Améliorer ses prières personnelles

Tiré d’un discours prononcé le 17 mai 2011 lors d’une réunion spirituelle à l’université Brigham Young, Hawaï. Pour lire la version complète en anglais, consultez web.byui.edudevotionalsandspeeches.


Kevin W. Pearson
Si quelqu’un écoutait vos prières personnelles, que révèleraient-elles sur vous et sur votre relation avec notre Père céleste ?

Améliorer ses prières personnelles

L’invitation divine de prier le Père au nom de Jésus-Christ est le commandement le plus souvent répété dans toutes les Écritures et c’est la forme la plus élémentaire du culte personnel que nous rendons à Dieu. Pourtant, beaucoup d’entre nous ont des difficultés à faire des prières sincères et qui apportent la révélation.

Je suis convaincu que la prière personnelle est l’une des difficultés les plus importantes que rencontrent les membres de l’Église, en particulier les adolescents et les jeunes adultes. Et comme ils ont du mal à prier, leur spiritualité en souffre.

Nos prières personnelles sont un baromètre de notre force spirituelle et révèlent notre état de santé spirituelle. Dans mon rôle de père, de dirigeant de la prêtrise et de président de mission, j’ai appris qu’en écoutant attentivement quelqu’un prier, je pouvais en apprendre beaucoup sur sa relation avec Dieu.

Si quelqu’un écoutait vos prières personnelles, que révèleraient-elles sur vous et sur votre relation avec notre Père céleste ?

Le principe de la prière personnelle

Prier, c’est parler avec Dieu, le Père éternel de notre esprit : ce n’est pas lui parler, mais parler avec lui. Il aime chacun de nous à la perfection et est rempli de miséricorde et de compréhension. Il sait tout à notre sujet. Il sait ce dont nous avons besoin, même lorsque nous ne voyons que ce que nous voulons. Il a le pouvoir et la capacité infinis de nous soutenir et nous guider. Il est toujours prêt à nous pardonner et à nous aider, en toutes choses.

Nous pouvons parler avec notre Père céleste à voix haute ou par la pensée, dans notre esprit et dans notre cœur. Les prières personnelles doivent être des expressions solennelles et sacrées de louange et de gratitude, des requêtes sincères concernant des besoins et des désirs précis, des confessions humbles et contrites pour demander le pardon purificateur ainsi que des supplications pour obtenir réconfort, instructions et révélation. Ces expressions nous incitent souvent à nous épancher de toute notre âme à notre Père céleste aimant.

La prière est souvent une communication brève, mais elle peut aussi être un dialogue ouvert et continu tout au long de la journée et de la nuit (voir Alma 34:27).

La prière personnelle est essentielle

Selon le plan divin de notre Père céleste, Ia séparation physique et spirituelle de sa présence est nécessaire. La prière est un lien essentiel et habilitant entre Dieu et l’homme. Sans prière, il n’y a pas de retour possible vers le Père. Sans prière, il est impossible d’avoir une foi suffisante pour comprendre et respecter les commandements. Sans prière, nous ne disposerions pas de la force spirituelle nécessaire pour éviter les tentations et pour surmonter les épreuves et l’adversité. Sans prière, le repentir, le pardon et le pouvoir purificateur de l’Expiation sont inaccessibles. Par le pouvoir de la prière personnelle, tout est possible.

La prière permet la révélation personnelle et les dons spirituels par l’intermédiaire du Saint-Esprit. C’est le canal spirituel mis à la disposition de tous les enfants de Dieu ; il nous donne un accès illimité à notre Père éternel, à son Fils bien-aimé et au Saint-Esprit. La prière est une preuve puissante et irréfutable de la réalité de Dieu, le Père éternel. La prière personnelle est indispensable pour comprendre Dieu et notre identité divine.

Améliorer vos prières

Préparez-vous à prier

Souvent, nous faisons nos prières personnelles dès que nous ouvrons les yeux le matin, avant d’être entièrement réveillés et alertes, ou alors tard le soir, lorsque nous sommes trop fatigués pour prier de façon efficace. Notre fatigue physique, mentale et émotionnelle peut nous empêcher de faire une prière de qualité.

