Vos lieux saints


Ann M. Dibb
Qu’il s’agisse de lieux géographiques ou de moments déterminés, ils [vos lieux saints] sont tout aussi sacrés et ont une incroyable capacité de fortifier.

Notre thème de l’activité d’échange pour 2013 est tiré de la section 87 des Doctrine et Alliances. Cette instruction se trouve dans trois sections distinctes ; de toute évidence, cette exhortation est importante. Elle explique comment nous pouvons recevoir la protection, la force et la paix en des temps troublés. Cette instruction inspirée dit : « Tenez-vous en des lieux saints, et ne vous laissez pas ébranler1. »

En méditant sur ce thème, je ne peux m’empêcher de me demander : « Que sont les ‘lieux saints’ auxquels notre Père céleste fait référence ? » Ezra Taft Benson a déclaré : « Les lieux saints comprennent nos temples, nos églises, nos foyers et les pieux de Sion qui… sont ‘pour la défense, [et pour] le refuge2’. » En plus de ces lieux, je crois que chacun de nous peut en trouver beaucoup plus. Notre premier réflexe peut-être de considérer le mot lieu comme désignant un cadre physique ou un lieu géographique. Cependant, un lieu peut être « une condition, une position ou un état d’esprit particuliers3 ». Cela signifie que les lieux saints peuvent aussi désigner des moments déterminés : des moments où le Saint-Esprit nous témoigne, des moments où nous ressentons l’amour de notre Père céleste ou des moments où nous recevons une réponse à nos prières. Plus encore que cela, je crois que chaque fois que vous avez le courage de prendre la défense de ce qui est juste, en particulier dans des situations où personne d’autre n’est disposé à le faire, vous créez un lieu saint.

Tout au long de sa vie, brève mais splendide, Joseph Smith s’est véritablement « [tenu] en des lieux saints » et ne s’est pas laissé ébranler. Jeune adolescent, il était troublé par l’agitation religieuse qui régnait dans sa localité et voulait savoir laquelle de toutes les églises était vraie. La zone boisée qui se trouvait près de chez lui est devenue un lieu saint quand il s’est agenouillé au milieu des arbres et a fait sa première prière à voix haute. Il a reçu une réponse à sa prière, et aujourd’hui les saints des derniers jours appellent ces bois le Bosquet sacré.

Dans le monde entier, les jeunes filles se tiennent en des lieux saints dans la nature aux camps de Jeunes Filles. Une dirigeante a raconté l’expérience d’une jeune fille. Cette fille n’était pas pratiquante, et l’idée d’avoir une expérience spirituelle dans les bois la laissait un peu sceptique. Après le premier jour, elle a dit à sa dirigeante : « Je m’amuse beaucoup, mais s’il vous plait, est-ce qu’on pourrait arrêter de parler de l’Esprit ? Je suis ici pour camper, profiter de la nature, être avec mes amies et m’amuser ! » Mais, à la réunion de témoignage qui terminait le camp, cette même fille, en larmes, a admis : « Je ne veux pas rentrer chez moi. Comment est-ce que je peux avoir ce que je ressens maintenant, cet Esprit, avec moi tout le temps ? » Elle avait découvert un lieu saint.

Un autre lieu saint de la vie de Joseph Smith était sa chambre. Cela peut être difficile à croire, car, comme beaucoup d’entre vous, il partageait sa chambre avec ses frères et sœurs. Elle est devenue un lieu saint quand il y a prié, avec beaucoup de foi, d’humilité et de ferveur. Il raconte : « Après m’être mis au lit pour la nuit, je commençai à prier et à supplier le Dieu Tout-Puissant de me pardonner tous mes péchés et toutes mes sottises4. » Les trois années qui s’étaient écoulées depuis que Joseph avait eu la vision dans le Bosquet sacré n’avaient pas été faciles. Joseph, qui était alors âgé de dix-sept ans, avait subi des moqueries, des railleries et des brimades à n’en plus finir. Mais ce soir-là dans sa chambre, l’ange Moroni lui est apparu et s’est adressé à lui en réponse à ses supplications. Joseph a reçu de la connaissance et du réconfort. Cette nuit-là, sa chambre est devenue un lieu saint.

