur participation. Elles masquent leur comportement, car elles savent que celui-ci est répréhensible et destructeur pour tous ceux qu’elles aiment. La pornographie est un fléau qui non seulement nuit aux valeurs morales d’une personne vis-à-vis de Dieu, mais peut aussi détruire des mariages et des familles et a un impact négatif sur la société.

Vous qui êtes tombés dans cette habitude destructrice, soyez certains que vous pouvez vous repentir et que vous pouvez être guéris. Le repentir devra précéder la guérison. La guérison pourra être un long processus. Votre évêque ou votre président de branche peut vous conseiller pour que vous sachiez comment recevoir l’aide dont vous avez besoin pour être guéris.

Agissez conformément à vos croyances

Il est courant, aujourd’hui, de cacher son identité lorsqu’on publie en ligne, de façon anonyme, des commentaires sectaires, acerbes et haineux. Certains appellent cela une campagne d’insulte. Certaines institutions tentent de filtrer les commentaires. Par exemple, le New York Times ne tolère pas les commentaires qui contiennent « des attaques personnelles, des obscénités, des vulgarités, des blasphèmes, des usurpations d’identité, des incohérences et des IMPRÉCATIONS.

Le Times recommande aussi l’utilisation des noms authentiques : « Nous avons découvert que les personnes qui utilisent leur nom s’expriment avec davantage de respect et d’amabilité5. »

L’apôtre Paul a écrit :

« Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs.

Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point ; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu » (1 Corinthiens 15:33-34).

Il est clair que les mauvaises compagnies non seulement entraînent les mauvaises manières, mais si les saints des derniers jours s’y associent, elles peuvent aussi avoir un effet négatif sur les gens qui ne connaissent pas Dieu et n’ont pas de témoignage du Sauveur.

Toute utilisation d’Internet dans le but de terrifier, de détruire une réputation ou de montrer quelqu’un sous un mauvais jour est répréhensible. Ce que nous observons dans la société, c’est que lorsqu’ils se cachent derrière le masque de l’anonymat, les gens sont plus enclins à se livrer à ce genre de comportement qui nuit tant à la civilité. Cela enfreint aussi les principes de base que le Sauveur a enseignés.

Les justes n’ont pas besoin de cacher leur identité derrière un masque.

Jouez bien votre rôle

Nous avons une grande confiance en vous. Les dirigeants de l’Église pensent sincèrement que votre génération peut édifier le Royaume comme aucune autre ne l’a fait. Vous avez non seulement notre amour et notre confiance, mais aussi nos prières et notre bénédiction. Nous savons que la réussite de votre génération est essentielle à l’édification de l’Église et à la croissance du Royaume. Nous prions pour que vous jouiez bien votre rôle en évitant de porter un masque.

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Rencontre avec Abraham Foxman à son bureau de New York, le 14 juin 2011.

  2.   2.

    Mark L. Staker, “Remembering Hiram, Ohio”, Ensign, octobre 2002, p. 35, 37.

  3.   3.

    Voir Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Smith, 2007, p. 25.

  4.   4.

    « Vas-tu faiblir, ô jeunesse », Cantiques, n° 164.

  5.   5.

    Mark Brent dans « The Public Forum », Salt Lake Tribune, 27 juillet 2011, A16.