La prière est un travail spirituel qui doit être précédé d’une préparation mentale et spirituelle. Si nous ne prenons pas le temps de nous humilier et de réfléchir soigneusement au fait que nous sommes sur le point de faire appel à Dieu, le Père éternel, au nom de Jésus-Christ, nous allons passer à côté de l’essence même du modèle divin qui a été établi pour notre bien.

Prévoyez suffisamment de temps pour communiquer soigneusement et humblement à notre Père céleste les désirs les plus chers de votre cœur. Demandez que le Saint-Esprit vous aide à savoir ce pour quoi vous devez prier. Prier à haute voix m’aide à me concentrer sur mes prières et à m’entendre, ce qui empêche mes pensées de vagabonder.

Choisissez un moment et un endroit où vous pouvez méditer profondément sur votre vie et sur vos besoins. Réfléchissez à votre identité divine et à votre relation avec Dieu. Essayez de vous représenter notre Père céleste quand vous vous préparez à lui parler. Pensez au Sauveur, au nom duquel vous allez prier. Cette préparation vous aidera à vous concentrer et à vous adresser à lui d’un cœur humble et reconnaissant.

Menez une vie digne

Nous ne pouvons pas nous tenir en présence de notre Père céleste avec confiance si nous ne sommes pas moralement purs. La pornographie, les transgressions sexuelles et les divertissements qui se moquent de la vertu ou encouragent l’immoralité peuvent détruire notre confiance en la prière et nous empêcher de recevoir des inspirations. Souvenez-vous cependant que Satan est le seul à vous dire que vous ne pouvez pas ou ne devez pas prier. Le Saint-Esprit nous recommande toujours de prier, même quand nous rencontrons des difficultés avec l’obéissance et la dignité personnelle.

Priez avec un objectif

La prière est une étape essentielle du processus de la révélation. Les questions inspirées donnent plus de concentration, de détermination et de sens à nos prières. Si vous voulez que vos prières produisent davantage de révélations personnelles, il pourrait être utile de réfléchir aux questions que vous posez. En général, la révélation vient en réponse à une question. Le processus de la révélation exige de nous que nous sondions les Écritures, que nous méditions à leur sujet et que nous les mettions en pratique Quand nous le faisons, le Saint-Esprit nous aide à formuler des questions inspirées.

Conformez votre volonté à celle du Père

Le Sauveur a maintes fois répété que nous « dev[ons] toujours prier le Père en [son] nom » (3 Néphi 18 :19). Lorsque nous prions au nom de Jésus-Christ, cela signifie que « nos désirs sont les désirs du Christ. Nous demandons alors des choses que… Dieu peut nous accorder. Bien des prières restent sans réponse parce qu’elles ne sont pas du tout faites au nom du Christ ; elles ne représentent en aucune façon sa volonté, mais découlent plutôt de l’égoïsme de l’homme » (Guide des Écritures, « Prière »). Les prières qui ne suivent pas ce modèle n’expriment pas la foi mais une vaine espérance.

La prière n’est pas un processus de négociation. C’est un processus de mise en conformité. Nous ne rangeons pas Dieu à notre point de vue. La prière consiste davantage à nous changer qu’à changer notre situation. Elle consiste à rechercher la volonté de Dieu et à demander son aide pour faire ce que nous devons faire. Lorsque nous conformons notre volonté à celle de notre Père céleste, les réponses et la puissance spirituelle circulent plus librement. Ce modèle nous permet de prier avec foi.

Notre Père céleste entend-il mes prières ?

Notre cinquième fils, Benjamin, est né il y a près de vingt ans. Ma femme sentait qu’il avait un problème aux yeux. Nous avons consulté un ami proche, spécialiste de la rétine, membre de notre paroisse, qui a confirmé nos inquiétudes et diagnostiqué la maladie de Benjamin, un rétinoblastome, forme rare de cancer de l’œil. Nous étions accablés par cette nouvelle.