En regardant une vidéo de la série Message mormon pour les jeunes, j’ai vu une autre chambre qui est devenue un lieu saint. La vidéo montre Ingrid Delgado, jeune fille du Salvador, qui parle de ce qu’elle éprouve pour le temple. Elle dit : « C’est bien d’avoir un lieu où nous pouvons échapper aux choses du monde, recevoir des ordonnances sacrées et aider les personnes qui n’ont pas pu les recevoir dans cette vie. » Tandis qu’elle parle, la vidéo montre Ingrid en train de lire les Écritures, entourée d’affiches Vie mormone, de citations, d’un livret Mon Progrès personnel, de photos de sa famille et du temple et même de ses peluches préférées5. Peut-être que, sans même s’en rendre compte, elle a créé son lieu à elle où elle peut s’isoler des choses du monde. Je me demande combien de fois Ingrid a lu ses Écritures, ressenti l’Esprit, prié et reçu des réponses à ses prières dans son lieu saint.

Un autre lieu saint inattendu de la vie de Joseph Smith est la prison de Liberty. Jeffrey R. Holland a déclaré : « Il n’y a pas eu dans la vie de Joseph de période plus pénible que celle de cette incarcération cruelle, illégale et injustifiée. » Frère Holland a ensuite expliqué que la prison de Liberty a depuis été qualifiée de « prison-temple » en raison des expériences sacrées que Joseph Smith, le prophète, y a eues6.

Peut-être certaines d’entre vous, jeunes filles, connaissent-elles leur propre prison de Liberty, une situation dans laquelle elles sont exposées à des humiliations, où elles ne ressentent pas de bonté, où l’on se moque d’elles, les brime, voire les blesse physiquement. Jeunes filles, je vous dédie ces paroles de frère Holland : « Vous pouvez avoir des révélations et des expériences sacrées et profondément instructives avec le Seigneur dans les situations les plus misérables de votre vie,… au milieu des injustices les plus pénibles, alors que vous rencontrez les circonstances et l’opposition les plus insurmontables que vous ayez jamais connues7. » Autrement dit, tout comme Joseph Smith, le prophète, l’a fait, vous pouvez créer des lieux saints et vous y tenir, même dans les moments les plus difficiles que vous ayez jamais vécus.

Une jeune adulte, Kirsten, m’a raconté son expérience douloureuse. Le lycée avait été sa prison de Liberty. Heureusement, la salle de l’orchestre lui avait apporté du soulagement. Elle m’a dit : « Quand j’entrais dans cette salle, c’était comme si j’entrais dans un lieu sûr. Il n’y avait pas de réflexions dégradantes ou dévalorisantes, pas de grossièretés. Au lieu de cela, ce que nous entendions, c’était des paroles d’encouragement et d’amour. Nous faisions preuve de gentillesse. C’était un endroit heureux. La salle de l’orchestre était remplie de l’Esprit tandis que nous répétions et jouions de la musique. L’atmosphère de cette salle était en grande partie due à l’influence du professeur de musique. C’était un bon chrétien. Avec le recul, je me rends compte que le lycée a été un lieu de purification. C’était difficile, mais j’ai appris la résilience. Je serai éternellement reconnaissante de mon refuge, mon lieu saint, la salle de l’orchestre8. »

Avez-vous pensé à vos lieux saints ce soir ? J’ai demandé à des centaines de jeunes filles de me parler de leurs « lieux saints ». Qu’il s’agisse de lieux géographiques ou de moments déterminés, ils sont tout aussi sacrés et ont une incroyable capacité de fortifier. Voici neuf de leurs réponses touchantes :

  • Une : « J’étais à la maternité, tenant mon nouveau petit frère. »

  • Deux : « Chaque fois que je lis ma bénédiction patriarcale, je sens que mon Père céleste me connaît et m’aime. »

  • Trois : « Le jour de mes douze ans, les jeunes filles de la paroisse on décoré ma porte avec des cœurs en papier9. Je me suis sentie aimée, acceptée et heureuse ! »

  • Quatre : « Un jour, alors que je lisais les Écritures, une phrase m’a sauté aux yeux. C’était la réponse à mes prières. »

  • Cinq : « Je suis allée à une soirée où des personnes buvaient et se livraient à d’autres activités inacceptables. L’Esprit m’a dit de faire demi-tour et de rentrer chez moi. C’est ce que j’ai fait, et, bien sûr, il y a eu des conséquences sociales. Mais cette occasion m’a donné l’assurance dont j’avais besoin pour savoir que je pouvais vivre l’Évangile. »

  • Six : « Un dimanche, pendant la Sainte-Cène, je pensais à l’Expiation. J’ai compris que je devais pardonner à quelqu’un contre qui j’étais en colère. Ma décision de pardonner était une action positive qui ferait opérer l’Expiation dans ma vie quotidienne. »

  • Sept : « Après avoir assisté avec moi à la Rentrée des Jeunes Filles, ma mère m’a embrassée sur la joue et m’a dit qu’elle m’aimait. Pour autant que je m’en souvienne, c’était la première fois qu’elle le faisait. »

  • Huit : « Avec l’assurance de mon évêque, j’ai su que la promesse faite dans les Écritures était vraie : ‘Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige10.’ Cela m’a donné de l’espoir et j’ai pu entreprendre le long processus du repentir. »

  • Enfin : « Un soir, j’ai pris mon courage à deux mains pour faire part à ma meilleure amie de mes sentiments concernant l’Évangile et lui donner un Livre de Mormon. Plus tard, j’ai eu la bénédiction d’assister à son baptême. Maintenant, nous assistons ensemble aux réunions de l’Église. »

Je vais vous parler de l’un de mes lieux saints. Un jour je me sentais accablée, effrayée et totalement seule. J’ai fait cette prière silencieuse : « Père céleste, je ne sais pas comment faire cela. Aide-moi, s’il te plaît ! » Peu après, quelqu’un s’est approché à l’improviste, m’a posé la main sur l’épaule et m’a adressé quelques paroles d’encouragement sincère. À ce moment-là, je me suis sentie en paix. Je me suis sentie reconnue. Tout avait changé. Les paroles de Spencer W. Kimball me sont venues à l’esprit : « Dieu nous remarque et il veille sur nous. Mais c’est généralement par l’intermédiaire d’une autre personne qu’il répond à nos besoins11. » Pour moi, cette situation était devenue un lieu saint.

Chères jeunes filles, il y a d’innombrables autres lieux saints dont j’aurais bien voulu que nous puissions parler ensemble ce soir. Je vous recommande, quand vous rentrerez chez vous, de noter dans votre journal les situations que vous reconnaissez ou dont vous vous souvenez comme étant des lieux saints. Il est clair pour moi que des milliers d’entre vous se tiennent en des lieux saints. Ces lieux vous apportent protection, force et paix en ces temps troublés. Votre témoignage grandit et se renforce parce que vous défendez la vérité et la justice par des moyens magnifiques.

Vous, nobles jeunes de l’Église, vous êtes mes héroïnes. Je vous aime. Je ressens l’amour incroyable que notre Père céleste a pour vous. Je vous témoigne que l’Évangile de Jésus-Christ est vrai. Il attend, prêt à vous soutenir quand vous vous « tenez… en des lieux saints et ne vous laissez pas ébranler ». J’aime et je soutiens le président Monson, notre prophète fidèle et encourageant. Je dis cela au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Doctrine et Alliances 87:8 ; voir aussi Doctrine et Alliances 45:32 ; 101:22.

  2.   2.

    Ezra Taft Benson, « Prepare Yourself for the Great Day of the Lord », New Era, mai 1982, p. 50, voir aussi Doctrine et Alliances 115:6.

  3.   3.

    Merriam-Webster Online, « place », www.merriam-webster.com/dictionary/place.

  4.   4.

    Joseph Smith, Histoire 1:29.

  5.   5.

    Voir « Practice, Celebration, Dedication : Temple Blessings in El Salvador,” lds.org/youth/video.

  6.   6.

    Jeffrey R. Holland, « Lessons from Liberty Jail », Ensign, sept. 2009, p. 26-28.

  7.   7.

    Jeffrey R. Holland, « Lessons from Liberty Jail », p. 28.

  8.   8.

    Conversation personnelle avec l’auteur.

  9.   9.

    Qu’on appelle parfois aux États-Unis « attaque du cœur ».

  10.   10.

    Ésaïe 1:18.

  11.   11.

    Spencer W. Kimball, « Une vie abondante », L’Étoile, juin 1979, p. 3.