Quelques semaines plus tard, Benjamin a subi la première d’une longue série d’opérations. Avant l’opération, nous avons rencontré le chirurgien et lui avons dit que nous croyions qu’il découvrirait que l’œil de Benjamin était guéri et qu’il n’aurait pas besoin de l’enlever. Notre famille entière et beaucoup de membres de notre paroisse jeûnaient et priaient pour notre fils et nous avions foi que Benjamin guérirait.

Une heure plus tard, le chirurgien est revenu et a confirmé que l’œil de Benjamin avait été détruit par la tumeur et qu’il y avait aussi, dans l’autre œil, plusieurs tumeurs graves qui nécessitaient un traitement immédiat. Je suis resté sans voix. Complètement submergé par le chagrin et l’incrédulité, je suis sortie de l’hôpital dans l’humidité matinale de San Francisco (Californie), et je me suis mis à marcher, en pleurant amèrement.

J’avais fait tout ce qu’on m’avait appris à faire. Nous avions prié et avions reçu la nette impression que nous devions choisir ce médecin-là. Nous avions jeûné et prié et étions certains que notre bébé guérirait grâce à la foi et à la puissance de la prêtrise. Pourtant, le Seigneur n’était pas intervenu. Il semblait que notre foi n’avait rien été d’autre qu’une vaine espérance. J’ai commencé à remettre en question tout ce que j’avais cru jusque-là. Tout en marchant, je me sentais trahi et j’étais en colère. J’étais anéanti de douleur.

Je ne suis pas fier de la conversation que j’ai eue avec notre Père céleste, tandis que je marchais et pleurais, ce matin-là. Au bout d’un moment, je me suis repris. Je me rappelle les paroles d’un chant de la Primaire qui me sont venues à l’esprit. « Père céleste, es-tu vraiment là ? Et entends-tu prier les enfants chaque fois ? » Parce qu’il est clair que tu n’as pas entendu les miennes, à moins que tu ne te soucies guère de moi et de mon fils. (« La prière d’un enfant », Chants pour les enfants, p. 6.)

À ce moment-là, une manifestation de tendre miséricorde s’est produite. Dans mon esprit et dans mon cœur, j’ai ressenti ces mots : « Kevin est aussi mon fils. » La clarté de l’inspiration était telle qu’on ne pouvait s’y méprendre. J’ai pris conscience à cet instant-là que je n’avais pas du tout compris l’objectif de la prière. J’étais parti du principe que, si la cause était juste, il suffisait d’utiliser la prêtrise, le jeûne et la prière pour changer la volonté de Dieu.

Pour la première fois de ma vie, j’ai pris pleinement conscience que les décisions ne m’appartenaient pas. J’ai su que je devais me soumettre à la volonté de notre Père céleste. Je ne pouvais pas avoir ce que je voulais, quand et comme je le voulais, simplement parce que je respectais les commandements. L’objectif de la prière n’est pas de me permettre de dire à notre Père céleste ce qu’il a à faire, mais plutôt de me faire découvrir ce qu’il veut que je fasse et que j’apprenne. Je devais conformer ma volonté à la sienne.

Nous avons lutté pendant six années supplémentaires contre la maladie de notre petit garçon pour sauver son autre œil et sa vie. Mais dorénavant, je savais que notre Père céleste était conscient de notre situation et qu’il était aux commandes. Et, quelle que soit l’issue finale, il avait entendu ma prière et y avait répondu. Aujourd’hui, notre fils miraculé est en mission à plein temps en Espagne.

J’ai la preuve absolue, dans ma propre vie, que Dieu est notre Père céleste aimant et qu’il entend vraiment nos prières et y répond. Si vous continuez à étudier et à comprendre le principe divin de la prière personnelle, tel que le Sauveur l’a enseigné, la prière deviendra une grande source de puissance spirituelle et de révélation dans votre vie.